Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Pluralisme dans l’audiovisuel français : un rapport pointe des « déséquilibres patents »

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

30 mai 2024

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Pluralisme dans l’audiovisuel français : un rapport pointe des « déséquilibres patents »

Pluralisme dans l’audiovisuel français : un rapport pointe des « déséquilibres patents »

Temps de lecture : 5 minutes

À l’occasion de la remise de son rapport L’audiovisuel public français est-il pluraliste ?, l’Institut Thomas More revient sur l’orientation politique et idéologique des participants et thématiques dans les médias français.

C’est pour répon­dre à l’injonction fait à l’ARCOM par le Con­seil d’État d’évaluer le respect des oblig­a­tions de la chaîne CNews en matière de plu­ral­isme, que l’Institut Thomas More a souhaité éval­uer le plu­ral­isme dans l’audiovisuel pub­lic. « S’il y a un acteur médi­a­tique auquel incombe l’obligation de plu­ral­isme en pre­mier lieu, c’est l’audiovisuel pub­lic, qui est financé par l’impôt de tous les Français », remar­quent les deux rap­por­teurs Jean-Thomas Lesueur et Aymer­ic de Lam­otte. Pro­posant une analyse de l’orientation poli­tique et idéologique des 587 par­tic­i­pants inter­venus sur dif­férentes chaînes durant la péri­ode témoin du 19 au 24 févri­er 2024, ils se sont ensuite appliqués à observ­er l’ori­en­ta­tion poli­tique et idéologique des thé­ma­tiques traitées.

Quelles orientations politiques représentées dans l’audiovisuel public ?

S’appuyant sur une clas­si­fi­ca­tion visant à préfér­er aux éti­quettes poli­tiques clas­siques (droite, extrême droite, gauche, extrême-gauche…) des qual­i­fi­ca­tions rel­e­vant de mou­ve­ments de pen­sée (« Neu­tre », « social­istes et pro­gres­siste », « libéral et pro­gres­siste » et « libéral et con­ser­va­teur »), le rap­port a souligné que, sur la péri­ode témoin, 50 % des per­son­nes (294 par­tic­i­pants) inter­venant sur les chaînes visées (France 2, France 5, France Info TV, France info radio, France Cul­ture et France Inter) pou­vaient être qual­i­fiés de « neu­tres ». 25 % sont affil­iés au rang de social­iste et pro­gres­siste, con­tre 21 % de libéral et pro­gres­siste et 4 % de libéral et conservateur.

France Cul­ture appa­raît la radio où le rang libéral et con­ser­va­teur est le moins représen­té (1 %) alors que France Inter est celle rece­vant le plus de par­tic­i­pants issus de la classe social­iste et pro­gres­siste (32 %). Cette dernière accueille aus­si « sig­ni­fica­tive­ment plus de par­tic­i­pants qual­i­fiés de « Libéral et con­ser­va­teur » que la moyenne (7%) ».

Sur l’ensemble des médias, le rap­port con­state « qu’il y a donc six fois plus de par­tic­i­pants qual­i­fiés de « Social­iste et pro­gres­siste » et cinq fois plus de par­tic­i­pants qual­i­fiés de « Libéral et pro­gres­siste » que de par­tic­i­pants qual­i­fiés de « Libéral et conservateur ».

Quelles acceptions des thématiques « écologie », « multiculturalisme » et « perception des personnalités libérales conservatrices » ?

C’est pour met­tre à l’épreuve cet état des lieux que les rap­por­teurs se sont penchés sur le traite­ment de trois thé­ma­tiques choisies : l’« écolo­gie » (pre­mier sujet de préoc­cu­pa­tion des Français), le « mul­ti­cul­tur­al­isme » et la « per­cep­tion des per­son­nal­ités libérales conservatrices ».

En matière d’écologie, le rap­port note que « 65,5 % des avis exprimés [sur l’échantillon de médias et tem­porelle] relèvent d’une écolo­gie que l’on peut qual­i­fi­er de « décrois­sante », con­tre « 17 % » pour ce qu’il dénomme comme « l’écologie des solutions ». 

En ce qui con­cerne le mul­ti­cul­tur­al­isme, le rap­port évoque un « éloge sys­té­ma­tique de la diver­sité ». Sur la péri­ode témoin du 19 au 23 févri­er, les douze fois où le mul­ti­cul­tur­al­isme a été abor­dé l’ont été de manière favor­able. Pour les rap­por­teurs, ces évo­ca­tions pro­posent « un éloge de la diver­sité, présen­tée comme une chance pour le pays d’accueil et une con­di­tion pour le développe­ment d’une société plus har­monieuse. La fierté de sa cul­ture ou de ses racines est con­sid­érée avec scep­ti­cisme quand ladite cul­ture est française, mais forte­ment val­orisée quand elle est étrangère ». 

Soulig­nant la plus grande rareté des per­son­nal­ités appar­tenant au rang « libéral et con­ser­va­teur » que ses corol­laires dans l’audiovisuel pub­lic, le rap­port s’interroge sur leur per­cep­tion dans les médias. Selon le lab­o­ra­toire d’idées, 57 % des per­son­nes ayant fait une déc­la­ra­tion à leur pro­pos expri­ment une opin­ion défa­vor­able à leur égard, 8% une opin­ion favor­able et 35% une opin­ion neu­tre (sur 72 avis recensés).

Des « déséquilibres patents » dans la représentation des invités politiques dans l’audiovisuel public

S’appuyant sur des chiffres de France Info, l’étude a aus­si envis­agé de met­tre en regard le temps de parole des courants poli­tiques sur les chaînes publiques France 2, France 5, France Info TV et France 3. « On observe d’abord que l’ensemble des gauch­es est sys­té­ma­tique­ment surreprésenté par rap­port à son point élec­toral », expliquent les rap­por­teurs. Au même titre, le cen­tre serait bien représen­té, à l’inverse de la droite et la droite rad­i­cale, dont les représen­tants seraient « sous-représen­tés sur les qua­tre chaînes ».

En s’appuyant sur les chiffres de l’ARCOM, le rap­port observe ensuite le temps de parole des courants poli­tiques sur les chaînes d’information con­tin­ue BFMTV, CNews, France Info TV et LCI le 2 mai et le 3 juin 2022 (mois précé­dant le pre­mier tour des élec­tions lég­isla­tives). Là, les « gauch­es sont large­ment sur­représen­tées (sauf sur CNews, ‑19%) : de manière lim­itée sur LCI (+11,5%) mais forte­ment sur France Info TV (+38,5%) et BFM TV (+41,5%) » tan­dis que la droite rad­i­cale est « mieux représen­tée sur CNews (+20,5%) et BFMTV (+12%), elle est forte­ment sous-représen­tée sur France Info TV (-46%). »

Par­tial­ité de France Inter, par­ti-pris de Com­plé­ments d’enquête, sur­représen­ta­tion des opin­ions favor­ables (65 %) sur le pro­jet de loi fin de vie, pré­dom­i­nance des pro­grammes dits « pro­gres­sistes » (56 %) par rap­port aux pro­grammes dits con­ser­va­teurs (0 %),… : la troisième par­tie du rap­port, elle, pro­pose une analyse au cas par cas de l’orientation par­ti­sane de dif­férentes plate­formes médiatiques.

L’OJIM a saisi l’ARCOM sur le même sujet début avril, nous y reviendrons.

Retrou­vez le rap­port com­plet en cli­quant ici.

Voir aus­si : L’Instant M de Sonia Dev­illers sur France Inter, l’entre soi idéologique