Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Initiatives pour la « diversité » dans les médias, rien pour le pluralisme des idées

6 décembre 2017

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | not_global | Initiatives pour la « diversité » dans les médias, rien pour le pluralisme des idées

Initiatives pour la « diversité » dans les médias, rien pour le pluralisme des idées

La population française est-elle bien représentée dans les médias ? Assurément non selon certains. Plusieurs initiatives visent à changer la représentation actuelle des différentes composantes de la société française. Nous en présentons quelques-unes.

À la télévision

La société France Diver­sité Média a pour objec­tif de « plac­er sous le feu des pro­jecteurs la diver­sité, val­orisant les réus­sites sou­vent mécon­nues de ceux qui croient en notre pays sans béné­fici­er d’une vis­i­bil­ité médi­a­tique ». Ses émis­sions sont dif­fusées sur la chaîne câblée Demain ! 

Ban­lieue Diver­sité Médias se présente de la façon suiv­ante sur son site : « sa ligne édi­to­ri­ale inno­vante (est) axée autour de la diver­sité, du vivre ensem­ble et de la représen­ta­tion de la France d’aujourd’hui ». La chaine est dif­fusée sur la TNT gra­tu­ite en Ile de France (chaine 31) « et sur l’ADSL ».

Numéro 23 est une chaine de la TNT ter­restre, qui se présente comme étant « dédiée à toutes les diver­sités avec une vision pos­i­tive et mod­erne : que ce soit la par­ité, la diver­sité des orig­ines cul­turelles ou sociales, la diver­sité des modes de vie per­son­nels et famil­i­aux, les dif­férences liées à la con­di­tion physique et au hand­i­cap ». Son con­tenu et sa revente récente au groupe Next Radio TV ont été verte­ment cri­tiqué par la chaine BDM.

Le média en ligne Bondy blog a pour voca­tion de « racon­ter les quartiers pop­u­laires et de faire enten­dre leur voix dans le grand débat nation­al. ». Indis­pens­able pour Libéra­tion, « ter­ri­toire per­du du jour­nal­isme » pour Causeur. Le jour­nal­iste Alexan­dre Devec­chio, qui a col­laboré au Bondy blog, évoque dans une inter­view l’évolution du site, dans un con­texte de développe­ment du dis­cours islamo-gauchiste et com­mu­nau­tariste en ban­lieue, un site dénon­cé par Gilles Kepel comme favor­able aux islamistes.

France Ô est une chaine du groupe France Télévi­sions. Tournée vers les DOM TOM, « la chaine est venue rem­plac­er RFO Sat depuis 2005 mais a con­servé le souci de met­tre en avant la diver­sité cul­turelle », peut-on lire sur son site. Elle aurait réal­isé en octo­bre 2017 une part d’au­di­ence de 0,6%. Dans un objec­tif d’économies, le Prési­dente de FT Del­phine Ernotte a décidé récem­ment de la faire sor­tir de la mesure d’au­di­ence au jour le jour de Médi­amétrie, bap­tisée “Média­mat’ nation­al quo­ti­di­en”.

Le groupe France Télévi­sions mène une poli­tique en faveur de la diver­sité et de sa vis­i­bil­ité. Il établit dans cet objec­tif des rap­ports annuels. En octo­bre 2016, le Monde infor­mait que France Télévi­sion chiffrait dans son bilan diver­sité 2015 à 12 % la pro­por­tion de non-Blancs dans l’information sur France 2 et à 10 % sur France 3. La vice-prési­dente du club du XXIe siè­cle, « un réseau qui milite pour la val­ori­sa­tion de la diver­sité »  en con­clu­ait qu’« il y a claire­ment néces­sité de renou­vel­er les vis­ages qu’on voit sur les antennes. Après nous avoir ren­con­trés en octo­bre 2015, Del­phine Ernotte en a con­venu et nous a promis de tra­vailler sur notre idée d’un annu­aire d’experts issus de la diver­sité ».

Dès 2015, la prési­dente de France Télévi­sions affir­mait sur Europe 1 : « On a une télévi­sion d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va fal­loir que ça change ». Et d’ajouter, il faut « impéra­tive­ment que France Télévi­sions soit à l’image, résonne avec son pub­lic ».

Le Monde indi­quait le lance­ment fin 2016 d’un « guide exper­tise », annu­aire de per­son­nal­ités issues de la diver­sité à des­ti­na­tion des jour­nal­istes et pro­duc­teurs d’émissions. « Imag­inée et mise en place avec le Club du XXIe siè­cle, réseau qui milite pour la val­ori­sa­tion de la diver­sité, cette plate­forme interne, appelée “Experts Plus” a recen­sé 150 per­son­nal­ités, toutes issues des minorités vis­i­bles, qui sont à même d’être invitées dans les JT et les émis­sions de débat ».

Le groupe Egae, qui « accom­pa­gne France Télévi­sions dans la réal­i­sa­tion (de l’) annu­aire en ligne d’expertes et experts issus de la diver­sité » dresse dans un Tweet un con­stat tranché de la représen­ta­tion de la diver­sité dans les médias. Ceux-ci auraient « ten­dance à repro­duire les iné­gal­ités exis­tantes dans la société : ils don­nent à voir une image défor­mée de notre société, masquant sou­vent les femmes ou les per­son­nes racisées ».

Du côté des associations

L’association France Télés Diver­sité a été créée en 2008, afin « d’assurer la pro­mo­tion de per­son­nes issues de la diver­sité et de com­bat­tre les dis­crim­i­na­tions sur les chaînes de l’audiovisuel pub­lic ». Dis­posant à l’origine d’un bureau et d’une adresse mail France télévi­sions four­nis par le groupe pub­lic, les rela­tions avec celui-ci sont dégradées. A un point tel que fin 2015, les dirigeants de l’association annonçaient la fin de ses activ­ités, au motif qu’« après le départ d’Hervé Bourges, Prési­dent du Comité Diver­sité de France Télévi­sions, quelques dirigeants de la direc­tion des ressources humaines ont con­sid­éré que nous étions des “enne­mis” à abat­tre ».

La Chance est une asso­ci­a­tion qui revendique 300 jour­nal­istes pro­fes­sion­nels bénév­oles qui pré­par­ent des étu­di­ants bour­siers aux con­cours des écoles de jour­nal­isme.

Le Club Aver­roès, créé en 1997, a mil­ité pour la présence d’une clause de diver­sité oblig­a­toire dans le cahi­er des charges des chaînes de télévi­sion et la présen­ta­tion de leur sit­u­a­tion en la matière dans le rap­port de fin d’année que présen­tent les chaînes au CSA. Son activ­ité sem­ble en veilleuse depuis quelques années, sans doute parce que ses reven­di­ca­tions ont été en par­tie sat­is­faites. L’OJIM y a con­sacré un arti­cle en juil­let 2017.

Du côté des institutionnels

Depuis 2006, le Con­seil Supérieur de l’Audiovisuel est, de par la Loi, « chargé de la représen­ta­tion de la diver­sité de la société française dans les médias audio­vi­suels ». La mis­sion impar­tie au CSA vise tous les sup­ports audio­vi­suels, que ce soit la télévi­sion ou la radio. Un baromètre annuel de la diver­sité a été créé en 2009. Ses objec­tifs sont présen­tés sur le site du CSA : mesur­er la diver­sité à la télévi­sion selon qua­tre critères : la caté­gorie socio­pro­fes­sion­nelle, le sexe, l’o­rig­ine perçue et le hand­i­cap.

Con­cer­nant l’o­rig­ine perçue, les résul­tats de la vague 2016 du Baromètre de la diver­sité aboutis­sent aux con­stats suiv­ants : « La représen­ta­tion des per­son­nes “perçues comme non blanch­es” à la télévi­sion est en hausse par rap­port à 2015 et 2014 (16 % en 2016 vs 14 % en 2015 et 2014). Toute­fois, les atti­tudes néga­tives sont incar­nées à 25 % par des per­son­nes perçues comme non blanch­es et les atti­tudes pos­i­tives le sont à 23 % ». On peut égale­ment not­er que les per­son­nes « perçues comme non blanch­es sont sur­représen­tées dans les activ­ités mar­ginales ou illé­gales, à hau­teur de 34 % ». Ces résul­tats amè­nent le jour­nal Les Echos à en con­clure que « la télévi­sion a encore beau­coup d’ef­forts à faire ».

Le rap­port annuel ren­du par le CSA au Par­lement sur ce sujet con­tient un cer­tain nom­bre de pré­con­i­sa­tions, dont notam­ment un encour­age­ment des chaînes de télévi­sion à pren­dre des engage­ments chiffrés s’agissant de la présence des per­son­nes représen­ta­tives de la diver­sité dans les fic­tions com­mandées.

Un élé­ment essen­tiel manque au con­stat empirique – jus­ti­fié ou non — d’une faible représen­ta­tion des minorités dans les médias : la com­para­i­son avec la com­po­si­tion eth­nique de la pop­u­la­tion du pays.

Sur quels con­stats se base-t-on pour affirmer qu’il y aurait une sous-représen­ta­tion des « non blancs » dans les médias et une sur­représen­ta­tion de ceux-ci dans les activ­ités mar­ginales ou illé­gales ?

Cette ques­tion ren­voie à l’absence de sta­tis­tiques eth­niques en France. Avec à la clef l’écueil souligné par la démo­graphe Michèle Trib­al­at de la mise en place d’une poli­tique de dis­crim­i­na­tion pos­i­tive. Celle-ci pour­rait se traduire par des quo­tas eth­niques et des recrute­ments non plus sur des critères de com­pé­tences mais d’origine. Un débat miné.

Tou­jours est-il que la con­seil­lère au CSA chargée de la diver­sité plaidait en octo­bre 2015 dans Libéra­tion pour la mise en place de « sta­tis­tiques eth­niques dans un cadre répub­li­cain ». Des sta­tis­tiques eth­niques qui exis­tent aux États-Unis, sans pour autant que la sous-représen­ta­tion des minorités pointée par la société améri­caine des rédac­teurs de jour­nal soit résolue.

Le pluralisme oublié

Autre écueil et non le moin­dre dans l’approche « diver­si­taire » des médias : n’aborder le sujet de la diver­sité que par le prisme de l’origine, alors qu’une diver­sité eth­nique ne garan­tit pas con­tre le manque de plu­ral­isme dans cer­tains médias. Un phénomène que l’OJIM dénonce régulière­ment.

Crédit pho­to : © OJIM / enva­to ele­ments

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).