Faire un don à l'Ojim

Censure de Facebook et piratage du site, nous avons besoin de votre soutien

L’Ojim a mis en ligne le 6 juil­let une let­tre de lecteur qui cri­ti­quait le jour­nal­iste Alain Duhamel. Le 22 juil­let, Face­book sup­pri­mait sans aver­tisse­ment tous les liens vers l’article ; 7 jours plus tard, nous subis­sions une attaque qui nous paraly­sait pen­dant 17 heures.

Aidez-nous à com­bat­tre la cen­sure chaque jour gran­dis­sante. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66%. Pour nous soutenir c’est ici.

Les plus lus

  • Por­traits Marie Druck­er

    PORTRAIT — Marie Druck­er, née à Paris en décem­bre 1974, est la fille du dirigeant de télévi­sion Jean Druck­er, nom­mé PDG…

  • Por­traits Apolline de Mal­herbe

    PORTRAIT — Née à Paris en 1980, Apolline de Mal­herbe est une jour­nal­iste française de télévi­sion qui offi­cie sur BFMTV c…

  • Por­traits Éric Zem­mour

    PORTRAIT — Il est devenu telle­ment célèbre pour ses joutes télévi­suelles et son tal­ent de polémiste qu’on a ten­dance à l…

  • Médias Le déla­teur et le jour­nal­iste, par Michel Onfray

    Nous repro­duisons inté­grale­ment une chronique de Michel Onfray parue sur son blog, la semaine du 13 octo­bre 2019, après…

  • Médias BFMTV, la pro­pa­gande migra­toire tou­jours à l’heure

    Avec une chaîne de télévi­sion en con­tinu, il est dif­fi­cile de tout voir. Le spec­ta­teur rate for­cé­ment cer­tains moments d…

  • Médias Atten­tats islamistes : quand France Cul­ture fait la cri­tique des médias

    Le 12 octo­bre, France Cul­ture a con­sacré son émis­sion « La fab­rique médi­a­tique » à la façon dont les médias par­lent de l…

  • Por­traits Yves Thréard

    PORTRAIT — Yves Thréard est un jour­nal­iste poli­tique qui a mis sa plume au ser­vice du Figaro. Il est con­sid­éré par la ga…

  • Por­traits Rachid M’Barki

    PORTRAIT — Rachid M’Bar­ki, né en févri­er 1969 à Toulouse, d’origine maghrébine, est un jour­nal­iste français de télévi­sio…

  • Médias Mar­i­on Maréchal en cible, analyse séman­tique

    La Con­ven­tion de la droite organ­isée à Paris le same­di 28 sep­tem­bre 2019 à l’initiative du mag­a­zine L’Incorrect n’a pas…

  • Por­traits Denis Olivennes

    PORTRAIT — Denis Olivennes est né le 18 octo­bre 1960 à Paris. Il est le fils d’Armand Olivennes, poète et psy­chi­a­tre, et…

Le Vendée Globe passe avant le mariage pour tous

Alors que BFM TV avait accordé une grande couverture à la Manif’ pour tous du dimanche 13 janvier en opposition au mariage homosexuel, il n’en a pas été de même concernant celle organisée par les défenseurs du projet de loi socialiste ce dimanche, ce qui a suscité de vives réactions.

Devant les cri­tiques liées à la « cou­ver­ture abu­sive » de la Manif’ pour tous, BFM TV avait promis de réalis­er le « même tra­vail » pour la man­i­fes­ta­tion pro-mariage gay du 27 jan­vi­er. Pour­tant, arrivée du Vendée Globe oblige, la chaîne d’information en con­tinu a priv­ilégié ce dimanche la retrans­mis­sion inté­grale du direct de l’événement sportif. L’antenne a ensuite bas­culé vers la man­i­fes­ta­tion, mais après 17h. Indig­na­tions dans les rangs des défenseurs du pro­jet de loi. Twit­ter s’agite, et un député PS, Sébastien Pietrasan­ta, a même déclaré sur le site de microblog­ging vouloir saisir le CSA dans le but de deman­der des expli­ca­tions !

Hervé Béroud, directeur de la rédac­tion de BFMTV, a tenu à s’expliquer dans un entre­tien accordé à Pure Médias. « On s’est retrou­vé con­fron­té à la pire des sit­u­a­tions. (…) Face à ça, il a donc fal­lu faire un choix, avec regret. Il m’a sem­blé que l’ar­rivée, en direct, de la plus grande course de voile du monde, avec un record à la clé et des images tou­jours impres­sion­nantes, méri­tait notre préférence », a‑t-il estimé. Et de pour­suiv­re : « C’est un choix que j’as­sume ! Et je con­state, même si cela n’a pas guidé notre déci­sion, que les autres chaines d’in­fo ont fait le même choix édi­to­r­i­al que nous… » M. Béroud a égale­ment assuré qu’il ne s’agissait « évidem­ment pas (d’)un choix poli­tique » et qu’il avait mis en place le « même dis­posi­tif » que lors de la Manif’ pour tous du 13 jan­vi­er. « BFMTV a fait son tra­vail », con­clut-il.

Du côté d’ I‑Télé, même son de cloche. Car la con­cur­rente de BFM TV a fait de même en cou­vrant pri­or­i­taire­ment le Vendée Globe avant de se rat­trap­er après 17h. « Quand le Vendée Globe arrive, quelle que soit l’autre actu­al­ité, elle risque d’être pénal­isée », a estimé la direc­trice d’I‑Télé, Céline Pigalle, dans un entre­tien au site @rrêt sur Images. Mais con­traire­ment au directeur de la rédac­tion de BFM TV, qui a assuré que les deux man­i­fes­ta­tions méri­taient la même cou­ver­ture, celle-ci a fourni une expli­ca­tion dif­férente : « Les deux man­i­fs ne sont pas équiv­a­lentes. Le mou­ve­ment de la société va dans le sens du mariage pour tous, la manif d’hi­er était moins un moment de rup­ture que celle organ­isée par Frigide Bar­jot. Ce qui s’est passé il y a 15 jours, c’é­tait un puis­sant moment de rup­ture, on a vu des gens dans la rue qu’on ne voit jamais défil­er d’habi­tude. Par ailleurs la manif qui s’est déroulée hier était moins impor­tante en nom­bre. »

Une analyse plus proche de la réal­ité mais que ne sem­blent pas vouloir com­pren­dre les défenseurs du « mariage pour tous ». Il faut dire que ces derniers sem­blent à présent vouloir jouer sur tous les tableaux : être dans « le sens de l’histoire » tout en étant vic­times d’un traite­ment médi­a­tique soi-dis­ant défa­vor­able ! Un comble.

Crédit pho­to : reg187 via Flickr (cc)

Médias : Lanvin « emmerde ces connards de journalistes »

Invité sur le canapé rouge de Michel Drucker ce dimanche 27 janvier, Gérard Lanvin a poussé un coup de gueule contre les journalistes qui l’avaient attaqué lors de son interprétation de Charlie Bauer, compagnon de route de Jacques Mesrine.

L’acteur s’est emporté con­tre « tous les crétins qui l’ont accusé d’être ridicule avec cet accent ». Et de pour­suiv­re : « j’emmerde ces con­nards de jour­nal­istes qui s’a­musent à nous chi­er dessus ! » Se défen­dant d’avoir reçu les félic­i­ta­tions de Bauer pour son inter­pré­ta­tion, Gérard Lan­vin a fini sa presta­tion en adres­sant un doigt d’honneur à la caméra.

Âgé de 62 ans, le comé­di­en est cou­tu­mi­er des coups de gueule. Dans le seul courant du mois de jan­vi­er, en pro­mo pour son film « Ami­tiés sincères », il s’en est pris vio­lem­ment au « déla­teur » Philippe Tor­re­ton qui avait signé une tri­bune dans Lib­er­a­tion met­tant en cause Gérard Depar­dieu, à l’impôt de 75% sur les très hauts revenus, à Jean-Luc Mélen­chon, au chef de l’État, à Najat Val­laud-Belka­cem qu’il ne « peut plus voir », mais aus­si à Jean-François Copé et à François Fil­lon… En forme, Gérard !

Bourdin omniprésent sur le groupe NextRadioTV

Alors qu’il est déjà présent de 6h à 10h sur RMC, dont une tranche de 8h30 à 9h en commun sur BFM TV, Jean-Jacques Bourdin anime depuis ce lundi 28 janvier la matinale de RMC Découverte, la nouvelle chaîne TNT du groupe NextRadioTV.

« Je suis fon­da­men­tale­ment un homme de radio. La télé m’emmerde. Je ne chang­erai rien à mon émis­sion sur RMC, sim­ple­ment elle sera à la fois en radio et en télévi­sion » a déclaré Jean-Jacques Bour­din, qui compte bien se can­ton­ner à son rôle radio­phonique. De son côté, le PDG du groupe, Alain Weill – qui réu­nit RMC, RMC Décou­verte, BFM TV et BFM Busi­ness (TV et radio) – déclare « jouer à plein les syn­er­gies entre les dif­férents médias du groupe ».

900 000 audi­teurs sont branchés chaque quart d’heure sur les ondes de RMC durant la mati­nale. Bien plus que BFM TV qui en réu­nit près de 500 000. RMC Décou­verte, toute nou­velle venue sur la TNT, ne rassem­ble pour le moment que 0,3 % de part d’audience. « À terme, je pense que la chaîne BFMTV rassem­blera 1 mil­lion de téléspec­ta­teurs le matin et RMC Décou­verte peut-être 500 000 », prédit Alain Weill.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran www.nextradiotv.com

France 24 cherche un créneau horaire sur France Ô

La présidente de l’Audiovisuel Extérieur de la France (AEF), Marie-Christine Saragosse, souhaite améliorer la visibilité de la chaîne internationale France 24 dans l’hexagone. Pour ce faire, cette dernière a pour objectif de nouer un partenariat avec France Ô, chaîne publique axée autour de la diversité et présente sur la TNT.

S’inspirant du mod­èle Euronews, qui dis­pose d’une tranche horaire fixe de dif­fu­sion de 6h à 6h45 sur France 3 (l’un des action­naires fon­da­teurs), le suc­cesseur d’Alain de Pouz­i­hac entend bien emprunter cette voie, bien que la direc­tion de France Télévi­sions ne l’entende pas de cette oreille. En effet, cette dernière souhait­erait plutôt une syn­ergie au niveau des jour­naux télévisés plutôt qu’un créneau réservé. De plus, cela raviverait les ten­sions au sein des rédac­tions du groupe audio­vi­suel pub­lic, déjà bien enflam­mées suite au pro­jet de rap­proche­ment des équipes de France 2 et France 3.

Si Marie-Chris­tine Saragosse men­ace de faire dif­fuser sa chaîne, en cas de refus, sur Numéro23, ce pro­jet ne sem­ble pas envis­age­able à cause du statut privé de la chaîne de la TNT. « La réflex­ion est entamée, mais est loin d’avoir abouti », glisse-t-on au sein de l’AEF – qui com­prend France 24 et la radio RFI.

Twitter atteint une valeur de 9 milliards de dollars

Le réseau social Twitter vient d’obtenir un nouveau financement de la part de la plus importante société d’investissement américain, BlackRock, à hauteur de 80 millions de dollars soit moins de 1 % du capital. Donnant de plus en plus de gages de stabilité, Twitter atteint désormais une valeur de plus de 9 milliards de dollars.

À l’automne 2011, le site de microblog­ging avait réus­si a levé 10 fois plus, mais cet investisse­ment, bien moin­dre, de Black­Rock le crédi­bilise par la sim­ple présence de cet investis­seur con­sid­éré comme très sérieux. Les prin­ci­pales inter­ro­ga­tions con­cer­nant le mod­èle économique de Twit­ter tour­nent autour de son mod­èle pub­lic­i­taire. Le réseau social pro­pose en effet depuis deux ans des tweet, des « ten­dances » et des recherch­es spon­sorisés. Bien­tôt, grâce à son nou­v­el out­il vidéo – Vine –, Twit­ter pour­ra égale­ment s’appuyer sur l’affichage de pub­lic­ité dans les vidéos.

En 2012, Twit­ter a dégagé 141 mil­lions de dol­lars de chiffre d’affaire, selon Green­crest Cap­i­tal qui planche pour 2014 sur le fran­chisse­ment du mil­liard grâce notam­ment à une posi­tion priv­ilégiée sur les mobiles. Une intro­duc­tion en bourse est d’ailleurs prévue à cette date, mais à con­stater les exem­ples de Face­book ou encore Groupon (- 17 % et – 80 % depuis leur entrée sur le marché), c’est à se deman­der si les entre­pris­es inter­net n’ont pas tout à y per­dre…

Les Français en rupture avec leurs médias

Le Monde publiait le 25 janvier les résultats d’une grande enquête intitulée : « France 2013 : les nouvelles fractures ». Réalisée par l’institut de sondage Ipsos, le Centre d’études politiques de Sciences Po (Cevipof) et la fondation Jean Jaurès, elle montre que le fossé entre le « peuple » et son élite a atteint des proportions inquiétantes et menace désormais la cohésion du pays.

Les Français rejet­tent en bloc l’Europe, s’insurgent con­tre la mon­di­al­i­sa­tion, craig­nent l’islamisation du pays, souhait­ent d’avantage d’autorité et n’accordent plus aucun crédit aux poli­tiques… ni aux médias : tels sont les prin­ci­paux enseigne­ments de ce sondage.

65% des sondés pensent ain­si qu’« il faut ren­forcer les pou­voirs de déci­sion de notre pays, même si cela doit con­duire à lim­iter ceux de l’Europe », 61% esti­ment que « la mon­di­al­i­sa­tion est une men­ace pour la France », 70% qu’il y a trop d’étrangers en France, tan­dis que 74% d’entre eux jugent la reli­gion musul­mane « intolérante et incom­pat­i­ble avec la société française ».

D’autre part, 72% des sondés esti­ment que « le sys­tème démoc­ra­tique fonc­tionne plutôt mal en France », 62% pensent que les hommes et femmes poli­tiques sont « cor­rom­pus pour la plu­part », 82% qu’ils « agis­sent prin­ci­pale­ment pour leurs intérêts per­son­nels » et 87% sont d’avis que l’« on a besoin d’un vrai chef en France pour remet­tre de l’ordre » !

Pour le directeur du Cevipof Pascal Perrineau, le « ressentiment » observé depuis une trentaine d’années cède désormais la place à « l’hostilité » franche.

Cette hos­til­ité vis-à-vis des élites touche égale­ment les médias. 72% des sondés esti­ment en effet que les jour­nal­istes sont « coupés des réal­ités et ne par­lent pas des vrais prob­lèmes des Français », 73% pensent qu’ils ne sont pas indépen­dants et « ont ten­dance à céder aux pres­sions du pou­voir poli­tique » (les électeurs du Front nation­al et du Front de gauche étant les plus nom­breux dans cette caté­gorie) et 58% con­sid­èrent qu’ils font mal leur tra­vail…

L’écart entre le dis­cours répété en boucle par les hommes poli­tiques, jour­nal­istes, experts, etc… et l’attente des Français est devenu pro­pre­ment sidérant. Il s’agit d’un véri­ta­ble déni de réal­ité de la part des élites qui ont fait séces­sion d’avec le reste du pays. La récep­tion même de ce sondage, qui aurait dû provo­quer un élec­tro­choc, est révéla­trice du malaise. Pour le jour­nal­iste Gérard Cour­tois qui l’analyse dans Le Monde, ces craintes et cette hos­til­ité ne sont que fan­tasme, « résul­tat du tra­vail d’incendiaires » de « ceux qui attisent ces peurs »…

La mon­di­al­i­sa­tion libérale a généré une société française pro­fondé­ment iné­gal­i­taire et com­mu­nau­tariste que les for­mules creuses du « vivre-ensem­ble » ne parvi­en­nent plus à cacher. Jusqu’où ira le déni de l’élite ? « Si les affaires publiques et la démoc­ra­tie ne parvi­en­nent pas à met­tre au clair, dis­cuter et recon­naître les vrais antag­o­nismes de la société, alors, et parce que « la guerre est la sim­ple con­tin­u­a­tion de la poli­tique par d’autres moyens » (Clause­witz), la sit­u­a­tion devien­dra ingérable », préve­nait le géo­graphe Christophe Guil­luy dans son livre Frac­tures français­es parue en 2010.

Crédit pho­to : marsupilami92 via Flickr (cc)

Daniela Lumbroso

PORTRAIT — Mul­ti­ple et au cen­tre des réseaux du pou­voir : voilà les mots qui pour­raient le mieux définir Daniela Lum­broso. Der­rière son rôle de présen­ta­trice sexy se cache un red­outable ani­mal poli­tique.

Olivier Schrameck entendu à l’Assemblée et au Sénat

L’Assemblée Nationale et le Sénat ont ratifié le 23 janvier dernier la nomination d’Olivier Schrameck à la tête du CSA.

Ce dernier a d’abord cher­ché à ras­sur­er les par­lemen­taires sur son « indépen­dance » et son « impar­tial­ité ».

Dans un deux­ième temps, le nou­veau patron du CSA a présen­té son pro­gramme : coopéra­tion entre le CSA et l’ARCEP (l’autorité indépen­dante en charge de réguler le domaine de la com­mu­ni­ca­tion), notam­ment au sujet de « l’ADSL, la télévi­sion con­nec­té et la neu­tral­ité du net ». Olivi­er Schrameck compte égale­ment tra­vailler davan­tage avec l’Autorité de la con­cur­rence et la CNIL sur la régu­la­tion d’internet. Par ailleurs, il a fait part de son souhait de lancer un « nou­veau débat » au sujet de la Radio numérique ter­restre (RNT).

Enfin, l’ancien directeur de cab­i­net de Lionel Jospin a rap­pelé son souci de « l’impératif de la laïc­ité, de la com­préhen­sion de nos insti­tu­tions et de nos devoirs civiques » et son attache­ment « au respect et à la recon­nais­sance de nos diver­sités ».

Source : Cor­re­spon­dance de la Presse

Rémy Pflimlin nommé président du CA de TV5 Monde

Vases communicants ? Alors qu’en 2009, France Télévisions avait cédé ses parts (49 %) de TV5 Monde à l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), on assiste aujourd’hui au retour de balancier, avec un nouvel échange de parts entre les deux entités.

Grâce à ce retour en force de France Télévi­sions au cap­i­tal de la chaîne fran­coph­o­ne, Rémy Pflim­lin en devient donc son prési­dent du con­seil d’administration.

Cette déci­sion fait suite à un rap­port de Jean-Paul Cluzel, ancien PDG de Radio France, mon­trant que la réforme de 2009 n’était pas la bonne. Dans ce même rap­port, ren­du pub­lic en juil­let 2012, Jean-Paul Cluzel souhaitait même la mon­tée en puis­sance du groupe France Télévi­sions au sein de TV5 Monde.

Source : Cor­re­spon­dance de la Presse. Crédit pho­to : cap­ture d’écran tv5.org

Médias : Morandini redevient propriétaire de son site

Alors qu’il avait vendu, en décembre 2011, 51 % de ses parts à Bolloré Média, le groupe de Vincent Bolloré, Jean-Marc Morandini vient de racheter la totalité du capital de son site jeanmarcmorandini.com.

Le site, qui revendique pas moins de 1,5 mil­lions de vis­i­teurs par mois, traite de l’actualité des médias et repose beau­coup sur le buzz et le scoop. Jean-Marc Moran­di­ni, ani­ma­teur sur NRJ12 et Europe 1, est désor­mais seul pro­prié­taire de son média en ligne. Comme en 2011, le mon­tant de la trans­ac­tion reste incon­nu.

Médias : Un nouveau pure player régional !

C’est la Franche-Comté qui ouvre le bal des pure players régionaux payants, avec la création de factuel.info.

Dans son pre­mier édi­to­r­i­al, Daniel Bor­dur, un ancien jour­nal­iste de presse écrite (l’Est répub­li­cain, dont il ani­mait la sec­tion syn­di­cale SNJ et qu’il a quit­té en invo­quant sa clause de con­science), explique que « Factuel.info porte nos désirs d’un jour­nal­isme libéré du car­can des intérêts économiques, financiers ou poli­tiques ». Et plus loin : « nous pren­drons par­ti pour la vérité et la jus­tice, l’hu­man­ité et l’hu­man­isme, la cul­ture et le partage ». Tout un pro­gramme !

Plus con­crète­ment, ce nou­veau site inter­net souhaite « traiter l’ac­tu­al­ité régionale en la situ­ant, chaque fois que néces­saire, dans son con­texte nation­al, européen ou mon­di­al ». Autre avan­tage avancé par la rédac­tion : « priv­ilé­giant le reportage et l’en­quête, ses méth­odes sont celles d’un jour­nal­isme respectueux du factuel, prenant le temps de la véri­fi­ca­tion, de la réflex­ion et de la mise en per­spec­tive ».

Avec des abon­nements à par­tir de 7 euros, l’ob­jec­tif affiché de la rédac­tion est de trou­ver 2500 abon­nés dans les deux années à venir. Cepen­dant son créa­teur l’ad­met bien volon­tiers, « il en fau­dra bien davan­tage pour péren­nis­er l’en­tre­prise et l’in­staller dans la durée en lui per­me­t­tant de dis­pos­er d’une équipe rédac­tion­nelle com­plète ». A suiv­re donc…

Source : Cor­re­spon­dance de la presse. Crédit pho­to : cap­ture d’écran factuel.info

Louis Laforge aux commandes du « Grand Soir 3 »

Louis Laforge, l’actuel présentateur de l’émission culturelle Des racines et des ailes présentera, à partir du 25 mars prochain, la nouvelle émission d’information du soir de France 3.

Ce « Grand Soir 3 », qui s’in­scrit dans la mutu­al­i­sa­tion des moyens des rédac­tions de France 2 et France 3. Emis­sion d’in­for­ma­tion et d’ac­tu­al­ité, on y trou­vera un jour­nal, tou­jours présen­té par Patri­cia Loi­son, mais aus­si des chroniques, des débats, des invités etc.

Source : Cor­re­spon­dance de la Presse. Crédit pho­to : cap­ture d’écran Des racines et des ailes

Page 353 sur 379

Qui a dit…

« L’euro est un bouc émis­saire facile de la hausse des prix, pour­tant il n’a pas grand-chose à voir avec la for­ma­tion des prix. Il faut que les con­som­ma­teurs com­pren­nent que ce n’est pas la mon­naie unique qui génère de l’inflation mais le manque de con­cur­rence et de régu­la­tion dans cer­tains secteurs. C’est la con­séquence d’une libéral­i­sa­tion des prix insuff­isam­ment régulée. »

Pour le découvrir, cliquez ici