Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Quand Richard Heuzé, correspondant du Figaro à Rome, prône le Grand Remplacement
Quand Richard Heuzé, correspondant du Figaro à Rome, prône le Grand Remplacement

23 décembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Quand Richard Heuzé, correspondant du Figaro à Rome, prône le Grand Remplacement

Quand Richard Heuzé, correspondant du Figaro à Rome, prône le Grand Remplacement

Quand Richard Heuzé, correspondant du Figaro à Rome, prône le Grand Remplacement

Pre­mière dif­fu­sion le 10/10/2018 — L’Observatoire du jour­nal­isme (Ojim) se met au régime de Noël jusqu’au 5 jan­vi­er 2019. Pen­dant cette péri­ode nous avons sélec­tion­né pour les 26 arti­cles de la ren­trée qui nous ont sem­blé les plus per­ti­nents. Bonne lec­ture, n’oubliez pas le petit cochon de l’Ojim pour nous soutenir et bonnes fêtes à tous. Claude Chol­let, Président

L’honorable lecteur du très modéré Figaro doit avoir du mal à se faire une opinion sur l’Italie. Ou plutôt non, car le correspondant à Rome l’évangélise. Les Italiens sont des protoracistes comme il le disait le 1er septembre 2018 et Salvini un petit Mussolini. Il revient à la charge un mois plus tard le 4 octobre pour vanter une forme exemplaire d’intégration des migrants consistant à remplacer une population par une autre. Visite guidée.

L’affaire de Riace

Riace est une petite bour­gade de la côte cal­abraise sur la mer Ion­i­enne, 2000 habi­tants migrants inclus. Par­fois con­nue pour les bronzes de l’antiquité décou­verts sur la com­mune, elle est dev­enue célèbre par son maire com­mu­niste Domeni­co Lucano. Ancien pro­fesseur, il est élu maire en 2004 et réélu en 2009. Il accède à la célébrité en favorisant puis organ­isant la trans­plan­ta­tion mas­sive de migrants dans sa com­mune, légaux comme illé­gaux. Surnom­mé « Le Kurde », il fait appel à des Kur­des (pre­miers arrivés), Afghans, Syriens, Nigéri­ans, Nigériens, etc… pour organ­is­er ce qu’il appelle « Cit­ta futu­ra » (Ville future).

Vivant avec une migrante, il est l’objet des admi­ra­tions mon­di­al­istes et le mag­a­zine For­tune le classe en 2016 par­mi les 50 per­son­nal­ités les plus impor­tantes du monde. Même si la com­mune com­porte déjà en 2017 plus de 600 migrants, il se sent pouss­er des ailes et veut accélér­er encore le mou­ve­ment. Il se trans­forme alors pro­mo­teur d’immigration clan­des­tine, organ­ise des mariages blancs pour que les migrants obti­en­nent la nation­al­ité ital­i­enne. Libéra­tion du 2 octo­bre 2018 cite un enreg­istrement télé­phonique on ne peut plus clair « Je vais vous faire la carte d’identité, je suis hors-la-loi car pour faire la carte d’identité, je devrais avoir un per­mis de séjour encore va­lable. […] J’assume la respon­s­abil­ité et je vous dis que ça va ».

Il est égale­ment soupçon­né d’avoir truqué des appels d’offres des sociétés chargées pour le ramas­sage des ordures. Il est inculpé le 1er octo­bre 2018 par le préfet de Locri et incarcéré.

Voir aussi  Le meilleur de l’Ojim en 2015 – 27/12/2015

L’article de l’ami Richard Heuzé

Richard est triste, très triste. Le titre de son arti­cle le dit « Riace, mod­èle d’intégration des migrants, mis en cause », c’est un rêve qui est détru­it. Car il le répète ensuite, « cette forme exem­plaire d’intégration » don­nait « d’excellents résul­tats ». Mieux « le vil­lage de Cal­abre revivait grâce à l’accueil de nom­breux étrangers ». Grâce au maire « par­ti­c­ulière­ment act­if » (sic, voir supra), une école et des bars sont ouverts, « et ça marche » ajoute-t-il en extase.

Bien sûr une « réus­site sus­cite des jalousies », Domeni­co aurait « mul­ti­plié des impairs », atten­tion des impairs, pas des dél­its punis par la loi : des étour­deries en somme. Il y a aus­si « des irrégu­lar­ités dans le ramas­sage des ordures », mais c’est la Cal­abre que dia­ble, tout le monde fait ça. D’ailleurs comme Don Ciot­ti, le Don Camil­lo local le dit, ce sont « des pec­ca­dilles inspirées par la générosité ».

Le correspondant local du Figaro : résistance !

Richard Heuzé a l’art de la cita­tion et celui des argu­ments d’autorité via des per­son­nal­ités. Dans son arti­cle du 1er sep­tem­bre, il citait un pre­mier uni­ver­si­taire d’extrême gauche lié aux fon­da­tions Soros puis un deux­ième, col­lab­o­ra­teur du site inter­net du PD, ex par­ti com­mu­niste ital­ien, ce que le lecteur moyen du jour­nal ne peut savoir. Cette fois-ci, il cite Rober­to Saviano, écrivain anti­mafieux d’extrême gauche, qui écume les plateaux pour dire tout le mal qu’il pense du gou­verne­ment ital­ien et qui appelle à une union sacrée en faveur de l’immigration pour les élec­tions européennes de 2019. Saviano, héros du fes­ti­val du quo­ti­di­en rival Le Monde du 5 au 7 octo­bre 2018…

Voir aussi  Pacte mondial pour les migrations : fantasme de gilets jaunes ou péril réel, qu’en disent les médias ?

On com­prend que Richard est indigné, très indigné. Le dernier sous-titre de l’article est affir­matif : « Régime autori­taire ». Que faire ? Résis­ter cama­rade ! Saviano le dit, l’arrestation de Lucano est bien « le pre­mier acte d’un glisse­ment vers le régime autori­taire ». Mais Richard n’a pas per­du espoir « Rassem­ble­ments, péti­tions, man­i­fes­ta­tions : la com­mu­nauté de Riace se mobilise pour défendre son mod­èle d’intégration unique en Ital­ie ». Unique en effet de rem­plac­er par tous les moyens une pop­u­la­tion par une autre. Le secré­taire d’État à l’Intérieur Car­lo Sibil­ia (Mou­ve­ment 5 étoiles) a fait le par­al­lèle entre les petits soucis de Lucano et l’exploitation des migrants par la mafia, annonçant une « guerre au busi­ness de l’immigration ».

NB : par­fois Le Figaro est mieux inspiré et envoie un vrai jour­nal­iste en Ital­ie pour cou­vrir un événe­ment d’importance. C’est ain­si Charles Sapin qui a cou­vert la ren­con­tre Marine Le Pen/Salvini à Rome le 8 octo­bre 2018.

Crédit pho­to : Jacques-BIL­LAUDEL via Flcikr (cc)

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.