Accueil | Actualités | Médias | La Hongrie lance V4NA, nouvelle agence de presse internationale
Pub­lié le 18 avril 2019 | Éti­quettes : ,

La Hongrie lance V4NA, nouvelle agence de presse internationale

V4 comme les quatre pays du groupe de Visegrád : Pologne, Hongrie, Slovaquie et République tchèque. NA comme News Agency, une agence qui veut concurrencer les grandes agences internationales comme UPI, Reuters ou l’AFP.

Un siège à Londres

Si le quartier général se trouve à Londres, des rédactions se trouveront à Paris, Berlin, Bruxelles, Prague, Bratislava, Varsovie et Budapest. Elles rassembleront une cinquantaine de journalistes. Les dépêches sont rédigées en anglais et en hongrois, mais V4NA veut y ajouter d’autres langues dans les prochains mois.

Une orientation conservatrice

Les statuts de l’agence ont été déposés fin 2018 par l’ambassadeur de Hongrie à Londres, puis des hommes d’affaires proches de Viktor Orbán ont en pris la majorité. Diffusée sur abonnements, une petite partie des dépêches sont accessibles librement. Les réactions de la presse officielle (inquiète de cette concurrence) ne se sont pas fait attendre : Le Monde a annoncé la naissance de la « première agence payante de fake news ». Il est vrai que le quotidien du soir connaît le sujet comme on pourra le voir dans l’article qu’avait consacré Samuel Laurent au traité de Marrakech soit disant inodore, incolore, sans saveur et inopérant et le démenti de Bruxelles quelques mois plus tard affirmant le caractère juridique contraignant du traité.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux