Faire un don à l'Ojim

Premier procès en vue, nous avons besoin de vous

En 7 ans nous n’avions eu aucun procès. C’est chose faite avec la mise en exa­m­en de Claude Chol­let, directeur de la pub­li­ca­tion, à la demande de Ramzi Khi­roun, ex-chauf­feur de DSK, porte-parole d’Arnaud Lagardère. Motif ? Injures publiques. Nous avions par­lé de méth­odes expédi­tives et d’«exécuteur des bass­es œuvres » de DSK. Le procès n’aura pas lieu tout de suite mais nous devons faire face immé­di­ate­ment à des frais d’avocat et con­stituer des pro­vi­sions. Toute aide sera bien­v­enue dans ce moment dif­fi­cile. Chaque don béné­fi­cie d’un reçu fis­cal de 66%. Pour nous soutenir c’est ici.

Les plus lus

  • Por­traits Cather­ine Nay

    PORTRAIT — Cather­ine Nay est dev­enue une spé­cial­iste de la vie poli­tique parisi­enne, notam­ment grâce à sa prox­im­ité avec…

  • Médias Olivi­er Le Cour Grand­mai­son : sym­bole d’une dérive médi­a­tique islamo-gauchiste

    Si Olivi­er Le Cour Grand­mai­son (alias OLCG) touche un peu à tout, tout indique qu’il ne maîtrise pas grand-chose, à comm…

  • Por­traits Rachid M’Bar­ki

    PORTRAIT — Rachid M’Bar­ki, né en févri­er 1969 à Toulouse, d’origine maghrébine, est un jour­nal­iste français de télévi­sio…

  • Médias Tri­bune libre : Samuel Gon­tier, big­nole pour bobos

    Nous repro­duisons une tri­bune, parue chez notre con­frère Boule­vard Voltaire le 6 novem­bre 2019, con­sacrée à un des journ…

  • Médias Avec Ben­jamin Duhamel, la caste du clergé cathodique se repro­duit en vase clos

    Ben­jamin n’a que 24 ans, mais il est déjà chroniqueur sur LCI. Une réus­site d’un sys­tème qui con­tin­ue à met­tre en œuvre…

  • Por­traits Anne-Sophie Lapix

    PORTRAIT — Anne-Sophie Lapix est une jour­nal­iste et ani­ma­trice de télévi­sion française née en avril 1972 à St Jean de Lu…

  • Médias Présent privé de sub­ven­tion… parce qu’il n’est pas assez cher !

    Les quo­ti­di­ens nationaux d’information poli­tique et générale à faibles ressources pub­lic­i­taires reçoivent des sub­ven­tion…

  • Por­traits Léa Salamé

    PORTRAIT — Issue de la haute bour­geoisie affairiste libanaise, Léa Salamé ne cache pas, mal­gré son image d’objectivité i…

  • Médias La séman­tique du Monde, un exem­ple de soft manip­u­la­tion

    Le Monde était par­venu à le faire croire (un peu) au siè­cle dernier : comme « quo­ti­di­en de référence », jamais il ne pra…

  • Médias Libéra­tion et la mosquée : chronique d’une journée hors sol

    Quo­ti­di­en du Français libéral lib­er­taire moyen, Libéra­tion ne sur­prend plus. L’actuel devenir du jour­nal, de plus en plu…

Le « Chat » de Philippe Geluck meurt à 30 ans !

Le célèbre dessinateur belge Philippe Geluck a annoncé qu’il arrêtait la publication de son « Chat » dans la presse écrite.

Cette annonce a été faite via la par­tie « actu » de l’application pour tablette con­sacrée à son per­son­nage et pren­dra effet le 23 mars prochain, date anniver­saire des 30 ans du « Chat ». La déci­sion, qui a été « mûre­ment réfléchie », « risque d’ébran­ler pas mal de monde mais je me suis dit qu’il faudrait bien arrêter un jour et que le mieux était de le décider moi-même », a annon­cé le dessi­na­teur. Ce dernier jus­ti­fie sa déci­sion en évo­quant des prob­lèmes d’échéances et de rythme qui ne sont plus à son goût : « Après 1 560 semaines de paru­tions assidues, je me dis que j’aimerais me con­sacr­er à des pro­jets dif­férents sans être astreint à cette échéance heb­do­madaire de remise de mes pages au jour­nal. »

Le « Chat » de Geluck est pub­lié dans le sup­plé­ment du quo­ti­di­en belge Le Soir depuis le 22 mars 1983, ain­si que dans le mag­a­zine français VSD. Ses dessins sont égale­ment édités sous forme d’album, 17 au total, pub­liés par Cast­er­man. « Je con­tin­uerai à dessin­er, à écrire et à pein­dre, à pub­li­er des albums, mais d’une autre façon », a con­clu le dessi­na­teur.

Crédit pho­to : © Philippe Geluck

Schrameck au CSA : François Hollande a tout faux !

La nomination d’Olivier Schrameck à la tête du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) par François Hollande, ainsi que celle des deux autres membres nommés par le président de l’Assemblée et du Sénat, suscitent certaines interrogations.

Les trois nou­veaux mem­bres sont en effet sans expéri­ence dans le domaine et ont des pro­fils plutôt inadap­tés :

- Olivi­er Schrameck, nom­mé prési­dent du CSA par François Hol­lande, n’a jamais mis un pied dans le monde de l’audiovisuel et sa légitim­ité reste donc à prou­ver. Haut-fonc­tion­naire, énar­que, ancien directeur de cab­i­net de Lionel Jospin, ancien Con­seiller d’État, mem­bre de la Com­mis­sion sur la réno­va­tion et la déon­tolo­gie de la vie publique, il n’a pas vrai­ment le pro­fil idéal pour présider le CSA.

- Mem­o­na Hin­ter­mann-Affé­jee, nom­mée par Jean-Pierre Bel, le prési­dent du Sénat, est jour­nal­iste à France 3 spé­cial­iste des ques­tions inter­na­tionales et cat­a­loguée à gauche. Si cette dernière con­nait par­faite­ment la mai­son France 3, y ayant passé toute sa car­rière, son domaine de prédilec­tion se lim­ite aux ques­tions inter­na­tionales. Son util­ité au CSA est donc égale­ment sujete à cau­tion.

- Sylvie Pierre-Brosso­lette, nom­mée par Claude Bar­tolone, prési­dent de l’Assemblée nationale, est direc­trice-adjointe de la rédac­tion du Point. Sa nom­i­na­tion n’ayant aucune rai­son fonc­tion­nelle – elle est jour­nal­iste poli­tique –, on par­le d’un choix stratégique de la majorité qui, en nom­mant une per­son­nal­ité de droite, se pro­tège d’éventuelles cri­tiques de l’opposition. Mau­vais cal­cul du reste puisque celles-ci fusent depuis plusieurs jours…

Mais surtout, avec ces trois nom­i­na­tions, le Con­seil Supérieur de l’Audiovisuel compte désor­mais 5 jour­nal­istes sur 9 mem­bres et aucun représen­tant des usagers.

« Faites entr­er les citoyens ! » avaient pour­tant demandé Les Indignés du paf. Ce mou­ve­ment, lancé il y a un an à la suite du bidouil­lage de trop d’un reportage de Tf1, souhaite associ­er les citoyens au fonc­tion­nement des médias. En mars 2012, il a lancé l’« Appel des Indignés du PAF et des médias pour une meilleure qual­ité de l’information » qui con­tient des propo­si­tions visant à « réc­on­cili­er le pub­lic et les médias » sur lesquelles le CSA aurait tout intérêt à se pencher.

Les Indignés du Paf avaient présen­té la can­di­da­ture de leur co-fon­da­teur pour une nom­i­na­tion au CSA. « Inter­face avec la société civile », il aurait eu pour mis­sion « de con­tribuer à créer les con­di­tions d’une infor­ma­tion plus fiable et plus respon­s­able ». « Depuis plusieurs mois, le col­lec­tif ren­con­tre des cen­taines de per­son­nes, asso­ci­a­tions, syn­di­cats, élus, con­seillers… Tous ou presque souhait­ent un pro­fond change­ment des pra­tiques. A l’occasion des renou­velle­ments de man­dats au CSA, les Indignés du PAF pro­posent donc la can­di­da­ture de leur cofon­da­teur Philippe Gui­héneuf, pour rem­plir un rôle de médi­a­teur citoyen act­if, défenseur de l’intérêt général », indi­quaient-ils dans un com­mu­niqué.

Un autre can­di­dat n’a pas été retenu : Chris­t­ian Com­baz. Dans une tri­bune enlevée parue en décem­bre 2012, l’écrivain fustigeait la nou­velle « bar­barie télévi­suelle » qui s’est, selon lui dévelop­pée, avec la com­plic­ité du CSA, et posait sa can­di­da­ture avec panache.

Le pou­voir social­iste a préféré les délices du haut-fonc­tion­nar­i­at et de l’entre-soi. Le change­ment, ce n’est donc pas main­tenant en la matière.

Notons enfin que l’OJIM tra­vaille active­ment à un pro­jet de réforme du CSA et de l’ARCEP (l’autorité de régu­la­tion des com­mu­ni­ca­tions élec­tron­iques et des postes) et qu’il sera prochaine­ment can­di­dat, par la voix de son prési­dent Claude Chol­let, à une nom­i­na­tion au CSA.

Pho­to : La Tour Mirabeau, siège du CSA. Crédit : h de c via Flickr (cc)

Facebook lance son moteur de recherche

Mardi 15 janvier, le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg présentait « Graph Search », le nouveau moteur de recherche interne du réseau social.

Après le fil d’actualité et la « time line », Face­book présente son « troisième pili­er » : un moteur de recherche interne per­me­t­tant de trou­ver facile­ment du con­tenu, des amis, et même des résul­tats croisés (des amis qui aiment l’Ojim par exem­ple, où ceux ayant déjà mangé à tel ou tel restau­rant). Ce croise­ment des don­nées, qui va sat­is­faire les annon­ceurs en rai­son de la pos­si­bil­ité de cibler davan­tage la pub­lic­ité, va très loin : le réseau social a présen­té en direct une recherche sur « la musique que les médecins aiment » ou encore « la musique aimée par les gens qui aiment Mitt Rom­ney ». Grâce à un parte­nar­i­at avec Microsoft, le moteur de recherche ren­ver­ra vers Bing (celui de Microsoft) en cas d’absence de résul­tats.

Con­cer­nant la con­fi­den­tial­ité de ce fichage général­isé, Mark Zucker­berg a voulu ras­sur­er les util­isa­teurs : « rien ne sera vis­i­ble qui ne l’é­tait déjà », a‑t-il assuré. Ain­si, ce qui était pub­lic restera pub­lic et ce qui était privé le restera égale­ment. En con­cur­rence avec le géant Google dans le domaine, on peut envis­ager une monéti­sa­tion prochaine de cet out­il de recherche avec un sys­tème de liens spon­sorisés.

Crédit pho­to : Ojim (cc)

Têtu vendu à Jean-Jacques Augier

Têtu, le magazine homosexuel propriété de Pierre Bergé, va être vendu à un proche de François Hollande : Jean-Jacques Augier. Le changement d’actionnaire, qui doit avoir lieu le 1er février, a été annoncé à la direction et aux délégués du personnel ce mercredi 16 janvier.

Le sex­agé­naire, énar­que, ancien patron des taxis G7 et tré­sori­er de cam­pagne de l’actuel prési­dent, a eu rai­son de Matthieu Pigasse (action­naire du groupe Le Monde et pro­prié­taire des Inrocks) et d’un mem­bre de l’actuelle direc­tion de Têtu qui souhaitaient égale­ment racheter la mar­que. Jean-Jacques Augi­er souhaite d’ores et déjà réduire les effec­tifs du men­su­el afin de pal­li­er ses pertes d’argent.

Cer­tains dans la com­mu­nauté homo­sex­uelle craig­nent que Jean-Jacques Augi­er ne recen­tre trop le titre pour le ren­dre moins mil­i­tant et plus favor­able à l’actuel gou­verne­ment, relate Le Monde. Affaire à suiv­re.

Crédit pho­to : mon­tage Ojim

Aides à la presse : Hollande promet une réforme

Dans ses vœux à la presse 2013 prononcés ce mercredi 16 janvier en tant que chef de l’État, François Hollande a annoncé des aides à la presse « qui représentent des sommes importantes et dont on annonce toujours la réforme ».

À ce sujet, la réforme aura bien lieu « au cours de l’année 2013 » et sera présen­tée par la min­istre de la cul­ture Aurélie Fil­ip­pet­ti. « Nous aurons à revoir ces aides avec une volon­té de met­tre la presse d’in­for­ma­tion poli­tique et générale au pre­mier rang des titres qui doivent béné­fici­er de ces aides », a affir­mé le chef de l’État.

Le prési­dent de la République a égale­ment adressé « un mes­sage de con­fi­ance dans les rela­tions » entre lui et la presse, souhai­tant adopter la « bonne pos­ture ». Il a annon­cé qu’une « dis­po­si­tion lég­isla­tive sera intro­duite » dans les textes pour garan­tir la pro­tec­tion des sources, tout en pré­cisant que l’Élysée ne cherchera pas à savoir qui informe les jour­nal­istes. « Ce serait un très mau­vais cal­cul, car on décou­vri­rait sou­vent que c’est du plus haut niveau que l’in­for­ma­tion vient », a‑t-il ajouté, déclen­chant l’hilarité des 700 jour­nal­istes présents.

Autre annonce : une « dis­po­si­tion lég­isla­tive et fis­cale » sera mise en place au sujet des moteurs de recherche. « Il est nor­mal que ceux qui tirent prof­it de l’in­for­ma­tion pro­duite par votre tra­vail par­ticipent à sa prise en charge, ce sera le sens de la con­tri­bu­tion des moteurs de recherche au finance­ment de la presse », a ain­si tenu à ras­sur­er François Hol­lande.

Crédit pho­to : Blog do Planal­to via Flickr (cc)

Radio France : 23 000 euros supplémentaires à Guillon

La cour d’appel de Paris vient, ce mardi 15 janvier, de condamner Radio France en appel dans le procès qui l’oppose à Stéphane Guillon, confirmant ainsi le caractère « abusif » de son licenciement.

En 2010, l’humoriste avait été licen­cié (ain­si que son con­frère Didi­er Porte) suite à des chroniques jugées trop incor­rectes sur les ondes de France Inter. Le groupe pub­lic avait été con­damné en 2011 à vers­er 212 000 euros de dom­mages et intérêts à son ancien humoriste, le licen­ciement étant jugé « sans cause réelles ni sérieuses ». « En tant que salarié foutu dehors, je suis ravi de cette déci­sion judi­ci­aire. En tant que con­tribuable, je suis scan­dal­isé qu’une société d’État ait préféré per­dre autant d’argent et d’auditeurs pour faire taire un humoriste », avait alors réa­gi Stéphane Guil­lon. Ce mar­di, la cour d’appel a ajouté 23 000 euros sup­plé­men­taires au titre du préju­dice moral.

L’information a été rap­portée par l’AFP, qui tient ses sources auprès des deux avo­cats de l’humoriste.

Crédit pho­to : Mok­tara­ma via Flickr (cc)

RTL reste la radio la plus écoutée de France

Selon le dernier sondage de l’institut Médiamétrie pour les mois de novembre-décembre 2012 publié ce mardi 15 janvier, RTL conserve son titre de radio la plus écoutée de France.

La sta­tion de la rue Bayard devance, avec 12,5 % de part d’audience cumulée de moyenne par jour, NRJ (11,8 %), France Inter (10,8 %) et Europe 1 (9,1 %). Les deux pre­mières radios du classe­ment sont en pro­gres­sion par rap­port à novem­bre-décem­bre 2011 (11,8 % pour RTL et 11,4 % pour NRJ).

« Nous sommes très sat­is­faits, car nous avons la plus forte pro­gres­sion d’au­di­ence sur un an de ce sondage, toutes radios con­fon­dues. RTL con­forte sa place et reste leader, et de loin. C’est la con­fir­ma­tion du suc­cès de notre nou­velle grille de ren­trée », a déclaré à l’AFP le PDG de RTL, Christo­pher Baldel­li. De son côté, la radio NRJ, par la voix de Maryam Sale­hi, s’est dite sat­is­faite d’avoir gag­né « plus de 200 000 audi­teurs. Tous nos indi­ca­teurs sont en pro­gres­sion sur cette vague par rap­port à l’an­née dernière. Le morn­ing enreg­istre une pro­gres­sion spec­tac­u­laire, avec près de 300 000 audi­teurs quo­ti­di­ens gag­nés en un an. »

Si Europe 1 enreg­istre un recul de 0,3 % sur un an, son patron Denis Olivennes a pu met­tre en avant le suc­cès de la mati­nale (qui réu­nit chaque matin 14 649 000 audi­teurs à 8h) : « On con­tin­ue de raje­u­nir, on con­tin­ue de fidélis­er et on car­tonne sur la mati­nale. On est sat­is­faits de notre per­for­mance sur notre enjeu essen­tiel. »

Record his­torique chez RMC et France Bleu avec 8 % et 7,6 % (pour une 7ème et 8ème posi­tion au classe­ment). « Ce n’est pas ter­miné. Il y a des audi­teurs qui vont décou­vrir RMC et se fidélis­er », a affir­mé Philippe Lanoux, directeur de RMC, quand celui de France Bleu, Philippe Chaf­fan­jon, estime que « c’est une con­fir­ma­tion de ce que l’on ressent en région. Les gens ont besoin d’in­fo de prox­im­ité, de ser­vice et d’un vrai lien. On est une radio con­cer­nante (sic), on par­le aux gens de ce qui les intéresse, de leur vie quo­ti­di­enne ».

Durant ces deux mois de novem­bre-décem­bre, près de 43,339 mil­lions de français ont été à l’écoute des radios chaque jour en moyenne.

« Culture papier » fait campagne

L’association Culture Papier, « association créée le 6 janvier 2010 et qui deviendra prochainement une fondation reconnue d’utilité publique, a pour vocation de sensibiliser les pouvoirs publics, les décideurs économiques et l’opinion sur le rôle économique, social et culturel du papier et de l’imprimé, et ainsi d’en promouvoir le développement durable », est en pleine campagne.

Son mes­sage, visant à pro­mou­voir l’utilisation du papi­er et insis­tant sur sa nature écologique et recy­clable, est déjà paru dans plusieurs jour­naux et mag­a­zines : Le Figaro (05/01), Les Échos (08/01), L’Express (09/01), Le Figaro Mag­a­zine (11/01) et L’Équipe Mag­a­zine (12/01). Pour l’association, « le papi­er est un sup­port renou­ve­lable, recy­clable et biodégrad­able, qui regroupe et fédère une impor­tante fil­ière indus­trielle qui fig­ure aujourd’hui par­mi les secteurs les plus exem­plaires en matière de respect de l’environnement ». Et l’association de se plain­dre que le papi­er est « trop sou­vent injuste­ment décrié sous cou­vert d’arguments écologiques ».

Un préjugé que l’association compte bien com­bat­tre. Très logique­ment, c’est dans la presse écrite que Cul­ture Papi­er a choisi de véhiculer son mes­sage.

Plus d’informations sur : www.culture-papier.com

Marc-Olivier Fogiel

PORTRAIT — Surnom­mé « Mar­co », certes, mais égale­ment « le Pit­bull du PAF », Marc-Olivi­er Fogiel s’est fait d’abord con­naître par son style d’entretiens très agres­sif, avant de devenir l’un des plus puis­sants trente­naires des médias, à la fois ani­ma­teur et pro­duc­teur d’émissions de télévi­sion et de radio.

Anne-Gaëlle Matosky : censure à France 3

Une journaliste de France 3 couvrant la manifestation contre le « mariage pour tous » du 13 janvier 2013 a obtenu qu’une image où elle apparaissait soit retirée des archives de France Télévisions. Motif : elle était en train de rire avec le député FN Gilbert Collard !

L’image était tirée d’un reportage sur la man­i­fes­ta­tion dif­fusé au « 20 Heures » de France 2 le 13 jan­vi­er et au « 12–13 » de France 3 le 14 jan­vi­er. Les deux JT ont ain­si été retirés momen­tané­ment du site web de France Télévi­sions, avant d’être repub­liés, expurgés de la séquence « com­pro­met­tante ». Arrêt sur images a retrou­vé la séquence ini­tiale où l’on voit pen­dant une à deux sec­on­des Anne-Gaëlle Matosky, la jour­nal­iste en ques­tion, en train de rire franche­ment avec le député.

« Une jour­nal­iste de France 3 qui cou­vrait le ver­sant poli­tique de la man­i­fes­ta­tion “anti-mariage pour tous” a été filmée et mise à l’an­tenne dans des con­di­tions qui jus­ti­fient la sup­pres­sion de ces images », s’est jus­ti­fié Hervé Brusi­ni, directeur des rédac­tions web de France Télévi­sions, sur France TV.Info.

Mais devant le mini-scan­dale crée par cette cen­sure, France Télévi­sions, en accord avec la jour­nal­iste, a préféré remet­tre le jour­nal en ligne dans sa ver­sion orig­i­nale. Si la jour­nal­iste voulait cacher son petit moment de com­plic­ité avec Gilbert Col­lard, c’est donc raté !

Le journal de demain ? Un téléphone !

La presse sur téléphone, ce n’est certes pas neuf, mais pour la première fois, durant l’été 2012, Le Monde a d’avantage été lu sur un téléphone mobile que sur le site internet du quotidien… Toutes les rédactions réfléchissent ainsi aujourd’hui à la manière d’adapter leurs contenus (articles, photos etc.) au format téléphone mobile.

Si, au Figaro, « ce n’est pas la pri­or­ité », au Monde, on a créé une « cel­lule nou­veaux écrans ». L’AFP a déjà franchi le pas depuis longtemps, rebap­ti­sant sa rédac­tion « mul­ti­me­dia » en rédac­tion « web et mobile », dès sep­tem­bre 2011.

Les enjeux : de nou­veaux lecteurs, notam­ment durant les temps de trans­port le matin et le soir, mais aus­si de nou­velles recettes pub­lic­i­taires…

Source : Cor­re­spon­dance de la presse

Page 358 sur 382

Qui a dit…

« Ça les a beau­coup sur­pris que je vienne sans caméra. C’est là que j’ai ren­con­tré Ben­jamin Rosoux et Christophe Beck­er (deux des inculpés, ndlr). J’ai passé énor­mé­ment de temps avec eux. Puis je suis revenu une deux­ième fois pour tourn­er (…) On en a fait un faux por­trait, de gens sec­taires qui échafau­dent des plans. Alors que quand on les ren­con­tre, ils ont l’air de gen­dres idéaux. J’avais presque l’im­pres­sion d’être un punk à côté d’eux. »

Pour le découvrir, cliquez ici