TESTINGABCAccueil

Faire un don à l'Ojim

Censure de Facebook et piratage du site, nous avons besoin de votre soutien

L’Ojim a mis en ligne le 6 juil­let une let­tre de lecteur qui cri­ti­quait le jour­nal­iste Alain Duhamel. Le 22 juil­let, Face­book sup­pri­mait sans aver­tisse­ment tous les liens vers l’article ; 7 jours plus tard, nous subis­sions une attaque qui nous paraly­sait pen­dant 17 heures.

Aidez-nous à com­bat­tre la cen­sure chaque jour gran­dis­sante. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66%. Pour nous soutenir c’est ici.

Les plus lus

  • Médias Alexan­dre Comte, jour­nal­iste aux Inrocks, retire le réc­it de son agres­sion pour ne pas stig­ma­tis­er les minorités

    Sou­vent, l’AngSoc (la novlangue de 1984 d’Orwell) est à nos portes et même des fers de lance de la pen­sée bobo, main­stre…

  • Médias Avec Ben­jamin Duhamel, la caste du clergé cathodique se repro­duit en vase clos

    Ben­jamin n’a que 24 ans, mais il est déjà chroniqueur sur LCI. Une réus­site d’un sys­tème qui con­tin­ue à met­tre en œuvre…

  • Médias Burki­ni à Greno­ble : les activistes islamistes ont reçu le sou­tien financier de George Soros

    Le 23 juin 2019, sept activistes musul­manes en burki­ni ont for­cé l’entrée d’une piscine munic­i­pale à Greno­ble – et la ma…

  • Por­traits Emmanuel Lechypre

    PORTRAIT — Emmanuel Lechypre est un jour­nal­iste et écon­o­miste français né en avril 1966 dans le 12ème arrondisse­ment de…

  • Médias New Fake Times : la manip­u­la­tion par l’exemple

    La désil­lu­sion d’une jeune jour­nal­iste koso­vare dans les couliss­es du « meilleur jour­nal du monde » (selon Chap­pat­te)… O…

  • Por­traits Rachid M’Barki

    PORTRAIT — Rachid M’Bar­ki, né en févri­er 1969 à Toulouse, d’origine maghrébine, est un jour­nal­iste français de télévi­sio…

  • Médias Tri­bune libre : Alain Duhamel, ses diplômes au rabais, sa légion d’honneur à pleur­er de rire

    A la suite de notre arti­cle sur les réac­tions des médias sur l’invitation de Mar­i­on Maréchal, envoyée puis retirée par l…

  • Por­traits Alain Duhamel

    PORTRAIT — Alain Duhamel incar­ne pour beau­coup le pro­fil type du jour­nal­isme de révérence. Pour d’autres, l’éditorialist…

  • Médias New York Times, fini de rire !

    Nous vous par­lions hier 12 juin 2019 des jus­ti­fi­ca­tions de la cen­sure sous cou­vert de pro­tec­tion des bonnes mœurs et de…

  • Médias Folie LGBT+ à Radio France

    La lec­ture inter­mit­tente du bul­letin d’information de Radio France est par­fois savoureuse. Et per­met de voir à quel poin…

Reprise à rebondissements pour les titres du GHM

La reprise du « pôle sud » du Groupe Hersant Media (La Provence, Nice-Matin, Var-Matin et Corse-Matin) est, décidément, bien difficile à suivre.

Ven­dre­di 7 décem­bre 2012, le Comité inter­min­istériel de restruc­tura­tion indus­trielle (CIRI), un organ­isme de sou­tien et d’intervention gou­verne­men­tal au béné­fice des entre­pris­es en dif­fi­culté, se réu­nis­sait pour étudi­er la seule offre glob­ale de reprise des titres, celle de Bernard Tapie.

Mais, coup de théâtre de dernière minute : le groupe belge Rossel (RTL, Le Soir, Nord-Eclair, La Voix du Nord, Le Cour­ri­er picard…) dépose alors une autre offre de reprise glob­ale des titres.

Le directeur général de GHM résume ain­si la sit­u­a­tion dans un entre­tien au Figaro : « nous dis­po­sions d’une offre glob­ale, ferme et défini­tive de 50,5 mil­lions d’eu­ros et financée par la famille Her­sant et Bernard Tapie. La sig­na­ture du pro­to­cole était prévue pour 15 heures mais, à 15 h 45, le con­cil­i­a­teur a reçu une offre du groupe Rossel avec un finance­ment de BNP Paribas ».

Pour Le Figaro, il ne fait pas de doute que « le gou­verne­ment a tout fait en coulisse pour pouss­er le groupe belge à se man­i­fester, bar­rant ain­si la route à une arrivée de Bernard Tapie dans le paysage de la presse régionale française ».

La réac­tion de l’homme d’af­faire ne tarde pas. Bernard Tapie annonce en effet dans la foulée qu’il renonce à son offre, con­tre l’avis du GHM qui « demande au con­cil­i­a­teur Christophe Thévenot de sol­liciter Bernard Tapie pour qu’il revi­enne sur son retrait »…

Bernard Tapie main­tient cepen­dant son retrait qu’il qual­i­fie de défini­tif, ton­nant au pas­sage con­tre l’in­ter­ven­tion du gou­verne­ment : « quand Bercy fait le monde entier pour essay­er de trou­ver, coûte que coûte, un repre­neur, parce que celui qui est là ne lui plaît pas, alors on n’est plus dans le pays dans lequel je croy­ais encore me trou­ver. On est plus en Corée du Nord qu’en France, surtout quand il s’agit d’une entre­prise de presse ».

Dernier rebondisse­ment : le 10 décem­bre, le tri­bunal de com­merce de Paris annonce qu’il pro­longe le délai de dépôt des offres jusqu’au 24 décem­bre prochain. Sans une offre ferme, prévient Frank Gen­tin, son prési­dent, cité par l’heb­do­madaire Chal­lenges, le tri­bunal « se trou­vera dans l’oblig­a­tion de pronon­cer la liq­ui­da­tion ».

Un dossier à suiv­re…

Source : Le Figaro / Chal­lenges. Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo France 2

GB : création d’un organisme indépendant de régulation

Le scandale News of the World, la mise en place de la commission Leveson (juillet 2011) et la publication du rapport du même nom (29 novembre 2012) n’en finissent pas de produire leurs effets.

Mar­di 4 décem­bre, les rédac­teurs en chef des prin­ci­paux jour­naux bri­tan­niques sont con­vo­qués à Down­ing Street par le Pre­mier min­istre, qui leur met la pres­sion : comme le pré­conise le rap­port Leve­son, un nou­v­el organ­isme de régu­la­tion de la presse doit être crée, plus indépen­dant que celui qui existe actuelle­ment. Le statu quo souhaité par les médias n’est « pas une option », insiste David Cameron. A la dif­férence de ses parte­naires de coali­tion libéraux-démoc­rates, du juge Leve­son, et de l’opposition tra­vail­liste, le Pre­mier min­istre n’est pas favor­able à la loi pour encadr­er cet organ­isme, mais men­ace pour­tant de pass­er par elle si la presse n’arrive pas à trou­ver une solu­tion « en interne ».

Mer­cre­di 5 décem­bre : les rédac­teurs en chef de tous les jour­naux tombent d’accord sur 40 propo­si­tions du rap­port Leve­son (sur 47). Points les plus nota­bles : le nou­v­el organ­isme ne sera pas com­posé de rédac­teurs en chef comme l’est l’actuelle et dis­créditée Press Com­plaints Com­mis­sion ; il pour­ra men­er ses pro­pres enquêtes et impos­er aux indéli­cats des amendes pou­vant aller jusqu’à un mil­lion de livres.

Cet accord, auquel les jour­naux étaient d’une cer­taine manière con­traints et for­cés, est cepen­dant loin de sat­is­faire tout le monde. Une péti­tion appelant à une loi de régle­men­ta­tion de la presse à réu­ni plus de 143 000 sig­na­tures, dont celle de l’écrivain Salman Rushdie, à qui l’on recon­naît générale­ment une cer­taine légitim­ité en matière de lib­erté d’expression et de pro­tec­tion de la vie privée.

Lun­di 10 décem­bre au matin : le Par­ti tra­vail­liste pub­lie ses propo­si­tions. La prin­ci­pale d’entre elle stip­ule que le nou­v­el organ­isme, qui s’appellerait « Press Stan­dards Trust », soit cer­ti­fié tous les trois ans par une com­mis­sion de con­trôle com­posée de trois juges, dont Leve­son lui-même. À suiv­re…

Crédit pho­to : cac­tus­bones via Flickr (cc)

Berlusconi : la presse française unanime

Après l’annonce de la démission imminente de Mario Monti et de la candidature prochaine de Silvio Berlusconi au poste de chef de gouvernement en Italie, la presse française, dans sa quasi-unanimité, s’inquiète du retour possible du Cavaliere aux affaires.

« Au sec­ours, il revient ! », écrit par exem­ple Denis Dau­min dans La Nou­velle République du Cen­tre-Ouest du lun­di 10 décem­bre 2012, exp­ri­mant ain­si l’avis général.

Dans Les Échos, Nico­las Bar­ré bran­dit le spec­tre d’une crise poli­tique « qui bris­erait l’élan des réformes engagées par Mario Mon­ti », un risque que l’Italie devrait « ironique­ment à celui que les marchés financiers ont chas­sé du pou­voir en novem­bre 2011 ».

Hormis le fait que plus per­son­ne ne sem­ble trou­ver prob­lé­ma­tique le fait que les marchés financiers puis­sent aujourd’hui chas­s­er du pou­voir un dirigeant démoc­ra­tique­ment élu, la presse oublie de s’interroger sur l’essentiel : le fos­sé gran­dis­sant entre les exi­gences démoc­ra­tiques d’un côté, et celles du marché, de l’autre, exi­gences qui ont de plus en plus de mal à coex­is­ter.

Le retour de Berlus­coni men­ac­erait de « pénalis­er » l’Italie, écrit Christophe Lucet dans Sud-Ouest. Il men­ac­erait égale­ment « d’allonger la liste des grands sin­istrés après le Grèce, l’Espagne et le Por­tu­gal », estime Ivan Dra­peau dans La Char­ente libre. Certes. Mais que faire si les Ital­iens votent à nou­veau pour lui ?

À se deman­der si les jour­nal­istes ne pré­par­ent pas les esprits à légitimer par avance un nou­veau coup de force anti-démoc­ra­tique.

Source : Le Monde. Crédit pho­to : cap­ture d’écran LeMonde.fr

Nouvelle République et désinformation

Un des signes de non-respect de la déontologie journalistique – les faits d’abord les faits – est l’emploi de mots creux, d’euphémismes. Les violences faites aux personnes et aux biens deviennent des incivilités, les voyous deviennent des jeunes.

Un de nos obser­va­teurs de ter­rain nous sig­nale un fla­grant délit. Les voitures brûlées devi­en­nent telle­ment quo­ti­di­ennes que la pré­fec­ture de Paris a préféré ne plus pub­li­er de sta­tis­tiques sur ce sujet (cass­er le ther­momètre fait baiss­er la fièvre, c’est bien con­nu). Et en province ? Dans son édi­tion du lun­di 13 novem­bre 2012 (Tours et aggloméra­tion) La Nou­velle République par­le de « feux de voitures ». Notre obser­va­teur com­mente : « Ces voitures s’enflamment sans doute toutes seules. »

Source : Obser­va­teur de l’Ojim à Tours

Défense de la photographie de presse

Une profession est en train de mourir, celle de photographe de presse. L’usage des plates-formes numériques dites microstocks tue le métier.

En l’e­space de dix ans les revenus totaux des pho­tographes de presse ont été divisés par sept. Le col­loque organ­isé au Sénat par PAJ (Pho­tographes, Auteurs, Jour­nal­istes) en novem­bre a pro­posé des solu­tions. Vous trou­verez en lien les actes présen­tés par Mario Fourmy (PDF), Prési­dent de PAJ.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran paj-photographe-auteur-journaliste.org

Libération sort son journal numérique sur Facebook

Le journal Libération, après le succès de son édition numérique en PDF, vient de se positionner sur Facebook en lançant la première application de ce type.

Les util­isa­teurs du réseau social pour­ront ain­si télécharg­er ou feuil­leter leur jour­nal, partager des arti­cles avec leurs amis, et voir les lec­tures récentes de ces derniers. Libéra­tion a annon­cé, pour l’occasion, que la con­sul­ta­tion du jour­nal serait offerte du 2 au 13 décem­bre.

Crédit pho­to : Cap­ture d’écran via Face­book

Yves Bigot nommé à la tête de TV5 Monde

Ce mercredi 5 décembre 2012, Yves Bigot a été nommé à la tête de TV5 Monde, la chaîne francophone internationale.

Il rem­place ain­si Marie-Chris­tine Saragosse, par­tie présider l’Audiovisuel Extérieur de la France (AEF), qui détient 49% de TV5 Monde. « C’est pour moi un défi, un chal­lenge intel­lectuel et cul­turel, tout comme pour les dif­férents pays et com­mu­nautés con­cernés, car la fran­coph­o­nie est un enjeu stratégique, poli­tique et cul­turel. La télévi­sion est un vecteur mod­erne et puis­sant pour véhiculer les valeurs de la fran­coph­o­nie, elle doit être aus­si un vecteur d’in­for­ma­tion et de cul­ture, ce qui induit évidem­ment l’é­d­u­ca­tion », a déclaré Yves Big­ot au Monde.

Crédit pho­to : Cap­ture d’écran Europe 1 via Dai­ly­mo­tion

[MàJ] Le site d’information Owni va disparaître

Mis à jour le 8/12/2012 à 18h30 — Conçu à l’origine comme un média de distribution libre visant à lutter contre la loi Hadopi, le site OWNI (Objet Web Non identifié) est devenu le leader du data journalism (journalisme de données) à la française, ce nouveau journalisme qui vise à mettre à la disposition du public des données qu’il n’est pas censé connaître.

Le site accueille des arti­cles quo­ti­di­ens provenant de blogs externes ou directe­ment pub­liés sur le site. Le directeur de la pub­li­ca­tion en est Guil­laume Dasquié, un jour­nal­iste qui s’est spé­cial­isé dans les ques­tions liées à la défense nationale, aux ser­vices secrets et au secret d’Etat. OWNI fait la part belle aux sites « antifas­cistes » comme fafwatch, aux­quels il s’efforce de don­ner une vis­i­bil­ité.

Mais le site va bien­tôt dis­paraître, du moins dans sa forme actuelle. Le fonds d’investissement Avent­port, son action­naire, pré­pare en effet un plan social d’importance. Sur 17 salariés, dont 11 jour­nal­istes, seuls 5 seront con­servés, dont un seul jour­nal­iste, a indiqué une source proche du dossier qui con­firme ain­si l’information de Rue89. Il est égale­ment prévu une fusion avec le mag­a­zine Usbek & Rica, un trimestriel papi­er. Avent­port souhaite égale­ment trans­former OWNI, qui avait reçu en 2010 et 2011 à Boston le prix du meilleur site d’information en ligne de langue non-anglaise, en prestataire d’applications pour les entre­pris­es et les médias.

Des négo­ci­a­tions sont en cours pour que huit salariés, dont trois jour­nal­istes, soient gardés.

Crédit pho­to : Cap­ture d’écran via Owni.fr

Le groupe Impact médecine en liquidation judiciaire

Alors qu’il avait déposé son bilan en mai dernier pour un endettement d’environ 10 millions d’euros, le groupe Impact médecine a été placé jeudi 6 décembre en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Paris, annonce PresseNews.

Le groupe, qui édi­tait 12 titres dont les heb­do­madaires Impact médecin et Impact phar­ma­cien, va donc voir ses 48 salariés et 24 pigistes licen­ciés dans les prochains jours. Une offre du fonds d’investissement Bio­me­ca, pro­posant de con­serv­er 10 salariés et une dizaine de mil­liers d’euros d’actifs, avait précédem­ment été rejetée par le juge com­mis­saire.

Une affaire révéla­trice de la crise que vit actuelle­ment la presse médi­cale, notam­ment suite au scan­dale du Médi­a­tor qui avait beau­coup impacté les com­man­des pub­lic­i­taires des lab­o­ra­toires. Le groupe Impact médecine est le sec­ond acteur du secteur der­rière Pro­fes­sion San­té qui annonce, de son côté, devoir se sépar­er de 20 salariés sur les 90 que compte son effec­tif.

Crédit pho­to : Impact médecine

Michel Naudy, mort d’un journaliste embarrassant

Âgé de 60 ans Michel Naudy a été retrouvé mort à son domicile. Il s’est sans doute suicidé. Michel Naudy apparaît de manière remarquable dans le documentaire « Les Nouveaux chiens de garde », où il défend avec talent ses convictions communistes.

Créa­teur de l’excellente (donc sup­primée rapi­de­ment) émis­sion « Droit de regard » en 1995 sur la cri­tique télévi­suelle, il avait ensuite été mis au plac­ard, selon les tra­di­tions de France Télévi­sions. Le groupe n’a d’ailleurs à ce jour pas eu un mot pour lui à l’antenne.

Plac­ardisé, il était heureuse­ment demeuré salarié du groupe. Mais osons la ques­tion qui fâche : si Michel Naudy, au lieu d’appartenir à l’extrême gauche com­mu­niste, avait appartenu à l’extrême droite pop­uliste, aurait-il seule­ment con­servé son salaire ?

In memo­ri­am.

Source : Lau­re Daussy le 06/12/2012. Crédit pho­to : cap­ture d’écran vidéo INA.fr

Tablette contre abonnement : une formule qui marche

Le 26 novembre dernier, le groupe de presse belge Rossel lançait une offre d’un nouveau genre : une tablette numérique offerte pour la souscription à un abonnement de deux ans à son journal Le Soir (ou aux journaux régionaux comme La Meuse ou Capitale).

Selon le pre­mier bilan tiré par le groupe, l’offre a très bien fonc­tion­né. Plus d’un mil­li­er d’abonnements en une semaine ! « Nous avons prof­ité de la prox­im­ité des fêtes de fin d’an­née, mais c’est une opéra­tion qui va dur­er un an », a indiqué Fred Hurk­mans, directeur mar­ket­ing. En gros, Rossel pro­pose d’offrir une tablette Sam­sung pour un abon­nement de deux ans à son jour­nal, édi­tion numérique mais avec pos­si­bil­ité de recevoir le jour­nal papi­er du week-end. L’offre varie de 23 à 41 euros par mois selon la tablette, ce qui fait dire à M. Hurk­mans que « la tablette est qua­si­ment gra­tu­ite ».

Bien-sûr, il s’agit surtout pour le directeur de prévoir l’avenir numérique de la presse. « Pour nous, c’est un posi­tion­nement stratégique sur le long terme. Rossel a beau­coup investi dans le numérique. Nous voulons pro­pos­er une autre expéri­ence de lec­ture, dans un pays où beau­coup de gens sont encore attachés à la lec­ture papi­er », a‑t-il déclaré.

Out­re-manche, The Times pro­pose égale­ment une tablette Android Nexus 7 pour 61 euros à con­di­tion d’un abon­nement de 18 mois au jour­nal au prix de 21 euros par mois. En France, seul le quo­ti­di­en économique Les Échos sem­ble en passe de lancer une telle offre prochaine­ment.

Crédit pho­to : Stratageme.com via Flickr (cc)

Page 353 sur 371

Qui a dit…

« Non, à tout pren­dre, je préfère que les Frères musul­mans soient coop­tés par les mil­i­taires égyp­tiens qui gar­dent l’essentiel du pou­voir plutôt que de les voir gag­n­er des élec­tions libres, insti­tu­ant un Tariq Ramadan comme min­istre de la Cul­ture. Je sou­tiens donc le main­tien des dic­tatures les plus éclairées pos­si­bles – voire pas éclairées du tout – en Egypte et en Ara­bie saou­dite plutôt que l’application, dans ces régions du monde, des principes démoc­ra­tiques qui, dans l’immédiat, ne seraient que por­teurs de désor­dres et de vio­lences. »

Pour le découvrir, cliquez ici