Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Reuters France en grève pour défendre l’emploi et le français

9 mars 2019

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Reuters France en grève pour défendre l’emploi et le français

Reuters France en grève pour défendre l’emploi et le français

Reuters, la vieille agence de presse anglo-saxonne fondée à Londres en 1851 est devenue en réalité nord américaine depuis son rachat par le groupe canadien Thomson en 2008, pour 17 milliards de dollars. Le groupe qui emploie près de 50.000 personnes est coté à New York et Toronto, son quartier général se trouvant dans cette dernière ville.

Suppressions d’emplois en Europe

Déjà fin 2018, la qua­si total­ité des implan­ta­tions non directe­ment anglo­phones avaient été impactées par des licen­ciements. Regroupe­ment prévu des bureaux de Madrid et Lis­bonne en 2019, sup­pres­sion d’un tiers des effec­tifs en Ital­ie et de près de 10% en Alle­magne. Au même moment le bureau de Pologne était en expan­sion : les jour­nal­istes poly­glottes y sont moins payés et rédi­gent des dépêch­es au kilo­mètre sans sor­tir de leurs bureaux.

C’est au tour de la France d’être touchée : un plan de sauve­g­arde de l’emploi (aimable néol­o­gisme pour qual­i­fi­er un licen­ciement col­lec­tif) est en cours pour 25 postes, soit la moitié des effec­tifs, rédi­geant et traduisant en français.

Grève, robots et profits

Les jour­nal­istes fran­coph­o­nes se sont mis en grève pour 24 heures du mer­cre­di 6 mars minu­it au lende­main même heure. Ils dénon­cent à la fois l’usage de robots de tra­duc­tion automa­tique qui font per­dre les dépêch­es en qual­ité et veu­lent “con­tester les raisons économiques mis­es en avant par la direc­tion pour jus­ti­fi­er ces départs”.

Un peu avant Thom­son Reuters avait annon­cé de bons résul­tats pour le dernier trimestre 2018 comme pour l’année entière. Le chiffre d’affaires organique était en crois­sance de 2,5% à 5,5 mil­liards de dol­lars et le prof­it avant amor­tisse­ments, intérêts et tax­es s’établissait à un très respectable 1,36 mil­liards de dol­lars. Le div­i­dende ver­sé aux action­naires était légère­ment supérieur à celui de l’année précé­dente.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.