Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Agressions de journalistes, les antifas en première ligne

25 avril 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Agressions de journalistes, les antifas en première ligne

Agressions de journalistes, les antifas en première ligne

Pre­mière dif­fu­sion le 14/02/2019

Lors des manifestations des gilets jaunes, de nombreux journalistes ont été hués voire agressés. Réaction compréhensible devant le conformisme d’une grande partie des médias à leur égard. Réaction à côté de la plaque également, les JRI (journalistes reporters Indépendants) et les cameramen sont les soutiers des médias, payés au lance pierres, souvent exploités et n’ont strictement aucune influence sur ce qui est passé de leurs images à l’antenne. Étrangement, les agressions dont les antifas sont les auteurs sont passées toujours sous silence.

Agresser les autres JRI, une pratique ancienne des antifas

Dès 2016, nous vous par­lions des faux jour­nal­istes mais vrais voy­ous qui agressent leurs con­frères. Reven­dant par­fois les pho­tos de leurs con­frères (sans doute par hor­reur de la pro­priété privée), ils s’étaient illus­trés en octo­bre 2017 en expul­sant vio­lem­ment un autre JRI d’une man­i­fes­ta­tion des migrants. Ils ont pour chefs de file des pseu­do jour­nal­istes comme Manonne Cadoret surnom­mé Nno­Man ou Gas­pard Glanz, tous deux à la pointe de l’extrême-gauche.

Les gilets jaunes et les antifas

À Paris lors de l’acte X des gilets jaunes le 19 jan­vi­er 2019, des antifas se font sor­tir vers la rue de Rennes par les gilets jaunes. On remar­que par­mi eux Antonin Bernanos (grand, cagoule noire, bas du vis­age tumé­fié) con­damné en sep­tem­bre 2017 à cinq ans de prison (dont deux avec sur­sis) pour l’incendie d’une voiture de police le 18 mai 2016. On peut sup­pos­er qu’Antonin Bernanos a vu sa peine de prison ferme amé­nagée.

On le retrou­ve un peu plus tard vers la rue René Coty où sa bande agresse vio­lem­ment un JRI de l’Agence Ligne directe. Le jour­nal­iste de Ligne directe est frap­pé à coups de bouteille, puis à coups de pieds et enfin avec un coup de pied de biche sur le bras gauche. Il s’en sort avec des hématomes sur le vis­age, une main frac­turée (dont il se sert pour son tra­vail) et 65 jours d’Interruption tem­po­raire de tra­vail. Sans l’intervention de gilets jaunes, il aurait pu crain­dre bien pire. Un des mem­bres des antifas est claire­ment recon­naiss­able sur les deux vidéos, vis­age cagoulé noir, petit sac à dos noir, gants noir et bleu. Il s’agit bien de la même bande qui s’est fait sor­tir un peu plus tôt rue de Rennes.

En province aussi

C’est le site région­al Lengadoc info qui rap­porte les faits. Lors de l’acte XII des gilets jaunes à Toulouse le 3 févri­er 2019, le jour­nal­iste indépen­dant Vin­cent Lapierre du Média pour tous est agressé ain­si que son cam­era­man par des antifas qui veu­lent le sor­tir de la man­i­fes­ta­tion. Des gilets jaunes s’interposent et vien­nent à son sec­ours.

La Nouvelle Librairie en partie saccagée

Plus récem­ment lors de l’acte XIII à Paris le 9 févri­er 2019, une bande d’antifas tente de dévaster La Nou­velle Librairie, 11 rue de Médi­cis, au cœur du quarti­er latin. Des gilets jaunes prévi­en­nent le libraire que des antifas vont venir tout cass­er. Le libraire peut faire sor­tir les clients, les antifas dis­persent les livres posés à l’extérieur, ils cassent une vit­rine et la porte. La vidéo et le témoignage du libraire (con­tu­sion­né) sont ici.

Nous avons recher­ché une reprise de ces agres­sions mul­ti­ples dans la grande presse, les radios ou les télévi­sions. Nous avons cher­ché en vain.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision