Accueil | Actualités | Médias | Radio : une audience de 85% chez les 13–34 ans
Pub­lié le 15 mars 2019 | Éti­quettes : , , , , , ,

Radio : une audience de 85% chez les 13–34 ans

Les 13-34 ans écoutent à 85% la radio, à raison de 2h01 par jour du lundi au vendredi, selon une étude de Médiamétrie présentée fin janvier 2019. Ils sont ainsi 14,1 millions d’auditeurs (du lundi au vendredi), soit 85,3% de la population des 13-34 ans. Mais seul un écouteur sur dix (9.8%) écoute des émissions politiques.

Musique, information, divertissement

Pour 8 auditeurs sur 10 la radio est « chaleureuse » et 7 sur 10 lui font « confiance ».  A une large majorité (66,9%), les 13-34 ans écoutent la radio pour la musique (57,4% pour les 13 ans et +), devant l’information (32%), les infos pratiques (22,3%), les émissions de divertissement (21,9%), les émissions sportives (11,3%). Par ailleurs les supports digitaux représentent 22.1% du volume d’écoute de la radio.

Réseaux sociaux

Une autre étude sur la même tranche de population, parue en août 2018, complète efficacement celle-ci et la contredit parfois. En effet, seuls 15% des 15-34 ans se disent « accros » à l’information, 28% ne consultent que l’information relative à leurs centres d’intérêt et 7% ne s’y intéressent pas du tout. Pour leurs sources d’information, ils utilisent à 71% les réseaux sociaux, ensuite les journaux télévisés – que un sur cinq regarde (21%) contre le double il y a dix ans, les vidéos en ligne... et les flash infos des radios musicales.

Pour ce qui est de la presse, ils consultent les sites web des grands médias, dans l’ordre Le Monde, 20 minutes, BFMTV, Le Figaro, franceinfo, Le Parisien et Ouest France, mais 71% d’entre eux passent par les réseaux sociaux ou les moteurs de recherche. L’éducation à l’information dans le milieu scolaire ne profite qu’à 34% des jeunes, surtout issus des catégories socio-professionnelles les plus favorisées et ne les pousse pas à lire plus la presse, mais plutôt à vérifier les informations qu’ils reçoivent.

Éducation aux médias et propagande

De là à ce que « l’éducation à l’information », véritable agit-prop pour les médias mainstream payée par le contribuable, ne fournisse des bataillons de nouveaux lecteurs aux médias indépendants, voilà une question que le ministère de la Culture, qui avait commandité cette étude, préfère ne pas se poser. Mais le ministère de l’éducation via l’officine de propagande qu’est devenu le CLEMI (Centre de liaison de l’enseignement et des médias d’information), répond avantageusement à la question.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

12% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 235,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux