Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Nantes : l’agence de presse spécialisée API rachetée par Ouest-France

15 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Nantes : l’agence de presse spécialisée API rachetée par Ouest-France

Nantes : l’agence de presse spécialisée API rachetée par Ouest-France

15 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes

Spécialisée dans l’information économique régionale et l’événementiel (Digital Change à Nantes etc.) l’agence de presse API, basée à Nantes et créée en 1990 par Dominique Luneau, ancien rédac-chef de Presse-Océan – lui-même racheté par Ouest-France depuis – compte 15 salariés pour 1,70 millions de chiffre d’affaires. Elle vient d’être rachetée par le groupe Ouest-France, ce qui renforce le monopole du groupe de presse dans les Pays de Loire.

Des offres pour les entreprises

API four­nit aus­si du con­tenu pour les titres nationaux de la presse économique (LSA, l’Usine Nou­velle, les Echos…). Le groupe SIPA Ouest-France a annon­cé vouloir « accélér­er son développe­ment auprès des cibles pro­fes­sion­nelles, aus­si bien en matière de vente de con­tenus qu’en matière pub­lic­i­taire et de vente de ser­vices ». Dans un com­mu­niqué, le groupe annonce « une offre spé­ci­fique d’abonnements Ouest-France avec API des­tinée aux entre­pris­es de la région ouest [Haute-Bre­tagne, Pays de Loire] et éten­due à la Nor­mandie, une offre pub­lic­i­taire ren­for­cée […], une offre d’évènements puis­sante avec Dig­i­tal Change et Social Change […] une offre éten­due de ser­vices ».

Quasi-monopole de Ouest-France

L’acquisition ren­force aus­si le car­ac­tère monop­o­lis­tique du groupe dans l’ouest de la France. Si à la pointe bre­tonne sub­siste le Télé­gramme en Basse-Bre­tagne – qui s’appuie aus­si sur l’évènementiel, via une fil­iale dédiée, OC Sport, basée à Lori­ent et qui organ­ise notam­ment la Route du Rhum, la Soli­taire du Figaro, la Transat AG2R la Mon­di­ale, le Marathon de Genève ou les Hautes Routes cyclistes. Elle vient de pren­dre une par­tic­i­pa­tion dans UTMB (Ultra-Trail du Mont Blanc et événe­ments franchisés).

Plus à l’est et si on exclut quelques feuilles d’extrême-gauche à l’audience micro­scopique, il ne reste guère, face au mastodonte Ouest-France, que quelques sites locaux (Agence Bre­tagne Presse dont le gros du lec­torat est fin­istérien, le Jour­nal de la Bre­tagne du région­al­iste Chris­t­ian Troad­ec, cen­tré sur Carhaix, qui viv­ote, le satyrique nan­tais la Let­tre à Lulu, ani­mé essen­tielle­ment par le cor­re­spon­dant de jour­naux parisiens Nico­las de la Casinière – ancien col­lab­o­ra­teur d’Ouest-France licen­cié pour ses posi­tions dans son jour­nal, l’Echo d’Ancenis et du Vig­no­ble, dernier heb­do­madaire indépen­dant du départe­ment, proche de la droite locale, les infos du pays Gal­lo dans le cen­tre du Mor­bi­han, Châteaubri­ant Actu­al­ités, Medi­aweb et Saint-Nazaire News à Saint-Nazaire. Depuis plusieurs années, ont dis­paru suc­ces­sive­ment la Chaus­sette, jour­nal (de gauche) indépen­dant d’Ancenis, le cour­ri­er de la Mée, ori­en­té social­iste, le Nou­v­el Ouest d’Hervé Louboutin, ex-rédac-adjoint de Presse-Océan.

Du côté de la presse général­iste régionale enfin, face à Ouest-France ne reste guère que Breizh Info, fondé il y a presque six ans. En Loire-Atlan­tique, Presse-Océan a per­du la moitié de ses lecteurs en dix ans ; son con­tenu assez insipi­de et ses arti­cles sou­vent à la traîne d’Ouest-France (quand on ne retrou­ve pas exacte­ment le même con­tenu, pho­to y com­pris, au titre de la mutu­al­i­sa­tion) et de Breizh-Info – qui sort un scoop, repris sans cita­tion ni ren­voi 24 à 48h plus tard par la presse main­stream – n’incite guère à l’optimisme pour l’ex-journal nan­tais mangé par l’ogre rennais.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés