Faire un don à l'Ojim

Censure de Facebook et piratage du site, nous avons besoin de votre soutien

L’Ojim a mis en ligne le 6 juil­let une let­tre de lecteur qui cri­ti­quait le jour­nal­iste Alain Duhamel. Le 22 juil­let, Face­book sup­pri­mait sans aver­tisse­ment tous les liens vers l’article ; 7 jours plus tard, nous subis­sions une attaque qui nous paraly­sait pen­dant 17 heures.

Aidez-nous à com­bat­tre la cen­sure chaque jour gran­dis­sante. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66%. Pour nous soutenir c’est ici.

Les plus lus

  • Médias Des manuels sco­laires de plus en plus ori­en­tés : silence assour­dis­sant des médias offi­ciels

    Toute famille de bonne foi, y com­pris favor­able à ce qui y est écrit, ne peut que le con­stater : les manuels sco­laires d…

  • Médias Macron et Face­book s’allient con­tre la lib­erté d’expression

    La France veut franchir un nou­veau palier dans sa lutte con­tre les « dis­cours de haine » sur les réseaux soci­aux. Un jou…

  • Médias Tri­bune libre : les drôles d’articles du Figaro

    Plusieurs lecteurs nous ont écrit pour soulign­er que la ligne édi­to­ri­ale du Figaro quo­ti­di­en – sup­posée droitière sur le…

  • Por­traits François Lenglet

    PORTRAIT — François Lenglet est un jour­nal­iste économique français qui a longtemps dirigé le ser­vice France-Economie de…

  • Por­traits Sonia Mabrouk

    PORTRAIT — Née en Tunisie le 17 décem­bre 1977, Sonia Mabrouk est une jour­nal­iste con­nue pour ses émis­sions d’information…

  • Por­traits Anne-Sophie Lapix

    PORTRAIT — Anne-Sophie Lapix est une jour­nal­iste et ani­ma­trice de télévi­sion française née en avril 1972 à St Jean de Lu…

  • Médias Iskan­dar Safa n’a pas dit son dernier mot dans les médias

    Iskan­dar Safa, qui est-ce ? deman­dera l’homme de la rue. Fran­co-libanais, Safa est avec son frère Akram pro­prié­taire d’u…

  • Por­traits Yann Moix

    PORTRAIT — « Je voudrais une Mar­i­anne qui soit à la fois arabe, africaine, asi­a­tique, blanche aus­si, et indi­enne ». Né e…

  • Por­traits Emmanuel Lechypre

    PORTRAIT — Emmanuel Lechypre est un jour­nal­iste et écon­o­miste français né en avril 1966 dans le 12ème arrondisse­ment de…

  • Médias Tri­bune libre : Alain Duhamel, ses diplômes au rabais, sa légion d’honneur à pleur­er de rire

    A la suite de notre arti­cle sur les réac­tions des médias sur l’invitation de Mar­i­on Maréchal, envoyée puis retirée par l…

Le Groupe Le Monde se diversifie

Monster.fr et Le Monde ont annon­cé hier leur pro­jet com­mun de por­tail dans les domaines du recrute­ment et de la ges­tion de car­rière. Le por­tail offrira aux inter­nautes une nou­velle chaîne inté­grée dédiée à leur car­rière au sein de « M emploi ». Les inter­nautes auront accès à tous les ser­vices de Monster.fr : analyse séman­tique, offres d’emploi, rédac­tion de CV, M emploi cherchera aus­si à créer des ponts entre la recherche académique en matière de ressources humaines et tous les aspects con­crets liés au chô­mage et la recherche d’emploi.

Gag du jour : Jean-Noël Guérini candidat au rachat de La Provence ?

Cer­tains avaient oublié jusqu’à son nom… ou presque. Depuis la lev­ée de son immu­nité par­lemen­taire par le Sénat en mars 2012, Jean-Noël Guéri­ni, tou­jours Prési­dent du Con­seil général des Bouch­es-du-Rhône, avait pris un peu de dis­tance. Requin­qué par sa récente ren­con­tre avec le Pre­mier min­istre à Mar­seille, Guéri­ni inculpé de « prise illé­gale d’intérêt, traf­ic d’influence, asso­ci­a­tion de mal­fai­teurs » réfléchi­rait à un tour de table pour racheter le quo­ti­di­en mar­seil­lais La Provence. « Je me suis tou­jours intéressé à la presse » con­fesse-t-il suave­ment. Même s’il y a loin de la coupe aux lèvres, cette seule inten­tion est car­ac­téris­tique de l’environnement politico/médiatico/affairiste d’une région.

Source : Le Bul­letin Quo­ti­di­en (BQ) du 23/10/2012

Rossel rachète des quotidiens régionaux de GHM

C’est le belge Rossel (édi­teur du quo­ti­di­en belge Le Soir et du groupe français La Voix du Nord) qui a été choisi pour racheter les activ­ités du pôle presse du Groupe Her­sant Media (GHM) en Cham­pagne-Ardenne et en Picardie. Aux ter­mes de négo­ci­a­tions qui auront duré plus d’un an, le groupe belge récupère les quo­ti­di­ens régionaux : L’U­nion à Reims, L’Ar­den­nais, Est-Éclair, Libéra­tion-Cham­pagne, ain­si que le quadri-heb­do­madaire L’Aisne Nou­velle. Un ensem­ble qui compte 13 édi­tions, 600 000 lecteurs par jour, et une dif­fu­sion quo­ti­di­enne de 140 000 exem­plaires.

L’an­cien prési­dent des Édi­tions du Nou­veau France Soir, Jean-Pierre Brunois, édi­teur du quo­ti­di­en éponyme aujour­d’hui dis­paru, était égale­ment can­di­dat à ce rachat. L’opéra­tion, qui aurait été négo­ciée à près de 10 mil­lions d’eu­ros par le groupe Rossel et qui com­prend la reprise de la dette, doit encore être validée dans les prochains jours par les ban­ques finan­cières du groupe Her­sant et par l’Au­torité de la con­cur­rence.

Newsweek arrête son édition papier à la fin de l’année

Le mag­a­zine améri­cain Newsweek a annon­cé jeu­di 18 octo­bre qu’il pub­lierait sa dernière édi­tion papi­er le 31 décem­bre avant de pass­er au « tout-numérique » début 2013. Une page se tourne pour le mag­a­zine fondé en 1933, qui était encore récem­ment le deux­ième grand heb­do général­iste améri­cain. Le nou­veau mag­a­zine numérique, bap­tisé Newsweek Glob­al, sera payant et per­me­t­tra de gross­es économies d’infrastructures et de per­son­nel.

Newsweek suit la voie ouverte par le US News and World Report, certes moins con­nu inter­na­tionale­ment mais longtemps numéro trois des heb­dos améri­cains, qui a pub­lié sa dernière édi­tion papi­er en décem­bre 2010 et est passé au tout-numérique dans la foulée en 2011.

Selon Fran­cis Gur­ry, directeur de l’Organisation mon­di­ale de la pro­priété intel­lectuelle, les jour­naux papiers devraient dis­paraître d’ici à 2040, et même 2017 aux États-Unis. D’ores et déjà, au pays de l’Oncle Sam, 39% des per­son­nes déclar­ent s’informer en ligne, et les ventes de livres élec­tron­iques dépassent celles de livres tra­di­tion­nels.

Que veut dire “intimider un journaliste” ?

Article mis en ligne sur Lyon Capitale le 18/10/2012

Deux jour­nal­istes reporters d’im­ages qui tra­vail­laient à Vénissieux se sont fait vio­lem­ment intimider lun­di dernier aux Minguettes à Vénissieux, après le meurtre d’un jeune homme deux jours plus tôt. L’un d’eux a été légère­ment blessé. Une enquête a été ouverte.

Lire la suite sur lyoncapitale.fr

Journalistes : une gauche omniprésente ?

Le sondage Louis Har­ris dévoilant à la mi-juin que 74% des jour­nal­istes avaient voté François Hol­lande au sec­ond tour de la prési­den­tielle n’en finit pas de faire des vagues : la polémique se pro­longe avec un com­mu­niqué pub­lié le 2 octo­bre par Guil­laume Pelti­er, cofon­da­teur de la « Droite Forte », courant de l’UMP créé après la défaite de Sarkozy.

« Les penseurs et jour­nal­istes de droite comme Éric Brunet, Éric Zem­mour et Élis­a­beth Lévy sont très peu représen­tés dans l’au­dio­vi­suel français. Il s’a­gi­rait de rééquili­br­er l’in­for­ma­tion et le com­men­taire poli­tique, à l’in­star de ce que fit François Mit­ter­rand en 1981, au lende­main de son arrivée au pou­voir lorsqu’il obtint l’embauche d’une cinquan­taine de jour­nal­istes de gauche, tout par­ti­c­ulière­ment com­mu­nistes, à la télévi­sion, tels Roland Pas­se­vant ou Michel Car­doze », écrit-il.

Jean Sévil­lia avait décrit la soirée élec­torale du 10 mai 1981 : « À l’an­nonce de l’ac­ces­sion à l’Élysée de François Mit­ter­rand, l’ensem­ble du desk de l’A­gence France-Presse se lève et se met à applaudir. Ceux qui ne sont pas de gauche ou d’ex­trême-gauche écrasent, témoigne un minori­taire, (Le Quo­ti­di­en de Paris, 6 juin 1981). » L’AFP est à la source de 70 % des infor­ma­tions dif­fusées en France.

Les sim­u­la­tions de vote en 2012 dans cer­taines rédac­tions don­nent des chiffres écras­ants : 82 % des jour­nal­istes de Mar­i­anne voteraient à gauche, 94 % de ceux de Libéra­tion et 96 % à Téléra­ma ! L’É­cole supérieure de jour­nal­isme (ESJ) de Lille n’est pas en reste, avec 87 % d’in­ten­tions de vote pour la gauche.

Guil­laume Pelti­er estime qu’il con­viendrait de « démoc­ra­tis­er les chaînes du ser­vice pub­lic » et de « libér­er l’information en garan­tis­sant l’embauche de jour­nal­istes de droite » : son mou­ve­ment souhait­erait « une meilleure représen­ta­tiv­ité des opin­ions des Français » et entend soumet­tre une motion en ce sens, au con­grès de l’UMP du 18 novem­bre.

Journalistes : une gauche omniprésente ?

Crédit pho­to : UMP Pho­tos via Flickr (cc)

Avantage fiscal des journalistes inchangé

L’Assem­blée nationale a rejeté aujour­d’hui un amende­ment UMP au pro­jet de bud­get qui pro­po­sait une baisse de 10% de l’a­van­tage fis­cal dont béné­fi­cient les jour­nal­istes, qui peu­vent déduire 7.650 euros de leur revenu impos­able. “Le pro­jet de loi de finances soumet les Français à une hausse d’im­pôt sans précé­dent (…) Tous les Français doivent con­tribuer à cet effort”, ont souligné une ving­taine de députés UMP, con­duits par Jean-Pierre Gorges, dans l’ex­posé des motifs de leur amende­ment.

 “C’est ain­si que les députés ver­ront le mon­tant de leur IRFM (indem­nité représen­ta­tive de frais de man­dat) être réduit de 10%. Il est donc nor­mal qu’une baisse du mon­tant de l’a­van­tage fis­cal dont béné­fi­cient les jour­nal­istes puis­sent être appliquée”, ont-ils pour­suivi.

Le mon­tant de cet avan­tage, appelée allo­ca­tion pour frais d’emploi “n’a pas été reval­orisé depuis treize ans et ne mérite donc pas une réduc­tion”, a répon­du le rap­por­teur général du Bud­get, Chris­t­ian Eck­ert (PS), qui s’est opposé à cet amende­ment, tout comme le min­istre du bud­get Jérôme Cahuzac.

Source : AFP

Les « bourgeoises » du Groupe Canal+ ne font pas recette

La pre­mière du « Grand 8 » avait attiré 240 000 téléspec­ta­teurs, soit 1,9% des qua­tre ans et plus et 2,1% des ménagères de moins de cinquante ans. Effet curiosité, con­séquence d’un matraquage pub­lic­i­taire à 3,1 mil­lions d’eu­ros sans compter la pro­mo mai­son (Canal, I>télé, etc.)… pour tout juste égaler les per­for­mances de la série Papa Schultz un an plus tôt sur la défunte Direct 8 !

Il faut dire que regarder « cinq bour­geois­es médi­a­tiques (Lau­rence Fer­rari, Rose­lyne Bach­e­lot, Audrey Pul­var, Élis­a­beth Bost et Hap­satou Sy, ndlr) faire sem­blant de ressem­bler à la femme au foy­er » n’a rien de pas­sion­nant (elles sont toutes d’ac­cord sur presque tout, le plateau est froid…) et donne même par­fois envie de cass­er sa télévi­sion.

Quant à « La mati­nale d’Ar­i­ane Massenet », sur Canal+, elle est passée de 190 000 fidèles (4,5% de PDA) l’an dernier à 147 000 (3,6%).

Christine Ockrent réclame 650.000 euros

Déjà sévère­ment épinglée par Airy Routi­er le 14 févri­er 2011 dans le défunt France-Soir pour un salaire de numéro deux de l’Au­dio­vi­suel extérieur français (AEF) s’élevant à 750.000 € annuels, Chris­tine Ock­rent refait par­ler d’elle en récla­mant à cette société, financée sur fonds publics, des indem­nités de départ à hau­teur de 650.000 €.

« Ce départ négo­cié, s’il avait finale­ment lieu, serait d’au­tant plus éton­nant que Chris­tine Ock­rent, au titre de man­dataire sociale, est révo­ca­ble sans indem­nités. A moins que son con­trat ait prévu un para­chute doré », écrivait à l’époque Airy Routi­er.

Camille Pas­cal, ancien con­seiller de Nico­las Sarkozy à l’Élysée, con­firme dans son livre Scènes de la vie quo­ti­di­enne à l’Élysée, que Chris­tine Ock­rent n’a perçu aucune indem­nité de départ, l’ancien locataire de l’Elysée ne souhai­tant pas que l’on puisse dire que cette évic­tion coûterait au con­tribuable.

La somme de 650.000 € serait pour­tant pro­vi­sion­née par l’AEF, au cas où le tri­bunal de com­merce don­nerait rai­son à l’an­ci­enne jour­nal­iste. Dans ce cas, c’est donc bien le con­tribuable qui met­trait la main à la poche.

Pho­to : Olivi­er Ezrat­ty via Wikimé­dia (cc)

Procès Agrif/Houria Bouteldja, désinformation à FR3 ?

L’Agrif (Alliance Générale con­tre le Racisme et pour le respect de l’ Iden­tité Française et chré­ti­enne) de Bernard Antony pour­suit Houria Bouteld­ja (Par­ti des Indigènes de la République) pour ses pro­pos où elle qual­i­fi­ait les « blancs » de « sous-chiens » à « édu­quer ». L’Agrif a été déboutée en pre­mière instance et le procès en appel s’est tenu le 15 octo­bre le devant la Cour d’Appel de Toulouse.

Après les plaidoiries des avo­cats de l’Agrif et avant celle de l’avocat de la prév­enue, l’Avocat Général a plaidé la cul­pa­bil­ité d’Houria Bouteld­ja et req­uis très fer­me­ment sa con­damna­tion par « une amende adap­tée à la grav­ité des faits ».

FR3, par un procédé atténu­atif a rap­porté cette plaidoirie comme la demande d’une amende « légère » et les moti­va­tions de la réqui­si­tion de con­damna­tion ont été passées sous silence. Par un procédé clas­sique de symétrie des fauss­es fenêtres, FR3 a répété que l’accusée était une « mil­i­tante anti-raciste » alors que l’Agrif était une « asso­ci­a­tion proche de l’extrême droite ». Le pas­teur Saïd Ouji­bou a envoyé au tri­bunal une let­tre de sou­tien à l’Agrif.

Le juge­ment a été mis en délibéré.

Boulevard Voltaire de Robert Ménard : déjà cent mille visiteurs uniques

100000 vis­i­teurs uniques après 17 jours d’existence. Boule­vard Voltaire lancé par Robert Ménard le 1er octo­bre est en avance sur son plan de marche.

Étroite­ment asso­cié au site, l’écrivain et jour­nal­iste Dominique Jamet a souligné : “Deux idées prési­dent au lance­ment de ce site. La pre­mière est “lib­erté”, lib­erté d’ex­pres­sion, de ton et de parole. Le sec­ond est “plu­ral­isme” afin de per­me­t­tre à des opin­ions qui ne sont pas for­cé­ment offi­cielles et autorisées par les grands groupes de presse et les grands par­tis poli­tiques de s’ex­primer”.

Selon Robert Ménard Boule­vard Voltaire est un “pro­jet indépen­dant du pou­voir médi­a­tique, un lieu ouvert à toutes les sen­si­bil­ités, où les jour­nal­istes ne tri­ent pas entre ce qui est con­ven­able et ce qui ne l’est pas”. Même si Libéra­tion a classé Boule­vard Voltaire « Rive droite », la présence de plumes aus­si divers­es que celles de Jean-Yves Le Gal­lou (ex du FN et prési­dent de la Fon­da­tion Polemia) et Michel Car­doze (tou­jours com­mu­niste) assure la présence d’un large éven­tail d’opinions.

Libération au régime sec ou pire ?

Depuis 2006 le quo­ti­di­en parisien Libéra­tion vit sous le régime d’une procé­dure de sauve­g­arde. Bruno Ledoux (Fon­cière Col­bert), pro­prié­taire des locaux de Libéra­tion rue Bel­langer a déjà ver­sé plus de 5 mil­lions d’euros sans pour autant pou­voir ren­tr­er dans la hold­ing de tête qui coiffe le jour­nal. Libéra­tion ne survit que grâce aux aides de l’État à la presse qui dépassent les 6 mil­lions d’euros par an, encore ces aides n’incluent elles pas les aides indi­rectes (détax­a­tion du papi­er, aide au portage etc). Édouard de Roth­schild sem­ble un peu fatigué de sa danseuse de presse.

Alors qui vien­dra au sec­ours du quo­ti­di­en ? Matthieu Pigasse déjà action­naire du Monde ? Un cheva­lier blanc ? Bernard Tapie ? Ou l’État par des aban­dons de créances sociales ? Les nuages s’amoncellent sur la tête de Nico­las Demor­and dont la « une » sur Bernard Arnault n’a pas fait l’unanimité sans compter les grèves à répéti­tion du dis­trib­u­teur Presstal­is dont le sort n’est tou­jours pas réglé.

Page 368 sur 374

Qui a dit…

« Les Français vont devoir accepter que l’islam soit devenu la deux­ième reli­gion de France, con­fi­ait récem­ment un min­istre social­iste. Les Européens aus­si. Faisons un pre­mier geste : six grandes fêtes religieuses catholiques sont fériées. Ajoutons‑y les deux grandes fêtes juive et musul­mane, Yom Kip­pour et l’Aïd-el-Kebir, ain­si que le 9 mai, jour de la déc­la­ra­tion Schu­man qui lança l’Europe, tro­qués con­tre une semaine de RTT. Il ne s’agit pas d’un renon­ce­ment. Ce serait mon­tr­er que la laïc­ité n’est pas faite seule­ment pour les chré­tiens et les athées. Ce serait la ren­forcer. »

Pour le découvrir, cliquez ici