Accueil | Actualités | Médias | Nantes : l’agence de presse spécialisée API rachetée par Ouest-France
Pub­lié le 15 septembre 2019 | Éti­quettes : , , ,

Nantes : l’agence de presse spécialisée API rachetée par Ouest-France

Spécialisée dans l’information économique régionale et l’événementiel (Digital Change à Nantes etc.) l’agence de presse API, basée à Nantes et créée en 1990 par Dominique Luneau, ancien rédac-chef de Presse-Océan – lui-même racheté par Ouest-France depuis – compte 15 salariés pour 1,70 millions de chiffre d’affaires. Elle vient d’être rachetée par le groupe Ouest-France, ce qui renforce le monopole du groupe de presse dans les Pays de Loire.

Des offres pour les entreprises

API fournit aussi du contenu pour les titres nationaux de la presse économique (LSA, l’Usine Nouvelle, les Echos…). Le groupe SIPA Ouest-France a annoncé vouloir « accélérer son développement auprès des cibles professionnelles, aussi bien en matière de vente de contenus qu’en matière publicitaire et de vente de services ». Dans un communiqué, le groupe annonce « une offre spécifique d’abonnements Ouest-France avec API destinée aux entreprises de la région ouest [Haute-Bretagne, Pays de Loire] et étendue à la Normandie, une offre publicitaire renforcée […], une offre d’évènements puissante avec Digital Change et Social Change […] une offre étendue de services ».

Quasi-monopole de Ouest-France

L’acquisition renforce aussi le caractère monopolistique du groupe dans l’ouest de la France. Si à la pointe bretonne subsiste le Télégramme en Basse-Bretagne – qui s’appuie aussi sur l’évènementiel, via une filiale dédiée, OC Sport, basée à Lorient et qui organise notamment la Route du Rhum, la Solitaire du Figaro, la Transat AG2R la Mondiale, le Marathon de Genève ou les Hautes Routes cyclistes. Elle vient de prendre une participation dans UTMB (Ultra-Trail du Mont Blanc et événements franchisés).

Plus à l’est et si on exclut quelques feuilles d’extrême-gauche à l’audience microscopique, il ne reste guère, face au mastodonte Ouest-France, que quelques sites locaux (Agence Bretagne Presse dont le gros du lectorat est finistérien, le Journal de la Bretagne du régionaliste Christian Troadec, centré sur Carhaix, qui vivote, le satyrique nantais la Lettre à Lulu, animé essentiellement par le correspondant de journaux parisiens Nicolas de la Casinière – ancien collaborateur d’Ouest-France licencié pour ses positions dans son journal, l’Echo d’Ancenis et du Vignoble, dernier hebdomadaire indépendant du département, proche de la droite locale, les infos du pays Gallo dans le centre du Morbihan, Châteaubriant Actualités, Mediaweb et Saint-Nazaire News à Saint-Nazaire. Depuis plusieurs années, ont disparu successivement la Chaussette, journal (de gauche) indépendant d’Ancenis, le courrier de la Mée, orienté socialiste, le Nouvel Ouest d’Hervé Louboutin, ex-rédac-adjoint de Presse-Océan.

Du côté de la presse généraliste régionale enfin, face à Ouest-France ne reste guère que Breizh Info, fondé il y a presque six ans. En Loire-Atlantique, Presse-Océan a perdu la moitié de ses lecteurs en dix ans ; son contenu assez insipide et ses articles souvent à la traîne d’Ouest-France (quand on ne retrouve pas exactement le même contenu, photo y compris, au titre de la mutualisation) et de Breizh-Info – qui sort un scoop, repris sans citation ni renvoi 24 à 48h plus tard par la presse mainstream – n’incite guère à l’optimisme pour l’ex-journal nantais mangé par l’ogre rennais.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This