Accueil | Actualités | Médias | Europe 1 nouvelle direction, la troisième en trois ans

Europe 1 nouvelle direction, la troisième en trois ans

Ce fut annoncé aux salariés par Arnaud Lagardère lui-même tout début juillet 2019, pour confirmer ce que chacun subodorait : Laurent Guimier quitte le groupe dont il était le vice-président depuis seulement un an.

Un air de déjà vu

Pratiquement il y a un an, le prédécesseur de Guimier, Frédéric Schlesinger lui aussi vice-président, prenait la porte après un an de prise de fonction. Les salariés doivent avoir une impression d’éternel retour. Car il y a un an aussi Nikos Aliagas reprenait les rênes de la matinale qu’il va abandonner pour se consacrer à ses activités télévisuelles et à la photo.

« 13 mois extraordinairement intenses »

Ainsi est qualifié l’intérim d’un an de Laurent Guimier – en arrêt maladie depuis fin avril suite à une chute – par l’intéressé sur son compte Twitter : « Aujourd'hui, je dis au revoir et merci aux équipes d'Europe 1, RFM et Virgin Radio. Ensemble, nous avons vécu 13 mois extraordinairement intenses. À très bientôt et vive la radio ! ». 13 mois étaient trop courts pour redresser une audience en déclin rapide. La nouvelle intérimaire depuis mai est Constance Benqué, responsable du pôle news de Lagardère et probablement future promue à la vice-présidence de la radio.

La garde rapprochée de Laurent Guimier le suit dans son départ : Guy Birenbaum et Étienne Guffroy s’éclipsent.

Recours aux ressources maison

Afin de réaliser des économies et pour revenir à son ADN, la station n’engagera pas de remplaçants extérieurs, Matthieu Belliard (ex RMC) succède à Aliagas et devient le quatrième matinalier en quatre ans. Le rôle des chroniqueurs semble amoindri, si Sonia Mabrouk ou Christophe Hondelatte sont confirmés, Audrey Crespo-Mara et Jean-Michel Aphatie perdraient leur chroniques politiques. Le sort de Patrick Cohen, toujours présent dans les matinées de samedi et dimanche, semble incertain.

Si Arnaud Lagardère parle de « positionnement clair », les salariés – qui avaient voté une motion de défiance quelques semaines plus tôt – semblent résignés et tendent le dos dans l’attente des résultats des audiences avril/juin 2019 qui seront officielles mi-juillet.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This