Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Julien Lepers rend visite à un ami à Narbonne

14 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Julien Lepers rend visite à un ami à Narbonne

Julien Lepers rend visite à un ami à Narbonne

Accueil | Veille médias | Julien Lepers rend visite à un ami à Narbonne

Julien Lepers rend visite à un ami à Narbonne

14 septembre 2019

L’ex-animateur de Questions pour un Champion évincé de France Télévisions au titre de la chasse aux « mâles blancs » initiée par Delphine Ernotte ignorait probablement que la campagne des municipales de mars 2020 a commencé ce 1er septembre, et qu’il n’y a plus de visite amicale qui tienne. Pour la presse locale, frétillante et en alerte, rendre visite à un candidat ami, c’est le soutenir. Surtout s’il est du RN.

Un candidat RN joueur

Bref, d’après L’Indépendant, le jour­nal local dont le nom est un oxy­more vivant – il dépend du groupe Midi Libre, lui-même racheté par La Dépêche du Midi de Baylet, pape du Tarn-et-Garonne et du Par­ti Rad­i­cal de Gauche – Julien Lep­ers est venu à Nar­bonne voir son ami Jean-François Daraud, can­di­dat du RN dans la ville.

Voir aus­si : Jean-Michel Baylet, nou­velles fonc­tions, nou­velles subventions


 
Ce dernier s’est prêté aux con­fi­dences auprès de la presse locale : « Lors de la mil­lième du jeu, en répon­dant j’ai réus­si à le désta­bilis­er ce qui n’est pas facile et on a fait tous les zap­pings ! On est resté très lié. On a de nom­breux atom­es crochus et ma mère l’ado­rait », explique-t-il au sujet de Julien Lep­ers. Ce dernier répond au sujet de la can­di­da­ture de Jean-François Daraud, « je ne fais pas de poli­tique. Je suis venu voir mon copain, mais je pense qu’il ferait un excel­lent maire de Nar­bonne ». Et de pren­dre la pose sur les march­es de la mairie aux côtés du can­di­dat et de deux de ses col­istiers, Milan­ka Petro­vic et Gérard Dejean, son ex-directeur de cam­pagne des lég­isla­tives 2017.

Jean-François Daraud a ses chances : aux prési­den­tielles 2017, le RN a viré en tête du pre­mier tour à près de 26%, tan­dis qu’au sec­ond tour, Marine Le Pen a tutoyé les 42%. Aux lég­isla­tives, le même Daraud a atteint 38.4% face au can­di­dat LREM au sec­ond tour. Et les résul­tats du par­ti, depuis les munic­i­pales de 2014 – 10.98% et deux sièges – ne cessent de mon­ter : 46% dans le 1er can­ton de Nar­bonne en 2015 (30 dans le sec­ond et le troisième can­tons), 30% encore aux européennes 2019 avec dix points devant LREM. Le « mon­sieur Scoumoune » des zap­pings peut voir sa chance tourner.

Litige aux prud’hommes

Sur un autre… front, Julien Lep­ers demande 3.4 mil­lions d’euros pour son licen­ciement par France Télévi­sions, dont près d’1.4 mil­lions d’euros pour licen­ciement sans cause réelle ni sérieuse, 478.887 € pour licen­ciement dans des con­di­tions bru­tales et vex­a­toires, 500.000 € de préju­dice d’image. Les prud’hommes ont été inca­pables de tranch­er et l’affaire ren­voyée au con­tentieux. On apprend au pas­sage qu’il gag­nait 40.000 euros par mois pour six jours d’enregistrement pleins. Et que d’après la défense, la part d’audience de Ques­tions pour un Cham­pi­on aurait chuté de moitié de 2005 à 2015. Cette audi­ence sem­ble être légère­ment remon­tée depuis.

Image : cap­ture d’écran Check­news Libéra­tion

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés