Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Les millions des GAFA dans les médias européens
Les millions des GAFA dans les médias européens

21 avril 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Les millions des GAFA dans les médias européens

Les millions des GAFA dans les médias européens

Les millions des GAFA dans les médias européens

Alors que le rapport sur “Quelle souveraineté médiatique pour l’Europe”, commandé par la Commission européenne, a été rendu public le 28 mars 2019 (La Tribune), les médias européens, et la France en bonne position, sont déjà fortement dépendants de l’argent des GAFA.

Google, champion du financement des médias

Google finance les médias par le biais d’un fonds spé­cial, nom­mé “Google News Ini­tia­tive”, anci­en­nement “Dig­i­tal News Initiative”.

Par le biais de ce pro­gramme, ce ne sont déjà pas moins de 559 pro­jets liés au jour­nal­isme qui ont été financés pour un mon­tant de 115 mil­lions d’euros, dans 30 pays européens (site de Google News Ini­tia­tive).

C’est dans le cadre de ce pro­gramme que, le 22 mars 2019, 6,4 mil­lions d’euros de nou­velles sub­ven­tions ont été ver­sées à 21 médias français. Cet argent a pour but de financer des pro­jets, portés par les médias, sur des thé­ma­tiques comme la per­son­nal­i­sa­tion de l’offre ou la traque des “fake news”.

Par­mi ces médias français qui ont reçu de l’argent de Google on peut citer, entre autres, des médias bien con­nus comme La Croix, Le Parisien, Têtu, L’Equipe, L’Express, Le Figaro, TF1, RTL, Libération.

Ce fonds, par le biais de sa décli­nai­son inti­t­ulée “Google News Lab” a aus­si « for­mé » 300 000 jour­nal­istes à tra­vers le monde, avec un objec­tif de 500 000 d’ici 2020.

Facebook aussi décidé à être de la partie

En jan­vi­er 2019, Face­book a annon­cé qu’ils allaient inve­stir 300 mil­lions de dol­lars sur une péri­ode de trois ans dans dif­férents pro­jets liés au jour­nal­isme. Par exem­ple, le Pulitzer Cen­ter aux États-Unis recevra 5 mil­lions de dol­lars, un pro­jet nom­mé “Com­mu­ni­ty News Project”, regroupant divers médias anglais comme Reach ou Newsquest, recevra pour sa part 6 millions.

Cela n’est cepen­dant pas une pre­mière, car depuis 2017, cer­tains médias ont déjà été financés par le fonds “Face­book Jour­nal­ism Project”, dont le bud­get n’a cepen­dant pas été com­mu­niqué. (Le Figaro) Mais l’investissement de Face­book se chiffre aus­si en mil­lions, rien qu’en 2016, 50 mil­lions de dol­lars avaient été ver­sés à des médias et célébrités pour utilis­er Face­book Live.

En réponse, le rap­port de la Com­mis­sion européenne pré­conise la créa­tion d’un fonds d’un mil­liard d’euros sur cinq ans pour financer les médias et con­tr­er les GAFA. Mais pour ce qui est du finance­ment autonome des médias et leur indépen­dance, étant don­né les deux scé­nar­ios qui se présen­tent à nous, il sem­blerait que cela n’appartienne désor­mais plus qu’au passé…

Voir aussi

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.