Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Instant M sur France Inter. Épisode 1 : le conspirationnisme

7 août 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | L’Instant M sur France Inter. Épisode 1 : le conspirationnisme

L’Instant M sur France Inter. Épisode 1 : le conspirationnisme

Pre­mière dif­fu­sion le 08/01/2019

L’Instant M est une émission diffusée chaque matin de la semaine sur France Inter et présentée par Sonia Devillers. « 40 minutes d’actu médias » où tout est dans la façon de traiter les sujets. Décryptage d’une émission, première partie.

Le 12 décem­bre 2018, L’Instant M s’intitule « Fusil­lade de Stras­bourg : accéléra­tion des théories con­spir­a­tionnistes ». Un titre intéres­sant en lui-même pour trois raisons :

  • il n’indique pas le car­ac­tère ter­ror­iste de la « fusil­lade »
  • il n’en car­ac­térise pas le car­ac­tère islamiste musul­man.
  • il détourne la réal­ité de l’attentat le trans­for­mant en un autre fait : une pré­ten­due actu­al­ité liée au «con­spir­a­tionnisme ».

Avant l’écoute ?

La page inter­net de l’émission pro­pose un lien vers un dossier de France Inter con­sacré à « Coup mon­té, manip­u­la­tion : des gilets jaunes versent dans les théories du com­plot après Stras­bourg ». La bobosphère, dont L’Instant M est réputé pour être très représen­tatif, a deux soucis récur­rents qui réap­pa­rais­sent immé­di­ate­ment :

  • éviter d’être soupçon­né d’islamophobie et donc « d’amalgames » entre islam et islamisme si jamais était évo­qué le car­ac­tère musul­man du ter­ror­iste de Stras­bourg.
  • ne pas voir le car­ac­tère pro­fondé­ment pop­u­laire du mou­ve­ment des gilets jaunes, et con­fon­dre le peu­ple avec la car­i­ca­ture en usage dans la bobosphère (raciste, blanc, xéno­phobe, électeur du RN etc).

La présentation de l’émission sur le site

« Ce fut qua­si instan­ta­né hier soir. À peine un atten­tat venait-il d’être com­mis à Stras­bourg que se sont mul­ti­pliés sur les réseaux des mes­sages et vidéos : « voilà qui arrange trop bien Macron », « voilà qui va met­tre fin aux gilets jaunes », « voilà qui va empêch­er tout le monde de sor­tir dans la rue », « c’est pas un vrai atten­tat », « c’est un truc fab­riqué par l’État »
Sachez que ce type de raison­nement qui ne nie pas les faits mais les inter­prè­tent à l’aune d’un com­plot ou d’une con­spir­a­tion sont devenus le pas­sage obligé en péri­ode d’attentat. Sont-ils apparus encore plus rapi­de­ment qu’auparavant ? De manière plus mas­sive ? Les groupes de dis­cus­sion des Gilets Jaunes se sont-ils mon­trés plus poreux que d’autres à ces délires para­noïaques ? »

Nous avons lais­sé, et souligné, la faute de con­ju­gai­son du verbe inter­préter, par respect de la qual­ité du tra­vail de la radio d’État (laque­lle manque sans doute de moyens).

Et à l’écoute ?

Une sur­prise d’emblée : en quoi les post indi­vidu­els sur les réseaux soci­aux ont-ils à voir avec « l’actu média ». Ces post ne sont pas le fait de jour­nal­istes et ne sont pas dif­fusés sur des médias mais sur les réseaux soci­aux. L’Instant M ne voit pas, où mime le fait de ne pas voir la dif­férence entre un réseau social et un média ?

Les invités :
Guil­laume Daudin, respon­s­able d’AFP factuel, site de l’AFP qui traque les fak­e­news. Ce qui venant de l’AFP ne manque pas de sel. D’autant plus que Guil­laume Daudin s’est sou­vent illus­tré de par sa pra­tique mil­i­tante du jour­nal­isme, comme notre lien le mon­tre… Sonia Dev­illers insiste très forte­ment sur « l’importance de la véri­fi­ca­tion de l’information », de « la traque des fauss­es rumeurs » et de « la gra­tu­ité de ce ser­vice » de l’AFP.
— Tris­tan Mendès France, maître de con­férences asso­cié à Paris Diderot, à la Sor­bonne et enseignant au CELSA. C’est le petit-fils de Mendès France, il a été assis­tant par­lemen­taire d’un séna­teur social­iste. Ouverte­ment mil­i­tant pro-avorte­ment depuis 1998, il est mem­bre de la revue Pro­choix, fondée par Car­o­line Fourest. Les futurs com­mu­ni­cants issus des uni­ver­sités et écoles supérieures français­es pensent dans les bons rails.

Passe moi la rhubarbe, je te passe le séné

Dans L’Instant M, on est ain­si tran­quille­ment entre soi, entre bobos déten­teurs de la vraie vérité. On est entre potes. Cette même semaine l’hebdo Le 1 présente « Le fact-check­ing, nou­velle pri­or­ité de l’AFP ». Petites pub­lic­ités entre amis. Une fine équipe qui ne manque pas de casseroles et à laque­lle il sem­ble que les audi­teurs doivent faire con­fi­ance con­cer­nant le sérieux de l’information, tout comme les étu­di­ants… La preuve ? À peine les deux invités présen­tés, Sonia Dev­illers lance un appel : « Une pré­ci­sion, on a beau­coup de mes­sages con­spir­a­tionnistes qui se ter­mi­nent par « si vous ne nous croyez pas, ren­seignez-vous sur inter­net ». Elle ajoute « surtout pas, sachez qu’il y a une cel­lule d’investigation de la pré­fec­ture » de Stras­bourg, puis elle donne le numéro de télé­phone.

  • L’émission décrypte les infor­ma­tions don­nées le soir de l’attentat, notam­ment sur les chaînes de télévi­sion en con­tinu, et sur la manière dont les réseaux soci­aux réper­cu­tent ce qui est vu à la télévi­sion. Il s’agit de chas­s­er toute forme de fausse rumeur pour « endiguer », indique Sonia Dev­illers.
  • Est dif­fusé un extrait de live Face­book de « fly rid­er, alias Maxime Nicolle » où l’un des porte-paroles des gilets jaunes tiendrait des pro­pos com­plo­tistes. Autre thème : « Macron n’a pas con­va­in­cu les mer­dias ». On est embêté sur le plateau car Fly Rid­er est suivi par 140 000 per­son­nes et a été sou­vent invité sur les plateaux de télévi­sion.
  • Tris­tan Mendès France explique que dans la plu­part des groupes de gilets jaunes, la tonal­ité serait mas­sive­ment com­plo­tiste.

Un complot russe ?

Retour de Sonia Dev­illers sur les atten­tats de 2015, avec l’exemple du Réseau Voltaire plus un extrait de France 2 où des ado­les­cents par­lent d’un com­plot. Idée : tous les atten­tats déclenchent des théories com­plo­tistes et « l’écosystème des gilets jaunes est entré en fusion avec ces délires con­spir­a­tionnistes ». Est « venue s’agréger la fachos­phère ». L’heure est grave décidé­ment, d’autant que, dix­it Sonia Dev­illers, « je le rap­pelle, Guil­laume Daudin, longtemps vous avez été en charge de l’extrême-droite pour l’AFP ». CQFD : gilets jaunes, c’est l’extrême-droite, tout comme le com­plo­tisme… C’est d’autant plus embê­tant que les vrais com­plots « ça existe, cette semaine une enquête du New York Times mon­trait qu’on pou­vait soupçon­ner les russ­es de jouer sur les comptes Twit­ter des gilets jaunes pour met­tre de l’huile sur le feu en France ». Le com­plot, ce sont les Russ­es : « Allez expli­quer à quelqu’un sur un rond-point qu’il est sans doute manip­ulé par les Russ­es mais que les atten­tats ne sont en aucun cas fomen­tés par les ser­vices de ren­seigne­ments français, vous vous ren­dez compte ? ». Et de rap­pel­er : « enquête de l’IFOP en jan­vi­er 2018, 75 % des Français croient au moins en une thèse con­spir­a­tionniste ». Une enquête dont les critères ont pour­tant été très sérieuse­ment con­testés, par exem­ple par Mar­i­anne.

Résumons : une émis­sion qui pré­tend met­tre en avant des con­tre argu­ments pour lut­ter con­tre des infor­ma­tions dou­teuses et qui prend comme con­tre argu­ment un sondage bidon… et sou­tient la thèse fan­tas­ma­tique d’un « com­plot russe » dans une émis­sion « anti-com­plo­tiste ». Décidé­ment, L’Instant M mérite d’être suivi, l’OJIM va s’y attach­er dans les semaines qui vien­nent.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).