Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La revue L’Hémicycle se relance et devient trimestrielle

19 octobre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La revue L’Hémicycle se relance et devient trimestrielle

La revue L’Hémicycle se relance et devient trimestrielle

Eric Revel, une vaste expérience de la presse écrite, ex DG de LCI (puis membre du comité directeur de TF1), DG de France Bleu et chroniqueur relance la revue L’Hémicycle à l’occasion de son 499ème numéro.

Nouvelle formule, nouvelle équipe

Eric Rev­el, directeur de pub­li­ca­tion est entouré de Thomas Renou, rédac­teur en chef, et d’une équipe de jour­nal­istes con­fir­més comme Jean Qua­tremer de Libéra­tion (son por­trait) ou François Clé­menceau rédac­teur en chef inter­na­tion­al au JDD. Mais aus­si de poli­tistes du CEVIPOF de sci­ences po comme Luc Rouban et Mar­tial Fou­cault, d’écrivains comme Bruno Fulig­ni et d’anciens mil­i­tants poli­tiques comme Pierre Januel (ex chef de cab­i­net de Cécile Duflot).

La nou­velle for­mule est trimestrielle, ven­due 15€ au numéro ou 60€ par abon­nement. Mais sa plus grande dif­fu­sion est gra­tu­ite pour ce pre­mier numéro de la nou­velle for­mule. Un numéro papi­er (il existe un for­mat numérique) envoyé à 6000 per­son­nes : gou­verne­ment, cab­i­nets min­istériels, con­seils départe­men­taux et régionaux, pré­fec­tures, maires de com­munes de plus de 8000 habi­tants, décideurs etc. Un envoi qui prélude à une poli­tique d’abonnements insti­tu­tion­nels avec des pub­lic­ités plutôt insti­tu­tion­nelles elles aus­si. Les quelques pages de pub­lic­ité du numéro 1, Pub­lic Sénat, Banque postale, Fon­da­tion Essonne pour le mécé­nat (Stéphane Bern), Action loge­ment etc vont dans ce sens.

Un premier numéro très réussi

Une mise en page et un graphisme très clairs (on regret­tera sim­ple­ment deux cartes trop petites pour être lis­i­bles), de grands noms pour les entre­tiens et une écri­t­ure alerte, ce numéro de cent pages est plaisant à lire. Un savant équili­bre entre macroniens bon teint comme le min­istre des col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales Sébastien Lecor­nu ou la députée LREM grecque Chrysoula Zacharopoulou élue sur le con­tin­gent français, des opposants comme Yan­nick Jadot ou Bernard Cazeneuve et des entre-deux comme Dominique Bussereau ou François Baroin. Remar­quons que Bernard Cazeneuve fait la (belle) cou­ver­ture et lance « Quelques idées aux­quelles je crois », une manière d’occuper le ter­rain poli­tique avec de la hau­teur tout en jurant ses grands dieux qu’il ne pense pas un instant à l’élection prési­den­tielle de 2022.

Des arti­cles de fond sur la démoc­ra­tie munic­i­pale, le bon­heur rur­al, le mul­ti­latéral­isme (les auteurs sont pour), l’Union Européenne (per­son­ne ne sera sur­pris que Jean Qua­tremer adore), un arti­cle équili­bré sur inter­net (avec un mau­vais titre), une rubrique « Des artistes au Par­lement » très drôle et enlevée, le numéro 499 est de fac­ture très pro­fes­sion­nelle. Si L’Hémicycle con­tin­ue sur sa lancée, sa lec­ture sera utile voire indis­pens­able pour qui s’intéresse à la poli­tique en France. Pour ter­min­er sur un sourire, dans une cri­tique de livre, le néo-libéral Gas­pard Koenig est qual­i­fié de « penseur », il doit s’agir d’une faute de frappe.

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.