La devinette de Noël de la semaine

Qu’est-ce qui appar­tient à un mil­liar­daire des télé­coms, est de moins en moins lu et coûte chaque année plus de six mil­lions d’euros en aides directes à la presse ? Et que vous financez ? C’est Libéra­tion de Patrick Drahi.

L’Ojim ne pro­duit peut-être pas autant d’articles que Libéra­tion, mais coûte net­te­ment moins cher, est libre et de plus en plus lu. Pour nous aider, nous aimer, nous soutenir, vous pou­vez don­ner avec un reçu fis­cal de 66% de votre don, c’est par ici.

La devinette de Noël de la semaine

Qu’est-ce qui appar­tient à un mil­liar­daire des télé­coms, est de moins en moins lu et coûte chaque année plus de six mil­lions d’euros en aides directes à la presse ? Et que vous financez ? C’est Libéra­tion de Patrick Drahi.

L’Ojim ne pro­duit peut-être pas autant d’articles que Libéra­tion, mais coûte net­te­ment moins cher, est libre et de plus en plus lu. Pour nous aider, nous aimer, nous soutenir, vous pou­vez don­ner avec un reçu fis­cal de 66% de votre don, c’est par ici.

17% récolté
Nous avons récolté 347,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Les plus lus

  • Médias Prom­e­nades sur France Inter, con­formisme assumé partout

    Un lecteur mali­cieux (et peut-être un peu masochiste) nous sig­nale régulière­ment quelques sail­lies de la radio la plus c…

  • Médias Quand Samuel Lau­rent des Décodeurs du Monde ment comme un arracheur de dents

    Vous con­nais­sez le slo­gan des arracheurs de dents ? « ça ne vous fera pas mal ». Vous con­nais­sez Les Décodeurs. Ils sont…

  • Por­traits Jean-Michel Aphatie

    PORTRAIT — Jean-Michel Aphatie est né en sep­tem­bre 1958 à Mon­cay­olle-Lar­ro­ry-Mendibieu (Pyrénées-Atlan­tiques). Après avo…

  • Médias Quand Le Point caviarde le pacte sur les migra­tions de Mar­rakech

    Ceux qui ont suivi le catéchisme dans leur enfance, con­nais­sent les dif­férentes sortes de péchés, par inten­tion, par act…

  • Por­traits Rachid M’Barki

    PORTRAIT — Rachid M’Barki, né en févri­er 1969 à Toulouse, d’origine maghrébine, est un jour­nal­iste français de télévi­sio…

  • Por­traits Lau­rent Jof­frin

    PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa carr…

  • Médias Le Monde pub­lie des comptes un peu gris et Yann Barthès cache les siens

    Le monde des médias ne com­porte pas seule­ment des acteurs directs comme les sociétés de presse, les radios, les télévisi…

  • Médias Priv­ilèges : le Sénat s’attaque à l’abattement fis­cal des jour­nal­istes (trop) bien payés mais est reto­qué

    Alors que dans les rues les Gilets jaunes issus de la France qui tra­vaille dur et ne s’en sort pas gronde con­tre Macron…

  • Médias Pacte mon­di­al pour les migra­tions : fan­tasme de gilets jaunes ou péril réel, qu’en dis­ent les médias ?

    Les 10 et 11 décem­bre 2018, les pays mem­bres de l’Organisation des Nations Unies ont été invités à sign­er à Mar­rakech un…

  • Por­traits Nat­acha Polony

    PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Ep…

Rémy Pflimlin recadre les producteurs indépendants

Avec son projet de « Grand Soir 3 » calqué sur le « 12/13 » et le « 19/20 » pour 2013, Remy Pflimlin s’est attiré les foudres des producteurs indépendants.

En effet, ce pro­jet présen­té par le directeur de France Télévi­sions se ferait aux dépens du sec­ond film du jeu­di soir. « Quelques semaines après des attaques répétées sur les investisse­ments dans la créa­tion, c’est main­tenant l’exposition des œuvres qui est visée. Ce ne sont pas les promess­es vagues sur le redé­ploiement de la case du lun­di soir qui pour­ront calmer la mon­tée de la colère du monde de la créa­tion et mod­i­fi­er l’impression désas­treuse d’un pas­sage en force provo­qué par les déci­sions du prési­dent de France Télévi­sions », a protesté le Syn­di­cat de pro­duc­teurs Indépen­dants (SPI).

Et le prin­ci­pal accusé de se défendre : « Alors que des emplois directs et indi­rects sont en ques­tion, et que je dois pren­dre des déci­sions lour­des de con­séquences pour nos chaînes, qual­i­fi­er celles-ci de jeu est inac­cept­able et irre­spon­s­able. Notre pays tra­verse une crise d’une rare ampleur, qui touche tous les Français et implique que les entre­pris­es publiques con­tribuent le plus pos­si­ble à l’effort de redresse­ment des comptes publics. Pour ma part, j’ai résol­u­ment engagé France Télévi­sions dans ce chemin, après avoir porté les engage­ments du groupe dans la créa­tion à un niveau inédit, soit 480 mil­lions d’euros. »

Alors qu’il doit pren­dre en compte les économies que France Télévi­sions va devoir réalis­er, Rémy Pflim­lin déclare s’être « engagé à préserv­er en 2013 l’essentiel de nos investisse­ments dans les pro­grammes de créa­tion audio­vi­suelle et ciné­matographique, et même la total­ité de ce qui était prévu dans le doc­u­men­taire. Alors que la représen­ta­tion nationale envis­age, mal­gré la sit­u­a­tion économique, de deman­der aux Français une con­tri­bu­tion sup­plé­men­taire à l’audiovisuel pub­lic , les représen­tants des pro­duc­teurs seraient mieux inspirés de dépass­er leurs intérêts par­ti­c­uliers au prof­it de l’intérêt général ».

Le SPI, qui déplo­rait « l’absence de dia­logue », a désor­mais sa réponse. La ques­tion sera tranchée prochaine­ment avec le min­istère de la Cul­ture.

Crédit pho­to : jean-louis zim­mer­mann via Flickr (cc)

Des députés PS en appellent à l’état pour sauver Sipa News

Lâchée par ses actionnaires, Sipa News joue actuellement sa survie. Des députés du Parti Socialiste, à l’initiative d’Anne-Yvonne Le Dain, députée de l’Hérault et vice-Présidente de la Région Languedoc-Roussillon, se sont mobilisés pour sauver l’agence de presse française.

Dans une let­tre remise jeu­di 6 novem­bre 2012 à la min­istre de la Cul­ture, Aurélie Fil­ipet­ti, cette poignée de députés PS demande à ce que « l’État accom­pa­gne cette agence par de la com­mande publique, comme il le fait pour l’AFP à hau­teur de 120 mil­lions d’euros par an, soit 40% des recettes de l’agence his­torique ». Pour­tant, seul 2% de cette somme serait néces­saire au sauve­tage de l’agence, note Téléra­ma. « Députés PS, nous sommes déter­minés à ne pas laiss­er Sipa News dis­paraitre. Nous pré­parons des ini­tia­tives avec mes col­lègues » a renchérit Anne-Yvonne Le Dain sur son compte Twit­ter.

Crédit pho­to : chicoluz via Flickr (cc)

Le CSA se prépare à l’arrivée de la télé connectée

La télé connectée arrivant à grand pas, le CSA s’est creusé les méninges durant dix mois et publie ce mercredi 5 décembre 2012 14 propositions visant à encadrer ce nouveau service.

« Il ne s’agit pas de gên­er la télévi­sion con­nec­tée, qui per­met d’élargir l’offre d’images. Au con­traire, il faut créer un obser­va­toire qui per­me­t­tra de mieux éval­uer son évo­lu­tion sta­tis­tique mais aus­si les con­tenus que les téléspec­ta­teurs priv­ilégient et ain­si mieux adapter nos out­ils de régu­la­tion », a expliqué Michel Boy­on, prési­dent du Con­seil Supérieur de l’Audiovisuel, dont la mis­sion est surtout d’éviter un choc frontal entre les chaînes tra­di­tion­nelles et Inter­net.

Dans les mesures pré­con­isées, la ques­tion de la pub­lic­ité se pose égale­ment. Com­ment la con­trôler, fix­er sa durée, réguler la libre dif­fu­sion des œuvres ? Le CSA veut « adopter des mesures fis­cales visant à lim­iter les déséquili­bres con­cur­ren­tiels avec les nou­veaux acteurs et à péren­nis­er les effets des mécan­ismes de finance­ment de la créa­tion ». « Cette réflex­ion devra pren­dre en compte le fait que cer­tains d’entre eux sont étab­lis en dehors de nos fron­tières et donc échap­pent à notre lég­is­la­tion. Nul ne fera l’économie d’une réflex­ion au niveau européen », a estimé Emmanuel Gabla qui compte par­mi les sages du con­seil.

Crédit pho­to : Jim.henderson via Wiki­me­dia (cc)

Nouveau scandale à la BBC

Après l’affaire Jimmy Savile, un nouveau scandale vient d’éclater à la BBC. C’est au tour de Stuart Hall, 82 ans, commentateur de football sur la BBC Radio 5, d’être rattrapé par la justice.

Les faits remon­teraient aux années 70 et 80, pré­cisé­ment entre 1974 et 1984. Le présen­ta­teur de l’équivalent anglais d’Interville est accusé d’attentat à la pudeur sur une fil­lette et deux ado­les­centes de 9 à 16 ans. Il a été arrêté à son domi­cile de Wilm­slow, près de Man­ches­ter, ce mer­cre­di 5 décem­bre 2012, a indiqué la police. De son côté, la BBC a fait savoir qu’ « en rai­son de la nature très grave des incul­pa­tions, Stu­art Hall ne tra­vaillera pas à la BBC le temps de l’enquête de la police ».

Crédit pho­to : chief­moam­ba via Flickr (cc)

Dépenses pub en hausse en 2013

Selon ZenithOptimédia (ZO), les dépenses publicitaires mondiales vont augmenter de 4,1% en 2013 pour atteindre 518 milliards de dollars.

C’est plus qu’en 2012, (+3,3%), mais moins que ce qui était espéré fin 2011 où ZO tablait alors sur une aug­men­ta­tion de 5,3%. Une hausse essen­tielle­ment due aux marchés en développe­ment (+8%) qui com­pensent la morosité des marchés dévelop­pés. Ceux ci s’en tirent avec un petit +2% même si la sit­u­a­tion est plus diverse qu’elle n’y paraît : +3,5% en Amérique du Nord, +0,2% en Europe de l’Ouest dont -4% dans le groupe Espagne-Grèce-Irlande-Ital­ie-Por­tu­gal, etc.

La France ver­rait les dépens­es pub­lic­i­taires reculer de 1,4% (en octo­bre, ZO prévoy­ait une hausse de 0,4%) mais l’indicateur devrait rede­venir vert en 2014 (+0,3%) et en 2015 (+1,1%). Entre 2012 et 2015, l’évolution ne sera pas la même selon les médias : la presse écrite va boire le bouil­lon (-5% pour les jour­naux en 2013, -2,6% en 2014, -2,6% en 2015, -4,4% pour les mag­a­zines en 2013, -3,2% en 2014, -2,4% en 2015) et la télévi­sion va devoir se ser­rer la cein­ture – alors même que, à cause de la TNT gra­tu­ite, de plus en plus de chaîne se parta­gent le gâteau (-2,7% en 2013, -1% en 2014, 0% en 2015). Au con­traire, le ciné­ma va retrou­ver le sourire (-3% en 2013, +2% en 2014, +4% en 2015), la radio aus­si (0% en 2013, +0,5% en 2014, +1% en 2015) et Inter­net va con­tin­uer de croître à grande vitesse (+4,9% en 2013, +5,8% en 2014, +6,2% en 2015).

À ce rythme-là, la part de marché de la télévi­sion passera de 33,6% en 2012 à 32,4% en 2015, celle de la presse de 24,7% à 22,3% et celle d’Internet de 20,9% à 24,6%.

Crédit photo : DR.

France Télévisions s’applique la rigueur

Selon Rémy Pflimlin, président-directeur général de France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô), le groupe est contraint de réaliser 130 millions d’euros d’économies en 2013. En cause : la baisse de 85 millions d’euros de la dotation de l’État et le recul des recettes publicitaires.

Les deux prin­ci­pales chaînes du groupe ne sont pas épargnées. France 2 doit économiser 30 mil­lions d’euros sur la grille 2013, dont le mon­tant ne pour­ra pas dépass­er les 514 mil­lions d’euros au lieu des 545 demandés par la chaîne, hors sport et hors infor­ma­tion. Si la dota­tion sem­ble, même ain­si, tou­jours supérieure aux 510 mil­lions de 2012, cette pro­gres­sion est en trompe-l’œil. En effet, en 2012, entre les élec­tions et les JO, 16 pre­mières par­ties de soirée avaient été financées par le ser­vice des sports ou par la direc­tion de l’information du groupe. En 2013, France 2 aura ain­si 16 prime de plus à financer sur son pro­pre bud­get. Les économies seront recher­chées en rené­go­ciant avec les pro­duc­teurs pour les émis­sions dites « de flux » (émis­sions pro­duites au gré des goûts du pub­lic, jeux, plateaux, météo… qui ne sont dif­fusées qu’une seule fois, par oppo­si­tion aux émis­sions « de stock » qui vont con­stituer un pat­ri­moine de l’image) et en opti­misant le stock de pro­grammes de la chaîne, au moyen de red­if­fu­sions notam­ment.

Côté France 3, c’est sur les deux­ièmes par­ties de soirée que se con­cen­tre l’essentiel des change­ments. Le « Soir 3 » est allongé à une heure, sur le for­mat du « 12/13 » et du « 19/20 ». Les émis­sions qui le précé­daient ou lui suc­cé­daient sont cham­boulées. Par exem­ple, « Ce soir (ou jamais !) » de Frédéric Tad­déi sera trans­féré sur France 2, à la place de l’émission de Bruce Tou­s­saint qui est pure­ment et sim­ple­ment dépro­gram­mée, de même que « L’ombre d’un doute », l’émission d’histoire dif­fusée un mer­cre­di sur deux en deux­ième par­tie de soirée sur France 3. Objec­tif : économiser 10 mil­lions d’euros.

La ques­tion en sus­pens est à présent de savoir quel impact cette rigueur aura sur la qual­ité de la pro­gram­ma­tion.

Crédit pho­to : jean-louis zim­mer­mann via Flickr (cc)

Audiovisuel : le Japon mise sur la redevance

Alors qu’en France le débat bat son plein autour du financement de France Télévisions, le groupe de l’audiovisuel public japonais NHK a présenté dans un rapport d’activité son modèle économique, financé exclusivement par la redevance.

Pour NHK, le sys­tème de rede­vance per­met l’indépendance finan­cière par rap­port au « gou­verne­ment et aux organ­i­sa­tions privées ». C’est ain­si que le groupe a tiré 97% de son bud­get 2012 de cette ressource – 5,8 mil­liards d’euros sur 6 mil­liards (649 mil­liards de yens), le reste provenant de revenus financiers divers. Au Japon, la rede­vance annuelle est fixée à 127 euros TTC pour la récep­tion hertzi­enne et à 224 euros TTC pour la récep­tion satel­li­taire.

Le prob­lème du finance­ment de France Télévi­sions et de la dif­fu­sion de la pub­lic­ité sur les chaînes publiques est revenu sur le devant de la scène française ces derniers jours. Au pays du soleil lev­ant, la ques­tion ne se pose pas : la pub­lic­ité est pro­scrite sur les chaînes et sta­tions publiques, et son sys­tème de rede­vance, comme on a pu l’observer, se porte plutôt bien.

Pho­to : NHK Broad­cast­ing Cent. Crédit : J o via Wiki­me­dia (cc)

« Un changement de journalisme est inévitable »

Les internautes ne remplaceront pas les journalistes : telle est une des conclusions d’une étude du Tow Center for Digital Journalism, de l’université de Columbia (États-Unis), présentée le 27 novembre dernier, sous le titre : « le journalisme post-industriel. S’adapter au présent ».

Les trois auteurs, Emi­ly Bell, direc­trice du cen­tre de recherche, C.W. Ander­son et Clay Shirky, com­men­cent par un con­stat : « il est impos­si­ble de préserv­er ou de rétablir une forme de jour­nal­isme, sem­blable à celui des cinquante dernières années ». Avec l’explosion de l’information et le développe­ment des réseaux soci­aux, « un change­ment de jour­nal­isme est inévitable ».

En effet, « pour beau­coup d’événements impor­tants, il est de plus en plus prob­a­ble que l’information brute soit pro­duite par un net-citoyen et non par un jour­nal­iste pro­fes­sion­nel », esti­ment ces trois ana­lystes.

Cepen­dant, con­tin­u­ent-ils, « le jour­nal­iste n’a pas été rem­placé. Il a été déplacé, plus haut dans la chaîne édi­to­ri­ale, quit­tant son rôle ini­tial d’observateur pour un rôle de véri­fi­ca­tion et d’interprétation, don­nant du sens aux textes, aux sons et aux vidéos brutes, pro­duites par le pub­lic ».

Et les auteurs de cette étude d’appeler les écoles de jour­nal­isme à pren­dre en compte cette évo­lu­tion et à mod­i­fi­er leurs for­ma­tions, parce qu’il y a «une place pour l’analyse minu­tieuse et détail­lée, faite par des ini­tiés ».

Source : Tow Cen­ter for Dig­i­tal Jour­nal­ism. Crédit pho­to : cap­ture d’écran towcenter.org

Un guichet de départs volontaires à La Tribune

Moins d’un an après sa disparition des kiosques au prix de 111 licenciements au profit d’une édition en ligne actualisée quotidiennement, malgré le lancement en avril d’un hebdomadaire papier dont la formule a été revue à la rentrée et davantage axée sur les régions, France Économie Régions (FER), le propriétaire de La Tribune avec Hi-Media, a annoncé ce jeudi qu’il allait ouvrir un guichet de départs volontaires en janvier 2013.

Il portera sur 40% de son effec­tif (26 jour­nal­istes), soit une dizaine de per­son­nes. La faute à un pla­fon­nement de l’audience de LaTribune.fr (1,8 mil­lion de vis­i­teurs uniques en octo­bre 2012 selon Médiamétrie/NetRatings con­tre 2 mil­lions en mars. On est loin des 3,5 mil­lions de vis­i­teurs uniques prévus pour fin 2013…) mais aus­si au fait que l’hebdomadaire peine à trou­ver son pub­lic.

Selon Press­News, il s’écoulerait en moyenne à 5 000 exem­plaires en kiosques chaque semaine, alors que la direc­tion tablait sur 25 à 30 000 ventes lors de son lance­ment. Dans son com­mu­niqué, FER préfère citer les chiffres de l’OJD (2,8 mil­lions de vis­i­teurs et 4,8 mil­lions de vis­ites en octo­bre 2012) et affirme que l’hebdomadaire est à l’équilibre. Reste que « La Tri­bune a besoin de nou­veaux investis­seurs pour com­pléter un tour de table d’environ deux mil­lions d’euros »…

Crédit pho­to : cap­ture d’écran LaTribune.fr

France 3 régional : plus d’autonomie ?

On en sait désormais un peu plus sur la fameuse rencontre entre des syndicalistes de France 3 et deux conseillers du ministre de la culture, Aurélie Filippetti.

Comme le sig­nalait Renaud Rev­el, on « a par­lé avenir de la chaîne, pro­grammes, place de l’information ». En effet, le quo­ti­di­en Cor­re­spon­dance de la Presse pré­cise que deux pistes de tra­vail ont été évo­quées : « dévelop­per l’information au détri­ment des autres pro­grammes » et « accroître la part des émis­sions régionales au détri­ment des nationales ».

Dans le même sens, Pierre Mouchel, secré­taire du comité d’entreprise CGT à France Télévi­sions, présent à cette réu­nion, ajoute que « l’idée est d’augmenter la part régionale à deux ou trois heures. Les chaînes régionales auront égale­ment plus d’autonomie de pro­gram­ma­tion ». Ce serait d’ailleurs pour cela que les syn­di­cal­istes ont obtenu l’assurance « qu’il n’était pas ques­tion de réduire le mail­lage région­al en fer­mant des bureaux excen­trés et des locales ».

Source : Cor­re­spon­dance de la presse. Crédit pho­to : Par­ti social­iste via Flickr

New York Post : la Une qui choque

On se souvient tous des couvertures racoleuses du New York Post (NYP) lors de l’affaire DSK (Ex : « The Perv »). Le plus ancien quotidien américain encore publié a refait parler de lui ce mardi en publiant en Une la photo d’un homme tombé sur les voies du métro sur le point de mourir, écrasé par un train.

« Con­damné » titre le jour­nal, dont le pro­prié­taire n’est autre que le groupe News Corp. « Poussé sur la voie, cet homme va mourir », sous-titre-t-il. Agressé puis poussé sur les rails par un clochard d’une trentaine d’années, Ki Suk Han, 58 ans, n’a en effet pas réus­si à remon­ter sur le quai avant l’entrée du métro en sta­tion et est mort des suites de la col­li­sion. Une telle Une n’a lais­sé per­son­ne indif­férent : les médias doivent-ils tout mon­tr­er ? Le pho­tographe, R. Omar Abbasi, au lieu de pho­togra­phi­er la scène, n’aurait-il pas pu essay­er d’aider le mal­heureux à remon­ter sur le quai ?

Ce dernier, pigiste au NYP, explique avoir « cou­ru vers le train en action­nant son flash à plusieurs repris­es pour aver­tir le con­duc­teur ». « Je me suis mis à courir, espérant que le con­duc­teur ver­rait mon flash », assure-t-il. Il con­tin­ue : « Je n’avais aucune idée de ce que je pre­nais en pho­tos. Je n’étais même pas sûr qu’il enreg­is­trait quelque chose. » R. Omar Abbasi, que ses con­frères pho­tographes pour tabloïds sou­ti­en­nent, dit avoir eu 22 sec­on­des seule­ment entre le moment où l’homme a crié, ce qui a attiré son atten­tion, et le choc mor­tel. « La vic­time était si loin de moi, j’étais déjà trop loin pour l’atteindre quand j’ai com­mencé à courir. » Il insiste : « La vérité est que je ne pou­vais pas attein­dre cet homme, si j’avais pu, je l’aurais fait ».

Crédit pho­to : DR

FN : l’AFP a-t-elle minimisé une agression ?

Samedi matin 1er décembre 2012, un militant du Front National a été agressé par des militants d’extrême-gauche. L’occasion d’observer le traitement journalistique de l’affaire, singulièrement de l’Agence France Presse (AFP).

Les faits

Alors qu’il dis­tribuait des tracts sur le marché de Bourg-la-Reine (Hauts de Seine), un mil­i­tant du Front Nation­al a été frap­pé par der­rière, à la matraque ou au poing améri­cain, selon son témoignage. Il a dû se ren­dre à l’hôpital, la plaie ouverte de son crâne néces­si­tant huit points de suture. Dans les com­men­taires de l’article ren­dant compte de cette agres­sion sur le site FdeS­ouche, la vic­time laisse un pre­mier témoignage : « Pen­dant que je tendais un tract, j’ai reçu un coup vio­lent par der­rière avec un objet genre matraque ou poing améri­cain. J’ai eu 8 points de suture à l’arrière du crâne. Les badauds de toutes opin­ions ont été scan­dal­isé, sauf ceux d’extrême gauche, ricanant et déclarant à ma femme que c’était bien fait pour ma gueule et que seul le fait que la police soit présente l’empêchait de lui faire la même chose. » Les pho­tos de la cica­trice et des agresseurs pré­sumés sont égale­ment disponible sur le site.

Plus tard, il racon­tera par télé­phone au jour­nal Le Parisien : « Je suis tombé, je me suis mis en boule, et j’ai essayé de don­ner des coups de pied. Quand je me suis relevé, j’ai cou­ru après mes agresseurs, mais pas longtemps, parce que j’avais la tête en sang. Heureuse­ment, cela s’est passé près d’une phar­ma­cie, où l’on m’a soigné. Et les pom­piers et la police sont arrivés. »

Communiqué de l’AFP vers 17h

Un mil­i­tant du FN bous­culé sur un marché des Hauts-de-Seine

Un mil­i­tant du Front nation­al a été « bous­culé » same­di matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine) où il fai­sait cam­pagne avant un scrutin lég­is­latif par­tiel, et un dra­peau du par­ti lui a été volé, a-t-on appris de source poli­cière.

Le mil­i­tant, qui se plaig­nait de légères douleurs à la tête, a été trans­féré à l’hôpital. Aucune plainte n’avait été déposée same­di après-midi, selon cette source.

Le mil­i­tant a été « agressé par “un groupe de six racailles” qui l’ont « “frap­pé vio­lem­ment” », a pour sa part assuré le FN dans deux com­mu­niqués dis­tincts.

Communiqué de l’AFP mis à jour vers 20h

Agres­sion d’un mil­i­tant FN sur un marché des Hauts-de-Seine

Un mil­i­tant du Front nation­al a reçu des coups same­di matin sur un marché de Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine), où il fai­sait cam­pagne pour une lég­isla­tive par­tielle, a-t-on appris de source poli­cière et auprès du FN.

Le mil­i­tant, qui se plaig­nait de douleurs à la tête, a été trans­féré à l’hôpital, selon la source poli­cière. Mais selon Julien Dufour, directeur de cam­pagne du can­di­dat FN Michel Geor­get à la lég­isla­tive par­tielle des 9 et 16 décem­bre, le mil­i­tant a été vio­lem­ment frap­pé à l’arrière de la tête, néces­si­tant huit points de suture.

Le mil­i­tant blessé a l’intention de dépos­er plainte dimanche, a assuré le FN. Il a été « agressé par “un groupe de six racailles” qui l’ont “frap­pé vio­lem­ment” », a assuré le par­ti dans deux com­mu­niqués dis­tincts.

Observation sur ces deux dépêches de l’AFP

Dans le pre­mier com­mu­niqué de l’agence, les faits sont min­imisés. Volon­té de dédrama­tis­er l’affaire ? Quoi qu’il en soit, suite aux com­mu­niqués du Front Nation­al et à la paru­tion de pho­tos de l’agression, l’AFP décide de revoir sa copie. La « bous­cu­lade » devient donc une « agres­sion » et les « légères douleurs à la tête » se trans­for­ment en « douleurs à la tête ». L’article reste néan­moins très con­di­tion­nel et nuancé.

Il sem­blerait, au vu des change­ments opérés, que le pre­mier com­mu­niqué, immé­di­ate­ment repris en chœur par les grands médias, ne pou­vait pas tenir longtemps face à l’ampleur des réac­tions à cette agres­sion. L’agence a ain­si décidé de réac­tu­alis­er sa ver­sion… Cepen­dant, les traces de cette mod­i­fi­ca­tion n’ont pas échap­pé à cer­tains sites, comme Le Brévi­aire des Patri­otes.

De quoi s’interroger sur les méth­odes de l’AFP, prin­ci­pale source d’information des médias tra­di­tion­nels…

Crédit pho­to : philippe leroy­er via Flickr (cc)

Page 324 sur 341

Qui a dit…

« J’espère qu’un jour on arrivera à ce que ce soit aus­si évi­dent de lut­ter de manière directe con­tre le dog­ma­tisme religieux que con­tre le FN »

Pour le découvrir, cliquez ici