Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les médias français et les manifestations de Chemnitz : une colère illégitime, forcément illégitime

25 décembre 2018

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Les médias français et les manifestations de Chemnitz : une colère illégitime, forcément illégitime

Les médias français et les manifestations de Chemnitz : une colère illégitime, forcément illégitime

Pre­mière dif­fu­sion le 10/09/2018 — L’Observatoire du jour­nal­isme (Ojim) se met au régime de Noël jusqu’au 5 jan­vi­er 2019. Pen­dant cette péri­ode nous avons sélec­tion­né pour les 26 arti­cles de la ren­trée qui nous ont sem­blé les plus per­ti­nents. Bonne lec­ture, n’oubliez pas le petit cochon de l’Ojim pour nous soutenir et bonnes fêtes à tous. Claude Chol­let, Prési­dent

Le 25 août 2018, un Allemand de 35 ans est tué à coups de couteau à Chemnitz lors d’une altercation avec deux jeunes étrangers, un Syrien et un Irakien. À quelques exceptions près, les médias français ont couvert les manifestations qui ont suivi ce meurtre entre incompréhension et stigmatisation. Pour nombre d’entre eux, nous sommes en présence d’une colère illégitime.

À la suite du meurtre d’un jeune alle­mand dénom­mé Daniel H., plusieurs man­i­fes­ta­tions ont été organ­isées dans la ville de Chem­nitz, située dans l’est de l’Allemagne. Qui est la vic­time, quelles sont les cir­con­stances du meurtre, pour quelle rai­son Daniel H. a‑t-il été tué, qui sont les man­i­fes­tants, pour quelles raisons man­i­fes­tent-ils ? Voilà quelques ques­tions que se posent – ou ne se posent pas — les médias français. Retour sur les répons­es apportées, qui ont abouti à la con­struc­tion médi­a­tique d’une agi­ta­tion fomen­tée par de dan­gereux extrémistes.

Les circonstances de l’agression : la thèse du harcèlement de rue démentie sans aucun fondement

L’Express nous apprend que « la vic­time était un Alle­mand d’o­rig­ine cubaine ». « Deux hommes ont égale­ment été blessés dans l’al­ter­ca­tion, sur­v­enue lors du fes­ti­val de la ville de Chem­nitz ».

Selon le site Deutsche Welle, « Daniel H., est mort dimanche à l’hôpi­tal, après avoir été poignardé dans la nuit, au cours d’une alter­ca­tion entre une dizaine de per­son­nes ».

Les moti­va­tions des agresseurs ne sont pas don­nées : pour 20 Min­utes, « les deux sus­pects du meurtre, âgés de 22 et 23 ans, sont soupçon­nés d’avoir « sans jus­ti­fi­ca­tion, à plusieurs repris­es, porté des coups de couteau » à la vic­time à la suite d’une « alter­ca­tion ver­bale », selon le Par­quet ».

Qua­si­ment tous les titres de presse et sites d’information français accrédi­tent les déc­la­ra­tions de la Police : selon celles-ci, il est totale­ment exclu que Daniel H. se soit fait agressé après s’être inter­posé pour met­tre fin à un har­cèle­ment de rue exer­cé par les deux agresseurs.

Le site d’information Deutsch Welle nous apprend cepen­dant que selon les médias alle­mands, des « rumeurs » accrédi­tent la thèse du har­cèle­ment de rue comme élé­ment déclencheur de la rixe. Le site d’information RT fait état d’un procès-ver­bal d’interpellation des 2 agresseurs, authen­tifié par la Police, qui don­nerait des détails sur l’agression elle-même, et pas seule­ment sur les agresseurs. « Une ver­sion non cen­surée du PV est encore disponible sur les sites de droite extrême », apprend-on à la lec­ture du site d’information I24. Les élé­ments con­tenus dans le procès-ver­bal « fuité » (une sorte de Chem­nitz leak) ne sont pas retran­scrits dans les médias main­stream. On n’en saura donc pas plus sur les moti­va­tions des agresseurs ni sur les témoignages d’éventuel témoins. La fuite d’un doc­u­ment offi­ciel, qui a abouti selon Libéra­tion à la sus­pen­sion d’un gar­di­en de prison, n’aura donc pas été exploitée par les médias main­stream. L’investigation n’est pas allée plus loin que la dépêche de l’AFP et le com­mu­niqué de la Police de Chem­nitz. Si aucun élé­ment con­nu ne per­met d’attribuer le meurtre de Daniel H. à une sit­u­a­tion de har­cèle­ment de rue qu’il aurait voulu faire cess­er, aucun élé­ment ne per­met de l’écarter. C’est pour­tant ce qui a été fait allè­gre­ment. On atten­dra donc le procès des deux agresseurs pour se forg­er une opin­ion.

Qui sont les manifestants ? “De dangereux extrémistes”

Qui sont les man­i­fes­tants qui se sont rassem­blés par mil­liers con­tre la vio­lence et la poli­tique migra­toire de la chancelière alle­mande ?

Pour cer­tains médias, ce sont essen­tielle­ment des néo-nazis : pour LCI, nous sommes en présence de « man­i­fes­ta­tions néo-nazies en Alle­magne ». Idem pour le Huff­post, « néo-nazis et pro-migrants se font face à face ».

La dis­qual­i­fi­ca­tion des man­i­fes­tants passe plus sou­vent par leur assim­i­la­tion à l’extrême droite. Un qual­i­fi­catif cen­sé faire peur, en par­ti­c­uli­er en Alle­magne. Pour Le Parisien, on assiste à « des affron­te­ments entre l’extrême droite et ses opposants à Chem­nitz ». Le Monde évoque « deux rassem­ble­ments d’extrême droite », tout comme LCI, etc.

La présence de hooli­gans dans les man­i­fes­ta­tions, qui y trou­vent des occa­sions de se défouler de façon mal­saine en marge des cortèges, est par con­tre cou­verte de façon dis­crète dans les médias français. Cette infor­ma­tion est pour­tant impor­tante : le jour­nal alle­mand Han­dels­blatt glob­al nous informe que des hooli­gans se sont rassem­blés après la man­i­fes­ta­tion du 26 août et ont com­mencé à tra­quer des gens de couleur. Vio­lence poli­tisée ou vio­lence gra­tu­ite ? Les médias français n’ont aucun doute, il s’agit de mil­i­tants poli­tiques vio­lents.

Cer­tains organes de presse et sites d’information présen­tent cer­tains par­tic­i­pants aux man­i­fes­ta­tions anti-immi­gra­tion sans leur affubler de con­no­ta­tions néga­tives. Ils ne sont pas désignés par des ter­mes glob­al­isants (néo nazis, mil­i­tants d’extrême droite) mais par leur nom, leur âge ou leur pro­fes­sion : Le Monde donne la parole à Mar­got qui témoigne : « depuis que tous ces Syriens, ces Irakiens et ces Afghans sont arrivés, ça a com­plète­ment changé. Nos gamins se font emmerder dans la rue, moi-même j’hésite à sor­tir la nuit ». Libéra­tion inter­viewe une élec­trice de l’AfD : «Tous les gens qui ont man­i­festé lun­di soir n’étaient pas des nazis ». Ces quelques nuances ne suff­isent cepen­dant pas à effac­er la présen­ta­tion générale des man­i­fes­ta­tions comme étant organ­isées et con­sti­tuées par des activistes d’« extrême droite ».

Des chasses aux étrangers contestées

Pour de nom­breux jour­naux, de véri­ta­bles chas­s­es aux migrants ont été menées par cer­tains man­i­fes­tants. Ce terme est employé par L’Obs, Le Monde, etc. Une « chas­se aux étrangers » aurait été organ­isée le 26 août selon Ouest France et l’AFP par des « 800 mil­i­tants d’extrême droite ».

Quelques jours plus tard, quelques déc­la­ra­tions vien­nent tem­pér­er ces affir­ma­tions, voire les con­tredire. Le 1er sep­tem­bre, selon Junge Frei­heit, le bureau du Pro­cureur général de Saxe affirme qu’il n’y a pas eu de « chas­se anti-immi­grés » lors des man­i­fes­ta­tions à Chem­nitz. « Au vu de l’ensemble des infor­ma­tions dont nous dis­posons, les fonc­tion­naires n’ont décou­vert aucune pho­to ou vidéo qui sou­tiendrait l’existence d’une chas­se anti-immi­grés ». Le 5 sep­tem­bre, c’est le Pre­mier min­istre de Saxe qui affirme dans l’hebdomadaire de cen­tre gauche Der Spiegel : « Il n’y a pas eu de chas­se à l’homme ni de pogroms à Chem­nitz ». Le 7 sep­tem­bre, RT France nous informe que « le chef du ren­seigne­ment alle­mand affirme que les «chas­s­es col­lec­tives » à Chem­nitz sont une « fausse infor­ma­tion» des­tinée à «détourn­er l’at­ten­tion de l’opin­ion publique ». « Il y a de bonnes raisons de croire qu’il s’ag­it d’une fausse infor­ma­tion inten­tion­nelle pour éventuelle­ment détourn­er l’at­ten­tion de l’opin­ion publique du meurtre à Chem­nitz ». On ne peut être plus clair. On attend les démen­tis de ceux qui se sont empressés de crier aux pogroms de sin­istre mémoire…

Un comptage des manifestants approximatif

La man­i­fes­ta­tion du 1er sep­tem­bre a été par­ti­c­ulière­ment impor­tante en nom­bre de man­i­fes­tants. Alors que l’agence de presse anglaise Reuters dénom­bre 6 000 man­i­fes­tants par­mi les anti Merkel, ils sont sys­té­ma­tique­ment moins dans les médias français : 4 500 pour Sud-Ouest, France 24, Le Parisien, etc. L’AFP, qui donne la matière pre­mière à ces jour­naux sem­ble avoir une tech­nique dif­férente de celle de l’agence de presse anglaise pour dénom­br­er les man­i­fes­tants. Le comp­tage des man­i­fes­tants serait-il sujet à des unités de mesures dif­férentes en France et en Alle­magne ?

Une contextualisation des manifestations plus que limitée

A lire les médias main­stream, comme France Info qui met désor­mais en ligne des reportages en com­mun avec France 2, l’élément déclencheur des man­i­fes­ta­tions serait le meurtre de Daniel H. et le ressen­ti­ment de cer­tains alle­mands en rai­son des aides sociales dis­tribuées aux migrants.

Pas un mot sur l’amertume de nom­breux alle­mands face au lax­isme des autorités qui ne ren­voient pas sys­té­ma­tique­ment les délin­quants déboutés du droit d’asile, comme l’agresseur de Daniel H. et le meur­tri­er de Susan­na à Wies­baden, ce qui avait déjà choqué l’opinion publique alle­mande en juin.

Pas un mot non plus sur la longue liste des agres­sions au couteau d’allemands par des migrants mise en ligne sur le site de l’AfD. Des agres­sions au couteau recen­sées égale­ment par le site du think tank con­ser­va­teur Gate­stone Insti­tute dès la fin de l’année 2017. Pas un mot non plus sur les autres man­i­fes­ta­tions anti-immi­gra­tion organ­isées dans les autres villes alle­man­des, passées sous silence en leur temps par les médias français, qui traduisent un rejet de la poli­tique migra­toire de Madame Merkel. Nom­bre de jour­naux et de com­men­ta­teurs ont préféré par­ler d’une spé­ci­ficité est-alle­mande, prop­ice à tous les débor­de­ments.

L’exaspération de la population passée sous silence

La cou­ver­ture médi­a­tique des man­i­fes­ta­tions à Chem­nitz a été mar­quée par la mise en relief sys­té­ma­tique d’éléments périphériques au meurtre de Daniel H. Son con­texte et l’explication de l’exaspération d’une par­tie de la pop­u­la­tion alle­mande ont cédé la place à la cou­ver­ture de vio­lences spo­radiques et de la présence de rares nos­tal­giques du 3e Reich dans les man­i­fes­ta­tions.

Il n’en fal­lait pas plus pour que des per­son­nal­ités de la gauche alle­mande, pra­ti­quant un amal­game qu’ils sont si prompts à dénon­cer, deman­dent la mise sous sur­veil­lance du par­ti anti-immi­gra­tion AFD. Mal­gré la cou­ver­ture médi­a­tique si défa­vor­able aux man­i­fes­tants et aux organ­isa­teurs des man­i­fes­ta­tions, Chal­lenges nous apprend le 7 sep­tem­bre que « le SPD (est) devancé par l’AfD après les man­i­fes­ta­tions de Chem­nitz, dans un sondage ». Ce qui sem­ble démon­tr­er qu’outre Rhin, les médias main­stream per­dent égale­ment en influ­ence…

Crédit pho­to : Tim Lüd­de­mann via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).