Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Charlotte d’Ornellas
Mis à jour le

10 juin 2019

Temps de lecture : 6 minutes

Charlotte d’Ornellas

Des chrétiens au petit-écran

Née à Orléans en 1986, Charlotte d’Ornellas est journaliste à Valeurs Actuelles, chroniqueuse et éditorialiste sur CNEWS et TV Libertés.

La jour­nal­iste nait en 1986 à Orléans, dans le Loiret. Issue d’une famille catholique pra­ti­quante, elle incar­ne à l’âge de 16 ans Jeanne d’Arc lors des fêtes johan­niques de la ville en 2002. Son oncle Mon­seigneur d’Ornellas est aujourd’hui archevêque de Rennes.

Con­sid­érée comme l’étoile mon­tante de la jeunesse de droite, son ton direct tranche dans le paysage médi­a­tique con­tem­po­rain, de même que ses posi­tions à con­tre-courant sur l’actualité géopoli­tique, notam­ment au sujet du con­flit syrien. « Jour­nal­iste préférée de la fachos­phère » pour Street­press (Marie-Pierre Bour­geois et Michela Cuccagna, « De Goll­nisch à Ménard : Char­lotte d’Ornellas, la jour­nal­iste préférée de la fachos­phère », Street­press, pub­lié le 15 mars 2017), « jour­nal­iste préférée de l’extrême-droite » pour Les Inrock­upt­ibles (Pas­cal Praud, le pro de la provoc’ », Les Inrock­upt­ibles, pub­lié le 6 mai 2017), Char­lotte d’Ornellas assume sans ciller ces qual­i­fi­cat­ifs, dans la mesure où elle affirme elle-même pra­ti­quer un jour­nal­isme d’opinion.

Très active sur les réseaux soci­aux, elle doit en par­tie sa notoriété au tra­vail de cri­tique de l’actualité qu’elle a longtemps mené sur Face­book. Sa page sert désor­mais plutôt de relais à ses inter­ven­tions sur les média clas­siques.

Elle péren­nise rapi­de­ment cer­taines de ces col­lab­o­ra­tions, notam­ment chez Valeurs Actuelles, et Boule­vard Voltaire. Son franc-par­ler autant que la qual­ité de ses analy­ses font rapi­de­ment son suc­cès en tant que chroniqueuse sur le petit écran puisqu’elle est désor­mais chroniqueuse tant sur CNews que TV Lib­ertés.

Loin de cacher sa foi catholique, elle s’investit au con­traire en faveur des chré­tiens d’Orient via l’association SOS Chré­tiens d’Orient. Elle pub­lie en 2016 Ne nous lais­sez pas dis­paraître : un cri au ser­vice de la paix, un entre­tien avec Gré­goire III Laham, patri­arche de l’Eglise grecque catholique-melkite.

Formation

Elle obtient en 2007 une licence en philoso­phie et en psy­cholo­gie à l’Institut de philoso­phie com­parée de Paris (IPC). Après une année sab­ba­tique passée en Aus­tralie, elle se lance en 2008 dans des études de jour­nal­isme à l’Institut français de jour­nal­isme, d’où elle sort diplômée en 2009.

Parcours professionnel

Son stage de fin d’études de l’Institut français de jour­nal­isme à L’Orient-Le Jour, à Bey­routh, au Liban la sen­si­bilise tôt à la géopoli­tique du Proche-Ori­ent, sur laque­lle elle se spé­cialise rapi­de­ment.

Après un CDD de quelques mois dans le quo­ti­di­en région­al tourangeot La Nou­velle République du Cen­tre-Ouest, elle entre en 2009 en stage chez Valeurs actuelles au ser­vice « Société et Monde ». La ren­con­tre est fructueuse puisqu’elle fait désor­mais par­tie de la rédac­tion de la revue, après plusieurs années à y col­la­bor­er en tant que pigiste.

Son tra­vail en tant que jour­nal­iste indépen­dante témoigne de ses con­vic­tions religieuses et poli­tiques puisqu’elle col­la­bore autant au mag­a­zine Famille chré­ti­enne et au site d’actualité catholique Aleteia qu’à Boule­vard Voltaire, Radio Cour­toisie, TV Lib­erté (dans l’émission « Bistro Lib­ertés » de Mar­tial Bild) ou Présent.

En 2016, elle lance avec Damien Rieu, ancien porte-parole de Généra­tion iden­ti­taire, la revue trimestrielle en ligne France.

En sep­tem­bre 2017, elle rejoint le comité édi­to­r­i­al de L’Incorrect.

Elle com­mence sa car­rière télévi­suelle dès 2010 dans l’émission « Tous les goûts sont dans la cul­ture » sur Direct 8. Depuis avril 2017, elle est édi­to­ri­al­iste dans l’émission de Pas­cal Praud sur CNews, « L’Heure des pros ». Depuis 2018, elle inter­vient égale­ment dans l’émission « Les Infor­més » sur France Info.

En sep­tem­bre 2018, elle se retrou­ve en quelques jours en ligne de mire des cri­tiques à cause de deux bévues. La pre­mière vient d’une séquence du 20 sep­tem­bre 2018 tirée de l’émission « Punch­line » de CNews. La jour­nal­iste est accusée de « fake news » à l’occasion d’un débat sur l’immigration avec Clé­ment Vik­torovitch, chroniqueur de l’émission, qui lui reproche d’annoncer des chiffres erronés. La jour­nal­iste ne fait pas grand cas du « buzz », puisqu’elle elle se con­tente de répon­dre « oui, sur ce débat-là, je recon­nais que j’ai per­du. Mais sur le fond, si les medias par­lent d’immigration pen­dant deux heures tous les jours, c’est bien qu’il y a un prob­lème. Tous les gens de la télé ont eu des loupés, je ne m’attarde pas trop sur la dis­pro­por­tion que pren­nent ces échanges-là sur Twit­ter ».

Quelques jours plus tard, le 25, Char­lotte d’Ornellas attribue dans L’Heure des pros à Manuel Valls une phrase en réal­ité pronon­cée par l’humoriste Can­teloup. De même, la jour­nal­iste répond avec hon­nêteté lorsqu’elle voit soulignée son erreur « j’ai fait la gaffe de ma vie, je suis bien passée pour une conne, je ne vais pas me défendre. Mais ça ne va pas m’arrêter, je vais con­tin­uer mon tra­vail » (Pamela Rougerie, « Qui est Char­lotte d’Ornellas, la vedette de la droite ultra-con­ser­va­trice ? », Le Parisien, pub­lié le 26 sep­tem­bre 2018).
Les deux « buzz » retombent finale­ment aus­si vite qu’ils sont mon­tés et c’est la jour­nal­iste qui se retrou­ve dans le troisième volet de l’affaire en posi­tion de vic­time.

Le 27 sep­tem­bre 2018, elle fait en effet l’objet d’une chronique extrême­ment vir­u­lente de Daniel Morin sur France Inter (« Daniel Morin, faux humoriste, vrai obsédé sur France Inter », OJIM, pub­lié le 18 octo­bre 2018). Un long pas­sage grav­eleux dans lequel le chroniqueur se dépeint dans une scène sex­uelle avec la jour­nal­iste choque large­ment le pub­lic. Les médias prompts à soulign­er les bévues de la jour­nal­iste et à dénon­cer le sex­isme restent pour­tant qua­si­ment tous silen­cieux à la suite de l’épisode, à l’exception de Valeurs Actuelles et de l’OJIM.

Parcours militant

Char­lotte d’Ornellas s’annonce elle-même catholique et de droite. Elle revendique un jour­nal­isme d’opinion et cri­tique la neu­tral­ité annon­cée par la majorité des jour­nal­istes actuels, qu’elle con­sid­ère impos­si­ble dans la mesure où écrire sup­pose de met­tre en jeu sa sub­jec­tiv­ité, quelle que soit la qual­ité des infor­ma­tions exposées.

Lors des pri­maires des Répub­li­cains en 2016, c’est elle qui con­seille Jean-Frédéric Pois­son sur ses rela­tions avec la presse.

Elle est con­sid­érée par le Figaro ou L’Obs comme la porte-parole des valeurs con­ser­va­tri­ces de droite. Dans le sil­lage des media Street­press ou Les Inrock­upt­ibles, Pas­cale Tournier présente dans Le Vieux monde est de retour Char­lotte d’Ornellas comme l’incarnation de l’extrême droite catholique et iden­ti­taire. Les mêmes lui reprochent sa prox­im­ité avec des per­son­nal­ités de droite proches du FN, comme Damien Rieu – ancien porte-parole de Généra­tion Iden­ti­taire avec lequel elle a fondé la revue France, ou encore Bruno Goll­nisch qui déclare volon­tiers « appréci­er la regarder sur TV Lib­erté ».

Plus proche de la ligne de Mar­i­on Maréchal que de celle de Marine Le Pen, elle par­ticipe d’ailleurs en mai 2018 à une con­férence de la jeune députée fron­tiste con­tre l’héritage de mai 68.

Elle s’appuie sur sa con­nais­sance du Proche-Ori­ent pour jus­ti­fi­er sa posi­tion pro-Assad dans le con­flit syrien. Elle se rend d’ailleurs à plusieurs repris­es sur le ter­rain du con­flit, avec l’association SOS Chré­tiens d’Orient d’une part, mais aus­si en jan­vi­er 2017 avec les députés Thier­ry Mar­i­ani, Nico­las Dhuicq et Jean Las­sale. Elle ren­con­tre à cette occa­sion Bachar el-Assad avec les autres jour­nal­istes présents.

Distinctions

Elle reçoit en 2017 le Prix de la com­mu­ni­ca­tion de l’Institut de for­ma­tion poli­tique.

Publications

En 2016, Char­lotte d’Ornellas pub­lie aux édi­tions Artège Ne nous lais­sez pas dis­paraître : un cri au ser­vice de la paix. Il s’agit d’un entre­tien libre mené par la jour­nal­iste avec Gré­goire III Laham, patri­arche de l’Eglise grecque catholique-melkite, au sujet de la sit­u­a­tion actuelle et de l’avenir des Chré­tiens d’Orient.

Collaborations

Elle fig­ure au con­seil d’administration de SOS Chré­tiens d’Orient. L’association tra­vaille directe­ment sur le ter­rain en Syrie, en Irak, au Liban, en Jor­danie, en Egypte et au Pak­istan pour aider les Chré­tiens d’Orient à tra­vers la dis­tri­b­u­tion de matériel médi­cal, human­i­taire, de médica­ments, de paniers ali­men­taires, mais aus­si pour par­ticiper aux recon­struc­tions néces­saires sur place.

En 2016, elle lance avec Damien Rieu, ancien porte-parole de Généra­tion iden­ti­taire qu’elle a ren­con­tré lors d’un voy­age human­i­taire en Syrie avec SOS Chré­tiens d’Orient, le « mag­a­zine patri­ote » trimestriel en ligne France. (« France, le nou­veau « mag­a­zine patri­ote » gra­tu­it, OJIM, pblié le 20 mars 2016). C’est Mar­i­on Maréchal qui fig­ure en cou­ver­ture du pre­mier numéro, qui aurait été téléchargé par plus de 60 000 per­son­nes. Philippe de Vil­liers fait la une du sec­ond, et Nico­las Dupont-Aig­nan du troisième. La revue s’arrête pour­tant rapi­de­ment après.

Ce qu’elle gagne

Non ren­seigné.

Elle l’a dit

Dans Entre­pren­dre N°302 Juillet/Août 2016 : « je n’ai jamais cru une demie sec­onde que le jour­nal­isme pou­vait être neu­tre. On a tous une his­toire, une édu­ca­tion, des pas­sions, des car­ac­tères qu’on préfère à d’autres. Pour ma part, j’ai décidé d’assumer le fait de ne pas être neu­tre. »

« Por­trait. Char­lotte d’Ornellas : la jour­nal­iste préférée de la jeunesse de droite », Breizh-info, pub­lié le 7 novem­bre 2017 : « On gag­n­erait à pouss­er les jour­nal­istes à être hon­nêtes plutôt qu’à leur faire revendi­quer une « objec­tiv­ité » qui est une utopie.

Par déf­i­ni­tion, les jour­nal­istes sont des sujets et non des objets, et leur regard est donc sub­jec­tif. Ce qui n’est pas un mal en soi évidem­ment. Mais cela devrait nous impos­er le respect – surtout dans le ser­vice pub­lic – d’un plu­ral­isme des regards et donc des dis­cours sur la réal­ité. Je n’ai jamais cher­ché à être un robot et donc à devenir objec­tive, c’est peine per­due. »

On a dit à son sujet

Geof­froy Leje­une, directeur de la rédac­tion de Valeurs Actuelles, (Pamela Rougerie, « Qui est Char­lotte d’Ornellas, la vedette de la droite ultra-con­ser­va­trice ? », Le Parisien, pub­lié le 26 sep­tem­bre 2018) décrit la jour­nal­iste comme « bril­lan­tis­sime. […] Quand elle bosse, elle bosse beau­coup. Elle creuse ses sujets à mort, elle puise dans la philoso­phie, elle a une opin­ion très argu­men­tée et elle for­mule ça avec des mots sim­ples, elle est très péd­a­gogue ».

Selon les mots de Marie-Pierre Bour­geois et Michela Cuccagna dans un arti­cle pub­lié le 15 mars 2017 dans Street­press, elle est « la jour­nal­iste préférée de la fachos­phère ».

D’après le même arti­cle, Bruno Goll­nisch aurait expliqué que « ses posi­tions socié­tales rejoignent les miennes ou vice-ver­sa, j’apprécie la regarder sur TV Lib­ertés ».

D’après Erwan Duchateau, « Pas­cal Praud, le pro de la provoc’ », Les Inrock­upt­ibles, pub­lié le 06 mai 2017, Char­lotte d’Ornellas est la « jour­nal­iste préférée de l’extrême-droite ».

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision