Accueil | Actualités | Médias | Loi Avia et dénonciations, un texte prophétique de Céline
Pub­lié le 20 octobre 2019 | Éti­quettes : , , , ,

Loi Avia et dénonciations, un texte prophétique de Céline

La loi Avia est l’aboutissement d’un long processus de lois liberticides. La loi Pleven dite anti-raciste en 1972 renforcée en 2003 par la loi Lellouche et en 2004 par la loi Perben, loi Gayssot dite loi mémorielle en 1990, loi Taubira sur l’esclavage en 2001, loi dite contre l’homophobie de 2008, enfin la loi Avia elle-même de 2019. Prescience ? Louis-Ferdinand Céline avait écrit dans les premières pages des Beaux-draps un texte prophétique sur la passion des dénonciations, que nous livrons à nos lecteurs. Nous avons respecté l’orthographe et la ponctuation de l’auteur. Nous dédions cet article à Madame Laetitia Avia, députée LREM de Paris.

« Ça y est ! Il paraît que tout change qu’on est maintenant dans les façons, la rédemption, les bonnes manières, la vraie vertu. Faudra qu’on surveille son langage. Y a des décrets aussi pour ça. Je suis passé en Correctionnelle, faut pas que ça recommence ! Surtout ne dénommons personne ! Rien que des idées générales ! Mme de Broussol en a bien ! Née Plumier ! Sardines à l’huile ! pudibondes ! pas à l’eau ! Pernod ! Ah ! Ah ! Je me comprends ! C’est l’astuce ! Parfaitement seul ! Je me donnerai pas ! Je mouille plus du tout, je m’hermétise, je suis bourrelé de mots secrets. Je m’occulte. Et encore tout à fait prudent ! Tout devient des plus épineux. Y a des censeurs, des délateurs dans tous les coins… Je sais plus où me mettre… Châtions, châtions, nos expressions ! … La France est bourrique, c’est plein la Commandantur des personnes qui viennent dénoncer… Elles vont au Parquet ensuite… le lendemain elles retournent (1) rue de Rivoli… Au nom de la Patrie toujours ! donner le copin, la copine… Comme ça ne perdant pas une minute… Le Fiel est Roi ! Regardez la gueule du trèpe, c’est du long cauchemar en figures. C’est tout obscène par le visage. Parties honteuses remontées au jour. Châtions ! châtions nos expressions ! Il n’est que temps Bordel de merde ! On se méfie jamais assez ! »

Pendant l’occupation les chefs de la Kommandantur étaient installés à l’hôtel Meurice, 228 rue de Rivoli.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This