Accueil | Actualités | Médias | Europe 1 nouvelle direction, la troisième en trois ans

Europe 1 nouvelle direction, la troisième en trois ans

Ce fut annoncé aux salariés par Arnaud Lagardère lui-même tout début juillet 2019, pour confirmer ce que chacun subodorait : Laurent Guimier quitte le groupe dont il était le vice-président depuis seulement un an.

Un air de déjà vu

Pratiquement il y a un an, le prédécesseur de Guimier, Frédéric Schlesinger lui aussi vice-président, prenait la porte après un an de prise de fonction. Les salariés doivent avoir une impression d’éternel retour. Car il y a un an aussi Nikos Aliagas reprenait les rênes de la matinale qu’il va abandonner pour se consacrer à ses activités télévisuelles et à la photo.

« 13 mois extraordinairement intenses »

Ainsi est qualifié l’intérim d’un an de Laurent Guimier – en arrêt maladie depuis fin avril suite à une chute – par l’intéressé sur son compte Twitter : « Aujourd'hui, je dis au revoir et merci aux équipes d'Europe 1, RFM et Virgin Radio. Ensemble, nous avons vécu 13 mois extraordinairement intenses. À très bientôt et vive la radio ! ». 13 mois étaient trop courts pour redresser une audience en déclin rapide. La nouvelle intérimaire depuis mai est Constance Benqué, responsable du pôle news de Lagardère et probablement future promue à la vice-présidence de la radio.

La garde rapprochée de Laurent Guimier le suit dans son départ : Guy Birenbaum et Étienne Guffroy s’éclipsent.

Recours aux ressources maison

Afin de réaliser des économies et pour revenir à son ADN, la station n’engagera pas de remplaçants extérieurs, Matthieu Belliard (ex RMC) succède à Aliagas et devient le quatrième matinalier en quatre ans. Le rôle des chroniqueurs semble amoindri, si Sonia Mabrouk ou Christophe Hondelatte sont confirmés, Audrey Crespo-Mara et Jean-Michel Aphatie perdraient leur chroniques politiques. Le sort de Patrick Cohen, toujours présent dans les matinées de samedi et dimanche, semble incertain.

Si Arnaud Lagardère parle de « positionnement clair », les salariés – qui avaient voté une motion de défiance quelques semaines plus tôt – semblent résignés et tendent le dos dans l’attente des résultats des audiences avril/juin 2019 qui seront officielles mi-juillet.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.