Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
David Kessler et Marie-Christine Saragosse reconduits à Public Sénat et France Médias Monde

23 avril 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | David Kessler et Marie-Christine Saragosse reconduits à Public Sénat et France Médias Monde

David Kessler et Marie-Christine Saragosse reconduits à Public Sénat et France Médias Monde

Le mois d’avril 2018 aura été riche en nominations au sein de l’audio visuel public français. Alors que le 11 avril Emmanuel Hoog était remplacé à l’AFP par Fabrice Fries, le lendemain Sybile Veil, de la même promotion à l’ENA qu’Emmanuel Macron, était nommée à la tête de Radio France.

À Public Sénat, c’est le Sénat qui gagne

En couliss­es se déroulait une autre bataille autour de la Chaîne par­lemen­taire, partagée entre LCP-AN (Assem­blée Nationale) et Pub­lic Sénat (Sénat). Si pour LCP-AN le très macronien Bertrand Delais était choisi, la lutte sem­blait plus incer­taine au Sénat entre le sor­tant Emmanuel Kessler, con­sid­éré comme un bébé Elk­a­b­bach, et le jour­nal­iste Jean-François Achilli. Kessler défendait l’indépendance de Pub­lic Sénat alors que Achilli indi­quait souhaiter plus de coor­di­na­tion avec LCP-AN dirigée par Bertrand Delais.

Au Sénat ce sont les séna­teurs qui choi­sis­sent le Prési­dent de leur chaîne. Et les séna­teurs sont en froid avec le Prési­dent de la République qui souhaite une mod­i­fi­ca­tion de la con­sti­tu­tion, une diminu­tion du nom­bre des par­lemen­taires et un moin­dre pou­voir des Assem­blées. En recon­duisant David Kessler, ils ont envoyé un mes­sage d’indépendance à l’exécutif : touche pas à ma chaîne.

Du rififi à France Médias Monde (FMM)

Si peu d’auditeurs ou de téléspec­ta­teurs con­nais­sent FMM, ils sont plus fam­i­liers de France 24 et de Radio France Inter­na­tionale (RFI), tous deux cha­peautés par cet organ­isme. Recon­duite en juin 2017 par le CSA, Marie-Chris­tine Saragosse, social­iste clas­sique, avait été sus­pendue en tant que Prési­dente en févri­er 2018 pour retard dans sa déc­la­ra­tion de pat­ri­moine mais main­tenue à un poste de direc­tion par le CSA pour ne pas per­turber les antennes.

Elle aura eu finale­ment gain de cause en étant réélue pour 5 ans à compter du 23 avril 2018. Une élec­tion un peu par­ti­c­ulière, car sur 7 mem­bres du CSA, deux étaient malades (dont le Prési­dent social­iste Olivi­er Schrameck) et un autre en déplace­ment. Il fal­lait donc l’unanimité des suf­frages pour réélire la Prési­dente. Son oppo­si­tion était bien mai­gre, avec la seule can­di­da­ture du jour­nal­iste sportif de France 2 Michel Gold­stein. À l’unanimité des présents, Marie-Chris­tine sauve sa tête, son engage­ment en faveur de la dif­fu­sion de France 24 et RFI en Afrique, un sujet cher au Prési­dent Macron, ne lui aura sans doute pas nui.

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.

David Perrotin

PORTRAIT — David Per­rotin a réus­si, en quelques années, à se forg­er une répu­ta­tion de mil­i­tant de gauche doté d’une carte de presse. Il est vrai que l’orientation de ses arti­cles est sans ambiguïté, tous les dis­cours et toutes les thé­ma­tiques tra­di­tion­nelle­ment asso­ciées à la droite étant sys­té­ma­tique­ment discrédités.