Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
En Algérie aussi la publicité étatique est un moyen de contrôler les médias

14 avril 2019

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | En Algérie aussi la publicité étatique est un moyen de contrôler les médias

En Algérie aussi la publicité étatique est un moyen de contrôler les médias

C’est grâce à un de nos lecteurs en Algérie que nous avons découvert le site algérien medias-dz.com, une sorte d’Observatoire du journalisme algérien. L’actualité algérienne est bouillonnante, imprévisible, passionnante. Les médias sont au premier rang dans ce qui ressemble à un renversement d’un régime de kleptomanes. Il est intéressant de constater que le pouvoir – au-delà d’une censure classique – utilise les moyens financiers pour brider les médias. L’article complet de Salim Karchouche que nous analysons, se trouve ici.

Les annonces légales, un bon moyen de pression

La manne des annonces, dépen­dant des pou­voirs publics, représen­terait env­i­ron dix mil­liards de dinars par an. Cette somme est répar­tie entre deux cents titres au bon gré des autorités.

Les mauvais élèves punis

Ce sont deux titres de la presse écrite et deux télévi­sions qui ont été privés de la manne pub­lic­i­taire de l’Etat. Pour respecter une fausse symétrie, deux sont fran­coph­o­nes et deux sont arabophones.Leur faute ? Avoir ren­du compte de cer­taines des man­i­fes­ta­tions de mars 2019 con­tre le main­tien au pou­voir de la momie Boute­fli­ka. C’est ain­si que El Watan, Lib­erté, Echourouk, El Bilad ont été punis pour avoir ren­du compte du réel. Les évène­ments se sont pré­cip­ités depuis, Boute­fli­ka a remis sa démis­sion et son entourage est sous pres­sion voire aux arrêts. Le courage des médias algériens pour­rait peut-être utile­ment faire l’objet d’une réflex­ion appro­fondie des médias offi­ciels en France, d’aucuns y ver­ront une espèce de para­doxe.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).