Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Le Monde ment : le pacte de Marrakech est bien contraignant pour ses signataires y compris pour la pression sur les médias
Le Monde ment : le pacte de Marrakech est bien contraignant pour ses signataires y compris pour la pression sur les médias

20 avril 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Le Monde ment : le pacte de Marrakech est bien contraignant pour ses signataires y compris pour la pression sur les médias

Le Monde ment : le pacte de Marrakech est bien contraignant pour ses signataires y compris pour la pression sur les médias

Le Monde ment : le pacte de Marrakech est bien contraignant pour ses signataires y compris pour la pression sur les médias

Pre­mière dif­fu­sion le 07/04/2019

Au cours du processus d’adoption du très controversé Pacte mondial sur la migration, il a été constamment répété aux législateurs des États membres de l’UE et au grand public que ce Pacte n’était pas juridiquement contraignant. Le texte lui-même mentionne son caractère non contraignant. Nous avons analysé fin 2018 un texte des Décodeurs du Monde qui tentait de démontrer son caractère bénin. Las, une note du service juridique de la Commission affirme son plein caractère de contrainte.

Le contexte du Pacte

Le Pacte a été offi­cielle­ment approu­vé par l’Assemblée générale des Nations Unies le 19 décem­bre 2018. Six semaines plus tard, une note du ser­vice juridique de la Com­mis­sion européenne datée du 1er févri­er 2019 indique exacte­ment le con­traire de ce qui avait tou­jours été dit.

Cette note est inti­t­ulée « Les effets juridiques de l’adoption du Pacte mon­di­al pour une migra­tion sûre, ordon­née et régulière par l’Assemblée générale des Nations Unies » 

Le ser­vice juridique de la Com­mis­sion s’appuie sur plusieurs arti­cles du Traité sur le fonc­tion­nement de l’Union européenne (TFUE) pour accorder au Pacte sur les migra­tions un statut contraignant.

Effets juridiques du Pacte

Le para­graphe 46 de la note stip­ule : « Il faut (…) con­clure que le Pacte migra­toire a des effets juridiques puisqu’il est en mesure d’influencer de manière déci­sive le con­tenu de la lég­is­la­tion adop­tée par le lég­is­la­teur de l’UE. »

Dernier para­graphe de la note, le 53 « Con­for­mé­ment au principe de coopéra­tion loyale, les États mem­bres devraient faciliter la réal­i­sa­tion des objec­tifs de l’Union, y com­pris la mise en œuvre du Pacte migra­toire. En même temps, ils devraient s’abstenir de toute action sus­cep­ti­ble de com­pro­met­tre la réal­i­sa­tion de ces objec­tifs ».

Voir aussi  Obono / Valeurs Actuelles : tempête dans un verre d'eau

Rappel du Pacte sur les médias

C’est le fameux arti­cle du Pacte 33, alinéa C qui stip­ule qu’il faut : « Pro­mou­voir une infor­ma­tion indépen­dante, objec­tive et de qualité…en insti­tu­ant des normes déon­tologiques pour les jour­nal­istes et la pub­lic­ité et en ces­sant d’allouer des fonds publics aux médias qui propa­gent sys­té­ma­tique­ment l’intolérance, la xéno­pho­bie, le racisme et autres formes de dis­crim­i­na­tion envers les migrants ». On ne saurait être plus clair sur son car­ac­tère con­traig­nant. Et liberticide.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.