Accueil | Actualités | Médias | La Hongrie lance V4NA, nouvelle agence de presse internationale
Pub­lié le 18 avril 2019 | Éti­quettes : ,

La Hongrie lance V4NA, nouvelle agence de presse internationale

V4 comme les quatre pays du groupe de Visegrád : Pologne, Hongrie, Slovaquie et République tchèque. NA comme News Agency, une agence qui veut concurrencer les grandes agences internationales comme UPI, Reuters ou l’AFP.

Un siège à Londres

Si le quartier général se trouve à Londres, des rédactions se trouveront à Paris, Berlin, Bruxelles, Prague, Bratislava, Varsovie et Budapest. Elles rassembleront une cinquantaine de journalistes. Les dépêches sont rédigées en anglais et en hongrois, mais V4NA veut y ajouter d’autres langues dans les prochains mois.

Une orientation conservatrice

Les statuts de l’agence ont été déposés fin 2018 par l’ambassadeur de Hongrie à Londres, puis des hommes d’affaires proches de Viktor Orbán ont en pris la majorité. Diffusée sur abonnements, une petite partie des dépêches sont accessibles librement. Les réactions de la presse officielle (inquiète de cette concurrence) ne se sont pas fait attendre : Le Monde a annoncé la naissance de la « première agence payante de fake news ». Il est vrai que le quotidien du soir connaît le sujet comme on pourra le voir dans l’article qu’avait consacré Samuel Laurent au traité de Marrakech soit disant inodore, incolore, sans saveur et inopérant et le démenti de Bruxelles quelques mois plus tard affirmant le caractère juridique contraignant du traité.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This