Devinette de la fête des rois
Nous sommes autour de la fête des rois, par­lons galette. Quel est le groupe de presse détenu par la pre­mière for­tune de France et que vous sub­ven­tion­nez à hau­teur de 12 mil­lions d’euros par an via les aides à la presse (chiffres 2016) ? C’est le groupe de Bernard Arnault (Les Échos, Le Parisien). L’Observatoire est moins riche qu’Arnault, plus libre que Le Parisien et tous les jours vous informe sur ceux qui vous infor­ment. Pour nous aider, nous aimer, nous soutenir, vous pou­vez don­ner avec un reçu fis­cal de 66% de votre don, c’est par ici.

73% récolté
Objec­tif : jan­vi­er 2019 ! Nous avons récolté 1.455,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Les plus lus

  • Por­traits Jean-Michel Aphatie

    PORTRAIT — Jean-Michel Aphatie est né en sep­tem­bre 1958 à Mon­cay­olle-Lar­ro­ry-Mendibieu (Pyrénées-Atlan­tiques). Après avo…

  • Médias La cou­ver­ture-choc d’un grand heb­do­madaire polon­ais sur la cen­sure qui sévit en France, en Alle­magne et en Suède

    « La cen­sure fait des rav­ages en Europe », cla­mait le 27 décem­bre dernier en Une l’hebdomadaire con­ser­va­teur Sieci, le 4…

  • Médias Michel Wiev­ior­ka sur Canal+ : les gilets jaunes bran­dis­sent un A entouré d’un cer­cle, ils sont bien d’extrême droite

    Avec les réac­tions hal­lu­cinées et sou­vent hal­lu­ci­nantes de nom­breux médias de grand chemin, voir nos arti­cles ici et là…

  • Por­traits Yves Thréard

    PORTRAIT — Yves Thréard est un jour­nal­iste poli­tique qui a mis sa plume au ser­vice du Figaro. Il est con­sid­éré par la ga…

  • Por­traits Apolline de Mal­herbe

    PORTRAIT — Née à Paris en 1980, Apolline de Mal­herbe est une jour­nal­iste française de télévi­sion qui offi­cie sur BFMTV c…

  • Médias Gilets jaunes : édi­to­ri­aux hos­tiles à la ramasse !

    Le mou­ve­ment des gilets jaunes sem­blant s’installer dans la durée début 2019 con­duit le pou­voir poli­tique à de sur­pre­nan…

  • Médias Crise de Presstal­is, révolte des édi­teurs de presse du SAEP

    Presstal­is, mal­gré les injec­tions con­tin­ues de tré­sorerie des pou­voirs publics, ne cesse de s’enfoncer dans la crise. Le…

  • Por­traits Robert Namias

    PORTRAIT — Robert Lionel Namias, petit fils d’un juif apa­tride de Salonique, est né en avril 1944 à Paris. Il est mar­ié…

  • Por­traits Rachid M’Barki

    PORTRAIT — Rachid M’Barki, né en févri­er 1969 à Toulouse, d’origine maghrébine, est un jour­nal­iste français de télévi­sio…

  • Médias Les gilets jaunes dans les heb­do­madaires juste avant l’acte 9

    La rela­tion des médias aux gilets jaunes est com­pliquée et par­fois vio­lente, et inverse­ment. Après tant d’années où les…

Dans son JT, TF1 fait dire à Benoît XVI ce qu’il n’a pas dit

« Qu’un grand média comme TF1 se per­me­tte d’asséner une fausse cita­tion du pape en dit assez long sur les mœurs jour­nal­is­tiques d’aujourd’hui », juge Daniel Hamiche, rédac­teur en chef de L’Observatoire de la chris­tianopho­bie, qui appelle à se plain­dre auprès du ser­vice accueil téléspec­ta­teurs.

Il faut not­er que les médias com­mu­nau­taires gays Tetu.com ou Yagg.com retran­scrivent cor­recte­ment les pro­pos du pape.

La presse sert les petits-fours à François Hollande

François Hol­lande s’est ren­du hier au cock­tail de ren­trée organ­isé par le SPQR, le Syn­di­cat de la Presse Quo­ti­di­enne Régionale, organ­isé au Cer­cle de l’Union Inter­al­liée à Paris.

Le prési­dent de la République n’a pas fait de dis­cours, mais a tenu à venir saluer les acteurs du syn­di­cat de la presse, dans une ambiance déten­due et con­viviale. De nom­breux poli­tiques et par­lemen­taires étaient égale­ment présents à cette récep­tion. Seul prob­lème, le syn­di­cat, qui représente 34 titres de presse quo­ti­di­enne régionale, est sup­posé défendre les intérêts de ces jour­naux… mais aus­si leur indépen­dance. Dès lors, était-il bien raisonnable d’organiser un grand raout avec les ten­ants du pou­voir et de prêter le flanc aux accu­sa­tions de col­lu­sion politi­co-médi­a­tique ?

Nouveau rendez-vous avec FOG

Franz-Olivi­er Gies­bert a fait par­tie des recalés de la fin de sai­son dernière. Son émis­sion « Semaine cri­tique » n’a pas été recon­duite sur France 2. Il tra­vaille actuelle­ment à un pro­jet d’émission sur France 3, avec l’ancien patron de la Cinquième, Jean-Pierre Cot­tet. Bap­tisée « Le Monde d’après », l’émission devrait être un men­su­el socié­tal par­ti­c­ulière­ment riche. France 3 pro­jet­terait d’en faire un ren­dez-vous phare de sa grille de pro­gramme.

Pho­to : The­su­per­mat (Wikimé­dia, cc)

Charlie Hedbo : ventes qui explosent, un site en rade

La bonne affaire. « D’habitude, ça ne se vend pas et les exem­plaires restent là toute la semaine », explique à l’AFP un marc­hand de jour­naux. Lui a écoulé tout son stock de Char­lie Heb­do ce mer­cre­di matin et attend l’arrivée d’exemplaires sup­plé­men­taires ven­dre­di ou same­di. Le numéro du 19 sep­tem­bre, qui dif­fuse des car­i­ca­tures de Mahomet, est un suc­cès com­mer­cial : les 75 000 exem­plaires du pre­mier tirage se sont arrachés en quelques heures.

Même dans le quarti­er parisien de Belleville, dont une par­tie impor­tante de la pop­u­la­tion est d’origine maghrébine et dont les librairies « vendent des ouvrages sur l’islam » (admirez la pudeur de l’AFP), on ne le trou­vait plus mer­cre­di en fin de mat­inée. L’explication a été don­née par des kiosquiers qui racon­tent que, dès 6 heures du matin, des clients ont acheté tous les stocks avant de les déchir­er sous leurs yeux… Sur Twit­ter, Jean-Michel Aphatie juge que « ce matin, Char­lie Heb­do cherche plus à faire par­ler de lui qu’à défendre la lib­erté d’expression ».

Et, pour ce qui est de faire par­ler de lui, c’est réus­si ! Out­re des réac­tions en pagaille de per­son­nal­ités (Jean-Marc Ayrault, Lau­rent Fabius, Mgr André Vingt-Trois, etc.) ain­si que des dépêch­es rap­por­tant les mesures de sécu­rité pris­es par les ambas­sades, con­sulats et écoles français­es à l’étranger, Charb, son directeur, annonçait en début d’après-midi que « le site (du jour­nal, ndlr) est blo­qué car il a été piraté. Apparem­ment, c’est une attaque encore plus mas­sive qu’en 2011 ». À 15h30, le blog de sec­ours de la rédac­tion fonc­tion­nait, lui, tou­jours. Un piratage en fin d’après-midi per­me­t­trait de pro­longer le buzz… Car les CRS placés devant l’immeuble où elle est instal­lée pro­tè­gent peut-être des incendies crim­inelles mais pas des pirates infor­ma­tiques !

En moyenne, Char­lie Heb­do écoule 45 000 exem­plaires chaque semaine. En novem­bre dernier, un numéro (rebap­tisé Charia Heb­do) s’était ven­du à 200 000 exem­plaires tan­dis qu’en 2006, celui repro­duisant douze car­i­ca­tures de Mahomet avait atteint 480 000 exem­plaires ! Char­lie Heb­do du 19 sep­tem­bre pour­rait dépass­er les 200 000 ventes.

Valérie Trierweiler : du journalisme au star-système

La pre­mière jour­nal­iste de France est l’une des vedettes de la ren­trée lit­téraire. Sor­ti le 15 août, La Favorite (Fayard), sorte de jour­nal imag­i­naire de la con­cu­bine de François Hol­lande, signé par l’ancien directeur adjoint du Monde, Lau­rent Greis­lamer, est déjà un franc suc­cès. Dans Entre deux feux (Gras­set), Anna Cabana et Anne Rosencher évo­quent longue­ment le tri­an­gle amoureux Hol­lande-Tri­er­weil­er-Roy­al, ce qui promet de belles retombées, d’autant que l’ouvrage a reçu un franc sou­tien de l’hebdomadaire Mar­i­anne, qui en a récem­ment pub­lié quelques bonnes feuilles. Enfin, début octo­bre, sor­ti­ra un Valérie Tri­er­weil­er (Édi­tions du Moment), signé de Christophe Jakubyszyn.

Droit à l’information pour Bercy

C’est le méti­er (de com­mu­ni­quant) qui ren­tre : le min­istre de l’Économie, Pierre Moscovi­ci, a promis de tenir régulière­ment des points presse pour les jour­nal­istes accrédités à Bercy. Ces derniers grog­naient depuis un petit bout de temps, car ils ne par­ve­naient à se tenir au courant de la posi­tion française sur la zone euro… qu’en lisant la presse anglo-sax­onne !

Stéphane Guillon clashe Audrey Puylvar sur Twitter

L’humoriste Stéphane Guil­lon a attaqué Audrey Pul­var, nou­velle patronne des Inrocks, sur Twit­ter. Guil­lon est per­suadé qu’Audrey Pul­var a décroché son nou­v­el emploi grâce à son con­joint, le min­istre du Redresse­ment pro­duc­tif, Arnaud Mon­te­bourg, qui aurait ren­con­tré Matthieu Pigasse, le pro­prié­taire du mag­a­zine, juste avant sa nom­i­na­tion… Audrey Pul­var nie évidem­ment et affirme qu’elle ne doit ce tra­vail qu’à la sueur de son front.

Guil­lon a twit­té, ce 14 sep­tem­bre : « On nous apprend que Mon­te­bourg et Pigasse se sont bien ren­con­trés 15 jours avant la nom­i­na­tion d’Audrey aux Inrocks. Impos­si­ble, pure calom­nie. »

Dans un deux­ième mes­sage, posté juste après, il ajoute « Audrey a écrit sur Twit­ter que les 2 hommes ne s’étaient jamais ren­con­trés. La ten­dre, la douce, l’exquise ne peut pas nous avoir barat­inés ! » Cela va sans dire.

Libé : une provoc’ à 700 000 balles

L’équilibre financier de Libéra­tion (atteint en 2010 et 2011) pour­rait être com­pro­mis cette année.

En effet, selon Le Monde, la Une du 10 sep­tem­bre sur Bernard Arnault (“Casse-toi, riche con !”) pour­rait faire per­dre 700 000 euros de recettes pub­lic­i­taires au quo­ti­di­en du Baron Édouard de Roth­schild.

La faute, on s’en doute, au retrait immé­di­at des opéra­tions pub­lic­i­taires prévus d’ici la fin de l’année par les sociétés du groupe LVMH (- 150 000 euros). Mais pas seule­ment : d’autres entre­pris­es du monde du luxe ont décidé, par sol­i­dar­ité avec Bernard Arnault, de ne plus annon­cer dans Libéra­tion, rap­porte le quo­ti­di­en du soir qui cite “des sources internes”.

Libéra­tion s’est quand même payé le luxe de paraître mar­di 11 sep­tem­bre avec un gros encart pub­lic­i­taire Yves Saint Lau­rent, une mar­que du groupe PPR, con­cur­rent de LVMH. Il était “pro­gram­mé de longue date”, a fait savoir François-Hen­ri Pin­ault, son pro­prié­taire.

Le même jour, Renaud Rev­el, le “M. Médias” de L’Express, évo­quait une perte de 500 000 euros de recettes pub­lic­i­taires pour Libé. Un mon­tant revu à la hausse par Le Monde du 13 sep­tem­bre, donc…

De jan­vi­er à août 2012, le groupe LVMH aurait, selon Yacast, dépen­sé 405 000 euros (une somme qui ne tient pas compte des remis­es com­mer­ciales) pour pro­mou­voir ses mar­ques Dior et Givenchy dans les pages de Libé, soit 1,5% du porte­feuille pub­lic­i­taire total du quo­ti­di­en et 20% du sup­plé­ment cul­turel Next, croit savoir Marc Bau­dri­er, jour­nal­iste à Chal­lenges.

Seule con­so­la­tion pour Libéra­tion, ses ventes : elles ont aug­men­té ce jour-là de 27% par rap­port à leur moyenne alors que la dif­fu­sion du titre (comme la pag­i­na­tion pub­lic­i­taire) est en forte baisse depuis l’élection prési­den­tielle…

Crédit pho­to : DR.

Alexis Brézet

PORTRAIT — De l’avis unanime de ses col­lègues jour­nal­istes, Alex­is Brézet se dis­tingue par une solide cul­ture his­torique et un style d’écriture de grande qual­ité : « clair, sere­in, de qual­ité, vif et gai de sur­croît », selon François d’Orcival, qui fut son men­tor à ses débuts.

Yves de Kerdrel directeur général du groupe Valmonde

Yves de Ker­drel, jour­nal­iste au Figaro, a été nom­mé directeur général du groupe Val­monde en rem­place­ment de Guil­laume Roquette. Ce dernier ayant rem­placé Alex­is Brézet à la direc­tion du Figaro Mag­a­zine. Yves de Ker­drel prend ain­si la tête d’un groupe de presse qui regroupe trois titres : Valeurs actuelles, Spec­ta­cle du monde et Jours de chas­se.

Yves de Ker­drel a dirigé la rédac­tion du Jour­nal des Finances de 2006 à 2009. Il a été mem­bre de la Com­mis­sion Attali pour la libéra­tion de la crois­sance. Il dirige égale­ment le site d’intelligence économique Wan­Square.

Il tient, depuis quelques années, une chronique économique dans Le Figaro dont le ton est résol­u­ment libéral. En 2008, il prend résol­u­ment posi­tion pour le tra­vail du dimanche.

En avril 2010, l’une de ses chroniques inti­t­ulée “Arrêtez de tir­er sur les rich­es !” sus­cite quelques remous!

Le gouvernement ne vendra pas son CUL aux médias

On s’en est payé une bonne tranche au Con­seil des min­istres du 22 août. À l’origine de la rigo­lade, le min­istre de la Ville, François Lamy, venu présen­ter son pro­jet de créa­tion de « con­trats urbains locaux » dans les ban­lieues sen­si­bles. Vic­torin Lurel, secré­taire d’État chargé de l’Outre-mer, a aus­sitôt rebon­di, sérieux comme un pape : « Bonne chance pour ven­dre médi­a­tique­ment les… CUL ». Et François Hol­lande, hilare, de tranch­er : « Oui, effec­tive­ment, remar­que judi­cieuse ». On s’est plus sage­ment rabat­tu sur les « Con­trats urbains globaux ». C’est plus facile à assumer, mais incon­testable­ment moins médi­a­tique…

L’islamisme modérément rigolo

Les islamistes n’ont décidé­ment pas d’humour. En Tunisie, une émis­sion satirique inspirée des « Guig­nols de l’info » a été inter­dite moins d’un mois après son lance­ment. Selon le syn­di­cat des jour­nal­istes tunisiens, la chaîne Ettoun­siya TV a cédé « à des pres­sions indi­rectes des autorités ». Les « Guig­nols » tunisiens s’en pre­naient apparem­ment trop dure­ment au pou­voir en place. D’après les rares jour­nal­istes osant encore s’exprimer, les « islamistes mod­érés » d’Ennada seraient en train de pren­dre le con­trôle des médias publics en nom­mant des proches à leur tête. Pour les médias privés, les men­aces con­stitueraient une alter­na­tive con­va­in­cante. Des méth­odes sans aucun doute « islamistes », puisqu’elles s’inspirent des Frères musul­mans, mais, il faut bien l’avouer, « mod­éré­ment » démoc­ra­tiques.

Page 341 sur 343

Qui a dit…

« Penser qu’un jour­nal­iste doit tou­jours être vio­lent pour bien faire son boulot est un fan­tasme très français. Cogn­er sans cesse est une erreur. Il faut au con­traire savoir vari­er les tons et les reg­istres. Esquiver. S’émouvoir. Se désol­er. S’énerver. Pour moi, l’interview poli­tique relève davan­tage de la cor­ri­da que du match de boxe. On danse, puis, subite­ment, on plante ses ban­der­illes. »

Pour le découvrir, cliquez ici