Accueil | Actualités | Médias | Corse-Matin, un courrier d’Antoine Albertini
Pub­lié le 12 juillet 2019 | Éti­quettes : ,

Corse-Matin, un courrier d’Antoine Albertini

À la suite de notre article sur Corse-Matin du 18 mars 2019, nous avons reçu un courrier d’Antoine Albertini que nous publions dans son intégralité.

« Madame, monsieur,
je découvre l'existence de votre site en même temps que je suis alerté par une connaissance du contenu de l'article publié le 18 mars de l'année en cours et intitulé "Corse-Matin : ça se complique pour le Président Antony Perrino".
Sa lecture appelle de ma part les observations suivantes :

  1. Je ne faisais plus partie, à la date de parution, de la rédaction de Corse-Matin, mon départ, à ma demande, ayant été effectif dès le mois de décembre 2018.
  2. Je ne faisais du reste plus partie de la direction de Corse-Matin depuis le 12 juillet 2018, ayant été relevé de mes fonctions à cette date, toujours à ma demande expresse.
  3. Enfin, je ne faisais pas davantage partie d'une "nouvelle direction" instituée par les nouveaux actionnaires de référence du titre en question, puisque j'avais intégré ladite direction le 6 juillet 2015, sous l'empire de l'ancien actionnariat de Corse-Matin.

Ces précisions étant utilement apportées à l'aune des débats et ne visant qu'à votre édification personnelle, je conviens avec vous que la difficile tâche consistant à informer le public requiert rigueur et exactitude. Deux exigences plus difficiles à satisfaire qu'il n'y paraît, n'est-ce pas ?

Antoine Albertini

Nos commentaires : nous publions volontiers ces précisions de Monsieur Albertini. Toutefois s’il nous avait lu avec attention, il aurait remarqué que notre deuxième paragraphe rendait compte de la situation de la rédaction le 28 avril 2018 et non pas de la nouvelle organisation de mars 2019. Le 28 avril 2018, Monsieur Albertini faisait bien partie de la direction qu’il a quittée selon ses propres termes « le 12 juillet 2018… relevé de mes fonctions à cette date ». Et il faisait bien partie de la rédaction en avril 2018, son départ « ayant été effectif dès le mois de décembre 2018 ». Nous rectifions notre information sur la « nouvelle direction » du printemps 2018, Monsieur Albertini arrivé en juillet 2015 avait été nommé par l’ancien actionnaire et faisait donc partie de la direction précédente, il pouvait y avoir une ambigüité à la lecture. Enfin, notre article visait essentiellement les liens étonnants d’Antony Perrino avec certain clans corses, il n’a jamais été question d’y associer Monsieur Albertini.

Voir aussi

[Dossier] Du côté de la racaille, traitement médiatique des événements d’Ajaccio

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This