Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Google va financer L’Humanité numérique

1 janvier 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Google va financer L’Humanité numérique

Google va financer L’Humanité numérique

Pre­mière dif­fu­sion le 23/09/2018 — L’Observatoire du jour­nal­isme (Ojim) se met au régime de Noël jusqu’au 5 jan­vi­er 2019. Pen­dant cette péri­ode nous avons sélec­tion­né pour les 26 arti­cles de la ren­trée qui nous ont sem­blé les plus per­ti­nents. Bonne lec­ture, n’oubliez pas le petit cochon de l’Ojim pour nous soutenir et bonnes fêtes à tous. Claude Chol­let, Prési­dent

Google – pour tenter de faire oublier la fraude fiscale légale à grande échelle qui lui permet de ne pas payer d’impôts en Europe – s’est doté d’une danseuse. Le fonds Google AIPG pour l’innovation numérique de la presse. Déjà bénéficiaire du fonds en 2016, L’Humanité va en profiter de nouveau en 2018/2019.

Google mécène pour les plus riches

Nous vous présen­tions en févri­er 2018 une étude sur les sub­ven­tions publiques et privées à la presse. Pour Google les chiffres prin­ci­paux étaient les suiv­ants :

« Du côté du privé, Google est le généreux mécène. Men­acé de redresse­ments fis­caux en 2012, Google a crée en 2013 un fonds d’aide au développe­ment de la presse écrite en France afin de « soutenir le jour­nal­isme de qual­ité » (sic). Ce fonds doté de 60Md’€ (une paille par rap­port aux impôts exi­gi­bles si Google rel­e­vait du droit com­mun de tax­a­tion des entre­pris­es) cou­vrait la péri­ode 2013/2015 et a été pro­longé en 2016. Les chiffres sont disponibles pour cette dernière année, arrondis en K€ :

  • Groupe Arnault      900K€
  • Groupe Drahi          670K€
  • Groupe Le Monde  620K€ (sans compter……..260K€ pour les Inrocks de Matthieu Pigasse)
  • Groupe Safa          520K€
  • Groupe Lagardère 440K€

Ces chiffres n’incluent pas ce qu’a dépen­sé Google pour créer le Decodex du Monde, la somme demeu­rant secrète. Un nou­veau fonds Google, européen cette fois, dit DNI doit suc­céder au fonds des­tiné à la France. »

L’Humanité en perdition sauvée par l’État

Le long chemin de croix du quo­ti­di­en du par­ti com­mu­niste suit la descente aux enfers du par­ti. Chaque année les sub­ven­tions de l’État ou l’appel aux lecteurs comblent le trou financier. Par­fois l’État donne un vigoureux coup de pouce comme en 2014 où il procède à un aban­don de créances de 4M€, le jour­nal ne pou­vant rem­bours­er.

Voir aussi

Info­gra­phie : L’Humanité

Et Google à la rescousse

En 2016 (source Let­tre A) le fonds Google avait financé deux pro­jets numériques du jour­nal com­mu­niste. Le pre­mier Cerise pre­nait la forme d’un réseau social. Le sec­ond Partage social club (PSC) se présen­tait comme une plate forme de partage de vidéos et d’informations. Ni l’un ni l’autre n’ont con­nu le suc­cès escomp­té.

En 2018 Google remet au pot sous la forme d’une aide pour la réal­i­sa­tion d’Humagora, le futur sup­port dig­i­tal du jour­nal. La respon­s­abil­ité en a été con­fiée à Valère Starasel­s­ki qui n’a aucune expéri­ence en la matière mais présente l’avantage d’avoir été le directeur de la cul­ture de la Caisse cen­trale d’activités sociales (CCAS) du comité d’entreprise EDF. La CCAS a servi de tiroir caisse pen­dant de nom­breuses années au PCF et à la CGT, l’ami Valère saura se mon­tr­er loy­al.

Humago­ra se présen­terait sous la forme d’un site de débats style FigaroVox. Google remet­tra la main à la poche (comme sans doute l’État). Il sem­blerait qu’aucun pro­jet d’aide de Google ne soit prévu pour aider un quo­ti­di­en du bord opposé, le nation­al catholique Présent lui aus­si en dif­fi­culté. Cherchez en la rai­son.

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision