Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Google et Facebook veulent sauver la presse qu’ils étranglent

11 avril 2019

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Google et Facebook veulent sauver la presse qu’ils étranglent

Google et Facebook veulent sauver la presse qu’ils étranglent

D’un côté, les deux géants américains monopolisent les revenus de la publicité en ligne dans une proportion de 85/90%. Ils affament ainsi les médias traditionnels en particulier la presse écrite lue de plus en plus sous sa forme numérique. De l’autre côté ils se posent en sauveurs de la presse locale en lui accordant une aumône. L’exemple américain et les nouveaux projets en cours.

Tempête sur la presse locale américaine

C’est une hécatombe. Une uni­ver­sité de Car­o­line du Nord annonce les chiffres suiv­ants entre 2004 et 2017 : 1800 jour­naux (quo­ti­di­ens ou heb­do­madaires) dis­parus tout comme 45% des effec­tifs des rédac­tions. La cause prin­ci­pale : la fuite des annon­ceurs vers inter­net.

La corde et le pendu

Tout sucre tout miel, Mark Zucker­berg (une note sur sa biogra­phie ici) annonce début 2018 une aide d’envergure pour mieux met­tre en valeur des arti­cles d’information locale en mod­i­fi­ant ses algo­rithmes et en actions de for­ma­tion. Le bud­get annon­cé est mod­este pour une entre­prise qui génère plus de cinq mil­liards de dol­lars de prof­it par trimestre (vous lisez bien, par trimestre) : 100 mil­lions de dol­lars par an pen­dant trois ans. Avec des effets lim­ités quinze mois plus tard.

En Europe aussi

Coïn­ci­dence, c’est la même somme que Google veut inve­stir sur la même péri­ode, tou­jours pour « aider la presse ». Un bud­get qui sera alloué à la « lutte con­tre la dés­in­for­ma­tion » (lire : alloué aux médias dom­i­nants) via un pro­gramme de « développe­ment local » aux Etats-Unis et en Europe. De son côté Face­book don­nera une aumône de 2M€ à des médias européens pour « dévelop­per leur recrute­ment d’abonnés en ligne ». Cer­tains médias alle­mands vont en béné­fici­er dès 2019.

Résumons : de la main gauche je vous étran­gle, de la main droite je vous donne un su-sucre pour faire pass­er la douleur. Mer­ci qui ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.