La devinette de Noël de la semaine

Qu’est-ce qui appar­tient à un mil­liar­daire des télé­coms, est de moins en moins lu et coûte chaque année plus de six mil­lions d’euros en aides directes à la presse ? Et que vous financez ? C’est Libéra­tion de Patrick Drahi.

L’Ojim ne pro­duit peut-être pas autant d’articles que Libéra­tion, mais coûte net­te­ment moins cher, est libre et de plus en plus lu. Pour nous aider, nous aimer, nous soutenir, vous pou­vez don­ner avec un reçu fis­cal de 66% de votre don, c’est par ici.

La devinette de Noël de la semaine

Qu’est-ce qui appar­tient à un mil­liar­daire des télé­coms, est de moins en moins lu et coûte chaque année plus de six mil­lions d’euros en aides directes à la presse ? Et que vous financez ? C’est Libéra­tion de Patrick Drahi.

L’Ojim ne pro­duit peut-être pas autant d’articles que Libéra­tion, mais coûte net­te­ment moins cher, est libre et de plus en plus lu. Pour nous aider, nous aimer, nous soutenir, vous pou­vez don­ner avec un reçu fis­cal de 66% de votre don, c’est par ici.

17% récolté
Nous avons récolté 347,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Les plus lus

  • Médias Prom­e­nades sur France Inter, con­formisme assumé partout

    Un lecteur mali­cieux (et peut-être un peu masochiste) nous sig­nale régulière­ment quelques sail­lies de la radio la plus c…

  • Médias Quand Samuel Lau­rent des Décodeurs du Monde ment comme un arracheur de dents

    Vous con­nais­sez le slo­gan des arracheurs de dents ? « ça ne vous fera pas mal ». Vous con­nais­sez Les Décodeurs. Ils sont…

  • Por­traits Jean-Michel Aphatie

    PORTRAIT — Jean-Michel Aphatie est né en sep­tem­bre 1958 à Mon­cay­olle-Lar­ro­ry-Mendibieu (Pyrénées-Atlan­tiques). Après avo…

  • Médias Quand Le Point caviarde le pacte sur les migra­tions de Mar­rakech

    Ceux qui ont suivi le catéchisme dans leur enfance, con­nais­sent les dif­férentes sortes de péchés, par inten­tion, par act…

  • Por­traits Rachid M’Barki

    PORTRAIT — Rachid M’Barki, né en févri­er 1969 à Toulouse, d’origine maghrébine, est un jour­nal­iste français de télévi­sio…

  • Por­traits Lau­rent Jof­frin

    PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa carr…

  • Médias Le Monde pub­lie des comptes un peu gris et Yann Barthès cache les siens

    Le monde des médias ne com­porte pas seule­ment des acteurs directs comme les sociétés de presse, les radios, les télévisi…

  • Médias Pacte mon­di­al pour les migra­tions : fan­tasme de gilets jaunes ou péril réel, qu’en dis­ent les médias ?

    Les 10 et 11 décem­bre 2018, les pays mem­bres de l’Organisation des Nations Unies ont été invités à sign­er à Mar­rakech un…

  • Médias Priv­ilèges : le Sénat s’attaque à l’abattement fis­cal des jour­nal­istes (trop) bien payés mais est reto­qué

    Alors que dans les rues les Gilets jaunes issus de la France qui tra­vaille dur et ne s’en sort pas gronde con­tre Macron…

  • Por­traits Jean-Jacques Bour­din

    Référence des émis­sions de libre antenne à la radio depuis plus de deux décen­nies, Jean-Jacques Bour­din cul­tive une imag…

François Rousseau, un nouveau journaliste à i>Télé

L’ancien attaché de presse de Mar­tine Aubry à la mairie de Lille et au Par­ti social­iste, vient d’être embauché comme jour­nal­iste par la chaîne d’information con­tin­ue i>Télé. François Rousseau, présen­té par Paris Match en juil­let 2011 comme « le com­mu­ni­cant, amor­tis­seur impa­vide des sail­lies sou­vent peu amènes de la patronne à l’encontre des jour­nal­istes », a donc com­mencé son nou­veau tra­vail, le 19 novem­bre dernier.

Le néo-jour­nal­iste n’est, pour le moment, qu’en « for­ma­tion » et ne « sera pas à l’antenne de i>Télé dans les mois qui arrivent », pré­cise Céline Pigalle, direc­trice de la rédac­tion de la chaîne. Mieux, con­tin­ue-t-elle, « il ne fera aucun sujet poli­tique. Il fera tout sauf de la poli­tique : du ter­rain, du ter­rain, du ter­rain ». Nous voilà ras­surés !

Source : Le Lab — Europe 1

Cachez ce Kamel que je ne saurais voir

Les internautes n’ont pas les mêmes pudeurs que certains journalistes. Le traitement de l’enlèvement de la jeune Chloé en est une nouvelle illustration.

Le 16 novem­bre, aux alen­tours de midi, le kid­nappeur de Chloé est inter­pel­lé en Alle­magne. L’information fait immé­di­ate­ment le tour des rédac­tions.

En début d’après-midi, on apprend qu’il s’agit d’un « con­duc­teur orig­i­naire du Gard », d’un « homme, âgé de 32 ans », d’« un français de 32 ans orig­i­naire du Gard ». Si son iden­tité n’est pas révélée, ses antécé­dents judi­ci­aires, eux, sont large­ment dévoilés : « il a été con­damné plusieurs fois pour vols et vio­lences et une fois pour agres­sion sex­uelle » pré­cise, à 13h13, L’Express.

En milieu d’après-midi, tou­jours le 16 novem­bre, Le Figaro donne ses ini­tiales, et rap­pelle que l’homme « avait notam­ment été écroué en 2007 pour une série de ten­ta­tives d’agressions sex­uelles com­mis­es dans le Gard et dans le Vau­cluse ».

À par­tir de ces ren­seigne­ments, l’internaute peut décou­vrir l’identité de ce K. B., iden­tité qui n’est tou­jours pas révélée par le presse. En effet, un arti­cle de La Provence du 15 juin 2007, encore disponible sur le site du jour­nal, rap­pelle que « Kamel Bous­se­lat, 27 ans, domi­cil­ié à Roque­mau­re, aurait en effet com­mis onze ten­ta­tives d’agression sex­uelle entre le 3 et le 12 juin, dans le Gard et dans le Vau­cluse ». Les infor­ma­tions se recoupent.

Côté presse, il fau­dra atten­dre 18h30 pour qu’Europe 1 révèle, au con­di­tion­nel, le nom de l’agresseur de Chloé : Kamel Bous­se­lat.

Sources : L’Express, Le Figaro, La Provence, Europe 1

Crédit pho­to : cap­ture d’écran MSN Actu­al­ités

Caroline Fourest, conflit d’intérêt ?

Cer­tains sont pour le mariage entre per­son­nes du même sexe. D’autres con­tre. Cer­tains man­i­fes­tent pour. D’autres con­tre. Où l’exercice du méti­er de jour­nal­iste devient dif­fi­cile, c’est quand le/la jour­nal­iste est à la fois juge et par­tie. La posi­tion de Car­o­line Fourest la con­traint à pra­ti­quer une forme de jour­nal­isme engagé. Pourquoi pas ? Mais il faut alors ne pas se porter comme juge de paix moral sur les ondes de la radio ou de la télévi­sion. À défaut cela porte un nom bien con­nu en déon­tolo­gie : le con­flit d’intérêt.

Crédit pho­to : DR

BBC : Twitter dans l’œil du cyclone

On connaissait le tweet de Valérie Trierweiler, ou encore le message privé envoyé par Éric Besson, alors ministre, à ses 14.000 abonnés Twitter, « Quand je rentre je me couche. Trop épuisé. Avec toi ? »

Mais la crise que tra­verse actuelle­ment la BBC place le réseau social sur le banc des accusés. Voici l’histoire. Atten­tion, elle est pleine de rebondisse­ments. En toile de fond : une hys­térie (ou une prise de con­science ?) au sujet de la pédophilie dans des élites qui s’exonèreraient des règles morales com­munes. Alors qu’on a appris récem­ment qu’une anci­enne vedette de la BBC, Jim­my Sav­ile, util­i­sait son méti­er et sa célébrité pour avoir accès à des enfants, une des émis­sions phares de la BBC, « News­night », accuse de pédophilie un homme poli­tique con­ser­va­teur à la retraite. Sans le nom­mer. Mais le nom de Lord McAlpine, 70 ans, ancien tré­sori­er du Par­ti con­ser­va­teur, cir­cule le jour même sur Twit­ter. Nous sommes alors le 2 novem­bre. Puis pata­tras, le témoin prin­ci­pal dit qu’il s’agit d’une fausse accu­sa­tion.

Scan­dale. Démis­sion for­cée du directeur général de la BBC le 10 novem­bre et jeu de chais­es musi­cales. Les têtes ont com­mencé à tomber et Twit­ter – tou­jours lui – bruit de rumeurs con­cer­nant la suite des événe­ments.

Le 13 novem­bre, la nou­velle direc­trice de l’information de la BBC, Fran Unsworth, demande à son per­son­nel, via un mail interne, de cess­er de se répan­dre sur Twit­ter con­cer­nant la crise que tra­verse l’entreprise publique.

Lord McAlpine, lui, annonce par l’intermédiaire de son avo­cat qu’il sait qui sont les per­son­nal­ités coupables d’avoir livré son nom en pâture sur Twit­ter, qu’il attend leurs excus­es publiques, et aus­si des répa­ra­tions de la BBC (tout en pré­cisant qu’il va être mod­éré dans ses deman­des parce qu’il est bien con­scient qu’au final, c’est le con­tribuable qui va pay­er via la rede­vance). Un accord à l’amiable est trou­vé avec la BBC, qui accepte de vers­er au Lord calom­nié 185,000 livres. Puis, surenchère le 16 novem­bre : des plaintes en diffama­tion vont être inten­tées con­tre une douzaine de per­son­nal­ités, prin­ci­pale­ment des jour­nal­istes, pour leurs tweets, même effacés ultérieure­ment, et même si ce sont de sim­ples retweets. Le Dai­ly Tele­graph titrait ven­dre­di 16 novem­bre, « It’s time to end tri­al by Twit­ter ». Pour Lord McAlpine et pour ceux qui le sou­ti­en­nent, il faut en finir avec l’impunité sur Twit­ter et les pour­suites dans cette affaire doivent servir d’avertissement.

Yves de Kerdrel

PORTRAIT — Yves de Ker­drel, jour­nal­iste au Figaro, a été nom­mé directeur général du groupe Val­monde en rem­place­ment de Guil­laume Roquette, par­ti au Figaro Mag­a­zine. Il prend ain­si la tête d’un groupe qui rassem­ble trois titres : l’hebdomadaire Valeurs actuelles, le men­su­el Spec­ta­cle du monde et le trimestriel Jours de chas­se.

Sérillon : l’ami qui veut du bien à Hollande

Selon L’Express, Claude Séril­lon, ancien présen­ta­teur du JT de France 2 et mem­bre offi­cieux de l’équipe de com­mu­ni­ca­tion de François Hol­lande (« un choix ami­cal et de con­vic­tion »), va se voir con­fi­er une mis­sion de con­seiller auprès du Prési­dent de la République « afin de recadr­er son image et sa com­mu­ni­ca­tion, après quelques ratés depuis son acces­sion ». En sep­tem­bre dernier, le jour­nal­iste, qui avait fait ses pre­miers pas chez Presse-Océan, avait annon­cé sa déci­sion de quit­ter « Vive­ment Dimanche » où il inter­ve­nait depuis cinq ans, « afin de réalis­er des pro­jets per­son­nels ».

« Boudé à gauche et peu appré­cié à droite », Claude Séril­lon n’a toute­fois jamais caché sa sen­si­bil­ité de gauche. « Je crois qu’aucun jour­nal­iste n’est neu­tre con­traire­ment à ce qu’on pense », déclarait-il même en octo­bre 2011.

Presse allemande, presse française : même difficultés !

Après la fail­lite de l’agence de presse DADP, c’est au tour du Frank­furter Rund­schau, quo­ti­di­en franc­for­tois, classé à gauche, de dépos­er le bilan, à cause « de pertes mas­sives de chiffre d’affaires dans la pub­lic­ité et les ventes papi­er au pre­mier semes­tre » ! Une sit­u­a­tion qui n’est pas sans rap­pel­er celle de la presse française. Cepen­dant, les deux action­naires du titre ont affir­mé que « l’objectif est de pour­suiv­re l’activité ».

Le Frank­furter Rund­schau est la pro­priété à 50% du groupe de médias M. DuMont Schauberg et à 40% de la DDVG (Deutsche Druck- und Ver­lags­ge­sellschaft ), la hold­ing media du SPD, par­ti de gauche, actuelle­ment dans l’opposition, après sa défaite his­torique aux élec­tions fédérales de 2009. Le titre emploie encore 500 salariés, dont une cen­taine de jour­nal­istes. Mal­gré plusieurs restruc­tura­tions, et notam­ment la mise en com­mun de ser­vices avec le Berlin­er Zeitung, le jour­nal perd entre 10 et 20 mil­lions d’euros, chaque année. Son lec­torat a bais­sé de 25% en seule­ment cinq ans.

Source : Les Échos

Big brother is watching you ?

Dans un com­mu­niqué offi­ciel, paru le 13 novem­bre dernier, Google pub­lie les chiffres de son dernier rap­port de trans­parence (Trans­paren­cy Report). Il ressort de ces chiffres une ten­dance claire : « la sur­veil­lance des gou­verne­ments est en hausse ».

On apprend ain­si que de jan­vi­er à juin 2012, Google a reçu 20 938 deman­des d’informations et de don­nées de la part d’organismes gou­verne­men­taux et de tri­bunaux, au sujet de 34 614 comptes d’utilisateurs. Une hausse de 14,7 % par rap­port au deux­ième semes­tre 2011 et de 67% par rap­port à la péri­ode juil­let-décem­bre 2009, date à laque­lle Google a com­mencé à pub­li­er ces chiffres.

En ce qui con­cerne la France, 1546 deman­des ont été reçues, au sujet de 1880 comptes. Une aug­men­ta­tion de 10% par rap­port au deux­ième semes­tre 2011 et de presque 83% par rap­port à 2009. 45% de ces deman­des d’informations ont obtenu une réponse favor­able « inté­grale­ment ou en par­tie ».

Ces chiffres pla­cent la France au qua­trième pays dans lequel ces requêtes ont été les plus nom­breuses, der­rière les Etats-Unis, l’Inde et le Brésil.

Pour le même pre­mier semes­tre 2012, Google a reçu 1 791 deman­des de tri­bunaux, de la police ou d’organismes offi­ciels. Seules un peu plus de la moitié (52%) ont été déclarées recev­ables. Pour la France, 72 deman­des de ce type ont été enreg­istrées, soit une aug­men­ta­tion de 132%, par rap­port à la péri­ode précé­dente.

Un exem­ple français est d’ailleurs mis en avant dans le rap­port de l’entreprise. Google a « reçu une demande des représen­tants légaux d’une anci­enne per­son­nal­ité poli­tique exigeant le retrait d’un post de blog qui aurait exposé ses rela­tions avec le lob­by phar­ma­ceu­tique, et serait par con­séquent diffam­a­toire ». La demande n’a pas été accep­tée.

Dorothy Chou, auteur du com­mu­niqué et respon­s­able des analy­ses chez Google, con­clue : « les infor­ma­tions que nous présen­tons ne sont qu’un sim­ple élé­ment qui mon­tre com­ment les gou­verne­ments agis­sent sur inter­net ». Elle se réjouit enfin que d’autres sociétés comme Twit­ter ou LinkedIn pub­lient égale­ment ce genre de chiffres.

Détail intéres­sant, par­mi les mots clefs relat­ifs à ce com­mu­niqué, on trou­ve les ter­mes « free expres­sion ».

Source : Google trans­paren­cy report

L’Express : Attirer un lectorat qui se droitise

Ain­si que nous vous l’annoncions jeu­di, une réu­nion interne organ­isée à l’initiative de la société des jour­nal­istes de L’Express a eu lieu à la rédac­tion de l’hebdomadaire ce ven­dre­di. « La société se droi­tise », a expliqué un directeur de la rédac­tion « décom­plexé » à des jour­nal­istes « per­plex­es », rap­porte Telerama.fr. « L’Express ne peut pas se décon­necter de ce lec­torat. La une cible les tripes. C’est à l’intérieur qu’on s’adresse aux cerveaux » a notam­ment déclaré Christophe Bar­bi­er. Autrement dit, L’Express doit attir­er le lecteur pop­uliste, en passe de le devenir ou séduit par de telles thès­es pour ensuite l’éduquer. L’homme à l’écharpe rouge appelle cela « l’élasticité ».

Et puis, « on ne peut plus se per­me­t­tre des couv’ tièdes » a insisté Bar­bi­er. Une allu­sion à l’évolution de la dif­fu­sion (518 339 exem­plaires par semaine en 2011–2012 con­tre 559 892 en 2007, d’après l’OJD) de L’Express ? La faute égale­ment aux con­cur­rents (Le Point, Mar­i­anne…) qui mul­ti­plient les unes provo­ca­tri­ces mais aus­si à Inter­net où les Français sont habitués à des pro­pos plus tranchés, moins policés. Ain­si, titr­er « Immi­gra­tion : une chance pour la France ? », comme l’a sug­géré un jour­nal­iste de L’Express (au lieu de : « Le vrai coût de l’immigration »), « n’aurait pas fait de buzz négatif » sur Twit­ter, a expliqué Bar­bi­er, donc de « buzz » tout court… donc de bonnes ventes en kiosques.

Serge Faubert rejoint le cabinet de Jean-Paul Huchon

Serge Faubert, rédac­teur en chef de Quoi.info et directeur général de Focus News Pro­duc­tion, devrait rejoin­dre le cab­i­net de Jean-Paul Huchon, prési­dent du Con­seil région­al d’Île-de-France, en tant que chef du ser­vice de presse. Ancien rédac­teur en chef puis directeur de la rédac­tion de France Soir (2005 à 2006), Serge Faubert a été l’un des pre­miers rédac­teurs de Bakchich.info, puis rédac­teur en chef de Jeune Afrique (2008–2009). Il était rédac­teur en chef de Quoi.info depuis sep­tem­bre 2011.

Page 330 sur 341

Qui a dit…

« Il faut que tout le monde soit d’accord sur les con­di­tions : le droit de vote des étrangers aux élec­tions locales, la régu­lar­i­sa­tion des sans-papiers, l’arrêt de la chas­se aux mômes dans les écoles, la recon­nais­sance du vote blanc, un ser­vice civique oblig­a­toire garçon-fille (…) Le prob­lème actuel de la France est l’explosion du sen­ti­ment d’appartenance. (…) Notre pro­gramme : Révo­lu­tion frater­nelle pour une République métis­sée. »

Pour le découvrir, cliquez ici