Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Instant M de Sonia Devillers sur France Inter. Épisode Brexit

7 août 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | L’Instant M de Sonia Devillers sur France Inter. Épisode Brexit

L’Instant M de Sonia Devillers sur France Inter. Épisode Brexit

Pre­mière dif­fu­sion le 21/01/2019

L’Instant M est une émission diffusée chaque matin de la semaine sur France Inter et présentée par Sonia Devillers. « 40 minutes d’actu médias » où tout est dans la façon de traiter les sujets. Après le premier épisode sur le conspirationnisme, notre épisode 2, décryptage de l’émission du 18 janvier.

Le 18 jan­vi­er 2019, L’Instant M s’intitule « Brex­it : com­ment les médias bri­tan­niques pren­nent par­ti ». Un titre qui laisse enten­dre la venue d’une émis­sion neu­tre, un panora­ma.

Au commencement était le Sun

Sonia Dev­illers com­mence l’émission en évo­quant le cas du Sun. Il s’agit de s’interroger sur les analy­ses des médias bri­tan­niques, après le rejet du Brex­it par la Cham­bre des Com­munes, et le même rejet de la motion de cen­sure à l’encontre de There­sa May. Choisir le Sun comme point de départ n’est pas anodin : « There­sa May en dodo, oui en dodo, l’oiseau dis­paru, à la Une du Sun. Le tabloïd bri­tan­nique pilonne la pre­mière min­istre au lende­main de son échec cuisant au Par­lement ».

La jour­nal­iste ne fait pas dans la den­telle séman­tique, osant un pilon­ner à l’égard de Madame May qui pour­rait prêter à con­fu­sion. C’est pour la bonne cause : « Le Sun qui avait fait cam­pagne pour le brex­it avec beau­coup d’agressivité, avec ses jeux de mots inou­bli­ables pour le Live (jeu de mots en anglais entre live vivre et leave quit­ter, note de la rédac­tion), verbe qui sig­ni­fie quit­ter en anglais. Pro­brex­it ou europhiles, jour­naux, radios, télés, qui prône quoi ? ».

Puis vient le journaliste expert à l’accent so british

Pas de sur­prise, c’est le jour­nal­iste européiste anglais, devenu Français, sup­posé­ment « jour­nal­iste anglais préféré des Français » (on se demande un peu quel français a été inter­rogé à ce sujet) qui s’y colle. Le Huff­post le présente ain­si : « qui fait des émis­sions de radio et de télévi­sion sur l’Europe depuis 30 ans », sans s’apercevoir de ce que cela sig­ni­fie en creux : tou­jours le même, plus pré­cisé­ment tou­jours le même européiste brux­el­lois, depuis un tiers de siè­cle, partout, de France 3 à France Inter en pas­sant par Fran­ce­in­fo, Arte, Euronew, LCP ‚France Musique, Europe 1, RFI ou TV5 Monde, le tout don­nant de hauts gages d’indépendance sans aucun doute. C’est ain­si que sur TV 5 Monde, Alex Tay­lor, peu après le vote du brex­it, se déclarait « en deuil à cause du brex­it », et même « j’ai honte de mon pays, si c’est mon pays qui a don­né le top départ de cette for­mi­da­ble chose qui s’appelle l’Union Européenne ». Tay­lor était invité en tant que jour­nal­iste, afin de com­menter l’actualité.

Mal­gré ce genre de choix récur­rents, d’aucuns con­tin­u­ent pour­tant à trou­ver illégitime la cri­tique des médias, en tant que sys­tème, et des indi­vidus jour­nal­istes for­matés. Sur Fran­ce­in­fo, en 2017, Tay­lor évo­quait un « brex­i­tan­ic qui pour­suit son chemin vers l’iceberg », regret­tant qu’il n’y ait « pas un Macron qui incar­ne l’espoir en Angleterre ». Un homme du monde ver­sion Brux­elles. Présen­ta­tion de Sonia Dev­illers : « Homme qui a entamé sa démarche de nat­u­ral­i­sa­tion française à l’instant même où le brex­it a été voté ». Comme il ne faut pas se gên­er : « Je con­seille à tous nos audi­teurs de s’abonner à votre compte twit­ter, Alex, car c’est devenu une source très doc­u­men­tée sur le sujet ». On s’attend à une présen­ta­tion du jour­nal­iste. On attend tou­jours, il n’y a pas de con­cep­tion con­tra­dic­toire en face des deux jour­nal­istes dont l’un est cen­sé être l’invité mais où les deux pro­tag­o­nistes sont d’accord entre eux, petit monde de l’entre soi.

Que dit l’émission finalement ?

Retour sur la Une du Sun : « il y a une tra­di­tion de Unes choc ». En Grande-Bre­tagne, dit Tay­lor, il y a plus de titres, ils doivent se bat­tre et donc attir­er des lecteurs. D’où les Unes agres­sives. Sachant que, d’après le jour­nal­iste devenu Français, le Sun vend plus que toute la presse quo­ti­di­enne française réu­nie. Sonia Dev­illers pré­cis que le Sun appar­tient à Rupert Mur­doch, « ce mil­liar­daire aus­tralien, devenu améri­cain, ultra­l­ibéral, répub­li­cain, qui n’a pas atten­du pour être antieu­ropéen ». Pré­ci­sion : Mur­doch pos­sède aus­si le Times, Skynews… Un Times plutôt par­ti­san du main­tien en Europe du Roy­aume-Uni.

La BBC, qui n’appartient pas à Mur­doch, n’est pas en reste : d’après Tay­lor, « ses trois prin­ci­pales vedettes sont pour le brex­it ». Les médias seraient claire­ment acteur du brex­it : « Les jour­nal­istes ne sont pas objec­tifs », sur la BBC, d’après Tay­lor, encore moins que le Skynews de Mur­doch. Et même, tou­jours Tay­lor : « La BBC a joué un rôle opaque dans la cam­pagne du brex­it ». On reste inter­loqué tant la BBC a mil­ité glob­ale­ment pour le main­tien dans l’U.E.

Sonia Dev­illers demande ensuite à son invité de « par­ler de la presse de gauche ». Tay­lor s’exclame : « Quelle presse de gauche ! » en riant, ain­si que le fait son inter­locutrice, sous-enten­dant qu’il n’y a pas de presse de gauche en Angleterre, plus pré­cisé­ment qu’il n’y aurait pas de presse assez à gauche pour être « de gauche », de leur point de vue… de gauche juste­ment. . « Le prob­lème pour le brex­it, c’est que la vaste majorité des titres était pour le brex­it depuis des années » avec des « Unes haineuses ».Oubliés les titres comme The Guardian, The Inde­pen­dant hos­tiles au Brex­it. Oublié le Dai­ly Mir­ror lié au par­ti tra­vail­liste, claire­ment de gauche mais tirail­lé entre ses sym­pa­thies pro E.U. et son élec­toral pop­u­laire. Oublié encore The Econ­o­mist le pre­mier heb­do­madaire du pays, un mag­a­zine libéral lib­er­taire fana­tique­ment par­ti­san du main­tien. Trop d’oublis pour une émis­sion qui pré­tend con­naître les médias.

Donc : un seul invité, pro­fondé­ment antibrex­it au point d’avoir changé de nation­al­ité, un seul point de vue, pro Brux­elles et une ambiance générale d’une pré­ten­tion assour­dis­sante, cri­ti­quant tout ce qui peut sem­bler pop­uliste. L’Instant M, une émis­sion de cri­tique et d’analyse des médias ? On attend tou­jours le plu­ral­isme réclamé par cer­tains gilets jaunes.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).