Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un nouvel hebdo des bobos parisiens ? La Croix candidate

21 octobre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Un nouvel hebdo des bobos parisiens ? La Croix candidate

Un nouvel hebdo des bobos parisiens ? La Croix candidate

Le quotidien chrétien La Croix (ou s’affirmant toujours chrétien, les avis sont partagés), a lancé son hebdomadaire. L’OJIM a décidé de lire les deux premiers numéros, afin de ne pas juger autrement que sur pièces. Analyse du numéro 1.

Ain­si que l’OJIM l’annonçait le 5 octo­bre 2019, le groupe Bayard a lancé La Croix Heb­do, dans un con­texte où tout sem­ble pour­tant indi­quer un recul des ventes de la presse papi­er. Sans doute y a‑t-il de nom­breuses raisons à ce lance­ment, dont le souhait de relancer indi­recte­ment le quo­ti­di­en. D’autant que le ton est dans la lignée de celui du quo­ti­di­en, chré­tien de gauche, de moins en moins chré­tien diront cer­tains catholiques et de plus en plus bobo parisien.

C’est parti pour les émotions fortes

La cou­ver­ture : une femme et un homme, jeunes, à l’évidence issus d’Afrique et noirs, se « retrou­vent », l’air apaisé. En toile de fond, l’évocation du chemin tra­ver­sé pour (enfin ?) être sauvés. Le titre : « Le bureau des retrou­vailles. Ici, on réu­nit les familles séparées par l’exil ».

Le choix rédac­tion­nel est donc très clair, le même que la mise en avant des enfants mourant sur une plage ou pleu­rant dans les bras de leur mère voilée : on en appelle aux émo­tions et au sen­ti­men­tal­isme de l’armée libérale-lib­er­taire. De mau­vais­es langues ver­ront sans doute un usage cynique des migra­tions à des fins de lance­ment économique d’un organe de presse, dont il faut sig­naler qu’il était, pour ce pre­mier numéro, en piles partout et annon­cé à grand ren­fort d’affichettes.

Le som­maire : les titres des rubriques font plus dans le club de yoga zen que dans la nef d’église : « ren­con­tr­er », « explor­er », « s’inspirer », « ralen­tir ». De quoi dis­cuter sous le bon­zaï. Donc, qui ren­con­tr­er pour La Croix, en ce début de mois d’octobre 2019 ? Alain Jup­pé. La Croix frappe fort et vise indé­ni­able­ment son élec­torat le plus âgé avec cet entre­tien. Les équili­bres sont tou­jours dif­fi­ciles à trou­ver quand on veut innover. La rédac­tion, à la tête de laque­lle se trou­ve Anne Ponce, a décidé de don­ner la parole à un vieux ponte de l’ancien RPR/UMP, autre­fois fusible d’un Chirac embour­bé dans les affaires de la ville de Paris, ama­teur de man­i­fes­ta­tions mas­sives (et hos­tiles) dans la cap­i­tale, mais depuis devenu un ferme sou­tien du jeune Macron. La Croix heb­do se sent d’ailleurs des affinités avec un Chirac mort puisque la cita­tion qui ouvre ce pre­mier numéro (« une cita­tion pour com­mencer ») est : « Les valeurs ne sont pas des principes dés­in­car­nés mais elles s’imposent quand une sit­u­a­tion con­crète se présente et que l’on sait ouvrir les yeux » (Chirac, jan­vi­er 2007, « Hom­mage aux Justes de France »). La Croix se situe donc par­mi les Justes d’aujourd’hui. Com­ment ses acteurs peu­vent-ils en être si cer­tains ?

Retrouvailles et amalgame

Suit le cœur du numéro : 11 pages con­sacrées au « bureau des retrou­vailles. Ici on réu­nit les familles séparées par l’exil ». Présen­ta­tion du dossier :

« Chaque année, des mil­liers de réfugiés per­dent la trace de leurs proches sur les routes de l’exil. A la douleur du déracin­e­ment s’ajoute alors l’angoisse d’une sépa­ra­tion défini­tive. En France, les enquê­teurs de la Croix-Rouge ten­tent de réu­nir les familles dis­per­sées. Voici leur quo­ti­di­en, tour à tour âpre, déchi­rant, lumineux ».

Rien de bien neuf, beau­coup de sen­ti­men­tal­isme lacry­mal, d’émotion… On se croirait en pleine vis­ite sco­laire au sein du con­seil région­al de Bour­gogne Franche-comté. Ce n’est pas tout ? Non. Il était peu facile de faire pire en terme d’utilisation de la souf­france humaine, dans cette accroche ; pour­tant, la jour­nal­iste y parvient, avec une colonne d’introduction inti­t­ulée « Pourquoi nous l’avons fait » qui com­mence ain­si : « Il y a quinze ans, des mes­sages épinglés à la sor­tie du mémo­r­i­al de l’holocauste, à Wash­ing­ton, m’avaient boulever­sée : des sur­vivants de la Shoah y avaient grif­fon­né leurs nom et adresse dans l’espoir d’être recon­tac­tas par un proche dis­paru durant la guerre mais — qui sait — qui aurait pu être encore vivant quelque part ». Il fal­lait oser : un dossier afin de ne pas être les nazis d’aujourd’hui tan­dis que les migrants, ici unique­ment dénom­més « réfugiés » seraient les juifs de main­tenant.

Cet amal­game entre l’Europe et la France d’aujourd’hui et l’Allemagne nazie d’hier n’est bien sûr pas le seul morceau de bravoure de ce numéro 1. Ce dernier est ryth­mé par divers­es rubriques et sous-rubriques, la plu­part dans le même ton yoga zen. La Croix heb­do s’intéresse par exem­ple sur deux pages à un sujet qui devrait sans doute bien plus motiv­er un mag­a­zine chré­tien : la PMA. Evidem­ment, la rédac­tion est gênée aux entour­nures, elle préfère donc rap­porter les pro­pos tenus par qua­tre per­son­nal­ités lors d’une soirée du Col­lège des Bernardins, de manière à ne pas avoir à s’engager, sauf à « faire droit au débat néces­saire » (ce qui par con­tre, dans les mêmes pages, ne vaut pas au sujet des migrants clan­des­tins). Mais le sujet de la PMA est sen­si­ble et La Croix heb­do, tout comme son aînée quo­ti­di­enne n’a pas envie de faire fuir des lecteurs sur cette déli­cate ques­tion.

Le numéro se ter­mine sur une grande par­tie « cul­ture » mais fourre-tout, se finis­sant elle-même par un « réc­it graphique » insipi­de comme une bande dess­inée pour bobo.

Vis­i­ble­ment le groupe Bayard et La Croix ont besoin d’élargir leur clien­tèle, et de la raje­u­nir. D’autant que nom­bre de lecteurs et d’abonnés du quo­ti­di­en le sont par vieille habi­tude. Le Paris qui a voté Macron suiv­ra-t-il ? D’autant qu’il y a la con­cur­rence d’un Téléra­ma qui a depuis longtemps cessé d’être un pro­gramme de télévi­sion, ori­en­tant plutôt les choix de livres et de films des bobos parisiens.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).