TESTINGABCAccueil

Faire un don à l'Ojim

Censure de Facebook et piratage du site, nous avons besoin de votre soutien

L’Ojim a mis en ligne le 6 juil­let une let­tre de lecteur qui cri­ti­quait le jour­nal­iste Alain Duhamel. Le 22 juil­let, Face­book sup­pri­mait sans aver­tisse­ment tous les liens vers l’article ; 7 jours plus tard, nous subis­sions une attaque qui nous paraly­sait pen­dant 17 heures.

Aidez-nous à com­bat­tre la cen­sure chaque jour gran­dis­sante. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66%. Pour nous soutenir c’est ici.

Les plus lus

  • Médias Alexan­dre Comte, jour­nal­iste aux Inrocks, retire le réc­it de son agres­sion pour ne pas stig­ma­tis­er les minorités

    Sou­vent, l’AngSoc (la novlangue de 1984 d’Orwell) est à nos portes et même des fers de lance de la pen­sée bobo, main­stre…

  • Médias Burki­ni à Greno­ble : les activistes islamistes ont reçu le sou­tien financier de George Soros

    Le 23 juin 2019, sept activistes musul­manes en burki­ni ont for­cé l’entrée d’une piscine munic­i­pale à Greno­ble – et la ma…

  • Médias Avec Ben­jamin Duhamel, la caste du clergé cathodique se repro­duit en vase clos

    Ben­jamin n’a que 24 ans, mais il est déjà chroniqueur sur LCI. Une réus­site d’un sys­tème qui con­tin­ue à met­tre en œuvre…

  • Por­traits Emmanuel Lechypre

    PORTRAIT — Emmanuel Lechypre est un jour­nal­iste et écon­o­miste français né en avril 1966 dans le 12ème arrondisse­ment de…

  • Médias Claire Chaz­al sauve sa place sur France Télévi­sions, mais pas son équipe

    Claire Chaz­al est encore accusée d’avoir fait cav­a­lier seul, et d’avoir mené sa car­rière au détri­ment de ses col­lab­o­rate…

  • Por­traits Rachid M’Barki

    PORTRAIT — Rachid M’Bar­ki, né en févri­er 1969 à Toulouse, d’origine maghrébine, est un jour­nal­iste français de télévi­sio…

  • Médias Tri­bune libre : Alain Duhamel, ses diplômes au rabais, sa légion d’honneur à pleur­er de rire

    A la suite de notre arti­cle sur les réac­tions des médias sur l’invitation de Mar­i­on Maréchal, envoyée puis retirée par l…

  • Médias New Fake Times : la manip­u­la­tion par l’exemple

    La désil­lu­sion d’une jeune jour­nal­iste koso­vare dans les couliss­es du « meilleur jour­nal du monde » (selon Chap­pat­te)… O…

  • Médias Con­formisme : au roy­aume de Nico­las Dufour, du quo­ti­di­en suisse Le Temps, les faux borgnes sont rois

    Nous avons déjà par­lé du quo­ti­di­en suisse Le Temps, une sorte de Monde helvé­tique en plus bêta. Le quo­ti­di­en était déjà…

  • Por­traits Éric Zem­mour

    PORTRAIT — Il est devenu telle­ment célèbre pour ses joutes télévi­suelles et son tal­ent de polémiste qu’on a ten­dance à l…

Le kiosque numérique ePresse élargit son offre

En accueillant 50 nouveaux titres à sa palette, le kiosque numérique ePresse.fr veut poursuivre son développement.

Le Groupe­ment d’Intérêt Économique (GIE) ePresse Pre­mi­um a été crée en décem­bre 2010 autour de plusieurs titres (Les Échos, L’Équipe, Le Figaro, Libéra­tion, Le Parisien, L’Express, Le Nou­v­el Obser­va­teur et Le Point) pour « dévelop­per de façon con­certée des pro­jets numériques per­me­t­tant une meilleure val­ori­sa­tion des con­tenus dif­fusés sur Inter­net et sur les plate­formes mobiles ».

Par­mi les nou­veaux arrivants fig­urent des mag­a­zines comme VSD, Gala, Clos­er, Voici ou encore Cap­i­tal. Deux nou­velles thé­ma­tiques sont lancées – l’une réservée aux sports, l’autre au busi­ness –, ain­si que trois packs : Infor­ma­tion (7 quo­ti­di­ens, 1 mag­a­zine) et Heb­dos (5 mag­a­zines) pour 5 euros par semaine, Mag­a­zines (8 mag­a­zines) pour 12 euros par semaine.

Le kiosque numérique ePresse, présidé par Xavier Spender, a vu son appli­ca­tion téléchargée près de 149 000 fois selon les derniers chiffres d’octobre 2012.

Crédit pho­to : cap­ture d’im­age epresse.fr

Orange lance un concurrent à Google News

Alors que la guerre entre Google, les gouvernements et les éditeurs de presse bat son plein, Orange vient de lancer un concurrent à la rubrique « Actualités » du grand moteur de recherche.

Pour ce faire, huit édi­teurs se sont asso­ciés à Orange : L’Express, Le Figaro, Le Point, Le Nou­v­el Obser­va­teur, Le Parisien, Libéra­tion, Les Échos et L’Équipe. La plate­forme per­me­t­tra « d’accéder en un coup d’œil aux dif­férents points de vue » de ces jour­naux « sur l’actualité plébisc­itée par les Français ». Ce moteur con­cur­rent inti­t­ulé sobre­ment Le Moteur Presse est disponible à l’adresse suiv­ante : presse.lemoteur.fr

Crédit pho­to : cap­ture d’écran presse.lemoteur.fr

Radio Classique : Étienne Mougeotte directeur général

Étienne Mougeotte a été nommé directeur général de Radio Classique et directeur de l’antenne. « Cette nomination achève la réorganisation de Radio Classique », suite aux départs de Donat Vidal Revel et de Sébastien Lancrenon, a fait savoir le groupe.

À 72 ans, Éti­enne Mougeotte se lance dans un nou­veau défi. Cet homme de presse est passé par de nom­breux médias comme France Inter, Europe 1 ou RTL, et bien sûr Tf1, où il a occupé le poste de directeur général, et Le Figaro où il a été directeur des rédac­tions du groupe. Diplômé de l’Institut d’Études Poli­tiques de Paris (IEP) et de l’Institut Français de Presse (IFP), il est depuis peu con­seiller de la nou­velle chaîne Numéro 23, la chaine de la « diver­sité diver­tis­sante ».

Avec cette nom­i­na­tion, Radio Clas­sique espère pour­suiv­re sur sa lancée. Son audi­ence n’a en effet cessé de grimper depuis 5 ans (actuelle­ment au-dessus du mil­lion d’auditeurs) ce qui en fait la pre­mière radio de musique clas­sique du pays.

Crédit pho­to : cap­ture d’écran du site radioclassique.fr

Aurélie Filippetti cherche-t-elle à virer Rémy Pflimlin ?

« D’un côté, on nous demande de serrer la ceinture ; de l’autre, on nous tacle ». Telle est, en des termes très diplomatiques, la réaction « d’une source proche de la direction » de France Télévisions, citée par L’Express, aux déclarations d’Aurélie Filippetti sur la stratégie du groupe.

Le 12 décem­bre dernier, la min­istre de la cul­ture s’en est, en effet, prise, sur RTL, aux annonces de Rémy Pflim­lin, PDG du groupe, au sujet des change­ments des grilles des pro­grammes de France 2 et de France 3. Aurélie Fil­ip­pet­ti a claire­ment fait part de ses « inter­ro­ga­tions sur la stratégie » du groupe. « Par exem­ple l’élar­gisse­ment du jour­nal de France 3, le « Soir 3 ». En soi, faire pass­er à une heure ce jour­nal n’est pas un prob­lème . Sim­ple­ment, ça a des con­séquences sur la case des doc­u­men­taires et des fic­tions et ça n’a vis­i­ble­ment pas été anticipé », a déclaré la min­istre, et de regret­ter la sup­pres­sion de « C’est pas sor­ci­er », « une émis­sion du ser­vice pub­lic qui a fait ses preuves », selon elle.

Rémy Pflim­lin, dont le prin­ci­pal tort, selon la min­istre, sem­ble être d’avoir été nom­mé par Nico­las Sarkozy, est claire­ment dans le viseur. Il est d’ailleurs con­vo­qué prochaine­ment, pour présen­ter le « plan stratégique avec des mis­sions de ser­vice pub­lic qui soient claires en matière de sou­tien à la créa­tion, d’aug­men­ta­tion des pro­grammes en direc­tion des enfants et notam­ment les pro­grammes édu­cat­ifs, d’in­for­ma­tion, de qual­ité de l’in­for­ma­tion » souhaité par le min­istre.

Les réac­tions de sou­tien au patron de l’au­dio­vi­suel pub­lic n’ont pas tardé. Michel Boy­on, prési­dent du CSA a estimé que Rémy Pflim­lin était « un bon prési­dent » ; Jean-Louis Bor­loo s’in­surge dans un com­mu­niqué « con­tre l’ingérence de la min­istre dans la vie et les pro­grammes de France Télévi­sions ». De même, le patron du groupe a reçu le sou­tien inat­ten­du des syn­di­cats, pour­tant en guerre con­tre lui : « Aurélie Fil­ip­pet­ti se pose en direc­trice des pro­grammes des chaînes publiques. Nous pen­sions que cette pra­tique apparte­nait au passé », a déclaré au Figaro Véronique Marc­hand, secré­taire générale du SNJ-CGT de France Télévi­sions et par ailleurs jour­nal­iste à France 3 Lille.

Le jour­nal­iste Hervé Gat­teg­no souligne au con­traire sur RMC que « les statuts de France TV dis­ent noir sur blanc que c’est une entre­prise publique soumise à la tutelle du gou­verne­ment – donc Aurélie Fil­ip­pet­ti est chargée, par fonc­tion, de veiller à sa bonne ges­tion et au respect de son cahi­er des charges ». Lors de son point presse à l’is­sue du con­seil des min­istres, Najat Val­laud-Belka­cem n’a d’ailleurs pas dit autre chose aux jour­nal­istes présents : « N’oubliez pas que les opéra­teurs de ser­vice pub­lic ont une tutelle qui est celle de l’Etat ».

Quoiqu’il en soit, la ren­con­tre entre le patron Pflim­lin et la min­istre Fil­ip­pet­ti s’an­nonce explo­sive. Comme le dit Emmanuel Berret­ta, le spé­cial­iste média du Point : « La placid­ité légendaire de Rémy Pflim­lin sur qui tous les reproches glis­sent suf­fi­ra-t-elle à tra­vers­er cette tem­pête force 12 sur l’échelle de Beau­fort » ?

Source : Le Monde

Claude Sérillon bientôt à l’Élysée ?

L’ancien présentateur des journaux télévisés de TF1 et France 2, Claude Sérillon, rejoindra très prochainement l’équipe de communication de l’Élysée, selon un proche de François Hollande. Une nomination qui n’est pas sans rappeler celle de Catherine Pégard, rédactrice en chef au Point et journaliste chevronnée, qui avait été débauchée par le président Sarkozy.

Plus récem­ment, et plus mod­este­ment, c’est Serge Faubert, rédac­teur en chef de Quoi.info, qui rejoignait le cab­i­net du Prési­dent du Con­seil région­al d’Ile-de-France Jean-Paul Huchon.

Sans que l’intitulé de la future fonc­tion de Claude Séril­lon à l’Elysée ne soit encore con­nue, plusieurs sources affir­ment qu’il aura la charge de redress­er l’image du Prési­dent de la République.

Claude Séril­lon, 62 ans, a débuté sa car­rière de jour­nal­iste à Nantes, au quo­ti­di­en Presse Océan, avant de rejoin­dre l’ORTF, Antenne 2, où il devient rédac­teur en chef « société » et présen­ta­teur du Jour­nal télévisé, puis TF1 en 1984. Il retourne ensuite sur France 2, où il ani­me plusieurs émis­sions : « Émis­sion spé­ciale », « Place publique », « Géopo­lis », avant de repren­dre la présen­ta­tion du 20 heures en 1998. Celle-ci lui est retirée en 2001 suite à une inter­view sans con­ces­sion de Lionel Jospin, alors Pre­mier min­istre, qui n’aurait plu ni à l’interviewé, ni à la rédac­tion. De 2007 à 2012, il par­ticipe, en tant que chroniqueur, à l’émission de Michel Druck­er « Vive­ment Dimanche », sur France 2.

Can­di­dat mal­heureux à la prési­dence de Pub­lic Sénat en 2009, Claude Séril­lon était très présent auprès du can­di­dat Hol­lande lors de la cam­pagne prési­den­tielle.

Crédit pho­to : Twentycent90 via Flickr (cc)

Données personnelles : le comportement ambivalent des internautes

La confidentialité sur internet est un sujet on ne peut plus brûlant, et plus particulièrement en ce qui concerne les photos.

Selon une étude menée par la Com­mis­sion Nationale de l’Informatique et des Lib­ertés (CNIL), 54% des inter­nautes avouent pub­li­er des pho­tos sur les sites, blogs et réseaux soci­aux. Même si 60% des sondés déclar­ent que le niveau de con­fi­den­tial­ité ne leur con­vient pas, leur com­porte­ment est jugé « ambiva­lent » par Isabelle Falque-Pier­rotin, prési­dente de la CNIL. D’après les déc­la­ra­tions faites par les inter­nautes lors de cette étude, seuls 36% de ceux-ci deman­dent l’avis de leurs amis pour les iden­ti­fi­er sur des pho­tos, et 44% le font avant de les pub­li­er.

Pour­tant, la pub­li­ca­tion de clichés par des amis est un prob­lème grave pour cer­tains. 43% avouent avoir été « gênés » par des pho­tos d’eux-mêmes. Pire : 18% déclar­ent que cela a eu un impact négatif sur leur vie per­son­nelle ou pro­fes­sion­nelle (12%). Aus­si, 31% des per­son­nes inter­rogées dis­ent ne pas bien maîtris­er leurs paramètres de con­fi­den­tial­ité.

Con­clu­ant son étude, la CNIL con­seille pré­cisé­ment aux inter­nautes de « bien définir les paramètres de con­fi­den­tial­ité » autour de leurs pho­tos et surtout de « réfléchir » avant d’en pub­li­er. Réfléchir : tel est peut-être le mot clé de l’affaire…

Crédit pho­to : Olivi­er Ezrat­ty via Wiki­me­dia (cc)

TNT : 6 nouvelles chaînes font leur apparition

Mercredi 12 décembre 2012, 6 nouvelles chaînes télévisées ont fait leur apparition sur la TNT, portant leur nombre total à 25.

Pour Michel Boy­on, prési­dent du Con­seil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), cette nou­velle vague de chaînes gra­tu­ites ne représente en rien un risque financier pour ces dernières. « En sept ans, une majorité des nou­velles chaînes a équili­bré ses comptes », a‑t-il assuré au sup­plé­ment économique du Figaro. Très con­fi­ant, il estime que les 6 nou­velles arrivantes « étant plus ciblées et plus thé­ma­tiques, elles attireront de nou­veaux annon­ceurs qui ne sont pas aujourd’hui présents car les écrans pub­lic­i­taires sont trop chers pour eux ».

Présentation et enjeux

  • HD1 : Appar­tient au groupe TF1. Cette chaîne con­sacrée au ciné­ma pro­posera 15% de films exclusifs.
  • L’Équipe 21 : Dérivée audio­vi­suel du célèbre quo­ti­di­en du même nom, L’Equipe 21 trait­era de l’actualité sportive grâce à des jour­naux TV, des doc­u­men­taires et des mag­a­zines. La chaîne se réservera aus­si quelques dif­fu­sions olympiques en direct.
  • RMC Décou­verte : Appar­tient au groupe Nex­tRa­dioTV. RMC Décou­verte se veut représen­ter la chaîne doc­u­men­taire de la TNT axée sur le « doc­u­men­taire de diver­tisse­ment ». Directe­ment adap­tée du mod­èle améri­cain, style Dis­cov­ery, la chaîne pro­posera, en atten­dant de pro­duire ses pro­pres pro­grammes, des doc­u­men­taires venus des grands groupes comme Nation­al Geo­graph­ic.
  • Chérie 25 : Appar­tient au groupe NRJ. Ouverte­ment « chaîne pour les femmes », Chérie 25 dif­fusera aus­si bien des mag­a­zines du quo­ti­di­en et de beauté/­bi­en-être que des fic­tions.
  • 6Ter : Appar­tient au groupe M6. 6Ter s’est placée sur le créneau « chaîne famil­iale » avec pour leit­mo­tiv : rien d’interdit au moins de 12 ans. Elle pro­posera des doc­u­men­taires ani­maliers, des séries, des films et des dessins ani­més pour toute la famille.

Zoom sur Numéro 23

Cette chaîne, qui n’appartient à aucun grand groupe audio­vi­suel mais à la société Diver­sité TV (la régie pub­lic­i­taire est con­fiée à TF1), veut être un pro­jecteur diver­tis­sant sur toutes les diver­sités de la société française. Pas­cal Houzelot, fon­da­teur de la chaîne, explique que celle-ci « s’adresse à l’ensemble du pub­lic, mais elle traite plus par­ti­c­ulière­ment des diver­sités qu’elles soient d’origine cul­turelle, sit­u­a­tion famil­iale, physique… Nous ne sommes pas dans une démarche démon­stra­tive, pesante et admin­is­tra­tive sur la diver­sité. Nous sommes dans le diver­tisse­ment et nous souhaitons faire de la diver­sité une évi­dence ».

La nou­velle chaine ne se privera pas d’intervenir sur les thèmes poli­tiques du moment comme « le mariage pour tous ou le vote des étrangers ». Reste à savoir sur quel angle la chaîne va se plac­er : le traite­ment sera-t-il objec­tif, infor­matif… ou sera-t-il celui des défenseurs des minorités ? En plein débat nation­al sur ces sujets, la ques­tion se pose sérieuse­ment.

Les Échos se penchent sur la presse de demain

« Pour la première fois cette année, on passe plus de temps à s’informer sur internet qu’à la télévision ». C’est un constat sans appel qui a été dressé par Francis Morel, PDG du groupe Les Echos, dans son introduction à la conférence Médias 2012, organisée par son groupe de presse, le 11 décembre dernier.

Con­séquence directe de cette « hyper-con­nec­tion » des con­som­ma­teurs, la presse et la pub­lic­ité doivent s’adapter. Ain­si, « en 2013, les investisse­ments pub­lic­i­taires sur inter­net seront supérieurs à ceux de la presse », con­state Axel Ganz, gérant de la société de presse AG+J. Plusieurs évo­lu­tions ont donc été présen­tées par les inter­venants de ce col­loque.

Pour le soci­o­logue Jean-Marie Charon, spé­cial­iste de la ques­tion, les groupes de presse se doivent d’être inno­vants, et doivent, par là même, renou­vel­er « la rela­tion entre jour­nal­istes et experts », ces derniers étant de plus en plus sol­lic­ités. En revanche, pour le directeur général du secteur numérique des Echos, Frédéric Fil­loux, c’est à la pub­lic­ité de s’amélior­er et de s’in­té­gr­er au con­tenu édi­to­r­i­al, en pro­posant moins de pub­lic­ité « tra­di­tion­nelle » et plus de « brand con­tent », autrement dit du con­tenu pro­duit directe­ment par une mar­que à des fins pub­lic­i­taires, celle-ci se trans­for­mant ain­si en quelque sorte en son pro­pre médi­um.

En bref, pour sur­vivre ou pour con­tin­uer à se dévelop­per, selon les points de vue, les groupes de presse sont de plus en plus for­cés de lier des « parte­nar­i­ats » avec des mar­ques.

Source : Cor­re­spon­dance de la presse / www.lesechos-conferences.fr. Crédit pho­to : cap­ture d’écran LesÉchos.fr

A. Duhamel à l’Académie des sciences morales et politiques

Le journaliste et éditorialiste politique Alain Duhamel a rejoint l’Académie des Sciences morales et politiques, une des cinq académies de l’Institut de France dont le rôle est de favoriser et d’accompagner le développement des sciences humaines.

Alain Duhamel a été élu le 10 décem­bre 2012 au pre­mier tour de scrutin, au fau­teuil de l’historien et démo­graphe, Jacques Dupâquier, décédé en juil­let 2010. Il a été préféré à un autre his­to­rien, Jean-Chris­t­ian Petit­fils, auteur d’essais et de biogra­phies his­toriques, et notam­ment d’un Louis XIV (Tal­landi­er, 2001) très remar­qué lors de sa paru­tion. Tit­u­laire du fau­teuil n°7, Duhamel intè­gre la sec­tion « His­toire et Géo­gra­phie »… lui qui n’a écrit ni sur l’histoire, ni sur la géo­gra­phie !

Rap­pelons que l’incontournable Alain Duhamel, âgé de 72 ans, est chroniqueur au Monde depuis… 1963. Il sévit égale­ment (ou a sévi) au Point, à Libéra­tion, aux Dernières Nou­velles d’Alsace, à Nice Matin, sur RTL, etc. Il est d’autre part le frère de l’ancien directeur général de France Télévi­sions Patrice Duhamel.

Par­mi ses livres pub­liés on retien­dra surtout Les Pré­ten­dants 2007 (Plon, 2006), où notre ana­lyste pointu pro­po­sait quinze por­traits de can­di­dats poten­tiels à l’élection prési­den­tielle de 2007. « Le grand clas­si­cisme dans l’art du por­trait », salu­ait Raphaëlle Bac­qué dans Le Monde. A ce détail près que la can­di­date Ségolène Roy­al qui allait affron­ter Nico­las Sarkozy au sec­ond tour… était tout sim­ple­ment absente du livre. Détail amu­sant : dans l’édition poche parue l’année suiv­ante (Pock­et, 2007), celle-ci rem­plac­era dis­crète­ment Noël Mamère, ce qui n’empêchera pas l’éditeur d’indiquer « texte inté­gral » au dos du livre…

Alain Duhamel rejoint ain­si François d’Orcival, autre jour­nal­iste mem­bre de l’Académie des Sci­ences morales et poli­tiques à siéger au palais de l’Institut.

Crédit pho­to : mon­tage Ojim

Martine Gozlan publie Israël contre Israël

Martine Gozlan, grand reporter et rédactrice en chef du service Monde à l’hebdomadaire Marianne, publie Israël contre Israël aux éditions L’Archipel.

« Vient-on en Israël pour s’u­nir ou pour s’af­fron­ter ? Pour se guérir ou pour se meur­trir ? Laïcs con­tre ultra­religieux, ratio­nal­istes con­tre mes­sian­istes, paci­fistes con­tre nation­al­istes, philosophes con­tre mys­tiques : ces frac­tures sont plus béantes que jamais dans la société israéli­enne. À son image, la Dias­po­ra se déchire aus­si, écartelée entre ceux qui sou­ti­en­nent l’ultranationalisme et ceux qui l’accusent de trahir les valeurs morales du judaïsme », explique l’auteur. Dans cet ouvrage qui mêle his­toire et reportage, Mar­tine Gozlan « explore les arcanes du con­flit judéo-juif » dans le but de racon­ter la « désunion sacrée des deux Israël ».

Spé­cial­iste des prob­lèmes de société et de reli­gion, en par­ti­c­uli­er de l’Islam et du con­flit israé­lo-pales­tinien, Mar­tine Gozlan est l’auteur de nom­breux ouvrages sur le sujet : L’Is­lam et la République, Bel­fond, 1994 ; Pour com­pren­dre l’in­té­grisme islamiste, Albin Michel, 1996 ; Le Sexe d’Allah, Gras­set, 2004 ; Le Désir d’Islam, Gras­set, 2005 ; Sun­nites, Chi­ites, pourquoi ils s’entretuent, Seuil, 2008 ; Tunisie, Algérie, Maroc : la colère des peu­ples, L’Archipel, 2011 et L’im­pos­ture turque, Gras­set, 2011.

Pho­to : cap­ture d’écran du site editionsarchipel.com

Inrocks : Audrey Pulvar sur le départ ?

La directrice générale des Inrockuptibles Audrey Pulvar pourrait quitter ses fonctions prochainement selon PresseNews qui a contacté des sources proches du dossier.

Un con­seil d’administration des Édi­tions indépen­dantes (société éditrice des Inrocks), tenu le 21 décem­bre, pour­rait entériner son départ. C’est après ceux de Bernard Zekri, directeur de la rédac­tion, de Marc Beaugé, rédac­teur en chef des infor­ma­tions générales, et d’Arnaud Aubron, directeur du développe­ment, que les ennuis d’Audrey Pul­var auraient com­mencé. Récem­ment, ses rela­tions avec le pro­prié­taire des Inrocks, le ban­quier d’affaires Matthieu Pigasse, se seraient égale­ment dégradées. « Ils ne com­mu­niquent pra­tique­ment plus entre eux », a affir­mé un jour­nal­iste du mag­a­zine.

Aus­si, la sit­u­a­tion économique des Inrocks n’est guère au beau fixe. Le change­ment de for­mule ver­sion « news mag­a­zine », inter­venu à la ren­trée 2010, n’a pas eu le suc­cès espéré. Les pertes du mag­a­zine en 2011 se sont élevées à 3 mil­lions d’euros, et ce dernier a vu ses ventes chuter de 7% en 2011–2012. Seul point posi­tif : une mul­ti­pli­ca­tion par cinq des ventes aux tiers (hôtels, aéro­ports, écoles…).

Ces raisons économiques sont-elles à l’origine du départ prob­a­ble d’Audrey Pul­var, le mag­a­zine souhai­tant se renou­vel­er ? Quoi qu’il en soit, désor­mais séparée du min­istre Arnaud Mon­te­bourg, « il n’est pas exclu qu’elle retrou­ve un poste à Radio France », a fait savoir la même source. De son côté, Audrey Pul­var a indiqué « être tou­jours à son poste ».

Pho­to : mon­tage Ojim

Public Sénat : premier contrat d’objectifs et de moyens

La chaîne de télévision Public Sénat a signé mercredi 12 décembre son premier « contrat d’objectifs et de moyens » (COM) avec le Sénat, son actionnaire unique.

Ce con­trat engage la chaîne par­lemen­taire sur la péri­ode allant de 2013 à 2015 et com­porte plusieurs volets : straté­gies édi­to­ri­ale, numérique et parte­nar­i­ale ; gou­ver­nance et ges­tion. Il engage notam­ment la chaîne à un traite­ment accru des « ter­ri­toires » et à une approche plus var­iée des travaux du Sénat et des séna­teurs.

Le COM engage Pub­lic Sénat « à ne pas rater deux ren­dez-vous fon­da­men­taux : celui de la télévi­sion con­nec­tée et de la dif­fu­sion en haute déf­i­ni­tion » prévue en 2015. Une plus grande syn­ergie est réclamée avec la chaîne LCP-Assem­blée nationale, avec laque­lle elle partage son canal sur la TNT, afin « de trou­ver des sources d’économie et d’améliorer la flu­id­ité de l’antenne ». Les chaînes con­tin­ueront donc à pro­pos­er « des émis­sions en com­mun (…) et pour­ront égale­ment se con­cert­er pour arrêter un choix com­mun de prestataires pour le développe­ment de tech­nolo­gies futures ».

Côté financier, la dota­tion du Sénat à Pub­lic Sénat pour 2013 sera iden­tique à celle de 2012 (17,857 mil­lions d’euros), mais sera indexée sur l’inflation, soit une hausse d’1,75 %.

Pub­lic Sénat, fondée en 2000, est dirigée par Gilles Leclerc depuis 2009. La chaîne emploie 50 per­son­nes, dont 25 jour­nal­istes, et réalise 12 heures de pro­gramme par jour, dif­fusées en alter­nance avec LCP sur la TNT, sur Inter­net et sur la télévi­sion par xDSL.

Source : cor­re­spon­dance de la presse, n°16082

Page 352 sur 371

Qui a dit…

« Les évêques de France sont des gens admirables. D’abord plus de deux siè­cles après la Révo­lu­tion, ils se font tou­jours sacr­er, sans avoir besoin d’aller à Reims, comme les pre­miers secré­taires du Par­ti social­iste. Ensuite, mal­gré la sépa­ra­tion de l’Église de l’É­tat, ils ne peu­vent tou­jours pas être nom­més à la tête d’un diocèse sans que le min­istre de l’In­térieur leur accorde sa béné­dic­tion. Enfin, ils ont tou­jours un avis sur tout, et ils ont un cer­tain tal­ent pour le faire partager (…)»

Pour le découvrir, cliquez ici