Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fabien Namias

6 juillet 2021

Temps de lecture : 7 minutes

Accueil | Portraits | Fabien Namias

Fabien Namias

Fabien Namias

L’ambitieux fils de son père

Journaliste politique aussi discret qu’efficace, Fabien Namias a été directeur de la rédaction et directeur général d’Europe 1 entre 2013 et 2017. Hasard ou mimétisme, sa carrière de journaliste politique l’a mené quasiment dans les les mêmes rédactions et aux mêmes postes que son père, Robert Namias, quelques années plus tôt. Il est directeur général adjoint de LCI aux côtés de Thierry Thuillier depuis janvier 2018.

Famille et formation

Fabi­en Namias est né en novem­bre 1971 à Paris 14ème. Il est le fils de Robert Namias, jour­nal­iste, et de Nicole née Hal­i­mi. Mar­ié avec Car­o­line Durand, égale­ment jour­nal­iste, il a 3 filles. Son père, Robert Namias, est lui-même un jour­nal­iste poli­tique réputé, aujourd’hui à la tête de L’Hémicycle, Offici­er de la Légion d’Honneur, de l’Ordre Nation­al du Mérite (con­tin­gent du Pre­mier min­istre Lionel Jospin, 2002) et Com­man­deur de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Petit-fils d’un marc­hand de tis­sus juif de Salonique, Robert Namias a com­mencé par faire des études de philoso­phie, qu’il enseigne jusqu’en 1968, date à laque­lle il se lance dans le jour­nal­isme en inté­grant la rédac­tion de RTL. Il passera ensuite à Europe 1 (où on lui doit la fon­da­tion de la sec­tion CFDT, dont il fut le pre­mier respon­s­able), France 3 et TF1 (où il a été rédac­teur en chef du Jour­nal télévisé de 20h, puis directeur de la rédac­tion et directeur de l’information). Il par­ticipe aujourd’hui à l’émission « Les Grandes voix d’Europe 1 », et à la mati­nale de LCP.

Robert Namias, aujourd’hui mar­ié avec Anne Bar­rière, pro­duc­trice de télévi­sion influ­ente (coprésen­ta­trice de « San­té à la Une ») a eu deux fils de son pre­mier mariage : Fabi­en et Nicolas.

Fabi­en Namias est diplômé de Sci­ences Po Aix-en-Provence et du Cen­tre de for­ma­tion des Jour­nal­istes, le CFJ.

Parcours professionnel

De 1999 à 2004, Fabi­en Namias est jour­nal­iste poli­tique à la rédac­tion de la chaîne d’information con­tin­ue de TF1, LCI. Son père étant alors directeur de l’information de TF1. En 2004 il entre à Europe 1, dont il devient le chef du ser­vice poli­tique en 2008, et directeur adjoint de la rédac­tion en 2009. Il y ani­me l’émis­sion « Le Grand ren­dez-vous » du dimanche matin, aujour­d’hui reprise par Jean-Pierre Elk­a­b­bach. En octo­bre 2010, il quitte Europe 1 pour le poste de rédac­teur en chef des ser­vices poli­tique et économie de France 2 – à seule­ment 35 ans ! - où il rem­place Gérard Leclerc, nom­mé à la prési­dence de Pub­lic Sénat. Il y restera le temps d’as­sur­er la péri­ode de la cam­pagne prési­den­tielle de 2012. En juil­let, il revient sur Europe 1 pour rem­plac­er Arlette Chabot en tant que directeur de la rédac­tion. En mars 2013, Denis Olivennes, qui reste prési­dent de l’an­tenne, le nomme au poste de directeur général.

Les défis du jeune directeur de la radio sont nom­breux : la sta­tion his­torique a enreg­istré une baisse d’au­di­ence en 2012, pas­sant de 9 points d’au­di­ence à 8,5 au pre­mier semes­tre 2013, der­rière RTL (11,9 points d’au­di­ence) et France Inter (10). Avec 4,5 mil­lions d’au­di­teurs en moyenne par jour, Europe 1 doit pré­cis­er son posi­tion­nement face au suc­cès pop­u­laire de son ambitieuse rivale RMC, en pro­gres­sion con­tin­ue, qui la talonne avec 4,2 mil­lions d’au­di­teurs par jour. A peine instal­lé dans son fau­teuil de directeur général, Fabi­en Namias a annon­cé deux recrute­ments de taille : Thomas Sot­to (ani­ma­teur de « Cap­i­tal » sur M6) pour rem­plac­er Bruce Tou­s­saint à la mati­nale, et Cyril Hanouna (Vir­gin Radio et Direct 8) pour pren­dre la place lais­sée vacante par Michel Druck­er, qui a pris une année sabbatique.

Suite à la chute des audi­ences d’Europe1, il est rem­placé à la direc­tion générale par Richard Lenor­mand en jan­vi­er 2016, mais reste directeur de l’in­for­ma­tion et rem­place en décem­bre 2017 Jean-Pierre Elk­a­b­bach pour l’in­ter­view poli­tique quo­ti­di­enne mati­nale. Le 5 févri­er 2017 il récupère la présen­ta­tion du Grand Ren­dez-vous après le départ de Jean-Pierre Elkabbach.

En juil­let 2017, il quitte Europe 1 pour LCI. Il tient un édi­to dans la mati­nale de Pas­cale de la Tour du Pin et l’in­ter­view poli­tique du jour dans 24h Pujadas, l’In­fo en ques­tions. En jan­vi­er 2018 il est nom­mé directeur général adjoint de LCI, en charge du développe­ment édi­to­r­i­al et des pro­jets digitaux.

Bien qu’il pré­tende que LCI soit « une chaîne plu­ral­iste où toutes les opin­ions sont bonnes à enten­dre », il opère une cen­sure vig­i­lante sur les plateaux de la chaîne. Par­mi les vic­times de cette cen­sure, on dénom­bre Geof­froy Leje­une, vic­time de la cabale déclenchée l’affaire Obono, qui perd son rôle de chroniqueur sur « 24h Pujadas », ain­si qu’Alain Finkielkraut, auteur de pro­pos ambi­gus dans la même émis­sion sur le con­sen­te­ment sex­uel des ado­les­cents tenus alors qu’il com­men­tait le cas Matzneff.

Sa nébuleuse

Le frère de Fabi­en Namias, Nico­las Namias (ENA pro­mo­tion Léopold Sedar Sen­g­hor), a été nom­mé à Matignon auprès de Jean-Marc Ayrault en 2012. Il est con­seiller tech­nique auprès du Pre­mier Min­istre pour le finance­ment de l’économie, les entre­pris­es et les affaires économiques inter­na­tionales. Il était jusque-là directeur du pilotage et de l’analyse de la per­for­mance à la BPCE, fusion de la Caisse nationale des Caiss­es d’Épargne et de la Banque Fédérale des Ban­ques populaires.

Fabi­en Namias ne tar­it pas d’éloges au sujet de Jean-Pierre Elk­a­b­bach (« irrem­plaçable », « c’est le meilleur ») auquel il doit une par­tie de sa for­ma­tion, dis­pen­sée à ses débuts à Europe 1 : il dit lui-même que c’est son aîné qui l’a for­mé à l’art déli­cat de l’interview politique.

Fabi­en Namias est d’autre part « Tintinophile » et s’intéresse à la civil­i­sa­tion américaine.

Il fig­ure à la soirée des dis­tinc­tions de la FIDH (Fédéra­tion inter­na­tionale des Droits de l’Homme) à l’Hô­tel de Ville de Paris le 6 décem­bre 2016, avec sa femme.

Thier­ry Thuil­li­er, qu’il a con­nu à France 2 – ce dernier était directeur de l’in­for­ma­tion du groupe tan­dis que Fabi­en Namias dirigeait le ser­vice poli­tique de la chaîne. Il passe sous ses ordres en quit­tant Europe1 pour LCI en 2017.

Collaborations

Pen­dant la cam­pagne prési­den­tielle de 2012, Fabi­en Namias était l’un des chroniqueurs de l’émission « Des paroles et des actes », ani­mée par David Pujadas sur France 2.

Publications

Aucune

Il l’a dit

«Il (Thier­ry Thuil­li­er, alors directeur de l’in­for­ma­tion du groupe France Télévi­sion, NDLR) m’a appelé cet automne en dis­ant qu’il souhaitait créer à France 2 un ser­vice France, Économie et Poli­tique. Je trou­ve le pro­jet génial. J’avais juste­ment eu l’idée à Europe 1 (sans qu’elle puisse aboutir) de rap­procher la poli­tique et l’é­conomie compte-tenu du fait que la crise économique dicte aujour­d’hui toutes les déci­sions et les pris­es de parole poli­tiques. Lun­di, la moitié de la con­férence de presse du chef de l’É­tat était con­sacrée aux prob­lèmes économiques. Les diver­gences actuelles entre les can­di­dats poten­tiels au PS se font sur des ques­tions essen­tielle­ment économiques. On sort de la poli­tique politi­ci­enne. Il nous faut donc réfléchir à la façon d’or­gan­is­er le traite­ment de la cam­pagne prési­den­tielle avec ce prisme économique», dans une inter­view au Figaro, le 25 jan­vi­er 2011, alors qu’il vient d’être nom­mé rédac­teur en chef du ser­vice France, Poli­tique et Economie de France 2.

« Son père (Jean-Marie Le Pen, NDLR) était for­mi­da­ble­ment télégénique ! Depuis les pre­mières émis­sions dans les années 80, son père a été l’un des rares à faire venir des téléspec­ta­teurs, même des gens qui le détes­tent, ce n’est pas le sujet. Le Pen, c’est une machine à audi­ence, dans le jar­gon on dit que c’est un bon client. Sa fille sus­cite aus­si l’in­térêt, elle est nou­velle sans mod­i­fi­er le con­tenu, elle sem­ble rénover la forme du FN. Quand on l’a invitée sur le plateau du 20 heures, on a eu un par­ti pris édi­to­r­i­al, c’é­tait de l’in­ter­roger con­crète­ment sur son pro­gramme et sa poli­tique si elle deve­nait prési­dente (…). Pen­dant des années les médias se sont demandés s’il fal­lait inviter le FN. Il réu­nit entre 10 et 15% des voix lors des élec­tions locales et nationales. A ce titre-là, ils ont le droit de s’ex­primer comme tous les par­tis poli­tiques. La vraie ques­tion est de savoir com­ment les traiter. Nous, on les traite nor­male­ment. Si on dia­bolise le FN, on tombe dans son jeu. En revanche en allant le chercher sur les vraies répons­es aux vraies ques­tions, cha­cun peut juger s’il doit vot­er ou non Front Nation­al. Ne pas les inviter serait mépris­er 15% des Français qui votent pour ce par­ti », dans une inter­view à Pure­me­dias, le 28 jan­vi­er 2011

« Il faut avoir une info qui se démar­que, don­ner de la valeur ajoutée. Deux moyens pour cela : sor­tir de la ten­ta­tion de vouloir tout racon­ter — on doit faire des choix -, et adopter un ton. Au-delà de l’indépen­dance, il faut savoir com­ment se posi­tion­ner et avoir un état d’e­sprit cri­tique », dans une inter­view au Figaro, en sep­tem­bre 2012, alors qu’il vient de pren­dre la tête de la rédac­tion d’Europe 1.

« Il ne s’ag­it pas de se dire “on garde untel parce que c’est une insti­tu­tion”, mais parce que c’est le meilleur», au sujet de Jean-Pierre Elk­a­b­bach (Idem)

« Il (son père, Robert Namias, NDLR) écoute Europe 1 tous les jours mais il ne m’a pas encore fait de com­men­taires sur la pre­mière semaine. Il le fera sans doute. Mais il a trop de respect pour moi pour me dire ce que j’ai à faire ! », dans une inter­view à Pure­me­dias, le 3 sep­tem­bre 2012

« Europe 1 est une radio général­iste, qui marie référence et inso­lence. Ces valeurs sont déjà incar­nées par des per­son­nal­ités aus­si divers­es que Lau­rent Ruquier, Nat­acha Polony, Nico­las Poin­caré, ou Nico­las Can­teloup. Nous devons fuir la mol­lesse tout comme l’ “info­tain­ment” (…) restent, entre autres, Jean-Pierre Elk­a­b­bach, qui est irrem­plaçable, et Nat­acha Polony, qui pour­suit la revue de presse. Et tant mieux si cette dernière est “cli­vante” », dans une inter­view au Monde, le 14 mai 2013, annonçant ses pre­mières déci­sions de directeur général d’Europe 1.

« La valeur de LCI est de décon­stru­ire le dis­cours, d’ap­porter de la con­tra­dic­tion. Je crois en la néces­sité d’in­stru­ire, de décor­ti­quer, de con­tester et de véri­fi­er. L’idée de départ était donc d’é­couter ce qu’Er­ic Zem­mour avait à dire pour voir ce qui ali­mente le dis­cours de l’ex­trême droite. Il vend des mil­liers d’ex­em­plaires de ses livres et on l’en­tend en per­ma­nence sur les médias. Or, ce n’est pas un homme poli­tique. Une idéolo­gie n’a pas voca­tion à avoir une tri­bune » le 30 sep­tem­bre 2019 dans une inter­view au Parisien où il se repent d’avoir dif­fusé en direct le dis­cours d’Eric Zem­mour à la Con­ven­tion de la Droite.

« Je suis un peu tombé de ma chaise quand il me l’a annon­cé […] Philippe Bal­lard, ça fait 27 ans qu’il était à LCI. Je mets quiconque au défi d’avoir pu décel­er à l’an­tenne un quel­conque engage­ment de sa part. Il a ses opin­ions, c’est sa lib­erté, je respecte ses opin­ions » le 5 mai 2021 au micro de Sonia Dev­illers sur France Inter où il com­mente la déci­sion de Philippe Balard, ancien jour­nal­iste de LCI, de rejoin­dre le RN en vue des élec­tions régionales.

Ils l’ont dit de lui

« Fabi­en Namias est idéal parce que c’est un pur pro­duit d’Europe 1. Il a démon­tré à Europe 1, puis à France Télévi­sions, avec beau­coup d’efficacité son tal­ent de jour­nal­iste (…). C’est le retour de l’en­fant prodigue », Denis Olivennes, prési­dent d’Europe 1, au moment du retour de Fabi­en Namias à Europe 1 en sep­tem­bre 2012.

« Fabi­en Namias, ce petit gabar­it à la blondeur pouponne et au phrasé agité (…) con­nu du grand pub­lic pour ses inter­ven­tions plutôt droitières dans l’émis­sion “Des paroles et des actes” », Tania Kahn, auteur d’un arti­cle paru dans Libéra­tion le 3 sep­tem­bre 2012 « Namias à Europe 1 : « Des paroles avant les actes ».

« C’est avec une pointe d’a­gace­ment que Fabi­en Namias, le directeur général adjoint de LCI, bal­aie la ques­tion qui fâche : la chaîne du groupe TF1, pio­nnière de l’in­fo en con­tinu en France, va-t-elle céder à la ten­ta­tion du « trash talk » ? Certes, l’in­for­ma­tion y est don­née de manière sérieuse, les présen­ta­teurs sont respecta­bles et respec­tés, à l’im­age de d’Eliz­a­beth Mar­ti­choux ou de David Pujadas. Mais com­ment con­tr­er la mon­tée en puis­sance de la con­cur­rente CNews, qui flirte par­fois avec l’ac­cept­able, sans copi­er BFMTV, solide leader du secteur ? », Les Échos, 15 décem­bre 2020.

Crédit pho­to : Le Figaro / le.buzz.media

Publicité

Le Néo-féminisme à l'assaut d'Internet

Derniers articles

Ce portrait vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 100 €. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Laurent de Boissieu

PORTRAIT — Lau­rent de Boissieu, né en 1973, est un jour­nal­iste poli­tique exerçant au quo­ti­di­en La Croix. Il est tout spé­ciale­ment atten­tif aux poli­tiques du cen­tre, de la droite, et de l’extrême droite.

Étienne Mougeotte

PORTRAIT — En 2015, il pre­nait la prési­dence du groupe Val­monde dont fait par­tie l’heb­do­madaire Valeurs actuelles, en rem­place­ment d’O­livi­er Dassault.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­tég­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD jusqu’en octo­bre 2021.

Pierre-Antoine Capton

PORTRAIT — Pierre-Antoine Cap­ton est le fils d’une pro­prié­taire de salon de coif­fure et d’un patron d’auto-école. Par­ti de Trou­ville avec le bac en poche, ce pro­duc­teur jon­gle avec les opéra­tions finan­cières de haute volée grâce à ses amis et argen­tiers Niel et Pigasse.

François Morel

PORTRAIT — Fer de lance de l’hu­mour autorisé et gauchiste, François Morel use mas­sive­ment de l’indig­na­tion à sens unique et de « l’hu­mour » pas drôle mais tou­jours dirigé con­tre les mêmes.