Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Sonia Devillers dresse une liste noire des mal pensants sur France Inter

31 décembre 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Sonia Devillers dresse une liste noire des mal pensants sur France Inter

Sonia Devillers dresse une liste noire des mal pensants sur France Inter

Pre­mière dif­fu­sion le 26/10/2019

Que France Inter soit devenu une espèce d’officine libérale libertaire, spécialiste de l’entre-soi confortable, employant des comiques garantis conformistes, n’étonnera personne. Mais c’est à notre connaissance la première fois, le 11 octobre 2019, qu’une liste d’opposants à réduire au silence est dressée devant le micro de Sonia Devillers, ce qui a entraîné une réaction de Gilles-William Goldnadel dans Valeurs Actuelles. Les intertitres sont de notre rédaction, le titre est de l’auteur.

Quand la radio d’État dresse gauchement des listes d’opposants

Mar­di dernier, la pré­posée aux médias de la radio d’É­tat France Inter, Sonia Dev­illers pour ne pas la nom­mer, a livré en pâture aux audi­teurs une liste de mal pen­sants qu’il con­ve­nait de faire taire.

Liste de proscrits

Rece­vant deux jour­nal­istes de la gauche extrême issus de Libéra­tion, elle fit le procès en règle de la chaîne C News et de ses dirigeants qui avaient l’im­pudeur d’ac­cueil­lir Zem­mour. Non con­tente de faire la leçon publique à la chaîne privée, elle livra au micro une liste de noms et de titres coupables d’être très à droite et cer­tains d’ex­trême droite par­mi lesquels Élis­a­beth Lévy, Ivan Rioufol, Char­lotte d’Ornellas de Valeurs Actuelles, Gabriel Cluzel de Boule­vard Voltaire, ain­si que l’au­teur de ces lignes.

Effet de monopole

Pour l’écrire sincère­ment, le venin porté par les flèch­es décochées par cette gauche morale a per­du toute valeur létale. C’est bien parce que celle-ci doute désor­mais forte­ment de ses fac­ultés intel­lectuelles et morales qu’elle en devient hargneuse. Elle ne peut plus compter que sur le seul rap­port de force dont elle se sait encore dans la dom­i­na­tion : le pou­voir médi­a­tique sans partage sur le ser­vice pub­lic. Elle peut encore ten­ter d’in­timider. Elle peut encore ten­ter de nuire. Mais dans ce cas, qu’elle ne compte pas sur moi pour rester mutique. Ni que je renonce à mon esprit caus­tique.

Pluralisme et neutralité

Car je goûte assez peu qu’une radio à laque­lle je con­tribue en tant que con­tribuable puisse à ce point piétin­er ses oblig­a­tions de plu­ral­isme et de neu­tral­ité du ser­vice pub­lic pour faire la morale alors même qu’elle foule celle-ci de ses deux gros pieds gauch­es. Qu’une pré­posée d’É­tat vienne flan­quée de deux extrême­ment gauch­ers expli­quer qu’on n’aurait pas le droit d’être droiti­er dans le domaine privé.

Je pour­rais moi aus­si, si j’avais le goût des listes, désign­er nom­mé­ment à la vin­dicte publique tel rédac­teur en chef de la mati­nale qui vient de Libéra­tion péri­ode très gauchiste, tel respon­s­able de la revue de presse proche du Par­ti Social­iste et qui fit par­tie de sa car­rière sur une chaîne qatarie , tel respon­s­able de la chronique de poli­tique étrangère qui vient de Rue89 et qui s’est van­té sur France Cul­ture d’avoir été payé par Soros pour sur­veiller le Net. Je pour­rais aus­si désign­er tous ces faux humoristes, qui rient tous dans le même coin à gauche ou plutôt qui con­fondent rire et ricane­ment. Je pour­rais encore nom­mer cette illus­tre incon­nue à qui l’on a con­fié pen­dant tout cet été une bonne heure d’antenne pour inviter toutes les racial­istes indi­gentes et les indigénistes indi­gestes qui trainent.

Plus farce encore : Le lende­main où la dame préc­itée morigé­nait ceux qui invi­tent Zem­mour, celle-ci déroulait un tapis rouge vif à Edwy Plenel. Celui même qui exul­ta lorsqu’on assas­si­na des ath­lètes israéliens aux jeux olympiques de Munich. Celui-là qui explique qu’on fait un procès à Ramadan sous le seul pré­texte que Tarik est musul­man. Je n’aime guère les don­neurs de leçons de morale. J’aime encore moins lorsqu’un Dutroux en lib­erté fait la morale aux lib­ertins.

Voir aus­si : Sonia Dev­illers, por­trait

Sonia Dev­illers

PS : Pour ceux qui veu­lent con­sul­ter une analyse plus pré­cise de deux émis­sions, ils peu­vent lire celle sur le Brex­it et une autre sur le con­spir­a­tionnisme.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.