Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Affaire Duhamel : LCI écarte Finkielkraut suite à ses propos sur le “consentement”

18 janvier 2021

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Affaire Duhamel : LCI écarte Finkielkraut suite à ses propos sur le “consentement”

Affaire Duhamel : LCI écarte Finkielkraut suite à ses propos sur le “consentement”

Depuis la polémique créée par LCI en 2019, avec la diffusion en direct du discours de Zemmour à la Convention de la droite, la chaîne tente de s’acheter une conduite « morale ». La dernière victime de cette nouvelle stratégie s’appelle Finkielkraut, il vient d’être évincé du média pour des propos tenus sur l’affaire Duhamel.

La nouvelle victime de LCI : Finkielkraut

Depuis août 2020, Finkielkraut inter­ve­nait régulière­ment dans l’émission “24h Pujadas” sur LCI.

Lors du “24h Pujadas” du 11 jan­vi­er,  après avoir exprimé le risque qu’il y a à ren­dre jus­tice trop vite, à la sor­tir du “pré­toire” et donc, de la civil­i­sa­tion, il a voulu ques­tion­ner à nou­veau les faits de cette affaire. Il a alors mal­adroite­ment tenu ces pro­pos, à l’origine de la polémique : “Y a‑t-il eu con­sen­te­ment ? A quel âge ça a com­mencé ? Y a‑t-il eu ou non une forme de réciprocité ?”.

Pujadas lui répond : “On par­le d’un enfant de 14 ans.” Finkielkraut con­tin­ue : “Pour spé­ci­fi­er le crime, il faut savoir s’il y a eu con­sen­te­ment ou non. À chaque fois que vous voulez faire une dis­tinc­tion, ça appa­raît comme une abso­lu­tion. À chaque fois que vous recherchez la spé­ci­ficité, on vous accuse à peu près de com­plic­ité de crime.”

Il n’en aura pas fal­lu plus aux réseaux soci­aux pour s’enflammer, le lende­main, la déci­sion est prise et LCI écarte le philosophe, mon­trant par la même occa­sion qu’ils ne l’ont vrai­ment pas com­pris en suiv­ant aveuglé­ment le tri­bunal pop­u­laire des réseaux soci­aux. Le chroniqueur envis­age aujourd’hui une action en jus­tice pour contester.

LCI avait déjà fait du zèle il y a quelques mois, avec Geoffroy Lejeune

Cette évic­tion manu mil­i­tari n’est pas sans rap­pel­er celle de Geof­froy Leje­une en sep­tem­bre dernier. Il était lui aus­si un invité réguli­er de “24h Pujadas”. Suite à la pub­li­ca­tion d’un dossier fic­tion dans Valeurs Actuelles, dont il est directeur de la rédac­tion, où Obono était représen­tée en esclave, il a per­du son poste de chroniqueur sur la chaîne car “ce qu’a fait Valeurs actuelles est indigne de notre époque”.

Le média avait d’ailleurs rap­pelé à cette occa­sion ne pas souhaiter être “une télévi­sion d’opinion à la Fox, sur la polémique”. La messe est dite, sur LCI, vous pou­vez débat­tre, mais pas trop ou alors entre soi bien au chaud.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.