Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Julian Assange, début du procès lundi 28 octobre
Julian Assange, début du procès lundi 28 octobre

23 octobre 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Julian Assange, début du procès lundi 28 octobre

Julian Assange, début du procès lundi 28 octobre

Julian Assange, début du procès lundi 28 octobre

Depuis le 11 avril 2019, Julian Assange (son portrait) est enfermé à la prison de haute sécurité de Belmarsh au Royaume-Uni, où sa santé décline rapidement. Les autorités britanniques travaillent en étroite collaboration avec les grands frères américains qui souhaitent une extradition début 2020. Si son procès démarre fin octobre 2019, le jugement sur une probable extradition n’est pas attendu avant février.

Régime spécial et oubli

Qui dit prison de haute sécu­rité dit régime car­céral sévère : 20h par jour à l’isolement en cel­lule, vis­ites dites « sociales » (hors vis­ites des avo­cats) réduites à deux par mois con­sul­ta­tions médi­cales inclus­es. Son père John Ship­ton venu d’Australie n’a pu le ren­con­tr­er qu’une seule fois pen­dant une heure. Début août 2019, le frère d’Assange venu le vis­iter l’a trou­vé « émacié et anx­ieux », il a demandé au Pre­mier Min­istre aus­tralien Scott Mor­ris­son d’intervenir pour amélior­er les con­di­tions de déten­tion de son frère, sans réponse des autorités aus­trali­ennes, proches des intérêts américains.

Rap­pelons que la déten­tion d’Assange n’est due qu’à une « infrac­tion à la loi bri­tan­nique de la mise en lib­erté sous cau­tion », un pré­texte com­mode. Julian Assange a demandé à ses par­ti­sans de man­i­fester devant les sièges des médias qui l’ont con­damné d’avance comme la BBC ou Le Monde, avec un suc­cès réduit, comme si Assange était déjà oublié et par avance enfer­mé à vie dans une prison américaine.

Groupe de soutien au Parlement australien

Plusieurs par­lemen­taires aus­traliens ont con­sti­tué un groupe de sou­tien. Ce groupe com­prend des mem­bres du par­ti tra­vail­liste, du groupe indépen­dant, du LNP (Lib­er­al Nation­al Par­ty). Le groupe est co-présidé par Andrew Wilkie (indépen­dant), ancien offici­er du ren­seigne­ment aus­tralien. Andrew Wilkie a insisté sur le fait que les accu­sa­tions sué­dois­es de viol con­tre Assange sont tombées et que les faits incrim­inés par les améri­cains (Wik­ileaks) se sont déroulés en-dehors des Etats-Unis.

Un des avo­cats d’Assange Greg Barnes a souligné que si les Etats-Unis obti­en­nent gain de cause, « tout jour­nal­iste ou toute per­son­ne qui pub­lie du matériel jugé clas­si­fié en ver­tu des lois améri­caines sur l’espionnage pour­ra faire l’objet de pour­suites, indépen­dam­ment de tout lien avec les Etats-Unis », créant une sit­u­a­tion juridique d’extraterritorialité et une grave men­ace pour les jour­nal­istes. Il a ajouté « C’est comme si l’Australie attaquait quelqu’un en Bel­gique pour des faits com­mis dans ce pays ». Le groupe n’a pas encore été recon­nu par les assem­blées australiennes.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.