Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Sébastien Folin
Mis à jour le

10 octobre 2018

Temps de lecture : 10 minutes

Sébastien Folin

De la météo au CSA

Sébastien Folin, né en avril 1970 à Antananarivo, à Madagascar, est un animateur de télévision et de radio. En mars 2016, il rejoint l’observatoire de la diversité du CSA pour un mandat de deux ans.

Formation

Sébastien Folin a passé son bac­calau­réat en 1988 et a directe­ment com­mencé à tra­vailler, sans faire d’études.

Parcours professionnel

1985

Il a juste quinze ans et il offi­cie sur Radio Arc-en-ciel, la radio de l’évêché de Saint-Denis-de-la-Réu­nion où il habite.

1989

Il se lance pro­fes­sion­nelle­ment dans la radio sur RFM, tou­jours à la Réu­nion, jusqu’en 1993.

1991

Il devient égale­ment ani­ma­teur télé, sur Antenne Réu­nion, une télévi­sion privée de l’île pour des mag­a­zines pour ados, des émis­sions musi­cales, des mag­a­zines cul­turels et la météo dès 1993.

1996

Alors que NRJ est lancé sur l’île, il devient son directeur d’antenne et ani­me les mati­nales. La même année, il se lance dans la réal­i­sa­tion vidéo.

2000

Arrivé à Paris, il tra­vaille pour la télé web de Michel Field, alatele.com, et il con­tin­ue la réal­i­sa­tion de mag­a­zines télés pour la 5ème, MCM, Paris Pre­mière, 13ème rue.

2001

Sébastien Folin devient le « mon­sieur météo » de TF1 en présen­tant les bul­letins météo de la chaîne pen­dant sept ans.

2003

Il ani­me, aus­si sur TF1, l’émission Vidéo Gag avec Olivia Adri­a­co.

2004

Il retrou­ve la radio, en l’occurrence RTL, pour ani­mer l’émission Tiroirs Secrets.

2005

il ren­force sa présence sur RTL avec l’émission On refait la télé qu’il coanime avec Isabelle Mori­ni-Bosc et Emmanuel Maubert.

Par­al­lèle­ment, avec sa société de pro­duc­tion Kaflak­our, il pro­duit une série de pro­grammes courts pour TF1, l’Amour à 20 ans.

2006

Côté radio, il prend les manettes de l’émission Le Morn­ing 100 % musique sur RTL2. Côté télévi­sion, il présente l’émission musi­cale Acoustic sur TV5 Monde, qu’il con­tin­ue tou­jours d’animer aujourd’hui.

2008

Il ani­me pen­dant l’été l’émission Des­ti­na­tion Ailleurs sur RTL, con­sacrée aux Français expa­triés ou d’outre-mer.

2009

Alors que Vidéo Gag est ter­miné, il présente Galiléo, un mag­a­zine ludique et sci­en­tifique de reportages, sur TMC, une chaîne du même groupe que TF1. La présen­ta­tion des bul­letins météos ne lui suff­isant pas, il quitte la chaîne privée pour rejoin­dre le ser­vice, où il présente dès sep­tem­bre 2009 sur France 2 ADN : accéléra­teur de neu­rones, un ren­dez-vous heb­do­madaire con­sacré à la sci­ence et Grandeurs nature, un mag­a­zine, heb­do­madaire égale­ment, sur la nature cette fois-ci.

Il créé la même année la société de pro­duc­tion La belle télé, avec Olivi­er Drouot-Bon­nema­zon qui « copro­duit notam­ment les Vic­toires du jazz et effectue de nom­breuses cap­ta­tions de spec­ta­cles vivants », selon TV Loisirs. Leur deux­ième axe de développe­ment con­cerne Inter­net et les plate­formes de dif­fu­sion cul­turelles, comme Cul­ture­box ou Arte Live.

2011

Lorsque ses deux émis­sions sur France 2 s’arrêtent, Sébastien Folin passe sur France Ô pour présen­ter Le Lab Ô. Ce ren­dez-vous cul­turel quo­ti­di­en est dif­fusé en deux­ième par­tie de soirée. Avec des chroniqueurs, il entendait « mix­er la cul­ture et les cul­tures, mari­er les gens, crois­er les styles, fusion­ner toutes les dis­ci­plines de la créa­tion ».

2012

Il passe ensuite aus­si sur France 3 en présen­tant le jeu télévisé Har­ry, qui est tou­jours dif­fusé.

2015

Le Folin heb­dô rem­place Le Lab Ô. C’est un talk-show avec des chroniqueurs : le philosophe Vin­cent Ces­pedes, la jour­nal­iste Leïla Kad­dour, l’historien Fab­rice d’Almeida et les humoristes Frédéric Sigrist et Aline Afanoukoé. Le con­cept est de la même veine que Le Lab Ô, Sébastien Folin annonce comme punch-line : « Toutes les orig­ines, toutes les opin­ions, c’est dans un seul show, le folin heb­do, si l’actu vous effraie autant qu’elle vous amuse, si vous cherchez à dis­tinguer le faux du vrai dans tout ce que vous voyez, si vous aimez le débat intel­li­gent et amu­sant, passez-nous voir ! ». Il a dif­férentes chroniques récur­rentes, comme le bana­nia d’or « la séquence préférée de Flo­ri­an Philip­pot », où il dis­tribue des mau­vais points pour les per­son­nal­ités poli­tique­ment incor­rectes. Ou une séquence Minor­i­ty report où son chroniqueur Frédéric Sigrist déter­mine de quelle minorité font par­tie des per­son­nal­ités telles que Mar­i­on-Maréchal Le Pen ou le Car­di­nal Bar­barin. Pour la pre­mière, « Les jeunes qui vivent avec des idées de vieux con » et pour le sec­ond : « les mecs qui ouvrent leur bouche quand il faut pas et se taisent quand il faut. Les scan­dales pédophiles dans l’église, c’est comme les James Bond, c’est tous les ans et il n’y a que les acteurs qui changent ». Il pro­pose par­fois des numéros spé­ci­aux sur les femmes, la dis­crim­i­na­tion ou le Sida par exem­ple.

Il présente aus­si dix pro­grammes courts dans le cadre de la plate­forme éduca­tive « les dessous de l’Océan », sur France Ô.

2017

Il présente une fois par mois C’est pas le bout du monde, d’une durée de 90 min­utes et con­sacrée aux ter­ri­toires d’outre-mer.

2018

Arrêt du jeu télévisé Har­ry début jan­vi­er mal­gré de bonnes audi­ences ; il démarre un talk-show bi-men­su­el, Clair-Obscur, sur France Ô, chaîne dont la dis­pari­tion est prévue à l’horizon 2020. L’émission – implan­tée dans le stu­dio Har­court et donc dif­fusée en noir et blanc – est créée avec son asso­cié Olivi­er Drouot et sa société de pro­duc­tion La Belle télé. Il explique à Ozap (17/1/2018) qu’il a « une touche sur une série autour du hip hop chez Black­pills et on est en co-pro­duc­tion avec Ende­mol­Shine sur une grosse série en trois saisons sur le monde du sport qui intéresse les prin­ci­paux dif­fuseurs ».

Parcours militant

Unicef

En 2009, Sébastien Folin devient par­rain de l’Unicef dans le cadre d’un pro­gramme de lutte con­tre le palud­isme. Il a soutenu au côté de Bay­gon, la célèbre mar­que d’insecticides (sic) la journée mon­di­ale de lutte con­tre le palud­isme. En novem­bre 2011, il a par­ticipé à l’album de Thier­ry Gali Il était une fois, en sou­tien de l’action de l’Unicef.

Animaux

Il a par­rainé en 2009 Émi­lie et Kouzo­la, deux chim­panzés sauvés du bra­con­nage par l’association Help Con­go qui lutte pour la pro­tec­tion des grands singes et con­tre la déforesta­tion. « Si nous ne réagis­sons pas, d’ici 5 à 15 ans, les chim­panzés ne seront plus qu’un joli sou­venir. Notre planète se meurt et il est impor­tant de soutenir de telles ini­tia­tives et des asso­ci­a­tions comme Help Con­go qui, chaque jour, essaient de con­serv­er notre écosys­tème », explique-t-il.

Sida

Admin­is­tra­teur de l’association Sol­i­dar­ité Sida depuis 2008 ans, Sébastien Folin est depuis 2015, le prési­dent du Fonds Afrique. « Celui-ci est dédié aux actions des asso­ci­a­tions africaines parte­naires financées par Sol­i­dar­ité Sida : l’accès aux traite­ments, la for­ma­tion, le sou­tien psy­choso­cial, l’aide aux per­son­nes sur place ». Égale­ment engagé dans le Sidac­tion 2015, il a con­sacré des émis­sions spé­ciales à cette opéra­tion, lors du Folin heb­dô et l’année précé­dente lors du Labô avec une élé­gante démon­stra­tion « com­ment met­tre une capote ».

Observatoire de la diversité du CSA

Sébastien Folin siège désor­mais pour deux ans dans cet obser­va­toire. Un engage­ment au ser­vice des minorités vis­i­bles qu’il relate dans plusieurs inter­views (voir Il a dit).

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné

Ses publications

  • Les Fils du Vol­can, Paris, édi­tions Anne Car­rière,‎ 2008. Des illus­tra­tions sont réal­isées par sa femme Ket­ty Pausé Folin.
  • La part verte des choses, Paris, édi­tions Flo­rent Mas­sot,‎ 2011.

Productions

Il a notam­ment réal­isé avec sa société de pro­duc­tion et Jérôme Juli­enne et John Jack­son, Vacarme en haute mer, un doc­u­men­taire sur la pol­lu­tion sonore des océans, dif­fusé sur France Ô.

Il l’a dit

Ce n’est pas pour rien qu’il a été nom­mé à l’Observatoire de la diver­sité du CSA, dans ses inter­views, il revient beau­coup sur cette ques­tion des minorités vis­i­bles dans le paysage audio­vi­suel français.

Il explique par exem­ple à Philippe Van­del, dans Tout et son con­traire sur France Info : « La télé est le reflet de la société, elle a donc besoin de mon­tr­er la société qui est bigar­rée et métis­sée. Je crois aus­si à la valeur d’exemple de la télé qui est le reflet de ceux qui ont réus­si et ce serait bien qu’en regar­dant la télé, on trou­ve des gens qui nous ressem­blent ».

Et sur le blog Africamix : « Je souhaite que la télé ressem­ble de plus en plus à la France. Je suis con­tent que France Ô mon­tre la diver­sité de la société française. Mais dans un groupe comme France Télévi­sions, une seule chaîne doit-elle représen­ter cette diver­sité ? Pas sûr que ce soit la bonne idée. Si la France est diverse, elle l’est partout. »

Con­cer­nant le choix des artistes pour Accoustic « On essaye d’avoir un équili­bre entre les femmes, les noirs, les jaunes et les rouquins égale­ment ! », blague-t-il.

En répon­dant au site afrik.com qui l’interroge pour savoir s’il a béné­fi­cié de la dis­crim­i­na­tion pos­i­tive : « Soyons clair, à la mort d’Alain Gillot Pétré, TF1 cher­chait un présen­ta­teur météo de couleur. Ils ont vu mes dif­férentes presta­tions sur des chaînes à la Réu­nion. Ils m’ont sol­lic­ité pour faire un test. Si je n’avais pas fait l’affaire, ils ne m’auraient pas gardé. Ma place à TF1, je la dois à mon sérieux et à mon pro­fes­sion­nal­isme. »

Et dans une autre inter­view : « Me met­tre à l’antenne sur la météo est une démarche avant-gardiste. Les chaînes met­tent des “cau­tions” de couleur, mais sou­vent à des horaires indus. Mais je présente tout de même le pro­gramme le plus regardé de TF1. C’est une démarche volon­tariste forte de la part d’une chaîne qui cherche à chang­er son image pop­uliste et dém­a­gogique. Met­tre un Beur ou un Noir dans une émis­sion de var­iétés pour faire rigol­er, ça passe. Mais la météo c’est de la vul­gar­i­sa­tion sci­en­tifique. Qu’un Noir par­le de choses sérieuses, c’est moins évi­dent. Cela mon­tre que les men­tal­ités évolu­ent en France. Au milieu des années 80, Rachid Arhab n’avait pas tenu deux semaines à la présen­ta­tion du jour­nal télévisé. Lorsqu’il est revenu au 13 heures il y a 4 ans, il n’y a pas eu la même lev­ée de boucliers ».

Sur la ques­tion des quo­tas dans les médias : « Je suis pour que les médias, en l’occurrence la télé et la radio, ressem­blent à la société. Mais le recours au quo­ta me paraît sim­pliste. Au-delà de la couleur ou des critères physiques, ce qu’il faut c’est la com­pé­tence, le savoir-faire. Mais c’est vrai que les choses ne sont pas si évi­dentes, et qu’à com­pé­tences égales, on ne pense pas sys­té­ma­tique­ment à embauch­er un black ou un beur ou même un Asi­a­tique ».

Et con­cer­nant l’intégration : « Moi, ça me fait tou­jours mar­rer quand on me cite comme sym­bole d’intégration. Je n’ai pas à m’intégrer. Je suis Réu­nion­nais, français depuis plus de qua­tre cents ans. Les gens font trop d’amalgames. Pour revenir à la ques­tion d’in­té­gra­tion, il faut que la société française dans sa total­ité apprenne l’acceptation de l’autre. Ces prob­lé­ma­tiques d’intégration ne vont pas sans celles du racisme. L’intégration com­mencera véri­ta­ble­ment quand les immi­grés se sen­tiront accep­tés d’une part et d’autre part, quand les immi­grés s’adapteront à la société d’accueil. La haine, les frus­tra­tions dévelop­pent le repli sur soi. Il ne faut plutôt pas aller dans cette direc­tion. »

Con­cer­nant la chaîne France Ô : « C’est une chaîne général­iste, d’ouverture sur le monde, de métis­sage, plutôt axée sur la cul­ture urbaine et qui prône l’ouverture à l’autre. »

Pour le blog africamix, il affirme encore vouloir « métiss­er les cul­tures, dans une curiosité et une con­vivi­al­ité bien­veil­lante » et « Avec un père indi­en, une mère mal­gache, une grand-mère indonési­enne, un grand-père réu­nion­nais et un deux­ième père bor­de­lais, cela donne une richesse un peu désta­bil­isante : un peu tout et pas for­cé­ment pleine­ment… Mais tu es de là où tu vis. »

Sur la musique et son émis­sion Acoustic : « Acoustic est un peu mon bébé. Je reviens à mes pre­miers amours. La musique berce ma vie depuis tou­jours. J’ai com­mencé à l’âge de quinze ans, à La Réu­nion, sur Radio Arc en Ciel, la radio des gens heureux. C’était tout à fait pour moi ! » racon­te-t-il dans un arti­cle, Mon­sieur Météo est aus­si apôtre de la musique.

Sur la radio : « La radio m’a sauvé la vie, c’est devenu le cen­tre de ma vie » racon­te-t-il.

Sur son méti­er d’animateur : « J’envisage ce méti­er comme une car­rière, même si c’est dif­fi­cile d’exister. Il faut donc faire atten­tion à ses choix. Et, par­fois, le chèque qu’on te pro­pose est ten­tant. Mais il faut avant tout garder l’envie, la pas­sion », affirme-t-il sur le blog Africamix.

En décem­bre 2014, il répondait aux ques­tions de Pure Media sur ce qui l’avait mar­qué en 2014 :

« Le fait d’actualité le plus mar­quant de l’année ? La sonde Roset­ta. J’ai adoré le côté fédéra­teur de l’événement. Que tout le monde regarde ensem­ble vers les étoiles, je trou­ve ça très poé­tique ! » « Le jour­nal­iste de l’année ? Rose­lyne Bach­e­lot. Elle a mer­veilleuse­ment réus­si sa recon­ver­sion. Il ne lui reste plus qu’à vol­er de ses pro­pres ailes, j’ai hâte de voir ça. » « La Une de presse de l’année ? “Libéra­tion” : “Nous sommes un jour­nal” ».

« Il y a un cli­mat de con­fi­ance avec France Ô, avec qui je tra­vaille depuis 2011. Ils savent que quand on leur pro­pose quelque chose, c’est tou­jours avec une réflex­ion édi­to­ri­ale et un vrai par­ti pris », Ozap/PureMédias, 17 jan­vi­er 2018.

« On a beau penser ce qu’on veut du CSA, mais il cadre la parole à la télévi­sion. Le web n’est pas du tout cadré, et c’est com­pliqué de le cadr­er ! Le plus impor­tant, c’est l’é­d­u­ca­tion. Il faut appren­dre aux jeunes ce qu’est un jour­nal­iste, ce qu’est une fake news… », ibid.

« Tout ce que j’ai fait et tout ce que je suis aujour­d’hui, je le dois à TF1, à Eti­enne Mougeotte et Xavier Cou­ture qui ont cru en moi, qui sont venus me chercher, qui m’ont pro­posé la météo. Ce sont de belles années ! Ce qui me manque, c’est le direct, cette petite boule à l’estom­ac avant le “5, 4, 3, 2…” et se retrou­ver devant 6, 7 ou 8 mil­lions de téléspec­ta­teurs. J’ai même fait des pointes à 13 ou 14 mil­lions de téléspec­ta­teurs soit lors des mi-temps d’un match de foot ou lors de pics de chaleur. Ca flat­te l’é­go d’avoir été l’an­i­ma­teur le plus regardé d’Eu­rope ! », ibid.

« Il est clair que je ne fais pas par­tie des plans de France Télévi­sions en tant qu’an­i­ma­teur. Je ne croule pas sous les propo­si­tions de France 2, France 3 ou autre. Aujour­d’hui, avec mon asso­cié, je m’ori­ente vrai­ment vers la pro­duc­tion », ibid.

« L’ironie du sort, c’est que depuis cinq ans, nous [pour le jeu télévisé Har­ry, arrêté début jan­vi­er 2018] avions une clause d’au­di­ence à 10% qui n’é­tait jamais respec­tée. Et au moment où la déci­sion est prise, au mois de mars ou avril, on est à 12,5% ! Ce ne sont pas les audi­ences qui ont poussé la chaîne à arrêter l’émis­sion”, a‑t-il ain­si affir­mé. “C’est le désir de met­tre en avant Cyril Féraud. Il fal­lait trou­ver une case pour lui. Cyril Féraud est le nou­veau roi de France 3, et j’en suis ravi pour lui, tant mieux ! On est un peu les dom­mages col­latéraux de cette déci­sion », Ozap/Puremédias, 18 jan­vi­er 2018.

« Moi je cherche à avoir une cer­taine con­ti­nu­ité dans mon tra­vail, d’avoir tou­jours au moins une émis­sion à l’antenne mais surtout d’avoir une con­ti­nu­ité de ton. Je veux faire des émis­sions qui me ressem­blent », 20 Min­utes,13 févri­er 2018.

« Le côté midinette admi­ratif, ça ne marche pas. Le secret d’une bonne inter­view, c’est de bien la pré­par­er. L’émission est très chapitrée avec dix archives qui per­me­t­tent à l’invité de réa­gir. Et moi j’arrive avec 70 ques­tions pré­parées. Finale­ment j’en pose une quar­an­taine. Tout ça laisse assez peu de place à l’improvisation », ibid.

Ils ont dit

Le blog Africamix : « Avec un père indi­en, une mère mal­gache, une grand-mère indonési­enne, un grand-père réu­nion­nais, un deux­ième père bor­de­lais “qui fait chabrot”, Sébastien Folin ne pou­vait que mix­er les gen­res ».

Le site afrik.com : « Sébastien Folin, ani­ma­teur noir du paysage audio­vi­suel français. » et « En un tour de main, Sébastien Folin, jovial fils de l’océan Indi­en, devient le Mon­sieur météo de TF1. Depuis jan­vi­er 2001, les Français décou­vrent en sa com­pag­nie — un week-end sur deux — les mys­tères de l’anticyclone des Açores. Six à dix jours par mois, c’est donc un Noir qui présente ce pro­gramme à la pop­u­lar­ité jamais démen­tie. Une pre­mière en France. »

Voir aussi

Related Posts

None found

Coronavirus et confinement dans les médias

Le coronavirus est légitimement au centre des analyses des médias. Comment certains essaient-ils encore d'édulcorer les faits ? Comment d'autres sont-ils rattrapés par le principe de réalité ?

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision