L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
RMC et BFM ou l’Aquarius sans aucun recul

26 décembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | RMC et BFM ou l’Aquarius sans aucun recul

RMC et BFM ou l’Aquarius sans aucun recul

26 décembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes

Pre­mière dif­fu­sion le 01/10/2018 — L’Observatoire du jour­nal­isme (Ojim) se met au régime de Noël jusqu’au 5 jan­vi­er 2019. Pen­dant cette péri­ode nous avons sélec­tion­né pour les 26 arti­cles de la ren­trée qui nous ont sem­blé les plus per­ti­nents. Bonne lec­ture, n’oubliez pas le petit cochon de l’Ojim pour nous soutenir et bonnes fêtes à tous. Claude Chol­let, Président

La dernière semaine de septembre 2018, RMC et BFM se sont beaucoup intéressées à l’Aquarius. Ce qui frappe l’oreille, c’est l’absence complète de recul et de mise en perspective.

« Il s’est passé quelque chose d’important ce week-end, les équipes du navire human­i­taire se sont opposés aux gardes côtes libyens qui ne voulaient pas les laiss­er pren­dre en charge des migrants dont le bateau de for­tune était en train de couler. Finale­ment et après des heures de ten­sions en pleine mer, 47 per­son­nes ont bel et bien été sec­ou­rues, accueil­lies à bord de l’Aquarius qui une fois encore ne sait pas où il va pou­voir accoster et qui pour­rait aus­si per­dre son pavil­lon sous la pres­sion de l’Italie. »

« À bord, 47 migrants essen­tielle­ment libyens, essayant de fuir leur pays en guerre (…) Les gardes côtes refusent l’intervention, les human­i­taires réagis­sent » et réus­sis­sent le « sauve­tage ». Insis­tance sur la Libye, « pays en guerre » et sur le fait que le « tra­vail human­i­taire est men­acé », pas seule­ment par la Libye « mais aus­si par l’Union Européenne ».

C’est ce qui ressort des divers reportages et ce qui se dit sur RMC et BFM.

Le sens du vent

Glob­ale­ment, RMC s’est mobil­isée ainsi :

  • La parole n’est don­née qu’à des représen­tants de SOS Méditer­ranée, France Terre D’Asile et MSF, lesquels soit affrè­tent le navire, soit ont des mil­i­tants à bord.
  • La France refuserait d’accueillir les navires human­i­taires et d’aider SOS Méditerranée.
  • Aucun jour­nal­iste de la radio n’interroge la rai­son pour laque­lle l’Aquarius est le dernier navire human­i­taire en mer ni ne revient sur la col­lu­sion entre ONG et passeurs. Les ONG sont présen­tées exclu­sive­ment comme sauvant des vic­times et, a con­trario, la France et l’Union Européenne, en par­ti­c­uli­er l’Italie, sont présen­tées comme étant com­plices des morts en mer, dont le nom­bre de 1700 depuis jan­vi­er est répété à satiété. Notons que la notion de col­lu­sion et de « juteux traf­ic » d’êtres humains ne provient pas que de médias qui seraient classés à droite. Médi­a­part s’en est aus­si fait aus­si l’écho.
  • RMC n’indique pas que les 77 000 euros annon­cés sur son site par SOS Méditer­ranée comme étant alloués à l’opération Aquar­ius sont en par­tie financés par des sub­ven­tions des États, ce qui pose ques­tion puisque la radio donne la parole à plusieurs inter­venants qui tous expliquent que le sauve­tage des migrants illé­gaux serait entravé par les pays européens, autrement dit par ceux qui finan­cent en grande par­tie cette même opération.
  • RMC n’indique pas plus ce que révélait l’hebdomadaire Valeurs Actuelles mi-août 2018, à savoir que l’association SOS Méditer­ranée est aus­si sub­ven­tion­née par de grands médias, par le biais de cam­pagnes de pub­lic­ité gra­tu­ites. Des cam­pagnes qui auraient coûté plus de 500 000 euros si l’association avait dû les financer. On trou­ve dans la liste : Canal+, Europe 1, France 2, France 3, RMC, BFM, France Inter, France Info… tous médias sur lesquels la ques­tion des migrants est traitée quo­ti­di­en­nement sur la base d’un angle unique, celui de la néces­sité human­i­taire absolue d’ouvrir les portes de l’Europe, tan­dis que dans le même temps les pays cri­ti­quant cet angle sont automa­tique­ment mon­trés du doigt par ces mêmes médias. Valeurs Actuelles indi­quait par ailleurs que cette opéra­tion d’aide à l’association avait été menée par « le ser­vice d’information du gou­verne­ment », un gou­verne­ment dont les représen­tants de cette même asso­ci­a­tion dis­ent (sur ces mêmes médias) qu’il aban­don­nerait l’Aquarius.

Ain­si, c’est à ne plus rien y com­pren­dre… RMC et BFM ont aus­si don­né la parole à la prési­dente de SOS Méditer­ranée, le 24 sep­tem­bre 2018, durant une dizaine de min­utes. Une prési­dente qui par­le unique­ment de « réfugiés », et non de migrants, et ne se voit à aucun moment oppos­er un dis­cours con­tra­dic­toire. La ques­tion des migrants dans les médias français n’a de fait qu’une seule réponse. Com­ment car­ac­téris­er une ques­tion dont on affirme qu’elle n’aurait qu’une réponse, en ter­res de médias ?

Crédit pho­to : cne-cna-c6f (Domaine Public)

Voir aussi : L’Aquarius en recherche d’un port d’accueil : une pression médiatique bien orchestrée

L’Aquarius en recherche d’un port d’accueil : une pres­sion médi­a­tique bien orchestrée

Mots-clefs : ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés