Accueil | Actualités | Médias | [Assange arrêté] L’islandais Kristinn Hrafnsson nouveau chef de Wikileaks
Pub­lié le 11 avril 2019 | Éti­quettes : , ,

[Assange arrêté] L’islandais Kristinn Hrafnsson nouveau chef de Wikileaks

Le site francophone Le Grand soir a publié un entretien avec le nouveau rédacteur en chef de Wikileaks, Kristinn Hrafnsson, qui a succédé à Julian Assange, nous en publions quelques extraits. CET ARTICLE A ÉTÉ RÉDIGÉ AVANT L'ARRESTATION DE JULIAN ASSANGE SURVENUE LE 11 AVRIL À LONDRES.

Kristinn Hrafnsson

Le nouveau responsable est né en 1962 et a commencé sa carrière comme journaliste indépendant puis à la télévision publique RUV. Travaillant en 2009 pour la chaine islandaise privée Stöö2, il en est licencié pour avoir enquêté d’un peu trop près sur les activités frauduleuses des banques islandaises. Il retourne brièvement à la RUV pour un an mais son contrat n’est pas renouvelé et il redevient indépendant. Il a reçu par trois fois le titre de « Journaliste islandais de l’année ». Il a été porte parole de Wikileaks de 2010 à 2017 et a succédé à Assange toujours emprisonné, en septembre 2018.

L’importance de Wikileaks

« Dans le journalisme, Wikileaks a fait deux choses. Tout d’abord, il a montré la puissance des fuites massives, et que l’on peut vraiment faire bouger les choses en exposant de nombreux aspects de la corruption et des crimes de guerre. Deuxièmement, nous avons mis en commun les ressources des médias grand public. Nous avons exigé que les gens travaillent ensemble, ce qui était souvent difficile. L’organisation a créé une alliance médiatique avec des centaines de points de vente dans le monde entier. Elle a jeté les bases de la coopération [du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ)] sur les Panama Papers, par exemple. Cela a également inspiré d’autres lanceurs d’alerte. Edward Snowden a confirmé que sans ces fuites en 2010, il n’y aurait pas eu les siennes plus tard ».

L’éthique de Wikileaks

« Tout devrait être dans le domaine public sauf les informations personnelles sensibles. La transparence devrait être la norme, et les exceptions à la transparence devraient être très rares et justifiées » et d’ajouter « toutes les lois sur l’accès à l’information étaient fondées sur ce principe, mais pour une raison quelconque, les gens ne comprennent pas. Nous sommes toujours en train de mener cette guerre sans fin contre le secret ».

Parlant des élections américaines de 2016 Kristinn souligne « ce que les gens ne comprennent pas, c’est le principe de base, dit Kristinn. Que les journalistes sont censés publier des documents sur les politiciens, et en particulier sur les candidats avant les élections. C’est le rôle des journalistes. Et c’est pourquoi on l’appelle le quatrième pouvoir. C’est incroyable que même les journalistes me disent : ’Vous n’auriez pas dû publier [les courriels] avant les élections. Ne sommes-nous pas censés informer l’électorat sur les candidats ? Ce n’est pas notre boulot ? Si vous avez des renseignements internes sur un candidat ou un parti, c’est votre devoir. Ce serait un crime journalistique de ne pas en parler. Puis j’ai entendu : tu aurais dû attendre d’avoir quelque chose sur Trump pour être équilibré ». « Mais ce n’est pas comme ça que ça marche ».

Les courriels du DNC contenaient de l’information digne d’intérêt qui aurait dû être publiée avant les élections, point final. Peu importe d’où elle vient. Ce n’est pas le rôle du journaliste que d’ignorer une information parce qu’elle proviendrait d’une source qui pourrait avoir des objectifs personnels. Vous devez toujours évaluer l’information qui se trouve devant vous. Est-il dans l’intérêt public de le publier ? Ce n’est pas compliqué : soit ça l’est, soit il ne l’est pas ».

L’avenir du Journalisme

« Il y a une épidémie silencieuse qui fait partie de ce que j’appelle le néo-McCarthysme,. Il est probable que la guerre contre le journalisme s’intensifiera. Je ne m’attends pas vraiment à ce que la communauté journalistique dominante perçoive le danger qui se profile et comprenne pourquoi il est absolument nécessaire de se réveiller maintenant et de soutenir Julian Assange, Wikileaks et Chelsea Manning. Les choses vont probablement empirer avant de s’améliorer. Mais j’essaie d’être optimiste. Il a fallu plusieurs années avant que les médias grand public acceptent le fait qu’on nous ait menti sur les raisons de l’invasion de l’Irak ».

« Les gens doivent simplement être plus critiques dit Kristinn. Ils doivent apprendre à faire confiance à certains organes d’information, mais jamais complètement. Il faut lire les journaux avec un esprit critique. Tenir compte de l’influence qui pourrait être à l’origine de l’article. Faites-vous confiance à la BBC lorsqu’elle fait des reportages sur la communauté du renseignement britannique ?. Ou à Russia Today quand ils font un reportage sur Poutine ?. Faites-vous confiance à Al Jazeera quand ils font un reportage sur le Qatar ?. Il faut tout prendre avec du recul et apprendre à replacer les pièces d’un puzzle quelque peu désordonné de ce qui se passe dans le monde. Il faut aussi exiger des preuves et dire ’montrez-moi les documents’. Exiger les preuves. Exiger la transparence ».

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This