Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
En Algérie aussi la publicité étatique est un moyen de contrôler les médias

14 avril 2019

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | En Algérie aussi la publicité étatique est un moyen de contrôler les médias

En Algérie aussi la publicité étatique est un moyen de contrôler les médias

C’est grâce à un de nos lecteurs en Algérie que nous avons découvert le site algérien medias-dz.com, une sorte d’Observatoire du journalisme algérien. L’actualité algérienne est bouillonnante, imprévisible, passionnante. Les médias sont au premier rang dans ce qui ressemble à un renversement d’un régime de kleptomanes. Il est intéressant de constater que le pouvoir – au-delà d’une censure classique – utilise les moyens financiers pour brider les médias. L’article complet de Salim Karchouche que nous analysons, se trouve ici.

Les annonces légales, un bon moyen de pression

La manne des annonces, dépen­dant des pou­voirs publics, représen­terait env­i­ron dix mil­liards de dinars par an. Cette somme est répar­tie entre deux cents titres au bon gré des autorités.

Les mauvais élèves punis

Ce sont deux titres de la presse écrite et deux télévi­sions qui ont été privés de la manne pub­lic­i­taire de l’Etat. Pour respecter une fausse symétrie, deux sont fran­coph­o­nes et deux sont arabophones.Leur faute ? Avoir ren­du compte de cer­taines des man­i­fes­ta­tions de mars 2019 con­tre le main­tien au pou­voir de la momie Boute­fli­ka. C’est ain­si que El Watan, Lib­erté, Echourouk, El Bilad ont été punis pour avoir ren­du compte du réel. Les évène­ments se sont pré­cip­ités depuis, Boute­fli­ka a remis sa démis­sion et son entourage est sous pres­sion voire aux arrêts. Le courage des médias algériens pour­rait peut-être utile­ment faire l’objet d’une réflex­ion appro­fondie des médias offi­ciels en France, d’aucuns y ver­ront une espèce de para­doxe.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.