Accueil | Actualités | Médias | Sophia Chirikou, de LFI à BFM
Pub­lié le 12 juillet 2019 | Éti­quettes : , , , ,

Sophia Chirikou, de LFI à BFM

Sophia Chikirou est une forte tête, « sourire de minette et caractère d’officier » selon le journaliste Vincent Léonard qui avait travaillé avec elle au Média. Prise dans la tourmente de la télévision officieuse de LFI, soupçonnée de facturation excessive, réputée très proche de Jean-Luc Mélenchon et bonne organisatrice, elle va devenir chroniqueuse télévision à BFM qu’elle vilipendait sévèrement.

Journaliste bashing

L’Ojim s’attache à la critique des médias et à ceux qui les produisent, les journalistes, à la fois acteurs et victimes du manque de pluralisme que chacun peut constater. Mais nous faisons toujours des nuances, s’il y a une « caste journalistique », les journalistes honnêtes (et le plus souvent contraints par leur hiérarchie et surveillés par certains de leurs confrères) sont nombreux dans les rédactions.

Des journalistes de BFMTV avaient été violemment pris à partie à Toulouse lors d’une manifestation des gilets jaunes, Sophia Chikirou ne leur avait marqué que peu de compassion « Ne leur parlez pas, ne les lisez pas, ne les regardez pas. », avait-elle commenté avant d’ajouter ne « pas ressentir de compassion sincère pour ces journalistes. Leur niveau de corruption mentale, leurs mensonges et la désinformation qu’ils nous imposent sont autant d’éléments qui justifient la colère ». Des propos peu amènes et injustes pour les journalistes agressés qui sont des reporters de terrain sans pouvoir de décision sur les images qui sont passées (ou non diffusées) et les commentaires les adjoignant.

Coucou, je suis à BFM

Après ces fortes paroles, Sophia se retrouve chroniqueuse BFM à la rentrée 2019 dans le 19h de Ruth Elkrief. Dans le cadre d’un débat avec l’inénarrable Alain Duhamel dont un de nos lecteurs vous entretenait ici, elle interviendra régulièrement pour interviewer des personnalités politiques, comme le feront également Natacha Polony et Aurélie Filipetti.

L’accueil de la rédaction est mitigé, comme le rapporte un journaliste de la chaine interrogé par La Dépêche du Midi : "Nous avons été estomaqués lorsque l’on a appris qu’elle arrivait sur la chaîne. Elle devrait présenter des excuses à la rédaction". Avant de nuancer son propos : " Elle ne sera pas salariée, donc on ne peut la considérer comme une collègue. Juste une chroniqueuse, pas une éditorialiste qui engage la chaîne. Après BFM TV est ouverte à toutes les opinions, tous les points de vue... ». Remarquons au passage que le point de vue disons populiste de droite pour simplifier, brille par son absence.

Interrogé par L’Express, Marc-Olivier Fogiel, nouveau directeur de BFM depuis le 1er juillet 2019, nuance « je ne l'ai pas recrutée, attention. Elle ne sera pas éditorialiste ou chroniqueuse de BFMTV. Nous avons l'émission 19 heures Ruth Elkrief, dans laquelle va s'insérer un débat avec Alain Duhamel. Et il y aura donc des débatteurs, comme il y en a par ailleurs toute la journée sur BFMTV ! Chaque soir, il y aura une sensibilité différente. On a identifié Sophia Chikirou qui viendra parler au nom de La France insoumise ». On ne sait pas encore si son rôle de débatteuse de 12 minutes par semaine sera rémunéré ou non. Sophia va manger son chapeau, souhaitons-lui qu’il ait bon goût.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.