Accueil | Actualités | Médias | Reuters France en grève pour défendre l’emploi et le français
Pub­lié le 9 mars 2019 | Éti­quettes :

Reuters France en grève pour défendre l’emploi et le français

Reuters, la vieille agence de presse anglo-saxonne fondée à Londres en 1851 est devenue en réalité nord américaine depuis son rachat par le groupe canadien Thomson en 2008, pour 17 milliards de dollars. Le groupe qui emploie près de 50.000 personnes est coté à New York et Toronto, son quartier général se trouvant dans cette dernière ville.

Suppressions d’emplois en Europe

Déjà fin 2018, la quasi totalité des implantations non directement anglophones avaient été impactées par des licenciements. Regroupement prévu des bureaux de Madrid et Lisbonne en 2019, suppression d’un tiers des effectifs en Italie et de près de 10% en Allemagne. Au même moment le bureau de Pologne était en expansion : les journalistes polyglottes y sont moins payés et rédigent des dépêches au kilomètre sans sortir de leurs bureaux.

C’est au tour de la France d’être touchée : un plan de sauvegarde de l’emploi (aimable néologisme pour qualifier un licenciement collectif) est en cours pour 25 postes, soit la moitié des effectifs, rédigeant et traduisant en français.

Grève, robots et profits

Les journalistes francophones se sont mis en grève pour 24 heures du mercredi 6 mars minuit au lendemain même heure. Ils dénoncent à la fois l’usage de robots de traduction automatique qui font perdre les dépêches en qualité et veulent "contester les raisons économiques mises en avant par la direction pour justifier ces départs".

Un peu avant Thomson Reuters avait annoncé de bons résultats pour le dernier trimestre 2018 comme pour l’année entière. Le chiffre d’affaires organique était en croissance de 2,5% à 5,5 milliards de dollars et le profit avant amortissements, intérêts et taxes s’établissait à un très respectable 1,36 milliards de dollars. Le dividende versé aux actionnaires était légèrement supérieur à celui de l’année précédente.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux