Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mort du Weekly Standard : le populisme a‑t-il tué le néo-conservatisme américain ?

22 décembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mort du Weekly Standard : le populisme a‑t-il tué le néo-conservatisme américain ?

Mort du Weekly Standard : le populisme a‑t-il tué le néo-conservatisme américain ?

Le 17 décembre 2018, le Weekly Standard a mis la clé sous la porte suite à la décision de son actionnaire Clarity Media. L’un des emblèmes du néo-conservatisme des années 90 et plus récemment caisse de résonance des #NeverTrump a fini par s’éteindre. Coqueluche des grands médias pour ses attaques obsessionnelles contre Trump autant que pour son incessante recherche d’un « remplacement » au Président, le magazine a cessé de séduire public et annonceurs.

Une vision monopolaire

Le Week­ly Stan­dard de Bill Kris­tol et Fred Barnes est le pro­duit d’une époque, qui suc­cé­da dans les années 90 au con­ser­vatisme améri­cain « à la Rea­gan » (incar­né dans les années 70 et 80 par la Nation­al Review – tou­jours en vie) pour pro­jeter une illu­sion hégé­monique État­suni­enne « à la Bush », en directe résul­tante de l’effondrement de l’Union sovié­tique. Le mag­a­zine a ensuite, dans les années 2000, accen­tué « l’exceptionnalisme » de cette nou­velle vision mono-polaire, en con­cor­dance avec les divers think tanks pro­mo­teurs de « democ­ra­cy build­ing » comme « regime change », dans la lignée du Project for the New Amer­i­can Cen­tu­ry qu’il avait fondé avec son ami Robert Kagan (époux de « lady Maid­an », à savoir Vic­to­ria Nuland).

Anti Trump for ever

Kris­tol et ses amis n’ont fait aucun secret de leur désir d’annuler l’élection de Don­ald Trump et recherchent active­ment un chal­lenger pour lui faire per­dre les pri­maires de 2020 (il sem­ble que leur dernière star soit Madame Nik­ki Haley qui ter­mine son office aux Nations Unies le 31 décem­bre). Le club du Week­ly stan­dard aurait donc per­du son marché « grand pub­lic » face à la reprise en main trumpi­enne de 80% des électeurs répub­li­cains, de l’appareil du par­ti, et à un meilleur con­trôle prési­den­tiel des élus répub­li­cains (par­mi lesquels les anti-Trump ont été décimés lors des dernières lég­isla­tives).

L’État profond persiste

Reste que les réseaux de l’État pro­fond (ou « per­ma­nent ») per­sis­tent, aujourd’hui incar­nés par un « quar­teron de chefs-espi­ons » recon­ver­tis dans un qua­si-putsch à l’encontre de l’administration Trump. Comey (ex-directeur du FBI), Bren­nan (ex patron de la CIA), Clap­per (ex directeur de la sécu­rité nationale), et bien sûr Mueller (actuel « accusa­teur pub­lic »), se sen­ti­raient en effet avec leurs amis investis d’une mis­sion : sauver l’exceptionnelle république améri­caine de son piratage par un oli­gar­que russe nom­mé Don­ald Trump.

Non, le Bushisme n’est pas mort…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision