Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Quand Google espionne même les enfants

8 septembre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Quand Google espionne même les enfants

Quand Google espionne même les enfants

Les enfants, les gentils petits enfants, les têtes blondes ou brunes, leurs boucles folles ou sages. Leur innocence. Leur pouvoir d’achat et de prescription aussi. Google aimait les enfants au point de collecter leurs données pour les cibler ensuite par la publicité.

Très chers enfants

Quel est le pré-ado­les­cent qui n’a pas de télé­phone portable ? Ou au moins l’usage par­tiel de celui d’un par­ent ou d’un cama­rade ? Observ­er un groupe d’adolescents est un spec­ta­cle fasci­nant : on ne se par­le pas, cha­cun est penché sur sa pro­thèse numérique et échange pho­tos sur Insta­gram ou Snapchat ou envoie/reçoit des mes­sages sur un réseau social ou con­sulte une des innom­brables vidéos disponibles sur YouTube.

Google – pro­prié­taire de YouTube — a décou­vert qu’il avait là une mine d’or. Les don­nées per­son­nelles des mineurs, numéro de télé­phone, type d’appareil, chaînes youtube vis­itées, local­i­sa­tions étaient soigneuse­ment stock­ées et des pub­lic­ités adap­tées étaient envoyées aux jeunes utilisateurs.

Pris les doigts dans le pot de confiture

Dès le print­emps 2018 plusieurs asso­ci­a­tions améri­caines de défense des con­som­ma­teurs avaient porté plainte con­tre Google devant l’organe fédéral de défense des con­som­ma­teurs, le FTC. Une loi de la fin des années 90 “inter­dit à un site inter­net des­tiné aux enfants, ou qui sait que des enfants l’u­tilisent, de col­lecter et utilis­er de telles infor­ma­tions sans avoir l’ac­cord (explicite) des par­ents” à des fins com­mer­ciales. Point d’accord en ce cas ni des enfants et encore moins des parents.

En févri­er 2019 l’application Tik­Tok, qui per­met de se filmer en dansant sur une musique et d’échanger ensuite la vidéo avec ses amis, avait déjà été con­damnée à 6M$ d’amende pour avoir col­lec­té ce type de don­nées. Cette fois ci Google devra pay­er 170M$, une mis­ère pour le géant cal­i­fornien qui a promis – sans rire – que désor­mais « Nous traiterons les don­nées de ceux qui regar­dent les pro­grammes pour enfants sur Youtube comme si elles émanaient d’un enfant, quel que soit l’âge du spec­ta­teur ». Et qu’aucune pub­lic­ité ciblée ne sera dif­fusée aux spec­ta­teurs, tout comme les com­men­taires seront restreints. Un esprit vul­gaire s’exclamerait « sans blague ? ».

Derniers portraits ajoutés

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.

David Perrotin

PORTRAIT — David Per­rotin a réus­si, en quelques années, à se forg­er une répu­ta­tion de mil­i­tant de gauche doté d’une carte de presse. Il est vrai que l’orientation de ses arti­cles est sans ambiguïté, tous les dis­cours et toutes les thé­ma­tiques tra­di­tion­nelle­ment asso­ciées à la droite étant sys­té­ma­tique­ment discrédités.