Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Google et Facebook veulent sauver la presse qu’ils étranglent

11 avril 2019

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Google et Facebook veulent sauver la presse qu’ils étranglent

Google et Facebook veulent sauver la presse qu’ils étranglent

D’un côté, les deux géants américains monopolisent les revenus de la publicité en ligne dans une proportion de 85/90%. Ils affament ainsi les médias traditionnels en particulier la presse écrite lue de plus en plus sous sa forme numérique. De l’autre côté ils se posent en sauveurs de la presse locale en lui accordant une aumône. L’exemple américain et les nouveaux projets en cours.

Tempête sur la presse locale américaine

C’est une hécatombe. Une uni­ver­sité de Car­o­line du Nord annonce les chiffres suiv­ants entre 2004 et 2017 : 1800 jour­naux (quo­ti­di­ens ou heb­do­madaires) dis­parus tout comme 45% des effec­tifs des rédac­tions. La cause prin­ci­pale : la fuite des annon­ceurs vers inter­net.

La corde et le pendu

Tout sucre tout miel, Mark Zucker­berg (une note sur sa biogra­phie ici) annonce début 2018 une aide d’envergure pour mieux met­tre en valeur des arti­cles d’information locale en mod­i­fi­ant ses algo­rithmes et en actions de for­ma­tion. Le bud­get annon­cé est mod­este pour une entre­prise qui génère plus de cinq mil­liards de dol­lars de prof­it par trimestre (vous lisez bien, par trimestre) : 100 mil­lions de dol­lars par an pen­dant trois ans. Avec des effets lim­ités quinze mois plus tard.

En Europe aussi

Coïn­ci­dence, c’est la même somme que Google veut inve­stir sur la même péri­ode, tou­jours pour « aider la presse ». Un bud­get qui sera alloué à la « lutte con­tre la dés­in­for­ma­tion » (lire : alloué aux médias dom­i­nants) via un pro­gramme de « développe­ment local » aux Etats-Unis et en Europe. De son côté Face­book don­nera une aumône de 2M€ à des médias européens pour « dévelop­per leur recrute­ment d’abonnés en ligne ». Cer­tains médias alle­mands vont en béné­fici­er dès 2019.

Résumons : de la main gauche je vous étran­gle, de la main droite je vous donne un su-sucre pour faire pass­er la douleur. Mer­ci qui ?

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision