Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Radio France en grève
Radio France en grève

28 novembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Radio France en grève

Radio France en grève

Radio France en grève

Depuis le lundi 25 novembre, France Inter, France Infos, France Culture, France Musique, Radio Bleue sont en grève avec des programmes plus ou moins allégés suivant les stations, un mouvement qui durera au moins jusqu’au vendredi 29 inclus.

Radio France 2022

La direc­tion a annon­cé son plan de marche pour 2022, moins de sous car moins de dota­tions de l’État (économies de 60M€), plus de numérique (76 recrute­ments), un peu moins de monde avec la sup­pres­sion de 299 postes dont la grande majorité de départs volon­taires. Peu de baisse d’effectifs au fond pour une société qui dépasse allé­gre­ment les 4600 personnes…peu employées.

La Cour des Comptes sévère

Au moment de la grève de 2015 qui avait duré plusieurs semaines, la Cour des Comptes avait souligné les con­di­tions extrav­a­gantes de tra­vail du groupe : entre 56 et 68 jours de vacances RTT inclus. Cer­tains jour­nal­istes ont un « rythme adap­té » soit 4 jours de tra­vail suiv­is de 3 jours de con­gé. Les musi­ciens ne tra­vail­lent en moyenne que 700 heures par an soit moins de 20h par mois. Heures sup­plé­men­taires fan­tai­sistes (71% des tech­ni­ciens du son en ont perçu en 2013), primes tout aus­si fan­tai­sistes, de nuit, de mati­nale, de pro­mo­tion… dont les béné­fi­ci­aires con­tin­u­ent de béné­fici­er même s’ils changent de poste, rem­bourse­ment des amendes des salariés, sur­ef­fec­tifs pharaoniques, une liste à la Prévert.

Les syndicats sont contre

Sur­prise, les syn­di­cats dénon­cent sans rire « une casse en règle du ser­vice pub­lic ». C’est de bonne guerre, mais la SNJ-CGT ressem­ble plus à une asso­ci­a­tion de défense des nan­tis (ceux qui ont un CDI, alors que les vacataires sont exploités voire employés en microen­tre­prise) qu’à un syn­di­cat soucieux d’un bien com­mun décent. Il est vrai que près de 400 per­son­nes (8% des effec­tifs) sont élus pro­fes­sion­nels ou délégués syn­di­caux. Une sit­u­a­tion qui rap­pelle celle du syn­di­cat du Livre aux NMPP dev­enues Presstal­is et qui a con­duit l’entreprise dans des affres dont elle n’est pas encore sor­tie, si elle en sort un jour.

Voir aussi  L'Ojim migre son site outre-atlantique

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.