Faire un don à l'Ojim

Censure de Facebook et piratage du site, nous avons besoin de votre soutien

L’Ojim a mis en ligne le 6 juil­let une let­tre de lecteur qui cri­ti­quait le jour­nal­iste Alain Duhamel. Le 22 juil­let, Face­book sup­pri­mait sans aver­tisse­ment tous les liens vers l’article ; 7 jours plus tard, nous subis­sions une attaque qui nous paraly­sait pen­dant 17 heures.

Aidez-nous à com­bat­tre la cen­sure chaque jour gran­dis­sante. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66%. Pour nous soutenir c’est ici.

Les plus lus

  • Médias Des manuels sco­laires de plus en plus ori­en­tés : silence assour­dis­sant des médias offi­ciels

    Toute famille de bonne foi, y com­pris favor­able à ce qui y est écrit, ne peut que le con­stater : les manuels sco­laires d…

  • Médias Macron et Face­book s’allient con­tre la lib­erté d’expression

    La France veut franchir un nou­veau palier dans sa lutte con­tre les « dis­cours de haine » sur les réseaux soci­aux. Un jou…

  • Médias Tri­bune libre : les drôles d’articles du Figaro

    Plusieurs lecteurs nous ont écrit pour soulign­er que la ligne édi­to­ri­ale du Figaro quo­ti­di­en – sup­posée droitière sur le…

  • Por­traits François Lenglet

    PORTRAIT — François Lenglet est un jour­nal­iste économique français qui a longtemps dirigé le ser­vice France-Economie de…

  • Por­traits Sonia Mabrouk

    PORTRAIT — Née en Tunisie le 17 décem­bre 1977, Sonia Mabrouk est une jour­nal­iste con­nue pour ses émis­sions d’information…

  • Por­traits Anne-Sophie Lapix

    PORTRAIT — Anne-Sophie Lapix est une jour­nal­iste et ani­ma­trice de télévi­sion française née en avril 1972 à St Jean de Lu…

  • Médias Iskan­dar Safa n’a pas dit son dernier mot dans les médias

    Iskan­dar Safa, qui est-ce ? deman­dera l’homme de la rue. Fran­co-libanais, Safa est avec son frère Akram pro­prié­taire d’u…

  • Por­traits Yann Moix

    PORTRAIT — « Je voudrais une Mar­i­anne qui soit à la fois arabe, africaine, asi­a­tique, blanche aus­si, et indi­enne ». Né e…

  • Por­traits Emmanuel Lechypre

    PORTRAIT — Emmanuel Lechypre est un jour­nal­iste et écon­o­miste français né en avril 1966 dans le 12ème arrondisse­ment de…

  • Médias Tri­bune libre : Alain Duhamel, ses diplômes au rabais, sa légion d’honneur à pleur­er de rire

    A la suite de notre arti­cle sur les réac­tions des médias sur l’invitation de Mar­i­on Maréchal, envoyée puis retirée par l…

Les Échos passent au paiement à la demande sur Internet

La presse quo­ti­di­enne française va mal. Entre la baisse du lec­torat, la baisse con­comi­tante de la pub­lic­ité, l’équilibre entre for­mat papi­er et for­mat toile, les quo­ti­di­ens sont à la recherche d’un nou­veau mod­èle économique. La presse économique quo­ti­di­enne ne fait pas excep­tion. Mal­gré la dis­pari­tion de la ver­sion papi­er de La Tri­bune, Les Échos con­tin­u­ent d’être dans le rouge même si la perte sera moin­dre en 2012 qu’en 2011. Après le New York Times, Les Échos ten­tent le web payant. Une for­mule à la demande mari­ant arti­cles gra­tu­its avec un pla­fond puis un abon­nement au-delà du pla­fond. Le quo­ti­di­en a déjà sup­primé 55 postes en 2012 (dont 15 jour­nal­istes) dans le cadre d’un plan de départs volon­taires plus 25 rup­tures con­ven­tion­nelles.

Source : Jean-Marie Charon, 6ème Assis­es du jour­nal­isme, Poitiers, 3 octo­bre 2012

Saut de Baumgartner : la naissance de la télé sur Internet ?

Après le mariage princi­er entre Kate et William, la vidéo de l’ex­ploit sportif et sci­en­tifique de Félix Baum­gart­ner a été suiv­ie en direct sur le site de partage de vidéos YouTube, et abon­dam­ment com­men­tée sur les réseaux soci­aux comme Twit­ter et Face­book. Cet ancien para­chutiste de l’armée autrichi­enne voulait bat­tre le record du plus haut saut en para­chute et dépass­er la vitesse du son en chute libre.

L’événe­ment a été dif­fusé en dif­féré de 20 sec­on­des, pour per­me­t­tre d’en stop­per la dif­fu­sion en cas d’ac­ci­dent. La planète retient son souf­fle : Baum­gart­ner ouvre le hublot de son bal­lon, s’a­vance sur le marchep­ied par une tem­péra­ture de ‑45°, procède aux ultimes véri­fi­ca­tions, et se jette dans le vide d’une alti­tude de 39 km. Neuf min­utes plus tard, il se pose, ayant atteint tous ses objec­tifs : record du plus haut saut en para­chute du monde, à 39 045 mètres d’alti­tude, record de chute libre avec 36 529 mètres, et dépasse­ment du mur du son durant sa chute !

Au même instant, Youtube compt­abilise plus de 8 mil­lions de spec­ta­teurs : le suc­cès est total pour le site, et sa stratégie de télévi­sion par Inter­net validée.

Une cen­taine de télés par Inter­net exis­tent déjà aux États-Unis, qui atteignent les audi­ences des petites chaînes du câble. Youtube entend bien pour­suiv­re sur sa lancée en Europe, avec bien­tôt 30 chaînes par Inter­net qui con­cur­renceront la télévi­sion clas­sique, sur les smart­phones, tablettes, ordi­na­teurs, ain­si que sur la TV con­nec­tée qui arrive pro­gres­sive­ment dans les foy­ers.

Le pari est sim­ple : trans­former les spec­ta­teurs des 2 mil­liards de vidéos vues chaque jour sur Youtube en cibles pub­lic­i­taires.

Un média suisse résiste à François Hollande

C’est sans doute le suc­cès inter­na­tion­al du por­tail d’in­for­ma­tions Romandie.com qui a poussé l’Élysée à deman­der la mod­i­fi­ca­tion d’un arti­cle con­sacré à la porte-parole du gou­verne­ment français, Najat Val­laud-Belka­cem, celle-ci ayant déclaré que l’an­cien pre­mier min­istre François Fil­lon avait lais­sé les finances français­es “en état de fail­lite aggravée”.

La dif­fu­sion de cette déc­la­ra­tion mal­heureuse, et le com­men­taire de Romandie.com évo­quant les dif­fi­cultés de la France à défendre sa nota­tion « Triple A », sem­blent avoir inquiété les hautes sphères de l’État français, au point de déclencher ces coups de fil élyséens qu’on pen­sait d’un autre temps…

Attaché à sa lib­erté, un trait typ­ique des suiss­es, Ste­fan Ren­ninger n’a pas cédé aux pres­sions pour­tant répétées et a lais­sé cette « brève » sur Romandie.com.

Romandie.com, por­tail d’informations créé en 1995 par Ste­fan Ren­ninger, est devenu une source d’in­for­ma­tion com­pa­ra­ble aux agences de presse fran­coph­o­nes les plus con­nues.

Ce suisse de 42 ans, que ses études à HEC Genève des­ti­naient à une car­rière clas­sique dans la banque ou la finance, a trou­vé sa voie dans les bal­bu­tiements d’In­ter­net en 1995 ; il perçoit le poten­tiel de lib­erté totale que promet ce nou­v­el out­il, et suiv­ant son instinct, plonge dans cette jun­gle encore inex­plorée.

La clé de son suc­cès est d’avoir déposé un nom con­nu de tous autour de lui, puisqu’il s’agis­sait de celui de sa région : l’in­térêt fut immé­di­at chez les inter­nautes locaux, puis l’a­jout d’ac­tu­al­ités nationales et inter­na­tionales don­neront à son por­tail d’in­for­ma­tions une audi­ence con­sid­érable.

Le JT de TF1 à la peine

53.000 euros. C’est le prix d’un spot de 30 sec­on­des dif­fusé après le JT de TF1, d’après une enquête du mag­a­zine Cap­i­tal con­sacré aux dif­fi­cultés du « 20 Heures » de la Une. Or le même spot était fac­turé 64.000 euros en 2008. Alors même que le coût du « 20 Heures » a aug­men­té, les pub­lic­ités qui le suiv­ent ne génèrent plus que 5% des recettes de la chaîne con­tre 7% il y a un an.

Com­ment en est-on arrivé là ? Plus que dans le cast­ing, le prob­lème réside dans la for­mule du JT, peu intéres­sante, voire ennuyeuse, pour des téléspec­ta­teurs qui, pour 95% d’entre eux, sont déjà au courant des nou­velles du jour quand ils allu­ment leur téléviseur pour le « 20 Heures ». Bref, le prob­lème de fond est une absence de direc­tion et de vision stratégique. Résul­tat : des départs volon­taires de jour­nal­istes et une « opéra­tion fit­ness » des­tinée à dégraiss­er la chaîne d’une cen­taine de postes, toutes choses qui pour­raient bien aggraver encore la sit­u­a­tion.

Source : Cap­i­tal, octo­bre 2012, Emmanuelle Andreani et Marc Endeweld

Un journaliste de « droite » nommé par Hollande

Le jour­nal­iste François Bachy a quit­té TF1, dont il dirigeait le ser­vice poli­tique, pour la direc­tion de la com­mu­ni­ca­tion de la Caisse des dépôts et consigna­tions. Ce jour­nal­iste ayant fait toute sa car­rière à TF1, et reçu l’Ordre nation­al du Mérite des mains de Chirac, sa nom­i­na­tion peut sur­pren­dre. Mais cet homme réputé de « droite », pressen­ti pour faire par­tie de l’équipe Sarkozy en 2007, a toute l’amitié de Valérie Tri­er­weil­er, et la con­fi­ance de François Hol­lande dont il fut le biographe.

Les recyclées de D8

Ce pour­rait être “le Club des cinq le retour” ou “Femmes en dif­fi­culté recherchent vis­i­bil­ité hon­or­able.” D8 recy­cle les anci­ennes gloires au chô­mage comme la pétu­lante Rose­lyne Bach­e­lot (retraite d’an­cien min­istre et d’an­cien député, n’en­voyez pas de dons), la belle Lau­rence Fer­rari (exilée des sun­lights de TF1) ou par­fois un peu chahutées comme la douce Audrey Pul­var (mais si, vous savez, la femme de…) et d’autres moins con­nues. Le mag­a­zine Ragemag salue cette œuvre de char­ité en ter­mes choi­sis.

Les quotidiens écossais en phase terminale ?

Le quo­ti­di­en écos­sais « de référence » – The Scots­man, basé à Édim­bourg – a rehaussé son prix de vente pour la deux­ième fois cette année. De 85 pence l’an dernier, le prix est passé à 1 livre en jan­vi­er, puis à 1,10 livres ce mois-ci.

Cette déci­sion, que d’aucuns qual­i­fient de sui­cidaire, a été prise pour ten­ter de com­penser le déclin con­stant des ventes du jour­nal – un déclin qui n’a été briève­ment stop­pé qu’à l’occasion des Jeux Olympiques de Lon­dres. Une étude toute récente a révélé que le site du jour­nal avait désor­mais plus de lecteurs que le jour­nal papi­er.

La sit­u­a­tion n’est guère meilleure à 50 miles de là, à Glas­gow. Le Her­ald, fondé en 1783, ce qui en fait un des plus vieux quo­ti­di­ens de Grande-Bre­tagne, est égale­ment men­acé. Plus que la survie immé­di­ate de ces titres phares de la vie écos­saise, ce qui est en cause c’est leur capac­ité à tenir leur rang auprès des grands titres lon­doniens, tout en cou­vrant les affaires écos­sais­es de manière appro­fondie. Un para­doxe à l’heure où l’Écosse a con­fir­mé son choix de met­tre à sa tête le leader du Scot­tish Nation­al Par­ty et où la ques­tion de l’indépendance est évo­quée de plus en plus ouverte­ment.

Source : holdthefrontpage.co.uk

La presse pleure, la presse rit

La presse est une indus­trie cul­turelle mar­ginale ? Faux. Elle représente 5% du CA du secteur ter­ti­aire avec 9,7 mil­liards d’euros, devant la télévi­sion (8,8 Md€).

La presse vit de moins en moins de sa dif­fu­sion ? Le CA des ventes de con­tenus est qua­si­ment sta­ble sur 10 ans (9,7 mil­liards d’euros en 2010 con­tre 10,6 en 2000), grâce aux aug­men­ta­tions des prix de vente et aux recettes dig­i­tales (280 mil­lions d’euros en 2010). Mais les autres médias récents crois­sent rapi­de­ment.

La presse vit de la pub­lic­ité ? De moins en moins vrai. Les recettes pub­lic­i­taires de la presse imprimée sont passées de 4,7 Md€ en 2000 à 3,7 Md€ en 2010, soit une perte d’un mil­liard d’euros.

La presse est inca­pable de se diver­si­fi­er ? Faux. Le CA issu de la diver­si­fi­ca­tion représen­tait 42% du total en 2011, con­tre 39% en 2005. Mais, tou­jours en 201 le CA réal­isé sur le web ne représen­tait que 3% du total.

La presse n’est pas rentable ? Vrai et faux… Le résul­tat d’exploitation des entre­pris­es de presse n’était que de 1% en 2011 con­tre 2% en 2005 ce qui est insuff­isant pour affron­ter cor­recte­ment la crise et les muta­tions tech­nologiques. A not­er que ce résul­tat est « plom­bé » par la presse d’information poli­tique et générale (IPG) qui elle est en perte.

Source : SEPREM, études et con­seils, Matière à réflex­ion 143

Pho­to : crédit Ol.v!er via Flickr (cc)

SOS Homophobie dépose une plainte contre Minute

L’as­so­ci­a­tion com­mu­nau­taire homo­sex­uelle que pré­side Eliz­a­beth Ronzi­er n’a pas appré­cié du tout la une de l’heb­do­madaire du 11 juil­let de cette année qui titrait « Bien­tôt: ils vont pou­voir s’en­fil­er… la bague au doigt » et sous-titrait : « Sida: Mal­gré les risques, ils vont vous don­ner leur sang» et «Bour­rage de crâne: le mariage homo enseigné à vos enfants ».

Le visuel (car­i­cat­ur­al) util­isé par Minute a aus­si énervé SOS Homo­pho­bie, bien que pris durant une gay pride (cf. supra).

Pour l’or­gan­i­sa­tion sub­ven­tion­née par la Ville de Paris, « la lib­erté d’expression et la lib­erté de la presse cessent où com­mence le droit à la dig­nité et au respect d’autrui. SOS homo­pho­bie demande aujourd’hui à la jus­tice de recon­naître le car­ac­tère injurieux et inci­tant à la haine de cette pub­li­ca­tion ».

En juil­let, elle avait annon­cé réfléchir à des pour­suites con­tre Minute, accu­sant la pub­li­ca­tion de faire « des amal­games entre l’ho­mo­sex­u­al­ité et la zoophilie, entre l’ho­mo­sex­u­al­ité et le sida ». Elle aura finale­ment atten­du que la pre­scrip­tion (de 3 mois) approche, pour ten­ter une action judi­ci­aire.

Con­tac­té par l’Ob­ser­va­toire des jour­nal­istes et de l’in­for­ma­tion médi­a­tique, Patrick Cousteau, assure que Minute, dont il est rédac­teur en chef, « n’a jamais attaqué les homo­sex­uels dont beau­coup vivent nor­male­ment ».

« On s’en est pris au lob­by gay qui essaye de déstruc­tur­er la société », explique-t-il avant de nous ren­voy­er vers des arti­cles de Libéra­tion et du Figaro, « réservés eux aus­si, voire hos­tiles à la pos­si­bil­ité de don­ner son sang pour les homo­sex­uels ».

L’impartialité de la BBC remise en cause

L’impartialité de la BBC remise en cause, un modèle de bonne pratique pour Radio France ?

Une enquête sur les bonnes pra­tiques de déon­tolo­gie jour­nal­is­tique de la BBC va être menée d’ici fin 2012 et ses résul­tats pub­liés début 2013. C’est ce qu’annonce Lord Pat­ten prési­dent de BBC Trust, l’organe interne de con­trôle de déon­tolo­gie du groupe de médias bri­tan­nique au Guardian dans son édi­tion du 10 octo­bre 2012. Lord Pat­ten évoque « une auto cen­sure large­ment incon­sciente » con­duisant cer­taines opin­ions (sous-enten­dues con­ser­va­tri­ces) à être sous-représen­tées de manière rou­tinière. Un précé­dent rap­port de 2007, tout en con­statant une déon­tolo­gie générale­ment accept­able, soulig­nait une ten­dance à « penser en groupe » induisant un biais (slant) incon­scient « libéral » (au sens anglo-sax­on, en France « de gauche ») sur les grandes ques­tions.

Cette inves­ti­ga­tion sera menée par Stu­art Preb­ble, ancien prési­dent de ITV, elle véri­fiera si les « dif­férentes opin­ions des téléspec­ta­teurs, lecteurs et audi­teurs » sont bien pris­es en compte.

La BBC est régulière­ment mise en cause pour une approche biaisée des grandes ques­tions de société en par­ti­c­uli­er l’immigration, la reli­gion (attaquant le chris­tian­isme et jamais l’Islam souligne le Dai­ly Mail) et l’Union Européenne.

Un tel rap­port ne pour­rait exis­ter en France, France Télévi­sions ne dis­posant pas d’un organ­isme com­pa­ra­ble au BBC Trust. Un sujet de réflex­ion pour le nou­v­el Obser­va­toire de la Déon­tolo­gie de l’Information (ODI) récem­ment annon­cé lors des Assis­es du Jour­nal­isme de Poitiers.

Source Guardian, Josh Hal­l­i­day pour la ver­sion orig­i­nale en anglais.

Page 369 sur 374

Qui a dit…

« BHL est l’écrivain le plus médi­a­tique de France, l’idéologue le plus con­tro­ver­sé, mais aus­si le plus fameux, le sym­bole de l’intellectuel engagé. »

Pour le découvrir, cliquez ici