Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Jullian Assange espionné à l’ambassade d’Équateur à Londres, puis expulsé et enfin arrêté

15 avril 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Jullian Assange espionné à l’ambassade d’Équateur à Londres, puis expulsé et enfin arrêté

Jullian Assange espionné à l’ambassade d’Équateur à Londres, puis expulsé et enfin arrêté

Julian Assange était prisonnier à l’ambassade d’Équateur à Londres depuis 2012. À la suite de l’élection en avril 2017 du nouveau président équatorien libéral, Lenin (sic) Moreno, qui a défini Assange comme « un caillou dans la chaussure » (a stone in the shoe), le lanceur d’alertes était victime de brimades et espionné par des caméras introduites dans sa chambre.

Vidéos d’Assange en vente à Madrid

Le Guardian de Lon­dres dans son édi­tion numérique du 10 avril 2019 révèle que des indi­vidus pro­po­saient à Madrid (con­tre rémunéra­tion) des vidéos de Julian Assange pris­es à son insu. Ces vidéos qui inclu­ent une par­tie audio repren­nent des entre­tiens d’Assange avec ses avo­cats et avec son médecin.

Un de ses avo­cats, Maître Robin­son a décrit cette sur­veil­lance comme « une sévère atteinte au priv­ilège de con­fi­den­tial­ité entre un client et son avo­cat, une atteinte qui affaib­lit la défense dans son tra­vail ». Des rumeurs per­sis­tantes depuis mars 2019 indiquent que le gou­verne­ment équa­to­rien envis­age l’expulsion d’Assange car ce dernier « met en dan­ger les bonnes rela­tions entretenues avec le Roy­aume Uni, d’autres États de l’Union Européenne et d’autres pays ». On peut y voir la pres­sion des États-Unis qui ont tou­jours man­i­festé la ferme volon­té de voir Assange, extradé, jugé et con­damné à la prison à vie ou exé­cuté pour haute trahi­son. En novem­bre 2018, la mère de Julian Assange avait lancé un appel au sec­ours esti­mant la vie de son fils en dan­ger.

Expulsion et arrestation en attendant l’extradition

Le 11 avril 2019, les caméras assis­taient en direct à l’expulsion manu mil­i­tari d’un Assange très affaib­li par une cohorte de mem­bres de l’ambassade immé­di­ate­ment relayés par des policiers bri­tan­niques. Dans la foulée les autorités sué­dois­es annonçaient qu’une vieille affaire pour « viol » (des rap­ports con­sen­tis avec des « préser­vat­ifs défectueux ») serait réac­tivée, les autorités améri­caines demandaient son expul­sion qui serait exam­inée par le sys­tème judi­ci­aire bri­tan­nique. Rap­pelons ce que nous écriv­ions en décem­bre 2018 :

« Imag­inez que vous êtes enfer­mé dans une pièce exigüe de quelques mètres car­rés pen­dant plus de 2.200 jours, sans jamais sor­tir, sans pren­dre l’air, sans famille ni amis, dans quel état seriez-vous ? Assange est malade physique­ment et psy­chologique­ment.

Comme le note son suc­cesseur à la tête de Wik­ileaks, l’islandais Kristinn Hrafns­son, après une vis­ite à l’ambassade : ses con­di­tions se sont dur­cies de manière telle qu’Assange est véri­ta­ble­ment dans une prison avec des gar­di­ens équa­to­riens devenus hos­tiles. Il ajoute « Ils veu­lent bris­er Assange, le détru­ire ». Qui est ce « Ils »? L’État pro­fond améri­cain, sec­ondé par les ser­vices bri­tan­niques aux ordres et nolens volens l’Équateur, un très petit État qui peut subir de mul­ti­ples pres­sions ».

Tout était déjà dit. La France s’honorerait à deman­der une véri­ta­ble pro­tec­tion judi­ci­aire pour Julian Assange, nous y revien­drons.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.