Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Lauriers de l’Audiovisuel : entre-soi, haie d’honneur pour Arte et abondance de service public

21 février 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Lauriers de l’Audiovisuel : entre-soi, haie d’honneur pour Arte et abondance de service public

Lauriers de l’Audiovisuel : entre-soi, haie d’honneur pour Arte et abondance de service public

Le Club de l’Audiovisuel, “lieu de rencontres avec l’ambition de fédérer l’ensemble des acteurs du secteur de l’audiovisuel et du numérique”, tenait le 10 février 2020, sa vingt-cinquième cérémonie des Lauriers de l’Audiovisuel.

Cette céré­monie attribue des “Lau­ri­ers” à dif­férents pro­grammes télévisés ou radio, à la manière des prix décernés lors du Fes­ti­val de Cannes. Celle qui vient de se dérouler récom­pen­sait les pro­grammes dif­fusés en 2019. Et comme son sem­blable ciné­matographique, cette céré­monie fut aus­si le fes­ti­val de l’entre-soi et du poli­tique­ment cor­rect.

Un jury représentatif… du monde médiatique

Avant de par­ler des Lau­ri­ers, revenons sur le jury de cette céré­monie. Patrick Bézi­er, prési­dent du Club de l’Audiovisuel de Paris, en était à la tête. Ancien directeur général du groupe Audi­ens ; acteur de la pro­tec­tion sociale des pro­fes­sion­nels de cul­ture, com­mu­ni­ca­tion et médias ; par­ti à la retraite avec un para­chute doré, il dit souhaiter “dia­loguer avec les nou­veaux acteurs tels que Molo­tov, Net­flix, SALTO ou encore Dis­ney et Ama­zon” (pas pour tout de suite l’union con­tre les GAFA) et être “con­va­in­cu que c’est tou­jours par la con­cer­ta­tion que les valeurs de diver­sité cul­turelle (?) pour­ront être préservées”.

Il est accom­pa­g­né cette année, de Jean-Marie Colom­bani, co-fon­da­teur du poli­tique­ment cor­rect Slate et ancien directeur du Monde. On retrou­ve aus­si Chris­tine Kel­ly, anci­enne mem­bre du CSA et présen­ta­trice de l’émission de Zem­mour, par ailleurs, seule représen­tante de la “diver­sité” pour­tant si vénérée par ses com­pères. Vien­nent ensuite Gilles Leclerc, “mem­bre du comité d’éthique de Radio-France” et Math­ieu Gal­let, ancien PDG de Radio France. France 24 est aus­si représen­tée avec Gérard Saint-Paul, ancien directeur général et fon­da­teur. Enfin, on retrou­ve aus­si bien d’autres acteurs des médias de grands chemins.

Arte, grande gagnante des Lauriers

Arte, habituée à la pro­pa­gande sur l’Europe, la Pologne ou la Russie, est la grande gag­nante des Lau­ri­ers avec, mal­gré ou grâce à ses 2,6% des audi­ences annuelles, le plus de récom­pens­es. La chaîne a dif­fusé et pro­duit le télé­film “Huguette”, offrant le “Lau­ri­er d’Interprétation Fémi­nine” à Line Renaud. Elle a aus­si co-pro­duit et dif­fusé “Tout con­tre elle”, gag­nant du “Lau­ri­er Fic­tion”, “Venezuela, l’ombre de Chavez”, du “Lau­ri­er Pre­mière Œuvre” et “Cor­leone, le par­rain des par­rains”, du “Lau­ri­er Doc­u­men­taires”. Sans oubli­er Arte Radio, gag­nant du “Lau­ri­er Numérique” avec son pod­cast “Dal­i­da et moi”

Les médias du service public, très bien positionnés aussi, France Inter en tête

La poli­tique­ment cor­recte France Inter (groupe Radio France) est le deux­ième média dont les pro­duc­tions ont le plus été récom­pen­sées. Son pod­cast “Une his­toire et… Oli” qui racon­te des con­tes pour enfants a reçu le “Lau­ri­er Jeunesse” et son émis­sion “Ça peut pas faire de mal”, le “Lau­ri­er Cul­ture” (cocasse quand on fait délibéré­ment une faute de français dans le titre de son émis­sion).

Mais ce n’est pas tout pour le groupe Radio France (mer­ci Gilles Leclerc et Math­ieu Gal­let d’être dans le jury), dont France Cul­ture a obtenu le “Lau­ri­er Infor­ma­tion Radio” pour son émis­sion “Les matins”, et France Musique, le “Lau­ri­er Pro­gramme Radio” pour “Au cœur de l’orchestre ”.

Enfin, le JT de 20h sur France 2, du 13 octo­bre 2019, a été récom­pen­sé du “Lau­ri­er Grand Reporter” pour un reportage inti­t­ulé “Syrie/Turquie : un con­voi de civils pris pour cible”.

Pour finir, ce sont des per­son­nal­ités qui ont reçu des Lau­ri­ers, le “Lau­ri­er d’Honneur” pour Patrick Brion dans “Ciné­ma de Minu­it” sur France 5 et le “Lau­ri­er d’Or” pour la social­iste Marie-Chris­tine Saragosse, prési­dente de France Médias Monde.

Les médias privés aussi récompensés avec quelques Lauriers

Après les innom­brables récom­pens­es reçues par les médias publics, on retrou­ve tout de même quelques Lau­ri­ers pour les chaînes privées.

L’émission “Quo­ti­di­en” de Yann Barthès dont nous sommes revenus sur les méth­odes entre men­songes et déri­sion dans un grand dossier, dif­fusée sur TMC, a obtenu le “Lau­ri­er Mag­a­zine” pour l’ensemble de sa sai­son 4 (rien que ça).

Gul­li rem­porte le “Lau­ri­er Civisme et Grandes Caus­es” pour son doc­u­men­taire “Objec­tif Kil­i­mand­jaro : Oscar et Arthur sur le toit de l’Afrique” qui retrace les péripéties de deux ados en fau­teuil roulant cher­chant à gravir le fameux som­met.

Net­flix a aus­si reçu son Lau­ri­er, celui relatif aux séries, pour “Le bazar de la char­ité”, co-pro­duit avec TF1.

Enfin, Roschdy Zem, acteur fran­co-maro­cain diver­si­taire, a obtenu le “Lau­ri­er d’Interprétation Mas­cu­line” pour son rôle dans la série “Les sauvages” co-pro­duite et dif­fusée par Canal+.

Voilà donc le pal­marès des Lau­ri­ers de cette année, du Arte encore et encore, des médias du ser­vice pub­lic, du “Quo­ti­di­en” et un peu de Gul­li, Net­flix, TF1 et Canal+, his­toire de vari­er. Comme une impres­sion d’entre-soi dont le pal­marès sem­ble se pré­val­oir.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision