Accueil | Actualités | Médias | Corse-Matin, un courrier d’Antoine Albertini
Pub­lié le 12 juillet 2019 | Éti­quettes : ,

Corse-Matin, un courrier d’Antoine Albertini

À la suite de notre article sur Corse-Matin du 18 mars 2019, nous avons reçu un courrier d’Antoine Albertini que nous publions dans son intégralité.

« Madame, monsieur,
je découvre l'existence de votre site en même temps que je suis alerté par une connaissance du contenu de l'article publié le 18 mars de l'année en cours et intitulé "Corse-Matin : ça se complique pour le Président Antony Perrino".
Sa lecture appelle de ma part les observations suivantes :

  1. Je ne faisais plus partie, à la date de parution, de la rédaction de Corse-Matin, mon départ, à ma demande, ayant été effectif dès le mois de décembre 2018.
  2. Je ne faisais du reste plus partie de la direction de Corse-Matin depuis le 12 juillet 2018, ayant été relevé de mes fonctions à cette date, toujours à ma demande expresse.
  3. Enfin, je ne faisais pas davantage partie d'une "nouvelle direction" instituée par les nouveaux actionnaires de référence du titre en question, puisque j'avais intégré ladite direction le 6 juillet 2015, sous l'empire de l'ancien actionnariat de Corse-Matin.

Ces précisions étant utilement apportées à l'aune des débats et ne visant qu'à votre édification personnelle, je conviens avec vous que la difficile tâche consistant à informer le public requiert rigueur et exactitude. Deux exigences plus difficiles à satisfaire qu'il n'y paraît, n'est-ce pas ?

Antoine Albertini

Nos commentaires : nous publions volontiers ces précisions de Monsieur Albertini. Toutefois s’il nous avait lu avec attention, il aurait remarqué que notre deuxième paragraphe rendait compte de la situation de la rédaction le 28 avril 2018 et non pas de la nouvelle organisation de mars 2019. Le 28 avril 2018, Monsieur Albertini faisait bien partie de la direction qu’il a quittée selon ses propres termes « le 12 juillet 2018… relevé de mes fonctions à cette date ». Et il faisait bien partie de la rédaction en avril 2018, son départ « ayant été effectif dès le mois de décembre 2018 ». Nous rectifions notre information sur la « nouvelle direction » du printemps 2018, Monsieur Albertini arrivé en juillet 2015 avait été nommé par l’ancien actionnaire et faisait donc partie de la direction précédente, il pouvait y avoir une ambigüité à la lecture. Enfin, notre article visait essentiellement les liens étonnants d’Antony Perrino avec certain clans corses, il n’a jamais été question d’y associer Monsieur Albertini.

Voir aussi

[Dossier] Du côté de la racaille, traitement médiatique des événements d’Ajaccio

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This