Accueil | Actualités | Médias | Radio numérique, les grands acteurs raflent tout, Sud Radio écartée
Pub­lié le 10 mars 2019 | Éti­quettes : , , ,

Radio numérique, les grands acteurs raflent tout, Sud Radio écartée

La nouvelle technologie dite DAB+ (radio numérique terrestre, RNT, son autre nom) permet d’écouter la radio avec un signal numérique de meilleure qualité, en bénéficiant d’ un meilleur son. Même si l’avantage est limité à l’heure de la prochaine 5G, tous les grands groupes ont manifesté leur intérêt et empoché la plus grande partie de la mise répartie par le CSA.

Radio France en tête

Ils étaient 40 candidats au départ pour 24 élus à l’arrivée. Le CSA a attribué six licences à Radio France : France Culture, France Inter, France Musique, Mouv, Franceinfo et FIP. Comblant ainsi les vœux de la présidente de Radio France Sibyle Veil.

Les gros très bien servis

Les grands groupes qui traînaient des pieds au départ ont tous soumis des dossiers et se sont vus largement récompensés. Parmi les 18 élus privés : RTL, Europe1, Fun Radio, Chérie FM, Rires et chansons, Nostalgie, RMC, Skyrock, Radio Classique. BFM qui lance sa radio (déclinaison audio de la chaîne de télévision) est particulièrement gâtée et obtient le précieux sésame.

Sud Radio recalée

On ne peut s’empêcher de penser à des raisons politiques pour l’éviction de Sud Radio qui a pris une tonalité nettement peu favorable au gouvernement. La personnalité docile du nouveau président du CSA pouvait laisser prévoir une telle issue. Parmi les autres recalés figurent Oui FM, TSF Jazz et quelques autres.

Le service sera disponible dès 2020 dans les grandes métropoles et sur les autoroutes, il devrait couvrir la quasi totalité du territoire en 2028/29.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This