Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Presstalis entre deux eaux mais pas sorti d’affaire

12 avril 2019

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Presstalis entre deux eaux mais pas sorti d’affaire

Presstalis entre deux eaux mais pas sorti d’affaire

Mercredi 10 avril, une grève (provoquée par la CGT) de la distribution des journaux et magazines a encore fragilisé la position de ces derniers, mais aussi celle du distributeur de référence. Presstalis, principal distributeur de la presse, n’est pas sorti d’affaire malgré une aide massive de l’État et des éditeurs comme nous vous le disions début février 2019.

Grève sur fond d’incertitude

Alors que la majorité du fond d’innovation pour les médias a été util­isée pour aider le dis­trib­u­teur, l’État n’a pas encore ver­sé le sol­de des 25 M€ promis fin 2018 (source Let­tre A du 9 avril 2019), il manque encore 8 M€. Ces 8 M€ sont gelés car les édi­teurs devaient garan­tir une cau­tion d’au moins du même mon­tant. Or, cer­tains édi­teurs n’ont pas souscrit, arguant de change­ments de pro­prié­taires de titres. Dans ce cas le vendeur et l’acheteur se ren­voient la balle, indi­quant que c’est l’autre qui doit être caution.

Concurrence et risque de changement de système

Entretemps, MLP (Mes­sageries Lyon­nais­es de Presse) qui n’est pas directe­ment en dan­ger développe une offre qui pour­rait être plus attrac­tive que celle de Presstal­is. Un édi­teur de jeux (Keesing) vient ain­si de rejoin­dre MLP, don­nant un mau­vais sig­nal aux autres édi­teurs. Si Presstal­is ne donne pas de signes de meilleure san­té, la ten­ta­tion de dis­soudre la société et de faire émerg­er de nou­veaux dis­trib­u­teurs privés serait grande alors que la loi Bichet qui régit la dis­tri­b­u­tion de la presse doit être de nou­veau modifiée.

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.