Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Des manuels scolaires de plus en plus orientés : silence assourdissant des médias officiels

10 septembre 2019

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Des manuels scolaires de plus en plus orientés : silence assourdissant des médias officiels

Des manuels scolaires de plus en plus orientés : silence assourdissant des médias officiels

Toute famille de bonne foi, y compris favorable à ce qui y est écrit, ne peut que le constater : les manuels scolaires des établissements français ne brillent pas par leur honnêteté. Le fait était déjà patent en Histoire ou en Education morale et civique. Il semble s’étendre.

Manuels scolaires et politique

Les manuels sco­laires pro­posent aux enfants un regard très ori­en­té sur l’histoire et la poli­tique. Dans le pre­mier cas, par exem­ple, le choix de ce qui est dit ou non, inté­gré ou pas, est fon­da­men­tal. La manière de par­ler des Lumières et de la Révo­lu­tion française est ain­si sou­vent un exem­ple car­i­cat­ur­al, mon­trant une sorte de chemin unique qui ne pou­vait qu’être suivi par des gens civil­isés (l’idéologie bobo) tan­dis que tout ce qui con­cerne le 20e siè­cle vise à mon­tr­er com­bi­en tout autre mode de penser serait dan­gereux pour le « bien », autrement dit la démoc­ra­tie libérale et représen­ta­tive telle que nous la con­nais­sons (le dan­ger, c’est la page que vous lisez, par exem­ple).

Dans le sec­ond cas, l’éducation civique n’y va pas par qua­tre chemins, qual­i­fi­ant tout mou­ve­ment poli­tique sou­verain­iste « d’extrême droite », ce qui, relié aux pro­grammes d’histoire dans l’esprit des bam­bins, con­duit à impos­er une influ­ence poli­tique directe con­tre des par­tis poli­tiques claire­ment iden­ti­fiés alors qu’ils sont par­faite­ment légaux et légitimes, en réal­ité non assim­i­l­ables aux critères de l’extrême droite défi­nis par les sci­ences poli­tiques. L’idée, si l’on peut appel­er cela ain­si, est d’assimiler toute pen­sée non mon­di­al­iste aux fas­cismes du siè­cle passé. De cet état de fait, le lecteur trou­vera nom­bre d’exemples et d’analyses dans un excel­lent hors série du quo­ti­di­en Présent, actuelle­ment disponible en kiosques, maisons de la presse et sur le site de ce jour­nal.

Un peu de propagande, Staline corrige Ménard

La pro­pa­gande est partout. Dans la manière de pra­ti­quer l’enseignement, comme ici, où cha­cun con­stat­era qu’il n’y a aucune trans­for­ma­tion en cours du vis­age de la pop­u­la­tion française, mais aus­si dans le choix des sujets et de la façon de les traiter dans les manuels de Français.

L’exemple du manuel juste paru chez Nathan, un des plus gros édi­teurs four­nisseurs de col­lèges et de lycées tant un mono­pole existe entre qua­tre ou cinq édi­teurs que per­son­ne ne peut détrôn­er, est frap­pant. Le manuel con­cerné s’adresse aux élèves des class­es de 4e des col­lèges (ceux qui appren­nent par ailleurs l’histoire des Lumières, de l’esclavage, de la Révo­lu­tion, du 19e siè­cle, de la coloni­sa­tion et l’Affaire Drey­fus en his­toire, la mon­di­al­i­sa­tion en géo­gra­phie et la « jus­tice » en Edu­ca­tion Morale et Civique).

Le manuel reprend une pho­togra­phie pub­liée par L’express le 10 sep­tem­bre 2015 avec pour légende « Pho­to de migrants manip­ulée : le jeu dan­gereux de Robert Ménard », le livre pro­pose de « réfléchir sur les médias », pra­tique par­ti­c­ulière­ment à la mode dans l’éducation nationale, dans un sens très clair : le but est de met­tre sym­bol­ique­ment à mort le méchant maire de Béziers, soutenu par le RN, for et briguant bien­tôt un nou­veau man­dat. Un texte est pro­posé aux élèves, accom­pa­g­né d’un ques­tion­naire. Les élèves ont à se deman­der pourquoi le fait de « mod­i­fi­er » cette image « est immoral ». En temps nor­mal, ce genre d’exercice s’appuyait sur des pho­tos de pro­pa­gande de Goebbels ou bien sur la manière dont les régimes stal­in­iens et chi­nois effaçaient leurs opposants des pho­tos, une fois ceux-ci élim­inés dans le réel. Là, il s’agit d’attaquer l’information dif­fusée par un maire légitime­ment élu dans le cadre insti­tu­tion­nel de la République française. D’ailleurs, les élèves sont ensuite appelés à s’interroger sur « l’objectif visé par cette pho­togra­phie » et sur « les manip­u­la­tions qui ont été néces­saires ». Le tout dans le cadre d’un exer­ci­ce inti­t­ulé « Mieux com­pren­dre les médias » et qui occupe deux pages du manuel sco­laire. Comme il y a un peu de place, un exer­ci­ce sur une autre pho­togra­phie accom­pa­gne celui con­sacré à Ménard : il s’agit d’une pho­to issue du régime iranien actuel.

L’école est devenue un enjeu politique majeur pour les libéraux libertaires

La pho­togra­phie ain­si « étudiée » mon­trait des clan­des­tins regroupés sur un quai de gare en Macé­doine, atten­dant leur entrée dans l’UE, pho­to sim­ple­ment reprise en cou­ver­ture du jour­nal munic­i­pal de Béziers avec comme légende « Ils arrivent ! ». Ce qui sem­ble cor­re­spon­dre à la réal­ité de l’époque et de la pho­togra­phie, comme à celle vécue con­crète­ment lors de la crise migra­toire de l’année de la pho­to, 2015 (un mil­lion sont arrivés en Alle­magne, par exem­ple). Il est intéres­sant de voir com­ment l’idéologie au pou­voir s’insère à l’école. Les exem­ples sont nom­breux et l’OJIM en par­le sou­vent. Le choix de ce qui est ici présen­té comme une « manip­u­la­tion » l’est tout autant.

Le sénateur effacé

Les auteurs de ce manuel auraient pu repren­dre, il y en a telle­ment, une occur­rence de manip­u­la­tion bien réelle, à l’exemple de la façon dont le quo­ti­di­en La Provence a effacé un séna­teur d’une pho­togra­phie en août 2019. Ques­tion bonus : à quelle bord poli­tique ce séna­teur appar­tient-il ?

Que pensez-vous qu’il arri­va une fois l’information con­nue con­cer­nant cet exer­ci­ce ? Les médias en ont par­lé ? En effet. Enfin… Présent et Boule­vard Voltaire. Il serait cepen­dant men­songer de dire que les médias offi­ciels du régime ne s’offusquent jamais de ce qui se trou­ve dans les manuels. Ain­si, le 15 sep­tem­bre 2017, un manuel de math­é­ma­tiques de ter­mi­nales du même édi­teur, Nathan, fai­sait polémique dans l’autre sens, polémique pour le coup reprise par tous les médias, avec un prob­lème com­mençant ain­si (et une pho­togra­phie de migrants sur un bateau) : « Des migrants fuyant la guerre atteignent une île en Méditer­ranée. La pre­mière semaine, il en arrive 100. Puis chaque semaine, le nom­bre de nou­veaux arrivants aug­mente de 10%. Par com­bi­en est mul­ti­pliée une quan­tité lorsqu’elle aug­mente de 10 % ». Cela fit scan­dale. Peut-être les édi­tions Nathan font elles main­tenant un mea cul­pa per­ma­nent afin de ne pas être mis­es au ban de la société ? Et pour ce faire pub­lient-elles des exer­ci­ces cad­rant mieux avec la ligne idéologique du par­ti ? Et avec celle de l’« Edu­ca­tion » nationale.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).