Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
The Love Europe project : Arte nous raconte l’Europe… extra-européenne

12 août 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | The Love Europe project : Arte nous raconte l’Europe… extra-européenne

The Love Europe project : Arte nous raconte l’Europe… extra-européenne

Pre­mière dif­fu­sion le 19/05/2019

Arte vient de sortir “The Love Europe project”, une série de dix courts-métrages réalisés par de jeunes réalisateurs issus de différents pays d’Europe, où ils déclarent “leur amour au continent”.

Un Européen pou­vait donc s’attendre à divers­es his­toires cen­trées sur la cul­ture européenne et l’histoire du con­ti­nent. Mais avec Arte, il en est tout autrement, sa vision des Européens pique les yeux…

Dépasser les vilaines frontières

Le thème majeur de ces courts-métrages tourne autour des fron­tières. Tout d’abord cette his­toire de deux ados (dans “Un dimanche à Baby­lon”), l’un bavarois et l’autre tchèque, qui “mal­gré l’absence de langue com­mune, sem­blent se com­pren­dre” et vont réus­sir à lier une rela­tion…

Il y a aus­si la clas­sique his­toire d’amour qui dépasse les fron­tières, dans “La fuite en Europe”, entre cette artiste-pein­tre française et ce reporter de guerre libanais.

Puis, dans “Le loup du bois”, c’est l’histoire d’un jeune afghan, évidem­ment réfugié et souhai­tant rejoin­dre l’Allemagne, qui, échoué à Athènes, cherche à tra­vailler. Heureuse­ment pour lui, il va crois­er un menuisi­er grec, qui, mal­gré l’absence de langue com­mune, va l’embaucher, et même “l’adopter”. Jusque-là, tout va bien dans le meilleur des mon­des diver­si­taires.

L’islamophobie omniprésente

Mais il ne faut évidem­ment pas oubli­er le thème, ô com­bi­en impor­tant, de l’islamophobie. Dans “Ma cor­res’ et moi”, une “famille bri­tan­nique s’ap­prête à accueil­lir la cor­re­spon­dante alle­mande de leur fille”. Cette dernière est musul­mane et bien logique­ment, la famille d’accueil a des préjugés xéno­phobes, tout comme les cama­rades (par ailleurs aus­si fumeurs de joints) de la cor­re­spon­dante bri­tan­nique. Mais comme tout finit bien, les deux cor­re­spon­dantes vont se rap­procher et la bri­tan­nique, dépass­er ses préjugés.

Dans “Qu’est-ce qu’on s’a­muse”, ce sont cette fois deux femmes musul­manes qui sont “mal­traitées” par la vendeuse d’un snack, qui ne veut pas leur rem­bours­er leurs chips au bacon que leurs enfants ont acheté par erreur. L’islamophobie dans toute son hor­reur mais aus­si la misog­y­nie : un cou­ple de norvégiens va se mêler de cette dis­pute, cou­ple au sein duquel la femme ne man­quera pas de cri­ti­quer la misog­y­nie de son com­pagnon.

Et sans oublier, l’homophobie

Après l’is­lam­o­pho­bie et la misog­y­nie, les réal­isa­teurs ne pou­vaient pas rater l’homophobie. Dans “Le vieil homme et le seau”, c’est l’histoire d’un “vieil homme aigri et homo­phobe”, qui au pas­sage, ne manque pas de faire des réflex­ions anti-européennes à ses voisins, lorsqu’ils se ren­dent à une man­i­fes­ta­tion pro-UE. Cet homme va se pren­dre d’une “ami­tié inat­ten­due” avec le pro­prié­taire du bar gay instal­lé en bas de chez lui (plus c’est gros, mieux ça passe). Car oui, le pro­prié­taire de ce bar gay est le seul qui va l’aider face à ses prob­lèmes de san­té, pour rem­plir son réfrigéra­teur !

Ainsi que ces odieux patrons

Dans “Comme un oiseau”, on retrou­ve le fameux patron méchant (et qui pour une énième fois, est encore un vieux mâle blanc) avec ces ouvri­ers (qui sont d’ailleurs toutes des femmes).

Enfin, dans “L’en­trée”, d’odieux pro­prié­taires dans un lux­ueux immeu­ble ont décidé que le per­son­nel, qu’ils appel­lent les “crasseux”, ne devait pas ren­tr­er en pas­sant par l’entrée prin­ci­pale. Lorsqu’une nou­velle employée, évidem­ment issue de la “diver­sité”, se trompe d’accès pour son pre­mier jour, cela se trans­forme en scan­dale où les remar­ques méprisantes côtoient les accents xéno­phobes.

Mais ne pas oublier la chance que nous avons, nous Européens de l’Ouest

Mais mal­gré tous ces erre­ments, il ne faut pas oubli­er la chance que nous avons, nous Européens de l’Ouest. Comme dans “À la croisée des con­ti­nents”, où un vieux Kaza­kh décou­vre l’Allemagne et finit admi­ratif devant tant d’abondance… (Mal­gré les remar­ques de son petit-fils vivant en Alle­magne et qui lui aus­si, der­rière des airs peu sym­pa­thiques, tient des pro­pos xéno­phobes)

Enfin, dans “One day”, une famille de Roumains, dont une par­tie des plus jeunes mem­bres sont par­tis à l’étranger, par­le d’Europe à table, se désolant de la posi­tion de “lanterne rouge du con­ti­nent” que pos­sède la Roumanie. Et bien évidem­ment, faisant les louanges de la démoc­ra­tie et d’une Europe réfor­mée pour mieux inté­gr­er les derniers arrivés !

Voilà com­ment Arte présente la société européenne, chaîne publique cen­sée pro­mou­voir la “cul­ture européenne”, une vision cen­trée essen­tielle­ment sur les extra-Européens. Cherchez l’erreur.

Voir aussi

La Come­dia mil­i­tante d’Arte

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

Pascale Clark

PORTRAIT — Pas­cale Clark est jour­nal­iste sur France Inter où elle se fait par­ti­c­ulière­ment remar­quer pour sa morgue, son mépris et son par­ti pris face aux per­son­nal­ités poli­tiques de droite.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision