Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
CNews, première chaîne d’info et tête de turc de l’ARCOM

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

5 juin 2024

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | CNews, première chaîne d’info et tête de turc de l’ARCOM

CNews, première chaîne d’info et tête de turc de l’ARCOM

Temps de lecture : 4 minutes

C’est parce que le directeur de la rédaction du Journal du Dimanche, Geoffroy Lejeune, aurait tenu des propos « véhiculant plusieurs stéréotypes négatifs » que l’ARCOM a sanctionné la chaîne CNews par la dispense d’une amende de 50 000 euros. Au moment où CNews dépasse BFMTV sur le mois de mai. Une réaction épidermique et agacée de l’ARCOM ?

La déci­sion a été prise le 2 mai 2024 mais n’a été inscrite au Jour­nal offi­ciel que le 23 mai dernier : dans sa déci­sion n°2024–401, l’ARCOM étayait les moti­va­tions de la sanc­tion dont elle a affligé CNews : c’est parce que l’un des invités du plateau de L’Heure des Pros 2, Geof­froy Leje­une, aurait tenu des pro­pos véhic­u­lant des « stéréo­types négat­ifs » que la chaîne a écopé de 50 000 euros d’amende de la part du régulateur.

Des propos…

C’est au cours de l’émission de L’Heure des Pros 2 du 28 sep­tem­bre 2023 que le directeur de la rédac­tion du Jour­nal du Dimanche aurait com­mis la faute. « Ce que je trou­ve intéres­sant le sondage, avait alors indiqué Leje­une, c’est la cause de l’antisémitisme, le con­flit israé­lo pales­tinien ça veut dire que ça n’est que, en fait c’est une des con­séquences, cette, ce, ce sondage, une des con­séquences de l’immigration arabo-musul­mane. C’est une des con­séquences comme une par­tie du traf­ic de drogues, comme la sur­pop­u­la­tion car­cérale, comme l’abaya comme tout ça, comme tout ça, et en fait l’antisémitisme dont sont vic­times les juifs d’aujourd’hui c’est juste qu’on n’a pas eu une poli­tique d’immigration qui avait juste le début du com­mence­ment d’une cohérence ». 

…et un blâme !

L’autorité de régu­la­tion a for­mulé deux reproches à l’encontre de cette prise de parole : en pre­mier lieu, elle a regret­té que Geof­froy Leje­une ait pu sous-enten­dre que cer­tains crimes et dél­its en vigueur en France étaient les con­séquences de l’immigration « arabo-musul­mane ». Et de regret­ter que cette assim­i­la­tion « des faits et com­porte­ments graves à un groupe de pop­u­la­tion dans son ensem­ble, [soit] de nature à encour­ager à des com­porte­ments dis­crim­i­na­toires à son égard en rai­son de son orig­ine et de sa reli­gion »… L’ARCOM a ensuite déploré que les pro­pos de ce « jour­nal­iste [qui se posi­tionne] régulière­ment sur la thé­ma­tique de l’immigration n’[aient] sus­cité aucune réac­tion de la part des per­son­nes présentes en plateau ». Ce sont ces raisons qui ont con­duit l’ARCOM à dis­penser une sanc­tion de 50 000 euros à l’encontre de la Société d’exploitation d’un ser­vice d’information (S.E.S.I), en l’occurrence CNews et à pub­li­er au Jour­nal offi­ciel le con­tenu de la sanction.

Un problème de terminologie

Quel que soit l’avis que l’on se fait des déc­la­ra­tions de Geof­froy Leje­une, la déci­sion de l’ARCOM soulève un prob­lème d’ordre ter­mi­nologique qui sort du domaine pur du juridique pour rejoin­dre qua­si­ment la psy­ch­analyse : la sanc­tion pronon­cée s’appuie sur la dif­fu­sion de « stéréo­types », notion qui relève davan­tage de la psy­cholo­gie sociale que du droit. S’il est vrai que ce terme a fait intru­sion dans notre droit à la faveur de textes sur l’égalité entre les hommes et les femmes notam­ment, cette immix­tion per­pétuelle d’une notion arbi­traire (les « stéréo­types » dépen­dent du groupe social dans lesquels ils sont véhiculés) dans un droit qui doit être général et imper­son­nel soulève un légitime ques­tion­nement sur la par­tial­ité de la déci­sion. De là à douter de l’la neu­tral­ité d’une ARCOM dont le prési­dent est désigné par le Prési­dent de la République, il n’y a qu’un pas.

Et CNews dépasse BFMTV en part d’audience !

Coïn­ci­dence ? Qua­si simul­tané­ment les résul­tats en part d’audience du mois de mai 2024 tombent !  Alors que les deux chaînes avaient fait jeu égal en décem­bre avec cha­cune 2,6% de part d’audience, CNews passe devant avec 2,8% con­tre 2,7% pour sa con­cur­rente. Une vic­toire sym­bol­ique au moment où Rodolphe Saadé rachète l’antenne à Patrick Drahi.

Rap­pelons que sur la total­ité de 2023 BFMTV se situ­ait à 3% et CNews à 2,3%. Une pro­gres­sion ful­gu­rante : il y a 7 ans lors du rachat sur fond de grève par Bol­loré, l’audience était de… 0,7%. Depuis le début de 2024 l’émission vedette de Pas­cal Praud L’Heure des pros entre 20h et 21h rassem­ble plus de 800 000 spec­ta­teurs con­tre 220 OOO sur BFMTV et encore moins pour LCI et France Info. On com­prend l’exaspération de Libéra­tion (sauvé de la fail­lite par Daniel Křetín­ský) qui titre sur le suc­cès de Praud « le sale air de la peur ». La peur est plutôt dans le camp du Bien libéral lib­er­taire qui chouine, voy­ant son mono­pole s’effriter.

Voir aus­si : Pas­cal Praud, portrait

Vidéos à la une